Penser avec Althusser. « L’adieu infini »

Je viens de lire le livre d’Emilio de Ipola, Althusser. L’adieu infini, tout juste publié aux PUF, dans la collection « Pratiques théoriques » fondée par Étienne Balibar et Dominique Lecourt et désormais dirigée par Guillaume Le Blanc et Bruno Karsenti (Paris, PUF, 2012). Le livre, publié il y a cinq ans en Argentine (Althusser, El infinito adiós, chez Siglo XXI), est traduit de l’espagnol par Marie Bardet.

Il contient une très belle préface d’Étienne Balibar, légèrement teintée d’une ego-philosophie inévitable et à mon avis indispensable à tous ceux qui ont participé à l’aventure althussérienne. J’ai dit ailleurs à quel point Althusser avait été important dans mon parcours, et j’ai été heureuse de lire sous la plume d’Emilio de Ipola de belles pages sur la pensée de celui qui m’a appris à penser. En voici deux extraits.

« Subjuguée par un présent sous bien des aspects énigmatique, nourrie par une histoire riche en événements et en lectures, perplexe face aux changements vertigineux, attendus et inattendus, qui la réjouissent et l’affligent en même temps, la recherche d’Althusser, au risque de s’égarer ou ne plus rien discerner, persiste cependant. Une recherche sans objet, qui ne sait pas, en commençant tout du moins, ce qu’elle cherche ni vers où elle s’oriente, qui craint sans cesse de succomber à l’autotromperie ou à la frustration, mais qui, presque en aveugle, poursuit sa marche.

On est en présence d’une recherche qui, en somme, ne peut que trouver (1), et une recherche qui, si la fortune lui est favorable, si elle trouve, sait pertinemment qu’elle ne peut pour autant considérer que sa tâche est terminée. La recherche est par définition ouverte, toujours à recommencer : quand le regard aperçoit quelque chose de nouveau – en général un brin d’herbe, un caillou, une altération minime du paysage –, il sait que cette trouvaille n’est que le seuil d’un chemin qui n’a pas encore été visité, sur lequel il faudra pénétrer et poursuivre.

Cela dit, on peut très bien découvrir que le brin d’herbe appartient à un vieux végétal bien connu, que le caillou est une pierre commune et sans valeur ou que l’altération du paysage est un simple mirage. En somme, que le chemin n’en est pas un, ou qu’il est une voie sans issue. Peu importe : le regard s’élargit et se multiplie : il se cambre dans l’effort pour se surpasser. Il n’est plus seulement regard, il devient, également, imagination, affect, raisonnement, intention. Il est pensée, au sens fort » (p. 106-107).

(1) Trouver traduit ici encontrar, qui signifie également rencontrer. Ainsi, dans le paragraphe suivant, la rencontre que provoque le clinamen chez Épicure est encuentro. Jeu de polysémie entre trouver et rencontrer, entre trouvaille et rencontre impossible à rendre exactement en français (NdT).

« Exprimée au début par des formules fugaces et intermittentes, ce que nous avons appelé la « pensée souterraine » d’Althusser a lentement pris forme, en même temps qu’elle désorganisait sa pensée déclarée. Finalement, au prix de difficultés ardues, de pas en avant et de retours en arrière, de contradictions, d’autocritiques et de blocages théoriques, cette pensée s’est ouvert une voie jusqu’à atteindre l’esquisse de ce qu’Althusser a appelé le matérialisme de la rencontre » (p. 118).

 Crédit photographique : « Louis with a cigar », Fabio xant, 2010, Wikimedia commons


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...