Signes, sexe and linguistique 4. Plaisirs à lire. La littérature pornographique

Avertissement : ce billet contient des images, textes et liens qui peuvent être considérés comme pornographiques.

Si les travaux sur la pornographie sont assez rares en France, ce que soulignent tous les auteurs qui l’ont étudiée ces dernières années, les études qui concernent le langage, le discours ou le style pornographiques sont quasi inexistants. Il n’existe pas à proprement parler d’ouvrage de référence sur la littérature pornographique sous l’angle de ses formes textuelles ou stylistiques, ni de ses formes langagières ou discursives. Significativement, les Éditions de la Musardine, qui ont un bon catalogue sur la question dans la collection « L’Attrape-corps », ne proposent pas d’ouvrage à orientation linguistique ou stylistique sur le corpus pornographique. Il s’agit donc d’une terra incognita et encore un peu sulfurica, il faut bien le dire.

Il existe un certain nombre de travaux en littérature, en sociologie, en philosophie, qui prennent en compte, même partiellement, la littérature pornographique. En littérature on trouve des recherches sur son âge d’or au 18e siècle, et sur son « créateur-néologue » Restif de la Bretonne (l’ouvrage de Jean-Marie Goulemot au titre si fortement évocateur est devenu un classique) ; dans d’autres disciplines, on étudie son développement, son interdiction, sa disqualification, sa gestion juridique et sociale, ses réseaux de diffusion. Mais l’étude de ses formes, sur les plans linguistique, sémiotique, textuel et discursif, reste vraisemblablement à faire. J’ai rassemblé un certain nombre d’études qui en permettent une première approche (voir les références ci-dessous), et en particulier la seule analyse discursive qui existe à ma connaissance : un petit opus de Dominique Maingueneau paru dans la collection 128 d’Armand Colin en 2007 : La littérature pornographique. Les autres ouvrages sont plus partiels sur les formes langagières et discursives, ou tournés vers la question du genre, plutôt dans une optique littéraire. L’ouvrage de G. Molinié, stylisticien bien connu de Paris 4 et double président de la noble Sorbonne, est plutôt un éloge, et contient peu d’analyse formelle.

Tentatives de définitions, catégorisations, typologies

Tous les travaux quels qu’ils soient autour de la pornographie en tentent une définition et se réfèrent tous à la fameuse étymologie du fameux néologisme inventé par le fameux Restif de la Bretonne :  πορνογράφος / pornográphos, lui-même un dérivé de πόρνη / pórnê signifiant « prostituée » et de γράφω / gráphô, qui signifie « tracer ». L’appel à l’étymologie est souvent un classique de la définition des concepts en Lettres et SHS, rarement pour le meilleur et le plus souvent pour le pire : l’origine des mots ne constitue pas leur sens, l’étymologie n’est pas la loi de la langue et les processus de changement sémantique font considérablement évoluer le sens des mots à travers les siècles. Il n’y a pas en effet de vérité du sens des mots ; pour le cas qui nous occupe, on se rend bien compte que le mot pornographie n’a plus grand chose à voir avec la prostitution, et depuis longtemps. Mais c’est une habitude bien ancrée dans les travaux de recherche, et bien pratique puisqu’elle permet par exemple de distinguer pornographie et érotisme, catégorisation à laquelle n’échappe pas le texte littéraire. Cette distinction un peu binaire est nuancée chez D. Maingueneau qui travaille plutôt le triptyque pornographie/érotisme/grivoiserie (il considère d’ailleurs que des textes comme ceux de Frédéric Dard dans la série des San-Antonio ressortissent davantage à la grivoiserie qu’à la pornographie), comme chez J.-M. Goulemot qui pose pornographique/érotique/licencieux, ce dernier terme étant attaché au 18e siècle. D’une manière plus générale le philosophe Ruwen Ogien réfléchit à la distinction posée par les catégories juridiques de « document à caractère sexuel », « érotisme » et « pornographie » (j’y reviendrai dans le prochain billet), en soulignant que la pornographie, mobilisant toujours des normes et valeurs individuelles, est extrêmement difficile à définir. On connaît la phrase célèbre du juge américain Potter Stewart : « Je ne sais pas définir la pornographie, mais je sais la reconnaître ».

