Ce que disent les objets 6. Reliques familiales. Les têtes coupées de Vatican 2


La tête de Saint Joseph

 

Le dernier billet de la série de printemps consacrée aux objets parle de têtes coupées. Je reviens vers Jeanne et Paule dont les récits avaient ouvert  la série. Jeanne (45 ans), la fille de Paule (77 ans), raconte ici une petite histoire de morceaux de statues de saint.e.s qui témoigne de la grande histoire de l’évolution des pratiques catholiques en France dans les années 1970. Le récit met en scène sa grand-mère, catholique très pratiquante, née en 1898. Je propose à la suite des extraits du Code de droit canonique établi par l’Église catholique en 1917 et rénové en 1983, qui concernent les objets sacrés. J’emprunterai ensuite les chemins de l’ethnologie en pays Dogon et de l’art photographique pour essayer d’entendre ce que nous disent ces débris bénits.

 

La tête de Saint Joseph et le pied de Saint Mystère. Récit de Jeanne


Il y a une dizaine d’années je trouve dans la maison de ma grand-mère, après sa mort, dans un panier fermé qui semblait caché dans une remise, la tête coupée d’un saint, en plâtre, de style sulpicien, que j’identifie, peut-être à tort, comme Saint Joseph car il ressemble à celui de la crèche de mon enfance. Il est possible que ce soit Saint Jean-Baptiste. À côté il y a des morceaux d’autres saints, un pied que je surnomme le pied de Saint Mystère, un morceau de robe fleurdelisée, sans doute celle de Jeanne d’Arc et un autre morceau de robe ou de manteau avec une broderie. Ma mère m’explique que dans le village, juste après Vatican II, vers 1970, est arrivé un prêtre hollandais très moderniste qui a fait immédiatement détruire et jeter toutes les statues de l’église. Ma grand-mère, catholique très pratiquante, très choquée par ce qu’elle estimait être un sacrilège puisque les statues ont été bénies, est allée de nuit à la décharge récupérer des débris. Elle a enterré une tête de Sainte Bernadette sous un pommier, sans que personne ne puisse jamais retrouver l’endroit exact. Ces objets sont pour moi à la fois décoratifs et très chargés de cette attention extrême que ma grand-mère, et ma mère après elle, portent aux objets saints, bénits ou sacrés. J’ai soclé la tête comme un buste qui se trouve maintenant dans mon salon, accroché le morceau de robe au mur et posé le pied de Saint Mystère sur ma bibliothèque, au milieu des livres et des objets que j’aime.

Les objets sacrés dans le Code de droit canonique

Le soin des objets sacrés et bénits est prévu par les textes du droit canon et l’on trouve dans ce Code plusieurs passages qui y font référence :

Can. 555 – § 1. Outre les facultés qui lui sont légitimement accordées par le droit particulier, les obligations et les droits du vicaire forain sont :
[…]
3  de veiller à ce que les fonctions religieuses soient célébrées selon les prescriptions de la sainte liturgie ; à ce que la beauté et la propreté des églises, du mobilier et des objets sacrés, surtout dans la célébration eucharistique, et la conservation du très Saint-Sacrement, soient assurées avec soin ;  à ce que les registres paroissiaux soient correctement tenus à jour et conservés convenablement ; à ce que les biens ecclésiastiques soient administrés avec attention ; enfin, à ce que la maison paroissiale soit soigneusement entretenue.
Can. 1171 – Les  choses sacrées qui sont destinées au culte divin par une dédicace ou une bénédiction seront traitées avec respect et ne seront pas employées à un usage profane ou impropre, même si elles sont la propriété de personnes privées.
Can. 1220 – § 1. Tous  ceux  que  cela  concerne veilleront à assurer dans les églises la propreté et la beauté qui conviennent à la maison de Dieu et à en écarter tout ce qui ne convient pas à la sainteté du lieu.
§ 2. Pour protéger les objets sacrés et précieux, il faut recourir au soin ordinaire de conservation et aux moyens appropriés de sécurité.

On constate qu’il n’est nulle part fait mention de la réparation des objets, qui est, dans d’autres cultures, une pratique sociale et religieuse commune. C’est tout particulièrement le cas en Afrique, où les objets, qu’ils soient quotidiens ou sacrés, sont très souvent réparés.

