Éthique du non/m. Honneurs, murs et listes

L’actualité de cet été 2010 est en partie occupée par la Légion d’honneur : refusée par J. Bouveresse qui met son « non » en discours dans une lettre officielle, ou trop facilement reçue par X. de Maistre décoré par un ami, la croix fait parler d’elle. En fait ce sont les noms qu’elle fait parler, l’honneur ayant essentiellement pour objet le nom des individus qu’elle distingue.

Au début de son ouvrage L’éthique du souvenir (2006, Paris, Climats), le philosophe israélien A. Margalit explique que sa réflexion a pour origine une anecdote lue dans la presse, à propos d’un colonel d’infanterie : « On interrogeait le colonel au sujet d’un épisode bien connu de son passé, alors qu’il commandait une petite unité. L’un des soldats qui étaient sous ses ordres fut tué d’une balle tirée de son propre camp. Il s’avéra que le colonel ne se souvenait pas du nom du soldat. Un torrent d’insultes se déversa sur l’officier qui n’arrivait pas à se souvenir. Comment se faisait-il que le nom du soldat ne soit pas marqué “au fer rouge” dans le cœur du commandant ? » (p. 29). A. Margalit en conclut que se souvenir du nom c’est se souvenir de la personne, et que c’est ce qui est reproché au colonel en question. Il précise « qu’il y a par rapport au souvenir des noms propres une image puissante qui transforme notre conception de la mémoire en question éthique » (p. 29). De nombreux événements discursifs à dimension morale autour des noms propres confirment amplement cette analyse : inscriptions de noms refusées ou désirées, récompenses nominales acceptées ou rejetées, stigmatisations au nom des noms.

Il existe effectivement une « puissance » du nom propre qui tient à son statut tout à fait particulier, à la fois dans le système linguistique et dans le fonctionnement de la mémoire discursive. Certains noms propres, les patronymes mais également les toponymes, sont des noms de mémoire, qui constituent des lieux sémantiques particuliers, où le sens est feuilleté car il est justement articulé à la mémoire discursive. On peut en effet défendre, alternativement à la théorie du nom propre vide de sens qui a longtemps été le seul traitement possible du nom propre en linguistique, une position qui donne du sens au nom propre, soit dans le cadre de la théorie de la modification (par antonomase, par exemple : la Venise du Nord, un Elvis français), soit du côté d’une sémantique discursive pour laquelle le nom propre active des sens mémoriels et expérientiels selon ses contextes de production (l’exemple de Tataouine est intéressant, désormais évocateur d’un lieu de villégiature et d’un Club Méditerranée, et non plus du terrible bagne militaire qu’il a longtemps désigné dans la mémoire collective). Je ne vais pas revenir sur cette question du feuilleté mémoriel des toponymes, traitée dans un précédent billet, mais plutôt me concentrer sur l’usage du nom propre dans la perspective d’une éthique discursive.

Si le nom propre est aussi « puissant », c’est que, et cela ne concerne pas seulement le patronyme, il constitue le lieu d’une valeur située très exactement à l’articulation du social et de l’individuel, l’honneur. Il existe peu de travaux en sciences humaines et sociales sur l’honneur, et le livre de J. Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur, qui date de 1977 (traduit en 1997 seulement chez Pluriel), constitue une référence encore parfaitement actuelle. Il définit l’honneur comme  une valeur sociale attaché spécifiquement au nom :

L’honneur est la valeur qu’une personne possède à ses propres yeux mais c’est aussi ce qu’elle vaut au regard de ceux qui constituent sa société. C’est le prix auquel elle s’estime, l’orgueil auquel elle prétend, en même temps que la confirmation de cette revendication par la reconnaissance sociale de son excellence et de son droit à la fierté. […]
L’honneur aménage une connexion entre les idéaux en vigueur dans une société et la reproduction que fait de ceux-ci l’individu qui aspire à les incarner. À ce titre l’honneur implique non seulement qu’on se conduise d’une certaine façon, mais qu’en retour on bénéficie d’un traitement particulier (p. 18).

