Signes, sexe and linguistique 1. Les dictionnaires savent-il parler de sexe ?

Avertissement : ce billet contient des images, textes et liens qui peuvent être considérés comme pornographiques.

Karl Lakolak. Étude pour Lucrèce et Tarquin, détail

Dans le premier chapitre de la célèbre étude qu’il consacre à la littérature pornographique, Jean-Marie Goulemot rappelle que dans le discours érotique ou pornographique, n’importe quel mot peut être érotisé : « […] dans les textes grivois et nombre de plaisanteries lestes, comme l’on disait dans l’entre deux guerres, ou dans certains jeux d’adolescents, tout mot peut s’érotiser au point que rien n’y est innocent ou neutre » (1994, p. 19). Et de citer le fameux faire catleya d’Un amour de Swann, mot de passe amoureux établi entre Swann et Odette :

 

De sorte que, pendant quelque temps, ne fut pas changé l’ordre qu’il avait suivi le premier soir, en débutant par des attouchements de doigts et de lèvres sur la gorge d’Odette et que ce fut par eux encore que commençaient chaque fois ses caresses ; et bien plus tard, quand l’arrangement (ou le simulacre rituel d’arrangement) des cattleyas fut depuis longtemps tombé en désuétude, la métaphore « faire cattleya » devenue un simple vocable qu’ils employaient sans y penser quand il voulaient signifier l’acte de la possession physique – où d’ailleurs l’on ne possède rien – survécut à leur langage, où elle le commémorait, à cet usage oublié (Proust, Un amour de Swann).

C’est donner à l’érotisation une dimension pragmatique, c’est-à-dire attribuer aux mots un effet dans le réel de l’interaction, ce qui n’est pas une nouveauté langagière puisque que l’insulte possède aussi cette propriété : on sait que n’importe quel mot peut être chargé d’une valeur insultante, et vice versa d’ailleurs, et qu’il suffit de préfixer un mot de la forme « espèce de » pour qu’il soit chargé de valeur négative (« espèce de médecin »), et au contraire d’utiliser un mot en principe marqué péjorativement dans un contexte bienveillant ou flatteur pour en inverser la valeur (« mon petit bandit »). Tout le vocabulaire d’une langue serait-il alors potentiellement érotique ou pornographique, « sexualisable » ? Cette question complique un peu la question des « mots du sexe » ou des « mots érotiques », catégorie qui organise un peu platement nombre de dictionnaires, mais qui est pour le moins hétérogène, et dont les frontières sont plus que floues.

Qu’est-ce qu’un mot érotique ?

Que serait donc un mot érotique ou pornographique ? Dans la présentation du Dico de l’amour et de la sexualité qu’elle a rédigé avec Jean-Jacques Santiveri, Anne Débarède propose spontanément les trois catégories de mots suivantes :

Ceux qui désignent objectivement l’anatomie. Sans émotion et sans romantisme. Ceux qui évoquent les organes sexuels ou les pratiques amoureuses de façon rigolarde, parfois vulgaire, mais qui parlent à nos imaginations et sont surtout tellement plus proches de nos expériences intimes. Ceux, enfin, grâce auxquels les êtres humains s’avouent qu’ils se plaisent, se désirent, s’aiment, se haïssent, se font plaisir ou souffrir, éprouvent du mal à se dire… ce qu’ils voudraient se dire, autrement dit, les mots d’amour.

Alors évidemment, devant le fantasme de l’objectivité dénominative si souvent poursuivi par les auteurs de dictionnaires non savants comme par les spécialistes d’ailleurs, on peut sourire. Mais on comprend qu’il y a bien sûr un stock de mots « anatomiques ». Qu’ils soient « sans émotion et sans romantisme », c’est aux usagers d’en juger : dans certains contextes, les mots vagin, pénis, aréole, testicules et anus peuvent contribuer à des effets d’excitation sexuelle, c’est même certain. « De façon rigolarde », désigne en fait le stock le plus important des mots de la sexualité, c’est-à-dire les désignations figurées, essentiellement par métaphore, comme le montre bien le Dictionnaire des mots du sexe d’Agnès Pierron, entièrement organisé par chapitres thématiques, ou par codage crypto-morphologique, comme X, 69 ou BDSM (qui feront l’objet du prochain billet). Mais là encore, il est bien difficile de distinguer les dénominations directes des désignations imagées, tout simplement parce que la dénomination elle-même est un acte culturel et social, que la métaphore nous est naturelle et qu’il n’y a pas de correspondance exacte et directe entre le mot et la chose.

Donc ces trois catégories, qui ont le mérite de clarifier notre appréhension du lexique du sexe, sont bien poreuses. Dans un ouvrage qui vient de paraître, L’éthique de la sexualité, Norbert Campagna donne des exemples intéressants de distinction entre deux manifestations de la sexualité, l’une qui relève de l’acte sexuel, et l’autre qui relève du domaine du sexe au sens large. Il définit d’abord la notion d’acte sexuel par celle de plaisir sexuel :

Comment définirons-nous alors un acte sexuel ? Je propose d’en donner la définition suivante : un acte est sexuel dès lors qu’il vise à faire éprouver du plaisir sexuel, que cela soit chez la personne qui accomplit l’acte ou chez une autre personne, devant laquelle ou pour laquelle on accomplit l’acte en question (p. 32-33).

