Série de printemps. Précieuses paroles

Nous sommes tous traversés par des paroles qui nous hantent longtemps. Certaines personnes ont ce don, ou ce désespoir, de la parole précieuse. À moins que ce ne soit nous qui, par projection ou par transfert, entendions les voix de ces paroles qui n’ont peut-être pas vraiment été dites. On ne sait pas laquelle de la bouche ou de l’oreille produit ce prix de la parole, qui fonde toute une culture : le recueil de citations, le mot d’esprit, le bon mot, la phrase sans texte, selon l’expression choisie par Dominique Maingueneau pour son dernier livre. Les réseaux sociaux, qui favorisent la forme brève, sont de bons lieux pour ces paroles précieuses, des lieux pour les lieux communs, au sens renaissant du terme. Ils retrouvent en effet la fonction d’autres lieux de parole, bien plus anciens, à une époque où la parole originale était la parole commune, répétée, précieuse parce que sue, redite, réentendue et reconnue : les recueils de lieux communs de la Renaissance, dont Ann Moss a fourni une passionnante étude, les compilations de citations, ou les œuvres elles-mêmes, et l’on pense bien sûr aux Essais de Montaigne et leur farcissure de citations, inlassablement ajoutées édition après édition.

Mais quel est donc ce pouvoir des paroles pour qu’elles soient aussi soigneusement conservées et réénoncées ? C’est peut-être parce que les paroles sont des événements et qu’elles font même les événements qu’on les dote de cette importance. Dans leurs travaux qui associent analyse du discours et histoire, Jacques Guilhaumou et Denise Maldidier ont montré comment le discours fabrique littéralement les événements : c’est « l’événement discursif » qui produit l’événement historique. C’est le cas par exemple de la « prise de la Bastille », décrite discursivement dans cet article : « La mémoire et l’événement : le 14 juillet 1789″. La notion d’événement est devenu importante en analyse du discours, mobilisant celles de nomination, de reformulation ou de mémoire discursive.

Les paroles sont aussi des actes, c’est un fait bien connu mais dont les implications le sont peut-être moins. Si dire c’est faire, cela veut dire que les paroles ont des effets, qu’elles modifient la réalité d’une manière ou d’une autre. Il existe par exemple un nombre impressionnant de proverbes, dans le monde entier, sur ces agissements, bons ou mauvais, des mots et des phrases. Miel ou poignard, la parole caresse ou tue :

  • Mieux vaut glisser du pied que de la langue
  • Un coup de langue est pire qu’un coup de lance
  • Beau parler apaise grande ire
  • Douce parole n’écorche langue
  • La bonne parole mortifie grande discorde
  • Une bonne parole éteint mieux qu’un seau d’eau
  • Rien n’abrège la vie comme les pas perdus, les paroles oiseuses, et les pensées inutiles.
  • Une parole venue du coeur tient chaud pendant trois hivers
  • Parole hardie donne du coeur

Mais quel est le processus qui fait que les mots de l’autre me transpercent ? Magie du verbe ? Entre Abracadabra et Avada Kedavra ? Ou croyance du sujet, entre soumission idéologique et désappartenance mystique ? Bouche ou oreille ? Entre les deux, Lacan postule le transfert, dans la définition élargie qu’il en donne dans son premier séminaire, en précisant qu’il s’agit d’un autre transfert que celui de l’analyse :

Dans son essence, le transfert efficace dont il s’agit, c’est tout simplement l’acte de la parole. Chaque fois qu’un homme parle à un autre d’une façon authentique et pleine, il y a, au sens propre, transfert symbolique. Il se passe quelque chose qui change la nature des deux êtres en présence (p. 176).

Les précieuses paroles que j’essaierai de faire entendre dans cette série de printemps ont été de cette eau-là : entre leurs auteur.e.s et moi, du transfert, sans aucun doute, sans que je ne sache, ou que je ne dise, ce qui a été touché précisément. Expérience privée, mais partageable, me semble-t-il. Transférable ? Peut-être.

Références

  • Austin J.-L., 1970 [1962], Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil.
  • Maldidier D., Guilhaumou J., 1994, « La mémoire et l’événement : le 14 juillet 1789 », Langages 28, p. 109-125.
  • Lacan J., 1975 [1953-1954], Séminaire 1, Les écrits techniques de Freud, Paris, Éditions du Seuil.
  • Maingueneau D., 2012, Les phrases sans texte, Paris, A. Colin.
  • Moss A., 2002, Les Recueils de lieux communs. Méthode pour apprendre à penser à la Renaissance, traduit de l’anglais par P. Eichel-Lojkine, M. Lojkine-Morelec, G.-L. Tin, Genève, Droz.

*****

Crédits : « Half and Half », EJP Photo2010, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Pour citer ce billet : Paveau M.-A., 2012, « Série de printemps. Précieuses paroles », http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=6866, consulté le…

Prochain billet : Précieuses paroles 1. Chantal Sébire, dire sa disparition

*****


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. jean-Philippe dit :

    A partir de quel moment la phrase fait texte ? A quel moment apparaît le discours ?
    Merci pour la référence au livre de Dominique Maingueneau…
    Je suis personnellement très sensible aux formes courtes, aux aphorismes, à la puissance évocatrice des textes de Karl Kraus, de Baudrillard dans Cool Memories, de Nietzsche et de bien d’autres.
    George Steiner dans – Poésie de la pensée – publié en 2011 nous dit en quoi ces formes proches de la poésie sont « précieuses », Quand le précis fait le précieux…
    Le processus de fabrique de l’évènement par la parole, décrit dans – La mémoire et l’événement – ne me semble pas être aussi catégorique concernant le pouvoir des mots que votre note le laisse entendre. Le glissement qui va d’un événement discursif à une parole comme acte, me semble un raccourci que les auteurs de ce texte ne font pas.
    L’affirmation « Les parole sont des actes, c’est un fait bien connu… » me semble discutable C’est, en effet, oublier toute la succession d’événements ainsi que le contexte qui fait que cette parole devient action. En soi la formule « je t’aime » n’est d’aucune efficacité, il ne me semble pas qu’a sa lecture, vos sentiments envers moi ont pris une tournure affective ☺.
    Ce qui fait que « les mots de l’autre me transpercent » n’a rien d’abracadabrantesque, rien de magique, seulement un sens partagé dans un contexte donné.

  2. Delphine Regnard dit :

    Précieuse parole…j’aime cette expression (et l’antéposition de l’adjectif est pour quelque chose dans sa beauté…), elle me rappelle les précieuses paroles que tu m’adressas, notamment lors de notre premier entretien qui fut téléphonique et où entendre ta voix après l’avoir seulement lue fut un régal. Alors, continue à écrire et dire de ces précieuses paroles !

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci Delphine pour ce commentaire si précieux… j’ai hésité à le publier car j’avais peur qu’il ne soit trop personnel, et puis j’ai pensé à Aurore, la « belle au bois dormant » dont j’ai parlé le mois dernier sur les espaces réflexifs – voilà…

      • Delphine Regnard dit :

        Je me suis moi-même posé la question en l’écrivant – et puis, on peut se donner le droit d’afficher qu’on a/que quelqu’un a des paroles précieuses !