Soutenance d’Elisa Raschini le 21 juin : « L’approximation en discours. Le débat bioéthique sur l’assistance médicale à la procréation »

Wordle: ER

Le 21 juin prochain, Elisa Raschini soutiendra une thèse en sciences du langage à l’université de Paris 13 Nord. Elisa a travaillé sur l’approximation en discours, à partir d’un beau corpus de discours sur la bioéthique, portant sur l’assistance médicale à la procréation. L’un de ses objectifs était de saisir la manière dont les locuteurs pensaient et nommaient les nouvelles réalités biologiques, sociales, éthiques, etc., impliquées par les avancées des méthodes de procréation.

« L’approximation en discours. Le débat bioéthique sur l’assistance médicale à la procréation »
Soutenance le 21 juin 2011 à 14h00, salle T 204 (IUT Villetaneuse)

Membres du jury :
Guy Achard-Bayle, Université de Metz, rapporteur
Francine Mazière, Université de Paris 13, présidente du jury
Sophie Moirand, Université de Paris 3, rapporteur
Marie-Anne Paveau, Université de Paris 13, directrice de la thèse
Marie-Geneviève Pinsart, Université Libre de Bruxelles, philosophe, expert
Michele Prandi, Université de Gênes, rapporteur

Résumé

L’objet de cette thèse est l’approximation interrogée dans une perspective de sémantique discursive. Le corpus est constitué de 418 énoncés participant au débat bioéthique français sur l’assistance médicale à la procréation (AMP) entre 1982 et 2007. Leur étude est entreprise à partir d’une réflexion sur la question des frontières non délimitées entre catégories conceptuelles et des frontières entre langue, discours et monde telle qu’elle émerge des notions linguistiques de vague, de flou, d’indétermination ou encore d’approximation.
Le mot approximation désigne pour nous une notion heuristique, organisatrice et relationnelle pour aborder l’étude :
a) d’énoncés produisant, en particulier au sujet de l’identité de l’embryon in vitro, des médecins et des mères porteuses, des espaces catégoriels non délimitables ni définissables, ou des configurations linguistiques réalisant des rapprochements entre catégories sans activer des relations d’identification ou d’appartenance catégorielle : nous parlons alors d’approximation catégorielle ;
b) d’énoncés qui, à partir d’une position discursive de folk linguistique (linguistique populaire), considèrent certains mots du débat bioéthique sur l’AMP comme vagues, flous, approximatifs, ou fallacieux et mensongers, ou en relation avec l’approximation catégorielle, tout en thématisant ou en théorisant, parfois sur la base de ces jugements, la relation d’(in)adéquation langue/discours/monde – nous parlons alors de folk approximation.
L’approche de sémantique discursive permet d’observer comment l’approximation traverse, relie, oppose, en micro-réseaux intertextuels et interdiscursifs, les énoncés du débat bioéthique. L’articulation théorique et épistémologique de l’analyse du corpus d’approximation catégorielle et du corpus de folk approximation constitue, selon notre hypothèse de travail, le moyen d’accéder à l’étude de l’approximation comme objet discursif complexe mais cohérent, tel qu’il fonctionne dans le débat bioéthique.

Mots clés : approximation, sémantique discursive, catégorisation, folk linguistics, bioéthique.

Illustration : Nuage lexical du deuxième chapitre de la thèse (réalisé par Wordle)


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse