Du sang sur les copies

La copie tachée de sang

Au début d’une surveillance hier matin à Paris 13, il s’est produit un petit événement qui m’a donné envie de réfléchir à ce temps très particulier dans la vie d’un enseignant qu’est la surveillance d’examen. C’est sans doute mon échange avec Mélodie Faury d’Infusoir, dans le cadre des Vases communicants d’hier, nos deux billets étant issus d’interrogations réflexives sur nos activités de recherche respectives, qui a déclenché, ce jour-là précisément, mon désir d’explorer cette activité particulière.

Juste après la distribution des copies vierges assorties de leurs brouillons de couleur (depuis quelque temps Paris 13 nous offre un merveilleux violette de parme sur lequel j’ai d’ailleurs écrit ce billet), un étudiant m’en a demandé une autre, brandissant la sienne tachée de sang ; c’était le sien, il venait de se couper au doigt. Je lui en ai donné une nouvelle en souriant, et, quelques minutes après, sa voisine, brandissant également la sienne plus légèrement ensanglantée, faisait de même, l’air dégoûté, tenant le papier loin d’elle et du bout des doigts. J’avais fait passer un paquet au début de la rangée et l’étudiant blessé y avait semé des gouttes de sang. J’ai plaisanté en demandant aux étudiants de bien vouloir laisser leur sang en dehors des salles d’examen.

Ce temps de la surveillance, cette activité qui consiste à manipuler des papiers, à regarder l’heure, à régler des questions juridiques parfois, à faire signer des feuilles d’émargement, à transporter des chaises aussi, appartient à note activité d’enseignant. Je sais que plusieurs de mes collègues ne seraient pas d’accord, qui pensent que l’enseignement n’est concerné que par les savoirs, éventuellement les savoir faire, et que les matérialités copies-tables-chaises-corps-montre-listes… n’en font pas partie. Je pense au contraire qu’elles en font pleinement partie, pour plusieurs raisons.

D’abord l’enseignement, que l’on soit dans la situation d’interaction canonique du cours ou une situation moins interactive et moins discursive comme celle de l’examen, est une affaire de relation, de vie du groupe, de transfert et co-construction de connaissances, mais aussi de sensations, d’émotions et divers ressentis, les dernières n’étant pas sans lien avec les premières, et réciproquement. Je ne sais pas si et de quelle manière cette irruption du corps dans le rituel plutôt désincarné de l’examen a joué un rôle dans l’activité intellectuelle des étudiants, mais je peux dire qu’une vague de détente l’a accompagnée, visible à l’œil nu dans la salle. Cette anecdote a rompu une tension assez compacte liée au stress de l’examen et à des conditions assez difficiles d’enseignement pour ce groupe pendant l’ensemble du semestre.

Ce sang sur la copie, c’est en effet le surgissement de la matière dans le savoir, et le signe que ces copies que je vais lire et annoter, écrites à la main, portent les traces du corps de leurs énonciateurs ; c’est en effet aussi ce corps, malgré une formation universitaire exclusivement intellectuelle (les enseignants du supérieur ne sont pas formés à l’enseignement en France, sauf exception du passage par l’ex-CIES actuel CFDIP pour les moniteurs) et les pratiques traditionnelles d’évaluation en France (survalorisation de l’écrit), que je vais noter.

Enfin, ce temps de la surveillance, parfois très long (je me souviens avoir dormi debout, appuyée au mur du fond de la classe, pendant des surveillances de bac blanc au lycée) est à la fois un temps pédagogique plein et creux. Creux parce que la relation d’enseignement semble s’arrêter, et que chacun est assigné à des places étroites : les étudiants sont réduits à leur rôle de scripteurs contraints et anonymes sur leurs copies à lignes ; les enseignants à des contrôleurs d’horaire et de formulaires, qui font « autre chose » qu’enseigner (ils boivent du café, grignotent du chocolat, lisent, dorment ou écrivent des billets sur la surveillance d’examen sur les feuilles de brouillon colorées…). Mais ce temps est également plein, d’une autre forme de relation : c’est sans doute un des rares moments, peut-être le seul, où l’enseignant cesse d’être le centre (la cible ?) du regard des étudiants, qui lâchent cette « pression », si l’on peut dire, que constitue leur attention dirigée vers un individu unique, qui doit du coup « soutenir » cette attention, ce qui n’est ni naturel, ni facile, ni reposant. Têtes baissées sur leurs copies, silencieux et concentrés, c’est au tour de l’enseignant de pouvoir les observer et les individualiser. Regards furtifs et sourires s’échangent alors, et quelque chose d’autre de la relation enseignant/étudiant passe et se passe alors.

