Signes, sexe and linguistique 2. 69, X, BDSM : des crypto-pornèmes ?

Avertissement : ce billet contient des images, textes et liens qui peuvent être considérés comme pornographiques.

Savez-vous compter jusqu’à 69 ?

L’idée de travailler sur les sigles et symboles pornographiques m’est venue à la lecture d’un article sur l’euphémisme, dans le cadre de mon travail sur les rapports entre langage et morale. Dans le très sérieux « Stratégies rhétorico-pragmatiques de l’euphémisme dans le discours publicitaire », M. Bonhomme et A. Horak mettent en lumière la double fonction de l’euphémisme, qui possède « deux stratégies complémentaires : d’une part, sa stratégie d’atténuation dans la référence à certaines réalités (plan tensionnel) ; d’autre part, sa stratégie de mélioration de ces mêmes réalités (plan axiologique) » (2009 : 52). Ils s’attardent en particulier sur ce qu’ils appellent la « promotion des produits problématiques » par la publicité, comme la mort (produits d’assurances) ou le sexe (produits sexuels). Ils précisent un peu plus loin ce qu’ils entendent par « problématiques » : « Le marché sexuel, tant érotique que pornographique, compte sans doute parmi les réalités les plus condamnées socialement et idéologiquement » (2009 : 56). Jusque là, rien de spécial à noter si ce n’est que le sexe est peut-être actuellement moins « condamné » qu’ils ne le disent, en particulier dans sa version érotique, et même pornographique : la vogue du « Porno chic » en est un exemple. Mais un peu plus loin, les auteurs expliquent que la siglaison est une forme d’euphémisme et donnent l’exemple de 69 : « Bien que banalisée dans le langage sexuel, cette métaphore reste euphémique, car elle efface la totalité des sèmes négatifs potentiellement liés à la pratique en question (+vicieux, +inesthétique…) ». J’avais été étonnée et, pour tout dire, amusée par deux choses. D’abord par le fait que 69 constitue un euphémisme qui en efface le sens, puisque selon moi il n’y a pas plus parlant que ce chiffre, pour des raisons à la fois iconiques (le 6 et le 9 accolés figurent explicitement la position tête-bêche), et sociolinguistiques et culturelles (le 69 emblématise à lui seul toute la mythologie du Kâma Sûtra et je pense qu’il serait difficile de trouver un adulte en âge de… symboliser qui en ignore le sens, et ce dans toutes les langues). Le quotidien Rue89 a d’ailleurs, comme beaucoup de journaux en ligne, un blog dédié aux questions sexuelles et il s’intitule Rue69. Et ensuite que 69 puisse contenir des sèmes comme /vicieux/ ou /inesthétique/ : je m’étais dit que décidément, quand les chercheurs essaient de mettre leur subjectivité à la porte pour travailler « objectivement » sur des objets « chauds », elle revient en force par la fenêtre, et qu’ils feraient donc mieux de l’intégrer réflexivement à leur travail ; mais qu’il y a avait là matière à une petite étude de ces mots présentés comme « négatifs ».

Je me suis donc demandé comment on pouvait catégoriser cette unité : du côté de la rhétorique je ne suis donc pas d’accord avec l’euphémisme, ni vraiment avec la métaphore car le sens est inscrit tellement directement dans la forme que je ne vois pas où serait le transfert ; l’appeler un nombre est évidemment insuffisant, un signe, trop général, ce n’est pas un sigle, plutôt quelque chose qui ressemble à un symbole ; et en tout cas c’est un élément qui bouscule la sacro-sainte règle de l’arbitraire du signe fondateur de la linguistique saussurienne. Pour illustrer cette relation arbitraire entre le signe et son sens, on donne souvent cet exemple : le mot chien n’aboie pas ; le mot 69 nous dit exactement le contraire, puisqu’il figure exactement ce qu’il veut dire. J’ai donc pensé à pornème, moitié pour rire moitié sérieusement, pour désigner ces morphèmes aux fonctionnements atypiques qui relèvent des réalités sexuelles, et pour faire écho à la « pornométrie » de Jean Véronis qui fera l’objet du prochain billet. Les dictionnaires de l’érotisme et de la pornographie traitent tous le pornème 69. Agnès Pierron l’inscrit par exemple en toutes lettres dans la rubrique « Jeux et sports » de son dictionnaire :

