Ce que disent les objets 4. Le tiroir de Laurent Thévenot

Voici un meuble célèbre dans l’univers des SHS : la table de Laurent Thévenot et son fameux tiroir.
Dans les années 1990, le sociologue travaille à renouveler la théorie de l’action en renouvelant l’entrée par l’action individuelle du sujet et celle par l’action collective à dimension politique ou social. À partir des réflexions de Luc Boltanski, il propose une entrée par la coordination, et présente l’action comme « action qui convient », dans un accord avec l’environnement. Cette optique, bien proche de la cognition sociale qui prend en compte l’agent dans son environnement global sans exclure d’éléments, en particulier l’ordre non humain pourtant a priori si peu « social », inclut les objets et les relations intimes que nous entretenons avec eux. Dans une perspective plus liée aux sciences cognitives, le sociologue Saadi Lahlou a étudié le travail de bureau et en particulier le rôle des objets du travail dans les tâches quotidiennes des usagers. Sa théorie des « attracteurs cognitifs » donne aux objets une place centrale dans les environnements de travail, et mettent parfois en péril la « maîtrise » humaine.

Je propose d’abord un extrait de « L’action qui convient » de Laurent Thévenot, article de 1990 qui sera développé plus tard dans l’ouvrage L’action au pluriel : sociologie des régimes d’engagement. Puis un passage d’un travail de Saadi Lahlou, « Attracteurs cognitifs et travail de bureau », qui porte aussi sur notre relation avec les objets de bureau.

Laurent Thévenot : « Le geste intime et les convenances personnelles »

Je m’assieds dans mon fauteuil en prenant soin de ne pas saisir ni de peser sur l’accoudoir dont le tenon est décollé et qui cédera si je m’appuie sur lui. J’ouvre le tiroir de ma table après l’avoir soulevé parce que l’absence de clé empêche de procéder autrement. Après avoir allumé mon micro-ordinateur, je prends soin d’attendre quelque temps avant de lancer mon programme de traitement de texte, escomptant ainsi éviter les déboires qu’il m’a fait connaître à plusieurs reprises en me supprimant l’accès à mes fichiers.
Tous ces gestes sont bizarres ; en tout cas c’est ainsi qu’ils apparaîtraient de prime abord à un observateur qui ne serait pas lui-même un intime. À coup sûr, ils ne correspondent pas à l’idée d’une action sociale, ils n’impliquent pas de coordination avec d’autres personnes, ni même la perspective d’être compris par d’autres. De fait, pour tenter de vous les faire voir en votre absence, j’ai mis en mots une expérience qui reste d’ordinaire muette et privée de sous-titres. Ce faisant, j’ai signalé que ces gestes engageaient bien des objets généraux (fauteuil, tiroir, micro), suivant des relations elles aussi communes (s’asseoir sur un siège, ouvrir un tiroir, lancer un programme). Cependant, cet engagement ne peut être décrit sans reste par les énoncés d’actions convenables que nous examineraions dans le paragraphe suivent : « il s’assied sur son fauteuil », « il ouvre son tiroir », « il lance son programme ». Ce ne sont pas vraiment un tiroir ou un ordinateur comme les autres, que je peux rapprocher d’autres. Je ne me reconnais d’ailleurs pas dans l’abstraction de ces objets qui semblent aussi détachés de mon expérience que ceux dessinés sur un abécédaire. La qualification de « mien » ne renvoie pas à une « propriété privée » mais à cette impossibilité à traiter en généralité. Au besoin, je forgerai un jargon ou baptiserai ces effets personnels de surnoms, pour spécifier ainsi leur caractère propre. […]
Le geste s’inscrit dans un arrangement intime de choses et de gens qui viennent bien ensemble, sanctionné par mon absence de surprise devant le déroulement de mon intervention. […] Usées, façonnées par l’utilisation que nous en faisons, les choses dressées ou apprivoisées entretiennent notre intimité en nous rappelant les voies que nous avons frayées de concert.

Cette relation intime et pacifiée avec les choses qui participent de nos comportements et de nos évolutions, au sens spatial du terme, dans nos espaces de vie, peut être vécue sous un angle moins serein, celui de l’intrusion et de la surcharge. C’est ce qu’explique Saadi Lahlou dans son travail sur les « attracteurs cognitifs », notion qui ressemble aux affordances de Gibson et Norman dans le cadre de la cognition distribuée.

