Série d’été. Signes, sexe and linguistique

Avertissement : ce billet contient des images, textes et liens qui peuvent être considérés comme pornographiques.

Aujourd’hui c’est l’été et La pensée du discours propose sa nouvelle série de saison : « Signes, sexe and linguistique ». Elle est consacrée à la manière dont la linguistique parle (ou pas) du sexe, de la sexualité, de l’érotisme et de la pornographie. C’est apparemment un thème un peu caliente, et qui se marie bien avec les gainsbouriennes promesses de mer-plaisir-soleil que font miroiter les « grandes vacances », mais, amateurs de lectures faciles qui pensiez lire les billets sur votre Ipad à la plage entre crème solaire et glacée, vous serez déçus : c’est un sujet très, comment dire, technique… Il y aura donc surtout de la lexicologie, de la lexicographie, de l’analyse du discours, de la pragmatique, un peu de TAL, de la rhétorique, de la philosophie, de l’éthique.

Mon exploration va s’affiner au fur et à mesure des semaines mais je vois pour le moment trois sous-domaines des sciences du langage qui s’intéressent à ces questions : la lexicologie-lexicographie qui enregistre, décrit et analyse les mots du sexe et de la sexualité (Guiraud, Lehmann, Feldman), et qui parfois en fournit une mesure, comme Véronis et son pornomètre ; l’analyse du discours et la linguistique énonciative qui décrivent l’énonciation érotique, souvent à partir de la littérature (Lagorgette, Maingueneau) ; la pragmatique, englobant au sens très large certaines approches philosophiques et de genre, qui s’interroge sur la performativité du discours pornographique (Butler, McKinnon, Haraway).

La dénomination sexuelle et le discours pornographique sont des activités langagières et discursives qui posent un certain nombre de questions aux sciences du langage comme discipline scientifique bien sûr mais aussi (et surtout ?) comme champ d’investigation de la vie humaine, du fonctionnement des sociétés et de l’établissement des normes et des valeurs qui en permettent la marche. Ce qui tourne autour de la sexualité pose d’abord la question de la légitimité institutionnelle de l’objet pour la discipline, et donc directement celle de la norme du discours, du tabou des contenus, de ce que Foucault appelait l’ordre du discours. Je m’inquiète assez peu de savoir ce que mes collègues penseront de cette série (il n’y a d’ailleurs presque pas de culture du blogging scientifique dans ma discipline), mais je sais que je ne l’écrirais pas si j’étais doctorante ou débutante dans la profession. J’ai entendu, au cours d’une audition pour un poste de maître de conférences en 1995, de la part de quelqu’un qui défendait plutôt mon dossier, que ma thèse (sur le lexique de l’armée de terre française) n’était pas « linguistiquement correcte ». Puis on m’a gentiment appelée la « Madelon de la linguistique française » dans la salle des professeurs d’une grande université de la banlieue parisienne. J’imagine donc sans peine ce qui aurait été dit si j’avais présenté un travail sur le sexe, et disserté savamment sur les dénominations argotiques de la verge ou les formulations métaphoriques des positions sexuelles.

Une autre question est liée aux constructions idéologiques et à la manière dont les prédiscours les programment et dont les discours les inscrivent. Comme dans la vie, le sexe et la sexualité féminins sont invisibilisés par rapport au masculin dans les discours. On sait par exemple qu’il existe presque autant de noms pour le pénis que pour le vagin ou le clitoris, mais que les premiers sont bien mieux connus (et employés ?) que les seconds ; la campagne de l’association féministe Osez le féminisme ! qui a commencé hier soir (ce qui explique pourquoi vous voyez ce matin un certain nombre de clitoris affichés aux murs et pochés sur les trottoirs des villes françaises) ne fait que mettre en lumière cette asymétrie, qui se manifeste aussi dans l’éducation : le Guide du zizi sexuel de Zep et Hélène Bruller, dont la sortie a été très médiatisée à cause de la renommée du « père » de Titeuf, présente ce type de représentation. La sexualité féminine y est en effet présentée comme plutôt tournée vers la maternité (comme le montre le glossaire) et le fameux « clito » est décrit de la manière suivante : « comme un minuscule zizi de garçon avec un urêtre pour faire pipi » (!). Pain bénit pour les analystes du discours qui peuvent, sur un seul énoncé, étudier la tournure comparative, la formulation de l’erreur anatomique et la perpétuation du tabou prédiscursif de la fonction purement érotique du maudit petit organe… Autre prédiscours coriace : les puissantes normes sexuelles à la fois hétéronormatives et androcentrées, encore présentes dans nos sociétés, qui présentent en discours l’activité dans le rapport sexuel comme essentiellement masculine, comme le montre de manière évidente le corpus sadien, qui reste un modèle possible pour l’écriture de Ces livres qu’on ne lit que d’une main, ou le cinéma pornographique de masse, qui privilégie la pénétration, ou encore cet intéressant petit guide du plaisir… masculin épinglé par Maïa Mazaurette. Les études de genre ont par ailleurs bien montré, textes et discours à l’appui, à quel point la sexualité lesbienne était considérée comme, au mieux une non-sexualité, un jeu entre filles, et au pire un motif du désir masculin, un jeu pour les garçons.

Une troisième question, posée par les féministes américaines, concerne la performativité du discours pornographique, question commune à d’autres phénomènes discursifs comme l’insulte par exemple. Pour Catharine McKinnon, féministe radicale, le discours pornographique, en particulier au cinéma, produit des effets dans la vie sociale, et favorise en particuler la violence des hommes envers les femmes en présentant des modèles de domination sexuelle (c’est la thèse de son célèbre ouvrage, Only Words). Judith Butler ou Donna Haraway contestent cette position, Butler avançant par exemple la notion de performance, qui selon elle permet l’appropriation par le sujet des discours qui lui sont adressés ou qui le désignent. Elle propose la notion de « puissance d’agir linguistique » (linguistic agency), qui est issue d’un retravail de l’agentivité (agency) des linguistes, et qui lui permet d’élargir la question du Pouvoir des mots.

Ce sont ces questions que j’essaierai de traiter dans cette série d’été, en commençant par les dictionnaires et différents documents lexicographiques qui fournissent des normes et représentations prégnantes des réalités physiologiques, sociales, culturelles, morales et politiques liées au sexe.

Crédits
1. et 2. « Sin titulo », Xabier Selc, 2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.

Mardi 5 juillet. Signes, sexe and linguistique 1. Les dictionnaires savent-ils parler de sexe ?


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...