Graphies-tis, discours graphiques

En septembre sortira le numéro 170 de la revue Le français aujourd’hui consacré à la graphie. Il parlera beaucoup de communication électronique, de ce que l’écran fait à l’écrit et réciproquement, mais aussi d’accent circonflexe, de prise de notes, de graphothérapie et de tag et de graffiti. En attendant d’en présenter le sommaire et le contenu détaillé sur “La pensée du discours” dans quelques semaines, j’en donne un petit aperçu en vous parlant des graffitis des rues des maraîchers et des Pyrénées à Paris (une sorte de teasing universitaire, en quelque sorte).

L'archigraffiti. Rue des Pyrénées, 20 août

Mais avant cela, un petit détour par le Brésil, pour vous signaler une très belle revue électronique, RUA, qui se consacre depuis sa fondation en 1995 à la ville, à travers ses discours, ses arrangements sémiotiques, ses langages : RUA. Elle est animée par les chercheurs du laboratoire d’études urbaines de l’université de Campinas.

Revenons au bitume parisien : depuis le début de l’année 2010, l’entrepôt des bus de la RATP de la rue des Pyrénées dans le 20e arrondissement est vide et attend sa démolition. La RATP a voulu que cet espace soit dévolu aux arts de la rue, et en particulier au graffiti. Une subvention a été débloquée, des ateliers ont été organisés et bien vite le carré Pyrénées-Plaine-Maraîchers-Lagny est devenu le “spot” le plus fréquenté par les graffeurs de Paris et environs. Sur les centaines de mètres de murs, se succèdent quotidiennement des fresques urbaines, tags et graffitis, dont l’habitant du quartier a pu voir l’évolution : il y a eu d’abord un mouvement street art un peu chic et conceptuel, du graffiti “Fondation Cartier”, création et conceptualisation au rendez-vous ; certaines réalisations étaient magnifiques. Puis on est passé à un mouvement un peu “bande” plus offensif, plus “abords de la gare du nord”, où l’on pouvait bien voir les défis en termes de taille surtout, la couleur étant réduite ; de l’expression “robuste”, plus sociale, moins artistique au sens institutionnel du terme. Actuellement on semble être dans une période mixte street art chic / expression de groupes : le tag se fait tableau, la marque de bande s’esthétise, c’est beau et c’est vivant. La majeure partie des artistes sont des garçons, entre 20 et 30 ans, les filles sont rar(issim)es. Quelques exemples :

Couleurs. Rue des maraîchers, 9 août 2010

Figuratif graphique. Rue des maraîchers, 9 août 2010

Tout est support. Rue des maraîchers, 9 août 2010

Néo-mauresque. Rue des maraîchers, 9 août 2010

Ethiopic music. Rue des maraîchers, 12 août

Palimpseste. Rue des maraîchers, 12 août

Mots. Rue des Pyrénées, 20 août

Phrases. Rue des Pyrénées, 20 août

À visiter, en semaine pour déambuler tranquillement, faire le tour du bâtiment en regardant à loisir, et le week end pour discuter avec les graffeurs… et les photograffeurs.

Plusieurs sites internet proposent des photos ou des vidéos. Les fresques anciennes sont par exemple ici, ici et ici
Crédits : photos de M.-A. Paveau



Citer ce billet
Marie-Anne Paveau (2010, 21 août). Graphies-tis, discours graphiques. La pensée du discours. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssih

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Marina dit :

    Bonjour ! J’aimerai savoir où trouver cette revue (marchands de journaux,etc )? Merci d’avance

  2. bbo dit :

    J’ai lu avec intérêt les articles sur le graffiti de votre blog; les rencontres entre personnes d’horizons différents étant bien souvent source d’enrichissement mutuel.

    “La pensée du discours” et la revue “Le français aujourd’hui” font l’objet d’une présentation sur mon blog

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de cet échange, tout à fait dans l’esprit du numéro et de mes textes sur la pensée du discours : traverser les frontières et les palissades…

  3. Isabella dit :

    J’ai encore 2 ans pour commencer à “graphiter” !
    Moi, vers 1h dans un petit passage dans le 11ème. Je regarde et… une araignée! Une grande araignée sur un mur. Entre nous deux une 20taine de mètres. J’avais un peu peur de passer à son côté : elle pouvait – peut-être – sauter sur moi… (flashes du film « Arachnophobie »). J’ai continué à marcher, motivée peut-être par l’envie d’arriver chez moi. Petit à petit la distance n’existait plus et je l’ai regardée un peu timide, respectueuse… quand j’ai remarqué qu’il s’agissait d’un graffiti. En une minute toute l’histoire qui j’avais créée autour de l’araignée n’existait plus et j’étais super déçue !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search