Giulio Preti, l’étoffe magique et la liberté de parole

Giulio Preti, 2002 [1953], « Réalisme ontologique et sens commun », Écrits philosophiques, Paris, Cerf.

Un célèbre conte d’Andersen raconte l’histoire d’un empereur qui dépensait tout son argent pour s’habiller de la façon la plus raffinée. Un jour arrivèrent deux escrocs – c’est ainsi du moins que les qualifie Andersen ; quant à moi, ils me semblent plutôt être deux grands sages, qui avaient bien compris le mystère de l’ordre établi, de l’État et de la raison d’État. Il se présentèrent à Sa Majesté en se vantant de pouvoir coudre et tisser l’étoffe précieuse la plus splendide que l’on puisse imaginer, une étoffe magique : elle avait en effet la propriété de rester invisible pour tous ceux qui seraient incapables de remplir leur fonction dans l’État et dans la société. Et c’est en ce sens que ces deux individus m’apparaissent comme deux grands savants en politique. La raison d’État exige que les fonctionnaires et les sujets ne voient pas ce qu’ils voient de leurs propres yeux, mais ce que l’intérêt suprême de l’État, l’ordre établi et le pouvoir exigent qu’ils voient : car omnis potestas est a Deo, et qui postestati resistit, Deo resistit. Par conséquent, tous les fonctionnaires de l’État, et même ce pauvre Empereur-dandy (n’est-il pas d’ailleurs le premier fonctionnaire de l’État ?), virent cette toile faite de rien et ce merveilleux habit tissé de vide. Et lorsque que l’empereur passa au milieu de son peuple dévoué en se pavanant dans ses superbes habits, il n’y eut aucun outrage à la pudeur : chacun de ses fidèles sujets, se rendant bien compte que l’ordre social exige que chacun tienne sa place et en soit digne, en obéissant à l’autorité établie, vit et admira l’habit. Seul un petit enfant candide osa voir de ses propres yeux (mais « osa » n’est peut-être pas le bon mot, il était simplement ignorant), voir… que la Majesté Impériale Sacrée se promenait nue parmi ses très fidèles sujets : et il le dit. Il n’y a rien de pire que la liberté de parole : c’est une peste qui se répand avec une rapidité effrayante – ce qui explique que les bons gouvernements soucieux des destinées de la Patrie et de l’ordre établi, prennent tant de soin à bâillonner la presse. La rumeur sacrilège passa de bouche en bouche.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...