◊ 69 : position érotique dans laquelle chacun des deux partenaires peut avoir accès au sexe de l’autre.
Elle prend tout son sens quand on l’écrit en chiffres et non en lettres. Les partenaires se présentent couchés tête-bêche pour se caresser et se lécher.Ils se retrouvent tête à queue comme un 6 et un 9.
Si cette position est réalisée debout – l’un des deux partenaires devant être de petit gabarit – les Romains l’appelaient langue d’Hercule.
En 1945, à Montmartre, au Théâtre du Moulin Bleu, 42 rue de Douai, fut représentée une opérette : Les 6 dames du 9. Le 9 correspondant au numéro de la rue d’une maison close appelée une maison à gros numéro.
« 69, année érotique« , chante Jane Birkin, en plein parenthèse enchantée (les années 1970).
Un festival du film érotique, en 2009, a pris cette psotion comme titre de  la manifestation.
♦ Équivalents : tête-bêche ; bout-ci, bout-là.
◊ Faire 69 : mettre en pratique la position tête-bêche.
« J’ai regardé aujourd’hui de jolies libellules de couleur turquoise voler en faisant l’amour, le derrière de l’une sur la tête de l’autre, quelques-unes même font 69 et volent ainsi doubles en forme de cœur […] » (Apollinaire, Lettres à Lou, 1914).
♦ Équivalents : s’attabler au festin, être à table ensemble (Dictionnaire des mots du sexe, 2010).

Ce qui est intéressant dans cette définition, c’est une sorte de mise en abyme (effet vache qui rit… Patrizia c’est pour toi) des expressions : tête à queue et tête-bêche reformulant 69 de manière explicative ; je note aussi le très joli bout-ci, bout-là et j’invite les lecteurs à installer désormais cette expression dans le langage sexuel de leurs vices inesthétiques…

Du coup, j’ai cherché d’autres chiffrages et siglaisons, qui ne sont cependant pas aussi nombreux que les milliers de mots érotiques enregistrés par les dictionnaires. Il n’y a pas, me semble-t-il, d’autre nombre, Pierre Guiraud signalant dans son Dictionnaire érotique, sans autre détail, que « l’on a récemment lancé – sans succès semble-t-il – l’expression 99 » (2006). Il date 69 du milieu du XIXe s., en citant ces vers d’une chanson anonyme : « Soixante-neuf et son vit se redresse / Soixante-neuf ferait bander un mort ». En revanche, il existe plusieurs sigles, qui ont des fonctionnements intéressants, en particulier sur le plan de leur transfert de l’anglais au français et de leur intégration rapide dans la morphologie du français.

Sigles, pratiques et catégories

Les sigles ne figurent pas dans les dictionnaires, sauf exception comme CDI, et il faut fréquenter de bien mauvais lieux pour en faire la cueillette. Comme la page 41 (le maquettiste a raté quelque-chose, là…) du dernier numéro de Sciences humaines consacré aux « Vies numériques » signale que 12% de tous les sites du web sont pornographiques, et que 25% des recherches effectuées le sont aussi, le chercheur en linguistique a devant lui non pas un terrain, mais une planète entière où recueillir son corpus. Je me suis contentée d’observer les listes de catégories attribuées aux photos et videos pornographiques sur quelques sites (une dizaine), et j’ai vite récolté des sigles partagés à peu près par tous, qui, entrés sur un moteur de recherche, ont à leur tour fourni des énoncés où j’ai pu observer des usages. Voici quelques exemples.

Pornèmes français

CDI. Agnès Pierron donne ce sigle avec le sens de « Coït à Durée Indéterminée », invention récente, précise-t-elle, d’après des informateurs de Pierre Perret dans Le parler des métiers. Je ne le connais pas et j’avoue qu’une recherche sur le web n’a rien donné. Wikipedia, qui a une très bonne banque de sigles, donne exactement 20 élucidations de CDI mais pas de coït à l’horizon.