D. Maingueneau précise quand même que l’étiquette pornographique correspond à une catégorie précise pour l’institution littéraire, au même titre que fantastique, lyrique ou policier, qu’elle relève de la paralittérature et qu’elle est définie comme un texte qui produit une excitation sexuelle. Il reprend ainsi la définition de J.-M. Goulemot qui parle assez joliment d’un « état de tension et de manque, dont il lui faudra se libérer par un recours extralittéraire » (1994 : 127). D. Maingueneau consacre l’ensemble du deuxième chapitre de son livre à la description des ces trois catégories, mettant la grivoiserie du côté d’une « évocation transgressive » des activités sexuelles en contexte convivial, dans le cadre d’une « réalité communicationnelle fondamentale [qui] est celle d’un groupe de pairs » (p. 21). Contrairement à la pornographie, qui est censée susciter une excitation individuelle, la grivoiserie participerait d’une « activité collective », D. Maingueneau pensant que le recul actuel de la seconde est liée au développement massif de la première. La distinction entre érotique et pornographique constitue une doxa issue de la division platonicienne entre les trois parties haute (tête, yeux) intermédiaire (poitrine, nez) et basse (ventre, bouche) du corps humain et fortement axiologisée : la pornographie est plutôt dévalorisée alors que l’érotisme peut faire l’objet de jugements de valeur positifs : « Le texte érotique est toujours pris dans la tentation de l’esthétisme, tenté de convertir la suggestion sexuelle en contemplation de pures formes » (2007 : 18). Cet extrait du Roi des fées de Marc Chodolenko (1977) par exemple peut être qualifié d’érotique :

C’est le milieu encore frais d’une journée d’été dans une villa anglaise, c’est un grand jardin italien, chaud de la chaleur de la nuit, c’est dans la chambre ensoleillée d’un grand hôtel d’une belle ville. Adossée à un arbre, elle est là, vêtue d’une robe pourpre. Au détour d’un couloir, elle paraît, les seins nus sous son tee-shirt. Elle, partout, la fée, toutes les fées, toutes celles qu’on dénude, qui se donnent, qui torturent de plaisir, qui se soumettent, perverses, et tendres (p. 23).

Alors que cet autre, extrait du même ouvrage, appartient plutôt à la catégorie « pornographique » :

je lui lèche les seins à grands coups de langue j’enlève toute la sueur je la soulève je fais glisser son maillot jusqu’à ses pieds son petit sexe je me mets à genoux je le lui lèche je suce les poils je la retourne je lui lèche les fesses toutes chaudes toutes en sueur je m’assieds sur la banquette elle s’assied sur mon genou elle se branle sur mon genou elle s’ouvre les lèvres avant elle va et vient en me tenant à la taille elle se branle sur mon genou je l’embrasse en même temps je lui prends les seins (p. 142).

Par ailleurs D. Maingueneau tente une typologie tripartite qui distinguerait  :

– la pornographie « canonique« , qui ne contrevient pas aux normes sociales, qui n’est pas illicite, et qui correspondrait à une pornographie hétérosexuelle « classique », celle que la psychologue Pascale Molinier définit ainsi :

La porno straight (centrée sur l’hétérosexualité, d’un point de vue viril) est un genre littéraire, photographique et cinématographique socialement et historiquement situé, facilement accessible, jusque dans l’univers domestique – le câble – et le domaine professionnel – les écrans de veille (2003 : 61).

D. Mainguenenau précise que la pornographie canonique respecte le « cooperation principle » de P. Grice (« faites le nécessaire pour que la coopération soit réussie… ») et la qualifie également de « normalisatrice », au sens où elle peut être prescriptive de normes non seulement sexuelles mais esthétiques (par exemple pour les femmes : volume des seins, taille des lèvres, disparition de la pilosité, etc.).

– la pornographie « tolérée« , qui n’est pas non plus illicite mais qui montre des pratiques jugées « anormales », et qui est structurée par des « réseaux, des tribus, des communautés que leur marginalité soude » (p. 35).

– la pornographie « interdite« , qui contrevient aux normes sociales et aux lois (pédophilie, viol, voire meurtre), circulant dans des réseaux souterrains.

Ces catégories descriptives une fois posées, on oeut commencer à examiner les formes langagières et discursives.

Le régime discursif de la pornographie

Pour D. Maingueneau, il existe un régime discursif spécifique à la pornographie, qui installe une routine textuelle stabilisée. Dans l’article qu’il consacre à San Antonio, il précise que « ce n’est pas la thématique – en l’occurrence l’activité sexuelle – qui importe pour caractériser un texte comme pornographique, mais son mode de représentation » (2010, version de travail).  J’en énumère les traits principaux :

– le texte pornographique est, dans l’immense majorité des cas, narratif et entretient même une « relation très singulière à la narrativité » (p. 14). Le chercheur reprend les unités de composition proposées par Roland Barthes dans Sade, Fourier, Loyola : posture, opération, figure, tableau, épisode, scène. Et en effet, les séquences textuelles pornographqiues, en particulier chez Sade, constituent toujours des mises en place, mises en scène, mise en tableau, répondant à une chorégraphie routinière. Ce qui explique que le récit pornographique ne soit qu’un pseudo-récit, son cadre servant de prétexte à introduire les scènes sexuelles, entre lesquelle la narration fait surtout du « remplissage » (carcatéristique poussée à l’extrême dans le cinéma pornographique, où la narrativité est réduite au plus simple et en général peu travaillée, l’essentiel reposant sur les scènes sexuelles qui répondent à un scénario à l’évolution prévisible : sexe à deux, puis à trois, puis à plusieurs, avec gradation des pratiques des plus « traditionnelles » au moins « canoniques »).

– il contient des dialogues et même plus : « Les œuvres pornographiques majeures des 16e et 17e siècles sont le plus souvent des dialogues » (p. 15), trait qui perdure au 18e siècle où bon nombre de séquences des romans de Sade sont dialoguées (voir par exemple La philosophie dans le boudoir), ce que l’on retrouve aussi plus tard chez Apollinaire dans Les onze mille verges par exemple.

– il possède des traits énonciatifs particuliers, et en particulier toujours une énonciation subjectivisée : il faut que les actes racontés soient formulés à partir d’un point de vue (une « focalisation »), qu’il soit celui d’un voyeur ou d’un des protagonistes. On le voit bien dans cet extrait de Venus Erotica d’Anaïs Nin (1981) où se succèdent les points de vue de Bijou qui perçoit l’activité érotique du voyant, et du voyant lui-même qui est le voyant-voyeur de la sexualité conjugale de sa cliente (extrait lu). Il faut par ailleurs que cette énonciation soit « euphorique » au sens narratif du terme (vs dysphorique), c’est-à-dire propose des effets de joie plaisante ou de plaisir joyeux : un même texte dans une tonalité tragique fait s’évanouir aussitôt la charge pornographique.

– il est atopique au sens où il se situe « dans les interstices de l’espace social » (p. 19). Il appartient en effet à un ensemble de pratiques attestées mais plutôt dissimulées voire tues. Pour D. Maingueneau en effet, « la littérature pornographique est prise dans une double impossibilité : 1) il est impossible qu’elle n’existe pas ; 2) il est impossible qu’elle existe » (p. 19).

– il possède un vocabulaire particulier qui a la particularité d’avoir une allure « normale » alors qu’il s’agit d’un lexique plutôt proscrit dans les situations sociales ordinaires : bite, con, chatte, queue ou branler sont utilisés de manière courante dans le récit pornographique, où leur remplacement par du vocabulaire plus objectif, par exemple médical (intromission, verge, clitoris) ou au contraire plus subjectif parce qu’enfantin (zizi, foufounette, zigounette) aurait pour effet de faire disparaître les affects suscités par le texte. C’est en cela que les mots érotiques sont des pornèmes : ils sont dotés d’un effet pragmatique que leurs synonymes ne possèdent pas. Cependant la confusion reste possible et la pornographisation du vocabulaire sexuel non pornogaphique se produit souvent, en particulier en contexte éducatif : tout récemment, aux États-Unis, des parents ont considéré qu’un ouvrage sur la masturbation destiné aux adolescents, It’s Perfectly Normal, était de nature « pornographique » car il contenanit des illustrations et un vocabulaire à nature sexuelle. Les exemples de ce type abondent, et signalent une distinction fine et fragile entre le sexuel érotique et pornographqiue, c’est-à-dire engageant du plaisir sexuel, et le sexuel non érotique, concernant d’autres domaines comme la médecine. Norbert Campagna consacre de longues pages très nuancées et parfaitement claires à cette question dans son Éthique de la sexualité, en envisageant toutes sortes de situations pouvant produire des passages d’une catégorie à l’autre.

Le sexuel, entre l’anatomique et le pornographique, entre le médical et l’érotique : c’est affaire de dispositif langagier et discursif, de contexte de production et de réception des énoncés. En cette matière comme dans d’autres, les caractériqtiques formelles sont loin de n’être que de simples formes du contenu mais constituent bel et bien les contenus de sens.

Références

  • Barthes R., 1980, Sade, Fourier, Loyola, Paris, Seuil, Points.
  • Beauthier R. (et al.) (éd.), 2010, Obscénité, pornographie et censure. Les mises en scène de la sexualité et leur (dis)qualification (XIXe-XXe siècles), Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles.
  • Bessard-Banquy O. (dir.), 2010, Le livre érotique, Les cahiers du livre, Presses universitaires de Bordeaux.
  • Campagna N., 2011, Éthique de la sexualité, Paris, La Musardine.
  • Goulemot J.-M. 1994, Ces livres qu’on ne lit que d’une main. Lecture et lecteurs de livres pornographiques au XVIIIe siècle, Paris, Minerve.
  • Ogien R., 2003, Penser la pornographie, Paris, PUF.
  • Maingueneau D., 2007, La littérature pornographique, Paris, Armand Colin.
  • Maingueneau D., 2010, « Énonciation grivoise, énonciation pornographique. Le cas San-Antonio, dans Rullier-Theuret F. (et al.) dir., San-Antonio et la culture française, Actes du colloque international de mars 2010, Université de Savoie, coll. « Ecriture et représentation », 305-316.
  • Molinié G., 2006, De la pornographie, Paris, Éditions Mix.
  • Molinier P., 2003, « La pornographie “en situation” », Cités 15, 61-67.
  • Pauvert J.-J., 1980, Anthologie des lectures érotiques. De Félix Gouin à Emmanuelle, Paris, Éditions Ramsay-Jean-Jacques Pauvert.

Mardi 30 août. Signes, sexe and linguistique 5. Que « fait » exactement le discours pornographique ?


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. wilder dit :

    Un éditeur obstiné de Sade disait: « La lecture des Cent Vingt Journées produisait en moi un énervement ».

    Sans nous faire les neurologues de ces états pourrons-nous écarter les paires d’opposés qui prothétisent nos pensées ?

  2. DRegnard dit :

    Beau billet !
    Je suis quand même allée ouvrir mon Chantraine à propos de pornè car je suis de ceux qui sont persuadés de l’intérêt du recours à l’étymologie. Effectivement, pornè désigne bien la prostituée comme pornos au masculin : premier ajout culturel… Et puis, le lien avec le verbe vendre laisse à penser au sort réservé aux esclaves, vendus. Enfin, il me semble que cette dimension de commerce précise le porno, industrie, pratique destinée à vendre, être vendue, objet commercial ayant une utilité, comme un mixer ou un vibro masseur…, où l’on com-prend bien que le trait soit forcé, alors que l’érotisme, quand même en lien avec l’amour (sexuel), est au contraire dans la finesse, pas d’histoire d’argent, donc d’émotions seulement ? de sentiments ?… Petit commentaire minuscule pour une grande dame.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      le recours à l’étymologie n’est sans doute pas sans intérêt pour étudier les formations des mots, leur évolutions et surtout les évolutions sémantiques, mais ce que je conteste (en fin « je », c’est plutôt madame linguistique), c’est qu’elle constitue la loi de la langue et qu’elle fixe le sens des mots – c’est souvent un des arguments des puristes qui sont contre les évolutions (toute évolution seraitune dégradation) – il y a un très intéressant ouvrage de paulhan là-dessus : Paulhan J., 1988 [1953], La preuve par l’étymologie, Cognac, Le temps qu’il fait – sur l’aspect commercial distinguant l’érotisme de la pornographie je ne pense pas que ça fonctionne : si tu l’admets, alors tu mets toute la littérature pornographique du côté du commerce, donc ça ne va pas (sade bien sûr, mais apollinaire, verlaine, aragon, etc.) ne serait-ce que parce que la plupart du temps ils ont écrit sous pseudo et que ça ne se vendait pas justement – et également la photo – porno sans amour et érotisme avec : c’est une question souvent débattue, mais comment le vérifier ? comment porter un jugement sur les pratiques sexuelles de chacun ? comment dire que là il y a de l’amour, que là il n’y en a pas ? comment qualifier par exemple l’échangisme, que des couples, qui « s’aiment », pratiquent ? je ne sais pas – très complexe cette affaire – j’aime bien la position de ruwen ogien : il fait plutôt un rapport entre pornographie et sexualité – il propose de dire que la pornographie est qqc qui accompagne une certaine sexualité, ou que la pornographie est qqc qui n’a rien à voir avec la sexualité – mais il écarte la dévalorisation de la pornographie – je suis assez d’accord

  1. 20/08/2011

    […] Signes, sexe and linguistique 4. Plaisirs à lire. La littérature pornographique | La … […]

  2. 29/08/2011

    […] 20/08/2011, Marie-Anne PAVEAU, Signes, sexe and linguistique 4. Plaisirs à lire – La littérature pornographique, La pensée du discours […]

  3. 29/08/2011

    […] 20/08/2011, Marie-Anne PAVEAU, Signes, sexe and linguistique 4. Plaisirs à lire – La littérature pornographique, La pensée du discours […]