Étiqueté : corps

Foucault, Le beau danger 4. « On écrit aussi pour n’avoir plus de visage »

Dernier moment de ma lecture brésilienne de ces entretiens. Il y a quelques mois, j’avais rencontré cette formule, « On écrit aussi pour n’avoir plus de visage », en exergue d’un article. J’en avais immédiatement compris...

Du sang sur les copies

Au début d’une surveillance hier matin à Paris 13, il s’est produit un petit événement qui m’a donné envie de réfléchir à ce temps très particulier dans la vie d’un enseignant qu’est la surveillance...