Sociologie de l’ascenseur

Grâce à une conversation à propos de mon billet sur la question potiche, j’ai découvert un blog particulièrement intéressant, Bombay Magic, et sa non moins intéressante bloggeuse, Hélène Lécuyer. Hélène vit à Bombay et a ouvert son blog en 2008. Elle publie des billets qui témoignent d’un regard perçant sur les réalités qui l’environnement. C’est un peu un Usbek féminin qui se serait rendue en Inde.

Je ne sais pas quelle est la formation d’Hélène ni quelles sont ses activités, mais je lui trouve un vrai regard sociologique. C’est particulièrement le cas dans l’un de ses derniers billets, intitulé Apartheid, et qui me semble relever d’une sociologie des classes sociales assez fine, une sociologie de l’ascenseur (peu social, en l’occurrence), il faut absolument le lire. Elle décrit les usages de classe des deux ascenseurs de son immeuble et l’avantage ergonomique, pour ainsi dire, de celui des classes défavorisées par rapport à celui des habitants fortunés fournit un contrepoint ironique à la dureté des conditions de vie des ouvriers en Inde.

Son dernier billet raconte sa visite dans le call center dirigé par Sangeeta, l’une des « femmes puissantes » d’une Inde qui est, nous explique-t-elle, dirigée pour un tiers par des femmes. On pourra y adjoindre le livre de Josiane Boutet sur La vie verbale au travail où sont analysées entre autres les activités des « travailleurs du langage » dans les centres d’appel.

Vous pouvez comme moi mettre le blog d’Hélène dans votre reader ou surveiller ses posts à partir de mon blogroll (« En lisant en navigant »).

Crédits : « Lift Speed », Philie Casablanca 2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Catherine Ertzscheid dit :

    Je découvre votre blog grâce a un tweet de Pierre Mounier et celui d’Helene Lecuyer par effet rebond. Je ne cache pas mon plaisir de vous lire tous. Merci Marie-Anne pour cette belle découverte!!

    Au plaisir de vous relire!
    Bon dimanche

  2. Bombay Magic dit :

    Bonjour, je souhaitais juste ajouter que je suis tres frappee en Inde par les separations. C’est vraisemblablement la consequence du systeme de castes – encore tres present, beaucoup de formulaires administratifs en Inde posent la question de la caste, alors qu’elle est illegale officiellement. Les systemes de quotas a l’universite sont bases sur l’appartenance de castes. Et les enfants des « gandhiens » qui ont officiellement et solemnellement renonce a leur caste font face a des tas de tracasseries administratives.
    Toujours est il qu’a Bombay, ou 16 millions d’habitants sont coinces sur une bande de terre etroite – je vois la mer de chaque cote de mon salon – la place est rare. Comment recreer des separations ?
    – en utilisant un meme espace a des heures differentes
    http://helenelecuyer.unblog.fr/2011/03/07/espaces-sociaux/
    – en « s’elevant » grace au FSI (floor space index, un index qui regit le ration autorise entre nombre d’etages et surface au sol. Curieusement, toutes les constructions de « standing » ont un FSI bien plus eleve que les logements sociaux dans le centre de Bombay.
    http://helenelecuyer.unblog.fr/2011/02/24/la-haut-dans-mon-ghetto/

    Enfin, il y aurait beaucoup a dire sur le sujet, mais ce sont juste 2 anecdotes de mon quotidien, mon environnement immediat mais que je trouve personnellement vraiment revelatrices

    • Marie-Anne Paveau dit :

      intéressant de voir comment les aires géographiques et culturelles trient leurs espaces : en afrique (sahélienne et de l’est, celle que je connais en tout cas), les séparations sont nettes et horizontales : ville blanche vs ville noire, et même à l’ère postcoloniale, la configuration persiste, l’opposition socio-raciale étant recouverte par une opposition économique (pour aller vite, c’est sans doute plus compliqué) – une séparation par « quartiers », presque représentable sur un plan – en inde visiblement c’est plus mélangé, et c’est la verticalité qui fait le tri, comme dans les immeubles hausmanniens, mais à l’envers…
      le blogging c’est génial : on écrit, on pense, on parle, on rencontre, on échange – continuons !

  3. Bombay Magic dit :

    Je suis sans voix … et tres touchee.
    (Formation: IEP Paris, section Politique Economique et Sociale – elle n’existe plus, remplacee par CRH – major relations du travail et sociologie + un DESS relations du travail. Voila!)

    Ce blog, c’est d’abord une demarche egoiste. Raconter mon experience indienne me permet de mieux la vivre. Mieux la comprendre, mieux gerer aussi les emotions ou malaises qu’elle peut parfois faire naitre.
    Mais c’est aussi une volonte de partage, par le bout de ma lucarne, j’essaie de proposer un regard sur la societe bombayite dans laquelle j’evolue. Alors, je suis ravie quand un lecteur – une lectrice – accepte de me rejoindre sur mon terrain de vie!