X et .xxx. La lettre X ne constitue par un sigle puisqu’elle ne réduit pas de mot dont elle serait l’initiale, et le suffixe .xxx non plus. Dans un billet de la rubrique « En français dans le net » de Rue89, journal qui reprend un peu la tradition de la rubrique de langue des grands quotidiens français, Sylvianne Rémi-Giraud, linguiste de l’université de Lyon 2, propose une origine de cet usage : elle explique que depuis le XVIIe siècle, la lettre sert à nommer ce que l’on ne peut identifier et que la pornographie, moralement et socialement « innommable », reçoit par conséquent le même type de désignatif. En fait, il semble plutôt que ce soit la législation américaine des années 1960, qui distingue les catégories G (« General audiences »), M (« Mature audiences »), R (« Restricted ») et X (films interdits aux moins de 17 ans), qui soit à l’origine de la transformation du X en pornème. Mais le choix de cette lettre reste mystérieux et plusieurs hypothèses sont faites, sans que l’une d’elle n’emporte vraiment l’adhésion. En tout cas, le nom de domaine .xxx en fait usage, et plutôt trois fois (X ?) qu’une. On trouvera des informations sur ce choix sur Post-Ô-Porno !, site de réflexion et d’information queer, qui propose une documentation intéressante.

Pornèmes anglais

BDSM. Au départ, BDSM est un sigle en anglais qui s’élucide comme suit : « Bondage and Discipline, Dominance and Submission, Sadism and Masochism« . Quatre lettres, mais six mots, c’est donc une construction particulière : ce n’est pas en effet un sigle classique élaboré avec toutes les initiales des mots réduits, mais un sigle emboîté, le D de domination étant emboîté dans celui de discipline et le S de soumission se confondant acec celui de sado. En français, il s’élucide de la manière suivante, par la procédure du calque, les mots ayant des formes équivalents à celles de l’anglais (bondage ayant été intégré directement au français par emprunt) : « Bondage et Discipline, Domination et Soumission, Sado-Masochisme ». Le pornème s’est donc transporté presque intact de son terreau d’origine américain (les communautés sado-masochistes de San Francisco) à la France des années 1990. Il s’emploie comme un nom masculin (le BDSM, du BDSM), souvent en apposition (portail BDSM, site BDSM, boutique BDSM) et l’on trouve également beaucoup d’usages en tant qu’adjectif (pratiques BDSM, enfer BDSM, soirées BDSM). Mais il s’agit là de bien plus qu’un simple sigle qui ne désignerait que des pratiques sexuelles : on a affaire à une véritable sub-culture, dont on aura un aperçu dans cet article bien documenté du WP américain (qui nous fournit cependant un indice de prévalence de 5 à 25% de la population aussi fantaisiste qu’amusant) et sa version française, ainsi que dans cette riche page « catégorie« . De nombreux chercheurs se sont intéressés au BDSM (G. Deleuze, M. Foucault, G. Rubin, M.-H. Bourcier), de nombreux écrivains s’y sont essayés (M. Cholodenko, H. Guibert, P. Reage) et les éditions de la Musardine proposent plusieurs ouvrages sur la question (voir références). L’univers BDSM compte également quelques grands photographes comme R. Mapplethorpe (on ne se lasse pas de Patti Smith au radiateur…) et H. Newton.

MILF. Moins riche tant sémantiquement que sémiotiquement, le tout récent MILF. En anglais, la MILF désigne la Mother I’d Like to Fuck, élégante manière de décrire le désir sexuel de jeunes (ou moins jeunes) gens pour les femmes mûres ou « matures », comme disent les sites porno. L’article MILF de WP nous apprend que le sigle, popularisé par le film American Pie (ne pas rater cette « Milf scene ») à la fin des années 1990, a tenté une traduction française en MBAB (« Mère bonne à baiser ») mais que l’anglais s’est finalement imposé. J’ai relevé en effet plusieurs énoncés en français comportant MILF, rapidement acronymisé : à la différence d’un sigle, un acronyme est une suite de lettres qui peuvent être prononcées à la manière d’un mot, suivant l’enchaînement voyelle-consonne typique du français, ce qui se marque souvent par la mise en minuscule. Par exemple ces titres de billets sur différents blogs : 

– La milf, un « stéréotype sexiste » qui « manque de poésie » (Rue69, juin 2011)
– A bas la fête des Mères, vive la fête des « Milfs » ! (Rue69, mai 2011)
– Milfs et cougars : la différence (meltystyle.fr, juillet 2010)
– La milf expliquée par une blogueuse (Choses vues, août  2009)
– On ne se méfie jamais assez d’une milf (Les perles du chat, juillet 2009).

