Série de printemps. Ce que disent les objets

Ce soir, à 22h20 (heure de France), c’est l’équinoxe de printemps, moment où la durée du jour est égale à la durée de la nuit sur tous les points de la Terre. La pensée du discours qui vit au rythme des saisons a donc revêtu sa robe de printemps, et propose sa nouvelle série : Ce que disent les objets.

Les objets inanimés, qui ont une âme comme chacun sait, ont aussi une bouche : ils parlent, souvent, et beaucoup. Mais on ne les écoute sans doute pas assez. Pourtant, on peut penser qu’ils font partie de nous, au sens où ils contribuent à construire notre réalité. Dans un livre très peu connu en France, sans doute occulté par le très célèbre L’effort pour rendre fou paru plus tard, le psychanalyste américain Harold Searles développe ce point de vue et en fait un ressort essentiel de la vie psychique. Dans L’environnement non humain, paru aux États-Unis en 1960 et traduit plus de 25 ans plus tard en français, il considère que l’étude de la maladie mentale, qui se base uniquement sur des données intra- et interpersonnelles, est lacunaire et reste impuissante à saisir nombre de phénomènes. Il étend ce point à la vie « normale » et pose la thèse suivante : « La thèse de ce livre est que l’élément non humain de l’environnement de l’homme forme l’un des constituants les plus fondamentaux de la vie psychique » (p. 27). Searles pense en effet que

[…] l’homme ne se trouve pas, face à la réalité non humaine, dans la situation d’un étranger mais d’un proche parent. Il y a bien longtemps que l’homme a recueilli la preuve de son appartenance à la grande famille animale et à la communauté plus vaste encore de la nature animée et enfin, de par la structure chimique de son corps comme de par son inévitable transformation en matière inorganique, une fois écoulé son temps de vie, à la texture même de toute matière créée, à cette réalité inanimée qui est la composante principale de notre univers connu (p. 27).

Ce point de vue extrêmement novateur et hétérodoxe en 1960 est celui que reprend, sous d’autres formes évidemment, le courant de la cognition sociale distribuée, à travers la théorie des affordances en particulier. À la fin des années 1970, le psychologue James J. Gibson, spécialiste de la perception visuelle, propose la première formulation de la théorie des affordances. J’y reviendrai dans les prochains billets, mais pour aller vite une affordance (to afford : procurer) est une propriété d’un objet ou un trait de l’environnement immédiat qui indique quelle relation l’usager doit instaurer avec l’objet, comment il doit s’en servir, ce qu’il doit faire avec. Par exemple, une chaise propose, par sa forme, son design, sa matière, etc. de s’asseoir, une porte de s’ouvrir, un verre de boire, etc. Gibson parle d’abord d' »action possibilities » déposées dans les objets et l’environnement indépendamment des agents ; puis il intègre les agents et parle de « perceived affordances« , en donnant l’exemple d’un escalier qui « n’afforde » pas de monter à un enfant qui ne marche pas encore.

Ces propositions ouvrent aux linguistes du discours une perspective féconde : travailler les énoncés en contexte, analyser la production des formes discursives au sein de leurs « conditions socio-historiques de production » comme disait la première analyse du discours (Michel Pêcheux), ce peut être aussi prendre en compte le rôle des objets dans les environnements. Le langage est alors considéré comme une activité située et non plus autonome, articulée sur les autres activités humaines et inscrite dans l’environnement humain et non humain, et non plus seulement interindividuelle. Dans cette perspective, les objets naturels et artificiels constituent des contributeurs à la production des discours et non plus un simple décor de l’activité de langage.

Les billets de cette série de printemps auront une forme de triptyque : ils présenteront des « récits d’objets » recueillis dans le cadre d’une recherche en cours ou extraits des corpus de la littérature, de l’histoire ou de la psychanalyse, puis un texte scientifique issu de l’une des disciplines qui travaillent la question des objets dans la vie humaine, et enfin un commentaire plus linguistique-discursif de ma part, dans lequel j’essaierai d’expliquer ce que disent les objets, comment se construit leur discours et pourquoi il me semble nécessaire de les intégrer dans une conception renouvelée du contexte des productions verbales.

Comme toujours, les billets de la série seront publiés le mardi. Le premier paraîtra mardi 29 mars : « Le sac de laines et la soucoupe calcinée ». Il sera question de la Seconde Guerre mondiale, de l’incendie d’un village, d’objets trouvés, transmis et réparés. Une histoire de filiation.

Les autres jours, le carnet continuera sa petite bonne femme de chemin.

Références
Gibson J.J., 1977, « The Theory of Affordances » in R. Shaw and J. Brandsford (eds), Perceiving, Acting, and Knowing : Toward an Ecological Psychology, 62-82.
Searles H., 1986 [1960], L’environnement non humain, trad. D. Blanchard, Paris, Gallimard.

Crédits
1. Sans titre, Alexis François, 2008, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.
2. « Gastronomic antiques & brocante », Anton and Janet 2008, galerie des auteurs sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Passionnant. Alors, grand nettoyage de printemps en attendant le 29 mars?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui, c’est un peu ça : on s’époussette les neurones et on fait du tri dans le carnet pour accueillir les futurs objets…