D’autres professions connaissent ce temps à la fois creux, plein et inévitable de l’activité, pour des raisons très diverses. Les personnels navigants ou les transporteurs de toute sorte connaissent des temps d’attente liés à des contraintes extérieures, météorologiques en particulier ; les tournages de film sont traversés par des temps d’attente parfois très longs ; les professions de sécurité, gardes républicains ou CRS (je pense aux travaux de l’ethnologue Marie-Berthe Servier sur la question) connaissent ces temps creux dans les cars, temps occupés à jouer aux cartes ou aux dés, à lire, à discuter ou à dormir.

Il se passe donc beaucoup de choses lors d’une surveillance d’examen, des choses qui relèvent de l’activité d’enseignement. C’est ce qu’ont rendu saillant, hier, ces gouttes de sang intempestives.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Claire Hintzy dit :

    J’ai adoré ce texte « Du sang sur les copies » / pour la portée de la figuration, le statut de l’intempestif et les sciences de l’éducation belle continuation

  2. Laura Naudeix dit :

    il y a une expression de marine qui me revient: « à vous le soin »
    A eux le soin de ce « savoir », ce « truc » qu’on s’est idéalement efforcés de fabriquer ensemble

  3. Christophe Tufféry dit :

    Ah! ce fameux principe de réalité qui nous rend matériellement enviable, éthiquement admissible et symboliquement supportable de nous y conformer.

  4. Laura Naudeix dit :

    très jolie rêverie, et qui touche au point sensible du temps partagé entre enseignants et étudiants: une chose me gêne, lorsque vous dites: « les étudiants sont réduits à leur rôle de scripteurs contraints et anonymes sur leurs copies à lignes »: non, nous lâchons enfin le boulot pour leur laisser à eux ! ce sont eux les vaillants, et du coup nous nous sentons démunis, un peu vains, mais ayant programmé aussi le truc avec lequel ils se collètent (surveiller son propre sujet, situation un peu compliquée…) donc actifs par défaut, quelque chose de ce goût-là.
    je m’efforce toujours de sourire à ceux qui lèvent la tête, comme des nageurs qui reprennent leur souffle à la surface.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui, vous avez raison, à eux l’action finalement, et j’essaie de sourire aussi, quand je ne dors pas…

  5. Delphine Regnard dit :

    Oh que j’aime cet article ! J’ai peut-être gardé autant de souvenirs des examens que des cours (beaucoup de souvenirs aussi de la bibliothèque). Des salles froides et d’autres surchauffées, surtout, des salles d’amphi où rester quatre heures à gratter fut souvent difficile (surtout sur des tables très étroites avec un Gaffiot, bonjour !). Merci pour ce beau billet.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      eh oui, bien sûr, le gaffiot – mes épreuves se font « sans document autorisé », consigne qui figure sur le sujet (sauf pour les ersamus qui ont parfois droit à un dictionnaire), mais je n’avais pas pensé aux épreuves avec documents ou outils, ces mémoires externes qui occupent l’espace du scripteur, oui, bien sûr…

  6. ALiCe__M dit :

    J’aime bien que de petits événements de la vie, tout simples, fassent naître la réflexion. Ces temps « d’attente », apparemment vides, y sont très propices, ils nous permettent d’être tout en ayant un regard sur notre activité, ce qu’il est plus difficile de faire (enfin pour moi) quand on est dans l’action et la langue dite. Ce temps est propice à l’interaction silencieuse (de soi aux autres, et de soi à soi). Un temps très riche, comme tu le montres très bien.
    Cela me fait penser au film « Ninotchka », où Garbo s’étonne des us et coutumes des occidentaux : elle se trouve à un feu rouge, à attendre devant un passage piétons, et demande combien de fois par jour les occidentaux se retrouvent ainsi, à « attendre », « toutes ces minutes mises bout à bout, ça fait combien de temps dans votre vie ? » son ton est moqueur, elle sous-entend que ce temps ne sert à rien, qu’il est vide. Pourtant, il est plein de ce qu’on ne dit pas.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je suis d’accord quand tu parles d’ « être » et d’ « interaction silencieuse » – le sens n’est pas toujours dans le langage (quand je pense que je me vois écrire ça, moi linguiste…) – merci beaucoup pour la référence au film avec garbo, je ne l’ai pas vu et je ne connais pas cette scène, je vais aller chercher ça