Le pied de Saint Mystère

Objets blessés, réparations africaines

Les collectionneurs d’art africain le savent bien : un objet doit avoir servi, un masque doit avoir dansé, et les réparations souvent très visibles sur les objets des arts premiers leur donnent encore plus de valeur. Il n’y a donc pas de problème, pour un collectionneur, à acheter un objet réparé. En 2007, il y a eu une magnifique exposition au musée du Quai Branly, intitulée Objets blessés. La réparation en Afrique. Le catalogue contient plusieurs textes particulièrement intéressants sur cette pratique de soin des objets, dont une étude d’Éric Jolly, ethnologue spécialiste de la sorcellerie et du pouvoir en Afrique, en particulier chez les Dogons. Il y décrit les conditions de réparation des objets, ce qui nous donne, par contraste, de bonnes informations sur les manières « occidentales » et « chrétiennes » de les traiter :

Sous quelles conditions peuvent être réparés des objets rituels crédités d’une efficacité magico-religieuse ? En pays dogon, une telle question suscite d’interminables commentaires souvent contradictoires, surtout lorsqu’il s’agit de sculptures anthropomorphes associées à un autel. De ces réflexions variées se dégagent néanmoins plusieurs affirmations communes et quelques distinctions essentielles, notamment entre sculpture brisée accidentellement et statuettes endommagées par le temps ou par les termites, ou encore entre les réparations réalisées avec des agrafes en fer et celles effectuées avec de la ficelle. D’après le discours unanime des Dogon, une statuette qui se brise, même partiellement, est « abîmée » ou « gâtée » (nyanwan) : elle perd sa « force » (panga) ou sa « puissance » (kaju) et, par voie de conséquence, son efficacité rituelle. Ce dommage et l’accident qui l’a causé annoncent d’autres « dégâts » (humains, sociaux, agricoles…), avec pour première manifestation la mort attendue du responsable, mais ce malheur est aussi interprété, très souvent, comme une conséquence de fautes antérieures au sein du lignage ou du village. En d’autres termes, le bris de la statuette est généralement considéré comme le symptôme ou l’illustration de ruptures internes à la communauté concernée, surtout si la sculpture en question évoque l’unité ou la fécondité du groupe. Par conséquent, un tel accident exige une « réparation » prenant la forme d’un rituel de purification associé soit au « remplacement » (leru) soit à ‘l’arrangement » (danugu) de l’objet brisé (Catalogue de l’exposition, 2007, p. 78-79).

Ricard Terré, Imatges abandonadas

Il semble en effet que l’Europe chrétienne ne répare pas les objets blessés, ou alors les restaure de manière que la cicatrice soit invisible. C’est à partir de cette idée que le photographe espagnol Ricard Terré, mort en 2009, a conçu une série de photos intitulée Imatges abandonadas. Présentée à la galerie Vu en 2007, elle contient des images très proches des reliques de Jeanne. L’effet produit par ces statues mutilées est clairement réaliste, et le journaliste Luc Desbenoit a raison de penser que « ce ne sont plus des objets cassés ou usés par le temps que l’on voit dans ces statues de plâtre et de bois, mais des êtres de chair et de sang éclopés, mutilés, énucléés, trépanés, manchots. Pas des peintures qui s’écaillent, mais des peaux brûlées. Non plus des saints et des saintes vénérées, mais des hommes et des femmes tombés de leur piédestal et partageant les vicissitudes et les fragilités de la condition humaine » (Télérama, 13.06.2007).

Un bout de robe de Jeanne d'Arc ?

Jeanne ne se séparerait pour rien au monde de ces fragments d’objets sacrés. Elle les a, au fur à mesure des années, dotés d’une charge mémorielle, affective et discursive. Ces objets lui parlent, littéralement, et lui racontent le fil catholique de son histoire, qui est aussi un fil féminin, puisque le soin (care…) apporté à ces débris est une affaire de femmes. Avoir soclé et accroché ces objets, les traiter comme ce que la Gazette de Drouot et les antiquaires appellent des « objets de vitrine », les fait entrer à la fois dans la logique de la collection et dans celle des objets de famille dont je parlais dans le précédent billet.

J’avais commencé cette série en mentionnant Gibson à propos des affordances, Searles sur l’environnement non humain, puis Latour et son anthropologie symétrique. J’ai cité d’autres travaux dans les billets suivants, en particulier ceux de Thévenot sur la coordination et l’action qui convient. Il me semble qu’on ne peut plus maintenir les oppositions binaires sur lesquelles une grande partie de la pensée des sciences humaines est pourtant bâtie en France et plus généralement en Europe : l’opposition sujet vs objet, intérieur vs extérieur, humain vs non humain, esprit vs monde, langage vs monde, etc. Sans aller jusqu’au posthumanisme et  l’hypothèse d’un continuum radical entre l’humain et d’autres matérialités, on doit repenser la notion de contexte sous la forme d’un environnement intelligent, c’est-à-dire parcouru d’agents cognitifs qui sont de véritables contributeurs aux activités qui trament notre vie. En linguistique, cela suppose de retravailler l’objet de la discipline, de repenser sa nature logocentrée (ne prendre en compte que les formes ou les énoncés) ou égocentrée (privilégier les locuteurs comme « sujets » du discours) et de l’ouvrir à une certaine hétérogénéité, dans laquelle s’intègre la matérialité signifiante et même parlante des objets.

Crédits : merci à Jeanne de m’avoir permis de photographier ses objets.

La série d’été commencera le 21 juin, jour de l’été et de la musique.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...