Mais un acte qui met en jeu les organes sexuels sans avoir pour objectif de faire éprouver du plaisir sexuel ne relèvera pas de l’acte sexuel. N. Campagna donne l’exemple de l’avortement ou de l’examen gynécologique, qui ne sont pas des actes sexuels car ils ne produisent pas de plaisir sexuel. Et les dictionnaires témoignent de la frontière bien mince entre ces deux acceptions de « sexuel ». Agnès Pierron, qui place clairement son dictionnaire du côté du plaisir sexuel, y fait cependant figurer, dans le chapitre « Artisanat et métiers », l’entrée avocat, qui désigne « un enfant mort à la naissance ou peu après ». Elle explique que le mot vient du fait que l’enfant « est censé aller au ciel demander à ce que ses parents se fassent pardonner pour avoir commis le péché de chair » en s’appuyant sur un extrait de Théophile Gautier. On se demande un peu ce que fait cette entrée dans le dictionnaire, placée entre « Attirail » (Avoir l’attirail à la redresse : bander) et Baiser et son paradigme (baiser à blanc, baiser en levrette, baiser à la Florentine, baiser en pigeon).

On comprend donc que ces « mots du sexe » apparemment si faciles à repérer se construisent en contexte de manière plus complexe, et qu’en cette matière comme en d’autres, savoir ce que l’on dit est une présomption illusoire.

Comment les dictionnaires parlent-ils de sexe ?

Les dictionnaires constituent un discours parmi d’autres sur la langue, qui n’est ni vrai ni faux mais soumis aux circulations idéologiques de la société. C’est une affirmation qui étonne souvent les usagers de ces ouvrages qui semblent être dépositaires d’une loi de la langue, mais le dictionnaire est essentiellement un prescripteur, qui dit quel sens l’on doit donner aux mots, et qui oriente la circulation des significations par le choix des entrées, le jeu des renvois et le répertoire des exemples. Il y a eu à partir des années 1980 des travaux sur la manière dont les dictionnaires courants construisaient les genres et les sexes, en particulier les recherches d’Alise Lehmann, qui a consacré sa thèse au traitement de la sexualité dans le Petit Larousse au 20e siècle. Dans plusieurs articles, elle montre que le Petit Larousse évolue notablement entre 1906 et 1980 : partant d’une situation où le sexe féminin est minoré et presque invisibilisé par la présence d’une pléthore de termes désignant les organes génitaux de la femme (paradoxe apparent), ce qui exprime une forte censure pesant sur la rédaction des dictionnaires, le Larousse, dictionnaire le plus populaire en France, s’adapte aux évolutions sociales pour arriver à une représentation à peu près équilibrée des deux sexes.

Jacqueline Feldman, physicienne venue aux sciences humaines et en particulier à la questions des savoirs profanes et savants, et militante féministe de la première heure (MLF) a mené elle aussi des recherches sur le sexe et le sexisme dans le Petit Larousse, et résume ainsi la situation dans son ouvrage La sexualité du Petit Larousse paru en 1981 : « Le Petit Larousse, né en 1906, a dû attendre l’âge de soixante-dix ans pour connaître la masturbation ».

À côté des dictionnaires courants, ont fleuri depuis longtemps des dictionnaires spécifiques. Les deux grands classiques des mots du sexe sont celui d’Alfred Delvau en 1867 et de Pierre Guiraud en 1978. Celui de Guiraud (7.000 mots) a été réédité et augmenté deux fois (1995 et 2006) et l’an dernier est paru, sous la plume féminine d’Agnès Pierron, un nouvel opus intitulé Dictionnaire des mots du sexe auquel je me réfère ici (4.000 mots). Son organisation thématique ne permet pas de chercher les noms de telle partie du corps ou de telle pratique, mais soumet le lecteur à des angles, comme celui de l’artisanat, de la culture, des couleurs et du domaine militaire. Quelques exemples :

 

 

Artisanat

Carrelage. Refaire le carrelage du bois de Boulogne : être une bonne fellatrice ou un bon branleur.
Pince-Monseigneur : pénis. Ainsi appelé parce qu’il ouvre toutes les portes, défonce toutes les serrures, comme un voleur.

Culture

Cassette. Être à bande et à cassette : être bisexuel(le), dans le milieu de la prostitution.
Hercule. Position érotique plutôt acrobatique, voire athlétique. Mieux vaut, pour l’homme, être taillé en hercule, le dieu qui sort victorieux des combats [je renvoie les lecteurs à l’ouvrage pour les détails pratiques].
Stradivarius. Une femme à la sensibilité érotique particulièrement développée.

