Sociolexicologie de la femme (toute) seule


Toute seule comme une grande

J’ai accumulé au cours des années un assez grand nombre d’énoncés qui décrivent comme spécifiques voire un tantinet anormales des situations où des femmes sont seules, dans des activités très diverses comme les voyages, les loisirs, les transactions immobilières, les travaux dans les appartements, etc. C’est un réservoir de réflexion et de conversations sur l’inépuisable thème de la norme, cette énorme norme, sorte de monstre dévorateur auquel à peu près rien n’échappe dans la société humaine, et, impression personnelle non vérifiée, particulièrement dans la nôtre.

Mais hier, j’ai entendu quelque chose qui m’a fait immédiatement dégainer mon carnet et donné envie de rédiger un billet. Arrivée vers 13h00 dans une petite crêperie bretonne, je m’assieds à une table pré-dressée de deux couverts (évidemment, je n’ai jamais vu une table avec un seul couvert dans une brasserie ou un restaurant, où que ce soit) et la serveuse qui m’apporte la carte me dit, très gentiment et avec un grand sourire : « Toute seule comme une grande ?« . Celle-là, on ne me l’avait encore jamais faite et pourtant ma liste est longue. Un peu estomaquée, j’ai quand même eu le réflexe de répondre en plaisantant : « Oui, comme une grande, une très grande même« . C’était parfaitement idiot, mais au moins c’était une réponse. Je ne sais pas comment interpréter ce « toute seule comme une grande », qui met en jeu une expression lexicalisée concernant en principe les petites filles : authentique remarque maternaliste qui considère que toutes les femmes sont toujours un peu des mineures et qui s’étonne donc avec une légère pointe d’admiration d’en voir une accomplir l’exploit (!!) de déjeuner seule ? Ou (ex)pression de la norme, qui décidément ne peut pas faire entrer « la femme seule » dans ses toutes-puissantes frontières et qui ironise sur les pauvres inconscientes qui auraient l’intention de les ignorer ? (Je laisse de côté l’hypothèse de la projection car sans aucune information sur la personne en question, je ne peux rien en dire). Je ne sais pas, mais ce que je sais, en tout cas, c’est qu’un homme ne recevra jamais cet énoncé : « Tout seul comme un grand« , possible sur le plan morpho-lexicologique, est tout simplement improbable sur le plan socio-discursif, parfaitement contre-intuitif (si quelqu’un a une occurrence, je suis preneuse…).

En général, dans les restaurants, les serveurs, souvent des hommes, me demandent : « Vous êtes seule ? » ou « Vous êtes toute seule ? « Je réponds invariablement : « Oui je suis toute seule, comme vous dites« , en insistant sur le toute. Il existe une variante : « Un seul couvert ?« . Dans tous les cas, l’état de « singleton » (singletonne ?) est relevé, et constitue donc une sorte d’anomalie. On n’entendrait évidemment jamais : « Vous n’êtes que deux (ou trois, ou quatre)  ? » ou « Seulement deux couverts ? » et je n’ai jamais entendu un serveur ou une serveuse dire à un homme qui vient déjeuner ou dîner : « Vous êtes (tout) seul ?« .

Seul et tout.e seul n’ont pas le même sens : seul peut être simplement quantitatif alors que tout.e seul est qualitatif. Dans toute seule, il y a un côté Cosette, un soupçon de pitié, qui sont amenés par le contexte de la sortie au restaurant. Déjeuner ou dîner « toute seule » est forcément triste et interprété à partir du manque, ce qui nous ramène à l’indécrottable conception de la femme comme marquée par le manque : la femme est la créature à laquelle il manque quelque chose, et en particulier un phallus, bien sûr, comme le montrent bien un ensemble de représentations qui vont de l’anatomie (les travaux de Laqueur par exemple) à la psychanalyse (le concept de « jouissance pas-toute » de Lacan) en passant par le droit ou la sexualité. On imagine : la femme étant déjà marquée par le manque, celle qui dîne (toute) seule en rajoute quand même une sacrée couche. Dans d’autres contextes, comme celui d’une réalisation par exemple, même considérée comme appartenant au domaine féminin comme la couture, toute seule serait plutôt admiratif et valorisant : « Ton manteau, tu l’as fait toute seule ?  » est un énoncé qui décrit plutôt une expertise admirée.

Seule et toute seule sont donc des segments qui activent, dans certains contextes, des prédiscours liés au genre et à la condition féminine. Comme une grande intensifie singulièrement cette activation en insistant sur la dimension de la minorité ou même de l’infantilité. Tout cela est assez inoffensif, et sans aucune malveillance, contrairement aux discours sur les femmes qui ont circulé ces dernières semaines. Mais quand même, c’est agaçant.

Crédits
« Alone », Stéphane Antonini, 2007, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.