Milf désigne donc à la fois une femme d’un certain âge (je préfère ne pas m’appesantir sur ce détail désespérant puisque, pour certains post-ados, la femme devient milf à moins de trente ans) et une catégorie pornographique.

BBW. Il signifie Big Beautiful Woman et désigne, comme milf, à la fois une catégorie pornographique, correspondant au choix d’une partenaire à (très) forte corpulence, et une femme particulièrement charnue. Les BBW ont une page facebook créée par un homme, dont le mur est assez intéressant, loin des commentaires « bruts » que l’on pourrait s’attendre à y trouver. Comme milf, le terme s’est installé en français, avec la même variation minuscule/majuscule, comme le montrent les exemples suivants :

– Messieurs seriez vous près à payer pour aller dans un salon de massage où les hôtesses seraient toutes des bbw ? (www.vivelesrondes.com)
– Velvet, une BBW accomplie (missrondes.blogspot.com)
– C’est quoi une bbw pour vous ? (apple-aisuru.forumactif.fr)

Sur ObNet, site entièrement dédié à l’obésité, on trouve même une catégorisation complexe qui distingue les MSBBW, BBW et SSBBW, et qui nous apprend que les amateurs sont des FA (« Fat Admirers »). Les sigles ont leurs équivalents masculins : les BHM sont des Big Handsome Men (avec les sous-catégories MSBHM et SSBHM), les amatrices d’hommes corpulents étant des FFA (Female Fat Admirers). Mais parmi toutes ces catégories, il semble que seule BBW soit réellement un pornème, désignant une catégorie pornographique.

POV. POV veut dire Point Of View, c’est une expression qui désigne à l’origine une caractéristique du journalisme gonzo, c’est-à-dire entièrement subjectivisé. POV est une catégorie pornographique qui rassemble films et photos de relations sexuelles vues à travers les yeux de l’un des partenaires (dans le porno hétérosexuel, essentiellement l’homme). « Qu’est-ce que le P.O.V. (Point Of View) ? Des scènes tournées avec la caméra subjective – le spectateur voit l’action au travers des yeux de l’acteur », nous explique le site ecranlarge.com. On parle alors de pornographie gonzo, dans laquelle les scènes sont généralement tournées en caméra portée. Contrairement aux sigles précdents, POV désigne donc purement une technique de tournage, mais sans contenu porno particulier, qui finit cependant par constituer une catégorie pornographique.

Cryptés, ces pornèmes ? je ne pense pas. Euphémistiques ? je ne pense pas non plus. Ils fonctionnent plutôt comme des désignations partagées par les milieux du X, les amateurs de pornographie et… les pornolinguistes. La semaine prochaine, je dialoguerai virtuellement avec Jean Veronis pour savoir s’il existe une définition quantitative de la pornographie.

Références

Cousin P., 2000, L’Encyclopédie du sadomasochisme, Paris, La Musardine.
Guiraud P., 2006, Dictionnaire érotique, Préface d’Alain Rey, Paris, Payot.
Pierron Agnès, 2010, Dictionnaire des mots du sexe, Paris, Balland.
Streff J., 2002, Les extravagances du désir, Paris, La Musardine.

Crédits

1. « Faune et satyre », photographie de Karl Lakolak, 2011.
2. « Étude pour un esclave rouge », photographie de Karl Lakolak, 2011.
Un immense merci à Karl Lakolak de m’avoir autorisée à publier ses photos pour cette série. On peut retrouver l’œuvre de l’artiste, photos, écrits, peintures et performances, iciici et ici. On pourra lire aussi son ouvrage Érographies d’incorporelles qui associe à ses photographies des textes sur le corps et le désir.

Mardi 2 août. Signes, sexe and linguistique 3. La pornométrie est-elle une science exacte ?