Couleurs

Rouge
Traverser la mer Rouge : coïter pendant les règles
Le rouge et le noir : le sexe de la femme
Rougir de plaisir : jouir
Aimer la culotte rouge : aimer les militaires
Un rouge goujon : dans le vocabulaire de l’homosexualité, un pénis menteur ; il se fait passer pour actif, puis il oblige son partenaire à le sodomiser (François Villon, XVe siècle).

Métaphores militaires

Présenter les armes : être en érection
Enfoncer la barricade : pénétrer une femme
Les campagnes : le nombre d’amants d’une femme (la campagne d’Égypte, la campagne d’Italie)
Le faire à la grenadier : faire l’amour debout

On comprend bien qu’il ne s’agit pas de simples désignations, mais bien de la construction de véritables univers sémantiques. Les exemples cités constituent plus des interprétations de la sexualité que de simples dénominations, dont la dimension humoristique ne doit pas cacher les significations culturelles et sociales.

Pour conclure, il faut souligner une caractéristique de l’usage du lexique érotique ou pornographique, là aussi partagée avec l’insulte : l’usage des mots du sexe fait autant de place à leur forme qu’à leur sens. Je veux dire que le vocabulaire érotique ou pornographique produit ses effets d’excitation sexuelle non seulement à partir des significations des mots, mais aussi de leur prononciation et de leur mise en discours, de leur matérialité. C’est sans doute la raison pour laquelle le sexe se dit, ou se chante, souvent en liste et en litanie. La comédienne Clotilde Courau a récemment remis à l’honneur la célèbre chanson de Colette Renard qui décline les mille et une manières de « baiser, tout simplement » ; un des plus célèbres blogs érotiques, celui d’Anne Archet, Lubricités, propose des exercices de diction, des mots croisés, et des exercices langagiers divers à partir d’un vocabulaire (très très) sexuel ; et son compte Twitter (@annearchet) utilise habilement la forme brève pour décliner des énoncés pornographiques à la forme répétitive qui sont bien loin du gentil « gazouillis » du petit oiseau bleu.

Le plaisir sexuel est un plaisir oral ; on le savait déjà mais autant en avoir donné des preuves par la langue.

Références

Campagna N., 2011, Éthique de la sexualité, Paris, La Musardine.
Debarède A., Santiveri J.-J., 1998, Le dico de l’amour et de la sexualité, Paris, Seuil, Les Dicos de Point-virgule.
Delvau A., 1867, Dictionnaire érotique moderne, Karl Schmidt, Bâle.
Feldman J., 1980, La sexualité du Petit Laroussse ou le Jeu du dictionnaire, Éditions Tierce.
Feldman J., 1981, Le jeu du dictionnaire. Sexualité et sexisme du Petit Larousse, S.C.E./L’étincelle, Montréal.
Guiraud, P., 1978, Dictionnaire historique, stylistique, rhétorique, étymologique de la littérature érotique. Précédé d’une introduction sur les structures étymologiques du vocabulaire érotique, Paris, Payot (collection Langages et sociétés).
Guiraud P. 1993, Dictionnaire érotique, Paris, Payot.
Guiraud P., 2006, Dictionnaire érotique, Préface d’Alain Rey, Paris, Payot.
Lehmann, A., 2009, « L’évolution culturelle du Petit Larousse : l’exemple de la sexualité », dans Pruvost J., Guilpain-Guiraud M. (dir.), Pierre LAROUSSE Du Grand Dictionnaire au Petit Larousse, « Actes du Colloque International, Toucy, 26-27 mai 2000, Paris, Honoré Champion Editeur, p. 223-239.
Lehmann, A., 1980, « Le féminin dans le Petit Larousse illustré de 1906 à nos jours », dans Chevalier J. et al. (dir), Discours et idéologie, Paris, PUF.
Landes (de), Louis, 2004 [1861], Glossaire érotique de la langue française : Depuis son origine jusqu’à nos jours contenant l’explication de tous les mots consacrés à l’amour, Les Editions de Paris-Max Chaleil ; Édition : Reprod. en fac-simile.
Pierron Agnès, 2010, Dictionnaire des mots du sexe, Paris, Balland.

Crédits

1. « Étude pour Lucrèce et Tarquin », détail, photographie de Karl Lakolak, 2011.
2. « Étude pour le laboratoire du désir », photographie de Karl Lakolak, 2011.
Un immense merci à Karl Lakolak de m’avoir autorisée à publier ses photos pour cette série. On peut retrouver l’œuvre de l’artiste, photos, écrits, peintures et performances, iciici et ici. On pourra lire aussi son ouvrage Érographies d’incorporelles qui associe à ses photographies des textes sur le corps et le désir.

Mardi 19 juillet. Signes, sexe and linguistique 2. 69, X, BDSM : des crypto-pornèmes ?


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Serge LEFORT dit :

    À signaler aussi : MONTREYNAUD Florence, Appeler une chatte… Mots et plaisir du sexe, Calmann-Lévy, 2004