      • ALiCe__M dit :

        Ma mémoire me joue des tours : c’est un film de 1939, pas de feux rouges à l’époque, mais un policier qui siffle pour arrêter les voitures et laisser passer les piétons. Garbo demande combien de temps s’écoule entre deux coups de sifflets, et c’est son interlocuteur qui pense alors à tout ce temps perdu (des années peut-être) qu’il a passé à attendre, entre les coups de sifflets. Je n’ai pas retrouvé l’extrait du film, mais voici le script du dialogue (en anglais, « on a street corner »), 5eme dialogue en partant du haut :
        http://cinema.theiapolis.com/movie-2B0O/ninotchka/quotes/dialogues.html

  7. Hady Ba dit :

    J’ai été pion il y a quelques années et ce qui m’avait frappé, c’était à quel point les personnalités des élèves transparaissaient dans leurs manières de travailler. En particulier, il y avait un élève qui était persuadé que je le prenais pour un tricheur parce que je passais souvent de son coté. En fait, à chaque fois, j’étais fasciné par l’élégance de son processus d’écriture.

    Je me demande toujours si c’est moi qui suis bizarre ou bien si tous les profs/surveillants font la même remarque.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      ah c’est magnifique comme malentendu – preuve que l’imaginaire a toujours raison de la réalité, que l’homme est naturellement paranoïaque, et que le sentiment d’admiration ne peut, dans l’imaginaire des élèves (et peut-être celui des enseignants ?), aller que dans un seul sens !

  8. Christophe Tufféry dit :

    Bonjour et merci pour ce billet qui invite à se souvenir de ses propres expériences comme élève, comme étudiant, comme surveillant, voire même comme enseignant.
    Oui, il se passe beaucoup de « choses » pendant des examens. La théâtralité habituelle des cours y semble presque inversée comme vous l’évoquez. Les « observants » et les « observés » changent de rôle, l’espace d’un moment, mais aussi dans l’espace tout court. L’estrade (ou le bureau) de l’enseignant n’est plus le lieu de convergence des regards et des attentions portées par les observants. Il y a une sorte d’inversion des flux d’attention et de tension des regards. Cette topologie relationnelle inversée de la salle de classe renvoie à cette fonction panoptique de l’observant/surveillant que devient l’enseignant : à lui de scruter les gestes, d’écouter les bruissements, de déceler dans les regards ce qu’ils peuvent révéler de complicités interdites entre observés et qui sont interdits par les règlements. C’est du moins les rôles assignés par les règles du jeu officielles dans cette pièce de théâtre qui se joue pendant quelques heures. Mais les observants comme les observés peuvent difficilement s’empêcher totalement de sortir de leur rôle et postures assignés. L’observant et l’observé vont, les uns et les autres trahir un peu de leurs habitudes, de leurs tics, de leurs façons de jouer leur rôle d’observés réfléchissant et écrivant, toussant, regardant leur montre, grignotant, buvant une gorgée de leur bouteille d’eau. Ces gestes, ces bruits, ces « façons de faire » sont des traces d’humanité. Ils témoignent du fait que les observants et les observés restent des individus, malgré les fonctions assignées, et des êtres humaines qui savent limiter la rigidité imposée pendant cette pièce, à la mise en scène et au rôles très formalisés.
    Et si toutes ces traces d’humanité étaient prises en compte dans l’évaluation des copies … ? Question iconoclaste certainement. Mais en matière de réflexion et de recherche, l’iconoclastie ne devrait-elle pas être plus fréquente que la soumission à la pensée dominante du moment ou à des écoles de pensée ?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de votre beau commentaire qui prolonge mon billet – à votre question iconoclaste répond malheureusement la réalité et son robuste principe : la fortune, la légitimité et la sécurité des mainstreams, le financement des projets dans l’axe du désir du maître, l’assujettissement au régime de gratification et de promotion – comme vous d’après ce que je comprends je préfère le côté des sorcières, mais il faut assumer le craquement du bois sec et l’odeur du bûcher…

  1. 29/01/2012

    […] con placer una de las últimas entradas del blog La pensée du discours, titulada “Du sang sur les copies”, en la que Marie-Anne Paveau reflexionaba sobre la vigilancia de exámenes, esta actividad tan […]