Argumentations fantastiques

♦ Au début de ma carrière en 1997, les premiers téléphones portables arrivent en cours. Quand celui d’une étudiante a sonné pour la première fois dans un amphi, j’ai fait une remarque. L’étudiante concernée a eu cette réponse qui m’a laissée sans voix :
“Mais madame, c’est pas de ma faute si on m’appelle !”

♦ Dans la rue, en 2009 : une voiture mal garée dépasse sur la chaussée et empêche les voitures de circuler. La première bloquée est un imposant quatre-quatre noir et rutilant comme on en voit à Paris ; son conducteur, restant assis au volant, klaxonne et proteste. La seconde est une voiture de ville banale ; son conducteur sort et parvient à déplacer la voiture qui fait obstacle. Sans doute énervé par la passivité du premier, il lui lance :
“C’est vraiment pas la peine d’avoir une voiture pareille si vous arrivez pas à passer n’importe où !”

♦ Jolie question d’une petite fille, avec une belle occurrence de puisque :
“Puisque les feuilles tombent des arbres, comment y sont-elle montées ?”

♦ Dialogue dans le métro entre deux ados (une fille et un garçon) qui parlent du travail scolaire en classe de première :
“Elle : avant j’travaillais pas, j’foutais rien, et alors ça c’est mal passé. Maintenant, j’ai compris, je travaille. Et ça marche !”

♦ Énoncé attrapé au vol rue d’Avron, novembre 2010, d’un homme à un autre, les deux autour de 45 ans :
“Ah, t’avais qu’à pas t’en prendre une aussi belle !”

♦ Dialogue de voisinage, Paris, Novembre 2010 :
– Voisin 1 : “Bonjour, je suis désolé de vous déranger mais le son chez vous est vraiment très fort, est-ce que vous pourriez baisser un peu s’il vous plaît ?”
– Voisin 2 : “Mais, c’est qu’une télé !”

♦ Énoncé attrapé au vol à Marseille, homme au téléphone devant la volée de marches de la gare, 10.12.2010 :
“Je suis devant les grands escaliers là, avec les marches qui descendent”

♦ Sur la page de présentation Facebook d’Obscure Précaire, cette fantastique citation :
“Déjà qu’on est pauvres, on va pas en plus se priver!”. Mémé (caviar et champagne à volonté à l’apéro le 1er juin)

♦ Robert, 22 ans, sans travail, sans domicile, sans rien, interviewé dans Télérama en novembre 2010 :
“Je ne sais pas pourquoi ma mère n’a jamais accepté que je sois autonome”
“La nuit, pour passer le temps, je faisais des mathématiques, du Bled. Trois heures de Bled pour trouver le sommeil. J’aimais ça”

♦ Libération, 10 février 2011, article “«Terminator», le surnom de la rectrice de Lille”, un manifestant lillois à propos du vice-président du Conseil régional
“Un bon gaulliste bien né ne ferait pas ce genre de connerie”.

♦ Sur le blog Le top des produits pour bébé, titre d’un billet du 23.02.2011
“Un enfant, ce n’est pas comme la bière, ça n’aime pas la pression”

♦ Rapporté par @jugedadouche sur Twitter le 22.03.2011, assorti de la mention “véridique” :
Dans le cabinet du JE, le père à son fils : “tu mens tout le temps ! Qu’est-ce qu’on va faire de toi ?! Avocat ?”

♦ Rapporté par @Me_Fantomette sur Twitter le 23.07.2011 :
Les clients qui appellent le week-end sur le portable et précisent : “Je ne veux pas vous déranger pendant votre semaine de travail”. 

♦ Un commentaire à un billet de Pierre Mounier sur Homo numericus, intitulé “Internet 2012. Que reste-t-il de notre révolution ?”, 26.01.2012, à propos de la fermeture de Megaupload :

“la roue a été inventée par un feignant qui n’a pas touché un sous de droits d’auteur.”

♦ Dialogue délicieux relevé par P. (septembre 2012) :

L’adjointe — Vous mettez votre alliance à la main droite ?

La mariée — Je suis orthodoxe.

L’adjointe — Vous écrivez des deux mains alors !

♦ Le concierge de C. Est un logicien hétérodoxe :

Sur François Hollande: “Il défait tout ce que les autres ils avaient pas fait avant” (septembre 2012).