Des animaux sur les murs. Nouvelles des graffitis maraîchers-Pyrénées

Une semaine d’absence et les graffitis des maraîchers-Pyrénées ont changé de style : sous l’effet de la rentrée des classes peut-être, et des écoles et des crèches des environs, les mots et les discours ont disparu (exorcisme ?) laissant la place à un bestiaire plus ou moins fabuleux, des maisons et des châteaux, et tout un ensemble de personnages humains, ou au moins humanoïdes. La fin de l’été semble avoir mené les graffeur.se.s vers le figuratif, les couleurs primaires, les dessins aux lignes claires et le style naïf. Comme on peint toujours pour quelqu’un, je me demande pour quel spectateur virtuel ou idéal (notre ami Bakhtine, tout fraîchement traduit, parlerait de surdestinataire, qui est toujours le tiers de l’écriture) ont été réalisées ces fresques. Les enfants intérieurs, peut-être. Dans le précédent billet consacré à la question, je vous disais qu’il n’y avait pratiquement que des garçons. Depuis, j’ai rencontré exactement deux filles, et vous en verrez une, qui dessine une belle baleine bleue. Aujourd’hui, visite guidée du zoo mural (photos du 3 septembre), samedi prochain, tournée des figures et visite des maisons. Entre-temps, je parlerai de la guerre.

Un escargorose et un escargorange

Une girafe à roulettes

Un dino de café

Un rapours

Un matourose

Une baleine bleue

Un monstrorrible

Une… quoi au juste ? bêtacorne ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Anne Paveau (4 septembre 2010). Des animaux sur les murs. Nouvelles des graffitis maraîchers-Pyrénées. La pensée du discours. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssik


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search