 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Stéphanie Messal dit :

    J’imagine que tu as du lire le livre de Jean-Claude Kaufmann, « La femme seule et le pince charmant ».
    Très intéressant et une autre façon de voir cet état de « solitude » Car oui seul(e) a à voir avec la solitude. Mais vivre seul(e), est-ce vraiment être seul(e) ? J.C. Kaufmann parle de vie en solo (comparée à la vie en duo « couple ») et je trouve que cette terminaison est plus juste.
    Vivre seul(e) n’est pas un état de solitude. On croise du monde partout : la famille, les amis, les collègues, les relations, les voisins, etc. Donc être en solo ne veut pas dire être en mono.

    « Toute seule comme une grande ! » > J’imagine que cela touche à l’enfance, tu sais, cette fameuse phrase magique des parents qui te disent : « c’est bien tu l’as fait toute seule comme une grande ! ». Comme si c’était une véritable prouesse que de pouvoir aller se rendre quelque part ou de faire quelque chose seul(e).
    « Vous êtes seule ? » ou « Vous êtes toute seule ? » > Ce genre de question suscite en moi deux types de pensée immédiate quand on me pose ce genre de question. La première, il pose la question, c’est normal, c’est son job. Il faut qu’il se renseigne pour pouvoir anticiper ses actions par la suite. La deuxième me pousse à vouloir répondre comme Bigard dans le fameux sketch des expressions : « Non, mon ami imaginaire est là et il attend que vous nous ameniez les cartes ! ». Mais après tout, comment le serveur pourrait savoir si l’on vient manger seul(e) ou si l’on est arrivé(e) en avance à notre rendez-vous.

    Comme tu le dis, tout est une question d’interprétation. Etre toute seule ne fait pas de soi une Cosette mais tout cela est bien évidemment une question de société. Toute notre société est formatée à un point ! Mais nous le savons bien. Une femme d’un certain âge ne peut plus être seule sans être regardée de la façon la plus pitoyable qui soit. C’est triste elle est seule… Mais si ce n’est pas de la pitié c’est alors de la suspicion « A ton avis, pourquoi elle est seule celle-là ? » Mais pourquoi ne pourrions-nous pas être heureux d’être seul ? En solo ou en duo, on a tous nos moments de joie et de peine. Sûrement que ces moments se situent sur d’autres plans mais ils existent !

    Nombre d’amis cherchent à me caser à tout prix ! Mais au secours ! Je suis très bien dans ma vie en solo. Je me sens parfois plus épanouie que certaines personnes qui cherchent à rentrer dans le moule de la société. Certains me taxent d’égoïste, d’autres me disent que je suis difficile ou chiante ! Mais rares sont ceux qui vont me dire « tu le vis bien » ou « tu as bien raison ». Pour la majorité, c’est triste ou c’est de ma faute. Ni l’un ni l’autre. C’est un choix dans lequel je me trouve très bien aujourd’hui. Je ne sais pas de quoi demain sera fait, mais aujourd’hui, c’est comme ça. Et alors ? Alors rien !

    Le côté « toute seule » me rappelle aussi cette chanson de J.J. Goldman : « elle a fait un bébé toute seule »… Je te laisse relire les paroles de cette chanson que je trouve terrifiantes, limitées, horribles !!! Quel cliché ! Une chanson vraiment réductrice au possible. On n’est pas ou tout seul, ou en couple ! Entre les deux, il y a profusion de situations.

    Merci pour ce billet !

  2. ALiCe__M dit :

    Bien d’accord avec la distinction « toute seule » et « seule », mais je dois dire que j’ai déjà entendu, au restaurant,la question posée à un homme « vous êtes seul ? », qui m’a semblé une question pratique, pour savoir s’il faut attendre qu’une autre personne le rejoigne ou si on peut lui donner la carte tout de suite.
    Quant à « toute seule comme une grande », c’est une manière maladroite d’entrer en contact, et de faire sourire. J’y vois une volonté aussi, bien sûr, de compenser la tristesse supposée (il est triste de manger seule)par une plaisanterie, qui relève aussi de l’expression toute faite.

  3. Yannick dit :

    Autre variante : vous êtes toute seule (malgré mon prénom, je suis une femme) ? Comment cela se fait-il ? Expérience vécue à deux reprises dans des restaurants, les serveurs étaient des hommes…

    • Marie-Anne Paveau dit :

      ah oui, merci c’est un bon écho à mes énoncés – reste à savoir exactement ce qu’il y a derrière ce « comment ça se fait » qui pointe une anormalité : pas normale qu’une femme déjeune seule comme femme ? pas normal qu’une femme qui-pourtant-ne-devrait-pas-être-seule-parce qu’elle-est-attirante déjeune seule ? en tout cas, pas bien normal cette affaire…

  4. Géraldine dit :

    Il arrive, aussi, voire surtout, que la présence d’une femme soit niée: http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/05/deux-journalistes-du-canard-enchaine.html

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui, c’est la version radicale dont l’actualité récente nous a malheureusement abreuvés, je ne connaissais pas cette brève, elle est exactement sur le modèle de la citation fameuse de lévi-strauss souvent citée par les féministes : « Le village entier partit le lendemain dans une trentaine de pirogues, nous laissant seuls avec les femmes et les enfants dans les maisons abandonnées. »