C’est la raison pour laquelle certains individus éprouvent le besoin de défendre leur nom ou de le préserver d’environnements qui ne correspondent pas à leurs ajustements éthiques. Sans qu’un lexique moral ait été explicitement mis en avant par J. Bouveresse, on peut cependant lire dans son (troisième) refus de la Légion d’honneur le mois dernier quelque chose de cette éthique du nom. Une des raisons que donne le philosophe, outre celles qu’il formule dans sa lettre à la ministre V. Pécresse (le fait qu’il ne l’a pas demandée et qu’il n’accepte pas cet « honneur supposé » d’un gouvernement dont la politique lui semble « inacceptable), est de ne pas « se retrouver en bien mauvaise compagnie », comme il l’explique dans un entretien publié par le quotidien en ligne Mediapart sur la question : « […] en acceptant les honneurs, on risque fortement de se retrouver dans une compagnie assez peu honorable et même parfois peu fréquentable » (31.07.2010). Les commentaires qu’il fait sur son refus font appel aux sentiments moraux puisqu’il mentionne le « mépris avec lequel [les membres du gouvernement] sont capables de traiter des gens pour lesquels ils n’ont en réalité aucune estime réelle » (je souligne), et c’est sur le terrain des valeurs qu’il place sa décision :

Etant donné les valeurs que servent réellement ceux qui nous gouvernent (je ne parle pas de celles qu’ils professent officiellement et dont ils se réclament quand ils parlent de choses comme la « moralisation » de l’économie ou de la finance), je ne suis pas du tout surpris qu’ils aient décidé d’honorer un homme comme M. de Maistre. Mais, dans ce cas-là, il vaudrait certainement mieux ne pas chercher à honorer en même temps les gens de mon espèce (J. Bouveresse, Mediapart, 31.07.2010).

J. Bouveresse ne parle pas de son nom, mais la Légion d’honneur, comme toutes les décorations, ne distinguant pas le nom de la personne dans le processus honorifique, c’est une éthique implicite du nom qu’il défend, surtout dans sa double allusion à la « compagnie » : être promu dans l’ordre de la Légion d’honneur, c’est en effet, principalement, figurer sur une liste, forme langagière de la compagnie, qui constitue un environnement à la fois graphique, social, politique et moral.

C’est au nom de cette dimension morale de la liste qu’Yvan Donnat, pied-noir d’Algérie, découvrant en février 2008 les noms de plusieurs membres de sa famille, tous vivants, sauf son père, gravés sur le « Mur des disparus français d’Algérie » à Perpignan, demande l’effacement des inscriptions.

Mur des disparus d'Algérie - Perpignan

La liste est en effet plutôt orientée vers l’Algérie française, et c’est ce qui provoque l’indignation de l’intéressé, qui engage des poursuites pour « préjudice moral » : « Ils ont repris de fausses informations en utilisant, sans la vérifier, la liste du Ministère des affaires étrangères. Mon père a toujours été un humaniste et un militant anticolonialiste. Or, sur le mur, son nom, comme celui des autres membres de ma famille, est accolé à celui d’assassins de l’OAS ? Tout ça est révoltant ! » (Libération 15.02.08). Il est remarquable que la raison de l’indignation ne soit pas que les « disparus » soient, excepté Gaston Donnat le père, bien vivants, et parfaitement identifiés, mais qu’ils côtoient des sympathisants de l’OAS. L’initiative de ce mur vient du « Cercle algérianiste », qui explique que les 2.619 disparus français et harkis, dont le nom figure sur les plaques de bronze du mémorial, « sont ceux de la liste officielle » émanant du ministère des Affaires Etrangères. Le directeur des archives dudit ministère écrit alors à Y. Donnat le 25.02.2008, précisant que la liste n’est pas officielle mais reflète « l’état des informations reçues par la Direction des Archives lors du versement des archives de l’ancien Secrétariat d’Etat aux affaires algériennes ». Il termine par la promesse de l’effacement : « Je vais donc veiller à ce que les noms des personnes de votre famille soient ôtés du site du Ministère, et vous exprime mes profonds regrets pour le trouble qui a pu être occasionné »[2].

Les noms de la famille Donnat effacés

Le nom propre constitue donc un signifiant apte à être inscrit dans un discours qui tire une partie de son sens de son coefficient de vertu discursive : pour Y. Donnat, comme pour J. Bouveresse, l’inscription sur une liste, des promus à la légion d’Honneur ou des disparus d’Algérie, n’est pas ajustée à la manière dont leurs valeurs leur font concevoir un discours vertueux.