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. merci pour la citation !
    mais le plus intéressant est la
    http://www.apple-aisuru.com/t148-pourquoi-aimer-les-rondes

    et vivelesrondes.com est un site de mode grande taille, pas une maison close 😛

  2. Mon nom est Saucisse dit :

    Bonjour,

    très intéressant tout ça !

    Mon expérience d’étude de la pornographie à l’université (Master d’Histoire) me fait dire que si le champ n’est pas condamné, et est même accepté, il n’en reste pas moins que les ricanements qui suivaient chaque annonce de mon sujet. Tabou ou sordide ? Je n’ai jamais vraiment réussi à donner un sens à ces ricanements (à noter que les profs, eux, n’ont jamais exprimer cela)
    Anne-Marie Sohn, que j’ai eue en cours, nous a dit qu’une fois, en postulant à un poste, un membre du jury de recrutement avait eu l’air choqué d’entendre son prochain sujet d’étude, la sexualité.
    Voilà pour l’expérience.

    Les sigles : il me semble en manquer un, important : BBC (Big Black Cock) L’apparition des sigles ne prouverait-elle pas que les objets qu’ils désignent sont fétichisés ?

    Un usage que je trouve intéressant d’un euphémisme qui n’en est pas :
    chez Sexactu (http://www.sexactu.com/2011/06/07/comment-epouser-un-millionnaire-et-autres-liens/).
    « – Vous avez une petite bip ? »
    Ailleurs sur ce même site : « bip décorée », « bip tordue », « taille de leur bip », « une photo de ta bip sur facebook”.
    Ce bip est si bien trouvé. J’aimerais beaucoup entendre votre analyse sur ce bip 🙂

    • Marie-Anne Paveau dit :

      chère saucisse, merci de votre commentaire, auquel il manque un nom : vous citez nommément anne-marie sohn, je ne cache rien de mon identité, et cette saucisse, si bien appropriée au thème, ne me le semble pas à la conversation qui fait le fond du blogging : dites-moi à qui je parle, et conversons !

  3. Dalila dit :

    Un lien qui nous amène à nous demander si Finkielkraut et un de ses amis n’ont pas inventé quelque chose (d’un point de vue conceptuel, bien sûr): http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/07/alain-finkielkraut-nous-offre-des.html

  4. Stéphanie Messal dit :

    Encore un superbe billet.
    Alors comme je connaissais déjà les sigles, je n’ai appris que quelques subtilités de plus, mais j’aime beaucoup le ton du discours.

    Concernant les « MILF » et les fameux « MILF Hunter » (c’est comme cela qu’ils se qualifient : j’ai croisé quelques chasseurs au cours de soirées festives), il faut préciser que les puristes tiennent à ce que ces femmes soient mères avant tout. Mother, mère, maman ! Je me demande si ces jeunes ne sont pas en quête d’une mère de substitution mais le goût du défi est si présent dans leur discours que des fois, je prends peur en imaginant le visage de leur mère à la place de ces femmes. >_< D'ailleurs, en général dès que vous abordez le sujet de leur mère, ils coupent court à la conversation. Véritable paradoxe quand on sait que leur mère pourrait aussi être une "MILF" pour un autre chasseur. Après, il y a ceux qui sont plus laxistes dans le terme et qui acceptent les femmes dites d'âge mûr même sans enfant. C'est pour ça que le terme a aussi évolué dans ce sens.

    Pour les xxx ! Une anecdote simple : les bisous par sms ! Avant c'était "XoXo" en anglais (pour faire référence au son "ks" à la fin de "smacks") et puis en français les bisous se sont vite retrouver avec un x au pluriel (un mix entre le français et l'anglais). Et au final, "bisoux" a pris 3 x comme ceci "bisouxxx", comme si on voulait signifier la profusion de baisers. Et ensuite pour aller plus vite les "xxx" suffisaient pour être compris de tous. Moi, la première j'en use et abuse dans mes sms et autres messages instantanés. Le choix vient peut-être de là. Mais je n'affirme rien, ce n'est qu'une hypothèse. :^)

