Les Souffles des Aïeux. Birago Diop

VIATIQUE

Dans un des trois canaris
des trois canaris où reviennent certains soirs
les âmes satisfaites et sereines,
les souffles des ancêtres,
des ancêtres qui furent des hommes
des aïeux qui furent des sages,
Mère a trempé trois doigts,
trois doigts de sa main gauche
le pouce, l’index et le majeur ;
Moi j’ai trempé trois doigts
trois doigts de la main droite
le pouce, l’index et le majeur.

Avec ses trois doigts rouges de sang,
de sang de chien,
de sang de taureau,
de sang de bouc,
Mère m’a touché par trois fois.
Elle a touché mon front avec son pouce,
Avec l’index mon sein gauche
Et mon nombril avec son majeur.

Moi J’ai tendu mes doigts rouges de sang,
de sang de chien,
de sang de taureau,
de sang de bouc.
J’ai tendu mes trois doigts aux vents
aux vents du Nord, aux vents du Levant
aux vents du Sud, aux vents du couchant ;
Et j’ai levé mes trois doigts vers la Lune,
vers la Lune pleine, la Lune pleine et nue
Quand elle fut au fond du plus grand canari.

Après, j’ai enfoncé mes trois doigts dans le sable
dans le sable qui s’était refroidi.
Alors Mère a dit : « Va par le Monde, Va !
Dans la vie ils seront sur tes pas. »
Depuis je vais
je vais par les sentiers
par les sentiers et sur les routes,
par-delà la mer et plus loin, plus loin encore,
par-delà la mer et par-delà l’au-delà ;
Et lorsque j’approche les méchants,
les Hommes au cœur noir,
lorsque j’approche les envieux,
les hommes au coeur noir
Devant moi s’avancent les Souffles des Aïeux.

Les textes de Birago Diop sont accessibles en ligne : par exemple ici et ici

Merci à Mortadha et Ryadh, qui font circuler les paroles magiques

Crédits : « Masque vaudou », Gongashan, 2009, galerie de l’auteur sur Flickr


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search