Autre mur, autre vertu discursive, à propos de noms communs, mais en étroite articulation avec des noms de personnes, le « Mur des expulsés » de Billère. En septembre 2009, Jean-Yves Lalanne, maire de Billère, petite ville des environs de Pau, fait réaliser par des peintres une fresque rappelant le souvenir des enfants du département expulsés avec leur famille en raison de leur situation irrégulière. La fresque, soutenue par le Réseau éducation sans frontière (RESF) et la députée-maire socialiste de Pau, Martine Lignières-Cassou, peinte sur un mur de la salle Robert de Lacaze, édifice public, est constituée essentiellement de mots désignant des valeurs positives comme asile, justice, entraide, liberté, égalité, fraternité, solidarité, mais également des émotions négatives comme honte ou des situations diifficiles comme précarité ou expulsés.

Fresque de Billère

P. Rey, préfet des Pyrénées-Atlantiques (que j’ai déjà mentionné au chapitre 3 dans l’affaire des courriels « diffamants »), porte plainte pour usage d’argent public aux fins de propagande « engagée ». En janvier 2010, le tribunal administratif de Pau le suit en partie et ordonne que la fresque soit effacée pour rétablir « la neutralité des édifices publics ».

Le 8 mai 2010, le mur est recouvert de peinture par des membres du groupe d’extrême droite « Bloc identitaire » qui y inscrivent la phrase : « C’est fait, M. le préfet ! ». Jean-Yves Lalanne entreprend ensuite lui-même la « restauration » de la fresque, recouverte d’une simple peinture à l’eau.

Le mur de Billère effacé

Cette histoire de mur est intéressante à plus d’un titre : d’abord, elle montre que la dimension éthique, mêlée comme souvent dans ce type d’affaire à la dimension juridique, est partie prenante du sens des productions langagières. Les mots inscrits sur le mur ne présentent en effet pas un sème qui puisse heurter un gouvernement français quel qu’il soit, si ce n’est leur ancrage profond dans les valeurs de solidarité du réseau RESF et de ses sympathisants, dans lesquelles le politique et le moral sont enchevêtrés. Cette fresque lexicale est donc considérée comme inajustée aux décisions du gouvernement et non vertueuse dans sa perspective. Pour les sympathisants du maire et du réseau, c’est au contraire un discours vertueux par excellence. Ensuite, l’effacement par recouvrement constitue un phénomène typique d’amémoire discursive, puisqu’il s’agit d’une sorte de me mnesikakeîn à la française, où il s’agit d’interdire, comme dans l’Athènes antique [3], le rappel des événements douloureux du passé. Et comme toute amémoire qui se respecte, la mémoire, en réalité ineffaçable, fait retour, débarrasée de sa peinture à l’eau, puisque les noms reviennent. Enfin ce nom même de « Mur des expulsés », faisant écho au célèbre « Mur des Fédérés » du cimetière du Père Lachaise, et peut-être à celui, moins connu, du « Mur des fusillés » d’Arras, récupère, parce qu’il est inscrit dans cette mémoire-là, toutes les valeurs morales attachées à la lutte pour la liberté à l’intérieur de l’État républicain, dans un parfum de guerre civile.

Le mur des fédérés

Le mur des fusillés - Arras


[1] Le refus de la décoration est quasiment un stéréotype comportemental en France, et J. Bouveresse a de nombreux et célèbres prédécesseurs : Daumier, Maupassant, G. Sand, Sartre, Beauvoir, Camus, Prévert, Brassens… Une autre pratique est de la rendre, comme le Turc Erdogan Teziç, qui choisit ce geste en 2006 pour protester contre la pénalisation de la négation du génocide arménien.

[2] L’ensemble des documents de ce dossier est en ligne sur le site de la Ligue des droits de l’Homme-Toulon.

[3] N. Loraux, dans La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, montre comment les Athéniens ont publié des décrets engageant chacun à ne pas rappeler les événements douloureux de la cité, dus en particulier aux guerres civiles. Me mnesikakeîn signifie « je ne rappellerai pas les malheurs ».


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...