    En tout cas merci encore pour ce texte, j'ai passé un agréable moment.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oh comme c’est agréable de discuter avec une connaisseuse, toute misanthropologue soit-elle… cette histoire de milf est bien intéressante, à tous les plans : sexuel, sociologique mais aussi sur la construction des catégories de femmes et de partenaires – il y a pas mal d’énoncés qui comparent « milf » et « cougar », et ça rejoint ce que tu dis : la milf est mère et en général mariée (c’est mieux s’il y a les deux), la cougar est une sorte de célibattante mangeuse de jeunes hommes – dans les deux cas, elles initient et détiennent, dans les discours en tout cas, des compétences en matière sexuelle : je pense que « maternel » est plutôt là, du côté de l’expérience – un des prototypes étant Mrs Robinson – mais je suppose aussi que nos jeunes gens se débattent dans des rapports compliqués avec leurs mères, ce qui est finalement notre lot à tou.te.s… sur xxx, cette brûlante lettre est décidément à creuser, elle a de multiples usages, merci pour le corpus !

      • Stéphanie Messal dit :

        D’ailleurs en y repensant avant de m’endormir (oui comme tout le monde, je pense beaucoup avant le sommeil), plus que « smacks » c’est de « kiss » qu’il faut partir. Prononcé rapidement « kiss » a des airs de « x ».
        De plus, pour reprendre votre sujet sur le symbole, dans ce sens, on considère qu’il représente les 4 lèvres qui se rencontrent ou par extension le contact du baiser.
        Dans « xo », le o représente l’étreinte. Même principe que pour « kiss » on cherche une lettre dont la phonétique se rapproche aisément. « Hold » (ou « hugs ») est donc devenu un « o » pour cette raison mais aussi pour représenter les deux bras de chaque partenaire. Ils se rejoignent et s’étreignent : c’est une sorte de communion.
        Donc au choix « x » ou « xo » selon qu’on embrasse seulement ou qu’on y rajoute un câlin. Et plus ils sont nombreux, plus ils engendrent la marque de l’affection pour l’autre.
        Il est aussi important de noter le choix du minuscule ou majuscule. Ceci renforce encore la puissance du geste.

        Je me dis que la syntaxe du langage a évolué avec les nouveaux outils technologiques. Il faut se rappeler qu’au début de l’aire des téléphones portables, les forfaits SMS et leur nombre de caractères illimités n’existaient pas vraiment. Cela coutait assez cher même et il était laborieux de rédiger un message. De ce fait, il a fallu trouver une nouvelle façon d’écrire, plus phonétique, le mot réduit à son plus simple sens, à son essence, si je puis dire.

        Je me suis souvenue de cela hier : plus jeune j’avais posé la question à des amis car je ne comprenais pas le « X » à la fin des messages. Et ce matin, j’ai farfouillé sur le net pour rafraichir ma mémoire. C’était donc bien ça. Sur certains sites, ils font des rapprochements avec le signe de croix et le baiser sur la bible : ce serait un signe d’honnêteté mais là, j’émets des réserves… à voir !

        Je conclue donc sur mes souvenirs d’adolescente dont je suis plus sûre. :^)

  5. Camille dit :

    Ben si j’avais pensé en créant Rue69 que ça participerait d’un si joli billet avec création de mots et tout!

    • Marie-Anne Paveau dit :

      et moi si j’avais pensé que je deviendrais une fidèle lectrice de Rue69, avec ou sans Camille69… longue vie au blog tête-bêche !

  1. 22/07/2011

    […] Signes, sexe and linguistique 2. 69, X, BDSM : des crypto-pornèmes ? | La pensée du d… Savez-vous compter jusqu’à 69 ?L’idée de travailler sur les sigles et symboles pornographiques m’est venue à la lecture d’un article sur l’euphémisme, dans le cadre de mon travail sur les rapports entre langage et morale. Dans le très sérieux « Stratégies rhétorico-pragmatiques de l’euphémisme dans le discours publicitaire », M. Bonhomme et A. Horak mettent en lumière la double fonction de l’euphémisme, qui possède « deux stratégies complémentaires : d’une part, sa stratégie d’atténuation dans la référence à certaines réalités (plan tensionnel) ; d’autre part, sa stratégie de mélioration de ces mêmes réalités (plan axiologique) » (2009 : 52). (…) Source: penseedudiscours.hypotheses.org […]

  2. 25/07/2011

    […] 5. Le pornème. […]