Saadi Lahlou : le sujet capturé par son environnement même

Appelons attracteur cognitif un ensemble d’éléments matériels et immatériels participant à une activité particulière, ensemble d’éléments qui se présentent simultanément à la perception du sujet. Nous posons que la perception conjointe de plusieurs éléments d’une même activité « attire » le sujet vers l’activité en question. Autrement dit : quand le sujet est mis en présence d’une bonne partie de la panoplie d’une activité donnée, il est « en condition » d’accomplir cette activité, et il a tendance « à s’y mettre ».
Prenons d’abord un exemple simple : un fruit, à l’heure du repas, pour un sujet qui a faim, représente un attracteur qui correspond à un processus potentiellement désiré. Mis en présence de l’attracteur (fruit, heure du repas, faim) le sujet tendra à exécuter une activité de prise alimentaire. Il exécute en l’occurrence un script préétabli désir/prendre/aliment/repas/ conformément à la représentation sociale du manger […]
Prenons un autre exemple (résumé d’observations […]) : un sujet Lucien interrompt son action en cours (rédaction d’un rapport), se lève, prend l’ascenseur et va à l’une des machines à café du bâtiment, située à un étage où il n’y a pas de bureaux mais seulement des archives.
Fortuitement, il y trouve deux collègues, Antoine et Bénédicte, debout à côté de la machine, en train de boire et de discuter. Au lieu de prendre le café et de redescendre avec son gobelet, comme il l’envisageait, Lucien engage une discussion anodine avec ses collègues Antoine et Bénédicte. Puis la discussion continue entre Lucien et Bénédicte, sur un projet T auquel Lucien et Bénédicte participent tous deux. Antoine retourne dans son bureau, tandis que Lucien et Bénédicte continuent pendant plusieurs minutes et prennent une décision sur la suite de leur projet. Nous dirons que Lucien, qui partait avec la simple intention de prendre un café à la machine pour se détendre et de revenir continuer sa tâche, s’est fait capturer par un premier attracteur (collègue + machine à café >> discussion de couloir), puis par un second (collègue- Bénédicte-du-projet-T + discussion >> discussion sur le projet T).

Qu’est-ce qu’un attracteur ?
Qu’est-ce qui fait qu’une configuration d’éléments est interprétée comme un attracteur ? Les quelques centaines d’objets qui m’entourent lorsque je suis assis à ma table de travail représentent une myriade de combinaisons possibles. Pourtant, seules quelques dizaines sont pour moi prégnantes ; je ne perçois pas les autres comme des assemblages qui font sens. […]
Pour nous, l’attracteur sera un invariant
pragmatique, c’est-à-dire une combinaison de choses qui « vont ensemble » au cours d’une activité. Par « vont ensemble », nous n’entendons pas seulement une corrélation dans l’expérience ou la culture, mais une association orientée vers une fin, dans une direction : ils vont ensemble vers quelque chose. Cela dans la mesure où une activité est orientée temporellement, et qu’elle a donc une fin. C’est pourquoi l’attracteur tend vers quelque chose. L’attracteur est une sorte de champ énergétique dans l’entour, au sens où le passage de l’attention du sujet dans ce champ engendre une force intentionnelle. Exemple : En passant fortuitement devant sa bannette à courrier située dans le couloir, Christophe voit qu’elle est pleine. Il prend son courrier pour le lire.

Quand les objets nous disent ce que nous avons à faire…

Ces deux études montrent bien ce que la division mind/body cache soigneusement : que nos matières humaines sont intimement connectées avec les matérialités objectales et que nous entretenons des relations réciproques et sémiotiques avec « nos » objets et « nos » environnements. Nos objets nous parlent, nous disent quoi faire et comment faire, et parfois même nous maltraitent, comme le montre aussi Saadi Lahlou, en expliquant à quel point les attracteurs sont aussi des « surchargeurs » et des empêcheurs de travailler correctement. Des arguments pour une approche externaliste de l’activité humaine qui renonce aux dualismes.

Pour les travailleurs intellectuels, le bureau et son univers pragmatique est un environnement important et il existe de nombreuses rêveries littéraires et photographiques sur la question. Sur le blog Culture Confiture, un joli billet sur les bureaux d’écrivains ; sur le site du Guardian, un reportage sur les writers’ rooms ; et sur Crispbook, un magnifique reportage sur « la sueur et le désordre » des bureaux d’écrivains.

Mais l’approche externaliste n’est pas réservée à l’activité intellectuelle : dans tous les domaines, les objets sont des agents, au sens cognitif du terme. Dans un autre article, « Pragmatique de la connaissance », Laurent Thévenot a une belle expression pour décrire notre lien intime avec les choses : « Dans le régime de familiarité, écrit-il, les agences des êtres humains et des êtres non humains se rapprochent : on pourrait dire aussi bien que les choses sont personnalisées ou que la personne est consolidée et chosifiée par son entourage ». Chosifiée : l’idée de l’humain chosifié et de la chose personnalisée me semble profondément exacte.

Références
Lahlou S., 2000, « Attracteurs cognitifs et travail de bureau », Intellectica, Paris, 2000/1, 30 : 75-113.
Lahlou S., 2000, « La cognition au travail et ses outils : débordement, révolution, distribution », Intellectica, Paris, 2000/1, 30 : 7-17 (présentation).
Thévenot L., 1990, « L’action qui convient », dans « Les formes de l’action », dossier de Raisons Pratiques, n°1, Éditions de l’EHESS : 39-69.
Thévenot L., 1998, « Pragmatiques de la connaissance », dans Borzeix A.
et al. (dir.), Sociologie et connaissance. Nouvelles approches cognitives, Paris, CNRS Éditions, 101-139.
Thévenot L., 2006, L’action au pluriel : sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

Mardi 24 mai. Ce que disent les objets 5. « Les fauteuils de mamie » : héritage et transmission

Crédits
1. « Desk », John C. Abell, 2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.
2. « On my desk 5 March 2008 left », The Shopping Sherpa, 2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Marie-Anne Paveau dit :

    magnifique illustration, merci vassa : les attracteurs cognitifs et le travail de bureau n’ont pas d’âge – j’aime particulièrement les ancêtres des post-it sur l’étagère de gauche…