  5. Julien dit :

    C’est (comme toujours) très intéressant.
    Je n’ai pas d’attestation de « comme un grand », mais cela m’a fait penser à l’expérience que j’ai eue en passant, dans un supermarché, à une caisse « jeune maman » (panneau indiquant la priorité aux « femmes enceintes et jeunes mamans »), avec mon fils alors bébé (le panneau présente une femme avec une poussette). Devant le regard un peu étonné d’autres clientes, j’ai dû (ou me suis senti obligé de) commenter mon acte, en disant quelque chose du style « dommage que cette caisse ne soit pas aussi pour les jeunes papas », après quoi j’ai reçu toute la bienveillance des clientes. On joue probablement sur un domaine de stéréotypie proche, elle serait ici moins marquée et discriminante probablement, mais présente néanmoins, entre paternité (comme reconnaissance ponctuelle je dirais, qui se « teste »: la paternité c’est être père) et maternité (comme comportement jugé comme stéréotypique d’une femme, avec tout son lot de comportements censés être afférents). Je ne saurais en dire plus sur la justification de ces stéréotypes, qui ne doivent pas non plus minimiser la fatigue de la jeune maman après l’accouchement, mais je crois qu’ici il est bien question d’une doxa (un prédiscours?) bien plus banale, qui ressort dans ces énoncés du quotidien.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de cette réponse, qui pointe un stéréotype dans un autre domaine (dominique méda a écrit des choses intéressantes sur les moqueries voire la ridiculisation que subissent les hommes qui demandent un congé parental en france) – je note quand même qu’il y a un soupçon de défense dans la réponse, du type « mais nous aussi… » mais il est volontiers accepté !

  1. 23/07/2011

    […] Sociolexicologie de la femme (toute) seule : en manque et en minorité. Forcément. | L… J’ai accumulé au cours des années un assez grand nombre d’énoncés qui décrivent comme spécifiques voire un tantinet anormales des situations où des femmes sont seules, dans des activités très diverses comme les voyages, les loisirs, les transactions immobilières, les travaux dans les appartements, etc. C’est un réservoir de réflexion et de conversations sur l’inépuisable thème de la norme, cette énorme norme, sorte de monstre dévorateur auquel à peu près rien n’échappe dans la société humaine, et, impression personnelle non vérifiée, particulièrement dans la nôtre. Mais hier, j’ai entendu quelque chose qui m’a fait immédiatement dégainer mon carnet et donné envie de rédiger un billet. Arrivée vers 13h00 dans une petite crêperie bretonne, je m’assieds à une table pré-dressée de deux couverts (évidemment, je n’ai jamais vu une table avec un seul couvert dans une brasserie ou un restaurant, où que ce soit) et la serveuse qui m’apporte la carte me dit, très gentiment et avec un grand sourire : « Toute seule comme une grande ?". Celle-là, on ne me l’avait encore jamais faite et pourtant ma liste est longue. Un peu estomaquée, j’ai quand même eu le réflexe de répondre en plaisantant : « Oui, comme une grande, une très grande même« . C’était parfaitement idiot, mais au moins c’était une réponse. Je ne sais pas comment interpréter ce « toute seule comme une grande », qui met en jeu une expression lexicalisée concernant en principe les petites filles : authentique remarque maternaliste qui considère que toutes les femmes sont toujours un peu des mineures et qui s’étonne donc avec une légère pointe d’admiration d’en voir une accomplir l’exploit (!!) de déjeuner seule ? Ou (ex)pression de la norme, qui décidément ne peut pas faire entrer « la femme seule » dans ses toutes-puissantes frontières et qui ironise sur les pauvres inconscientes qui auraient l’intention de les ignorer ? Seul et tout.e seul n’ont pas le même sens : seul peut être simplement quantitatif alors que tout.e seul est qualitatif. Dans toute seule, il y a un côté Cosette, un soupçon de pitié, qui sont amenés par le contexte de la sortie au restaurant. Déjeuner ou dîner « toute seule » est forcément triste et interprété à partir du manque, ce qui nous ramène à l’indécrottable conception de la femme comme marquée par le manque : la femme est la créature à laquelle il manque quelque chose, et en particulier un phallus, bien sûr, comme le montrent bien un ensemble de représentations qui vont de l’anatomie (les travaux de Laqueur par exemple) à la psychanalyse (le concept de « jouissance pas-toute » de Lacan) en passant par le droit ou la sexualité. On imagine : la femme étant déjà marquée par le manque, celle qui dîne (toute) seule en rajoute quand même une sacrée couche. Seule et toute seule sont donc des segments qui activent, dans certains contextes, des prédiscours liés au genre et à la condition féminine. Comme une grande intensifie singulièrement cette activation en insistant sur la dimension de la minorité ou même de l’infantilité. Tout cela est assez inoffensif, et sans aucune malveillance, contrairement aux discours sur les femmes qui ont circulé ces dernières semaines. Mais quand même, c’est agaçant. Crédits : « Alone », Stéphane Antonini, 2007, galerie de l’auteur sur Flickr, CC. Source: penseedudiscours.hypotheses.org […]