Discours et mémoire 4. Les mémoires saturées de Régine Robin

3755150147_7bbc1d4d7dSur la page d’accueil du site de Régine Robin, on trouve un onglet inactif « Page des papiers perdus ». Cela pourrait résumer la conception de la mémoire que l’historienne défend depuis Le roman mémoriel en 1989 : une mémoire fragmentée, éclatée, une mémoire de « chiffonnier » selon la métaphore qu’elle emprunte à Walter Benjamin. Mais surtout, une mémoire que seul le silence peut faire émerger dans une certaine authenticité. Les papiers perdus sont donc inaccessibles et c’est tant mieux. Ils n’en parleront que mieux. En fait, je brode : on retrouve un onglet « Papiers perdus », actif, cette fois, dans l’avenue autobiographique du site (puisque chez Régine Robin tout est déplacement urbain), qui nous mène à un texte sur la perte des papiers d’identité. Régine Robin y explique qu’elle perd constamment les siens, mais qu’ils sont tout aussi constamment retrouvés : « Je perds en permanence mes papiers d’identité, et ces papiers d’identité, qui sont tous périmés de toute façon, me reviennent. D’une part je les perds et d’autre part, je n’arrive pas à m’en dessaisir. » Ma broderie se tient finalement, et c’est bien une conception de la mémoire qui se dit là, comme le dit ce paragraphe de l’introduction de La mémoire saturée :

comme si le passé neigeait sur nous

Plusieurs ouvrages de Régine Robin portent directement sur la mémoire, dont Berlin Chantiers (2001) et La mémoire saturée (2003). J’ai plusieurs fois évoqué Berlin Chantiers, sur ce carnet et dans mes travaux, en particulier dans Les prédiscours, pour mettre en place la notion de démémoire discursive sur laquelle je reviendrai dans le prochain billet. Je voudrais parler ici de La mémoire saturée, importante synthèse de plus de 500 pages sur les mémoires historiques contemporaines, parce que cet ouvrage présente une conception particulière et hétérodoxe de la mémoire contemporaine, où les notions de silence et d’oubli jouent un rôle fondamental. Cette conception est travaillée par Régine Robin depuis longtemps, mais cet ouvrage en donne une forme qui me semble aboutie, et qui offre une contribution possible à la théorie du discours telle que j’essaie de la dessiner. Les réflexions de Régine Robin sur l’histoire et la mémoire  me semblent en effet richement contributives à une pensée du sens des mots et des discours. Je précise un détail technique : j’ai lu La mémoire saturée en format Kindle, qui ne donne pas les pages mais les « emplacements » ; je cite les passages du livre par capture d’écran et j’en précise les emplacements dans le volume. Je pense que ce mode de repérage très spatial plairait sans doute à Régine Robin.

Saturations

Le trait dominant de la mémoire contemporaine pour Régine Robin est la saturation. Le trop de mémoire fait courir à la mémoire le risque de sa disparition par l’oubli, ou d’une transformation radicale qui l’éloignerait de sa fonction dans la vie humaine. La saturation se manifeste selon elle sous quatre modalités, l’inversion des signes, la symétrisation des passés, la multiplicité des formes mémorielles et la volonté excessive de conservation :

Capture d’écran 2013-07-27 à 13.49.31

Capture d’écran 2013-07-27 à 13.50.07

(Emplacement 231)

Les spectres et les chiffonniers

À cette saturation, Régine Robin oppose la fragmentation, l’errance et le ratage, dans la première partie de son ouvrage, « Présences du passé ». Pour elle, l’histoire est constamment réaménagée par la mémoire et elle fait siennes les notions d’hétérogénéité temporelle et d’inactualité défendues par Jacques Rancière :

Capture d’écran 2013-07-27 à 14.16.33

Capture d’écran 2013-07-27 à 14.23.56

Capture d’écran 2013-07-27 à 14.24.17

(Emplacement 669)

Comme l’histoire, et contrairement à ce que les sémanticiens orthodoxes, souvent profanes d’ailleurs, pensent et déclarent, le sens n’est ni rectiligne ni chronologique, et s’élabore également dans l’hétérogénéité et l’inactualité. Quand je parle des sémanticiens profanes, je pense en particulier à cette tradition, chez les essayistes, surtout philosophes, de la déploration autour du changement de sens, à partir du vieux thème de l’abus des mots très vivant au 18e siècle. Il y a toute une doxa décliniste sur cette question, animée par un vocabulaire de la torsion, de la dégradation voire de la perversion : tordre le sens des mots, les employer hors de leur signification, dégrader leur signification… Mais les mots n’ont pas un sens, qui serait le bon sens, qu’il faudrait respecter, comme le fil de l’histoire, chronologiquement et avec homogénéité. Outre leur polysémie « naturelle » (dans la langue, la polysémie est la règle, et la monosémie l’exception), les mots voyagent d’une formation discursive à une autre, comme le signalait Michel Pêcheux, et se chargent de l’expérience de ces voyages : ils prennent d’autres sens, en abandonnent en cours de route, en transforment d’autres. Cela ne se fait pas sans régulation, bien au contraire, les sens se mettant en place dans ce que Georges Kleiber un accord intersubjectif : c’est parce que dans une société, une communauté, un accord se dégage sur les emplois des mots, que les sens se fixent, le dictionnaire venant entériner, à postériori, cet accord à partir des traces d’usage dans les discours.

Les mots, et les discours qui les activent, sont un peu comme les chiffonniers dont parle Walter Benjamin et dont Régine Robin fait une de ses deux figures d’historien, avec le spectre :

Capture d’écran 2013-07-27 à 14.24.33

Capture d’écran 2013-07-27 à 14.25.36

(Emplacement 699) 

Si le chiffonnier ramasse les bouts d’usage singuliers pour en faire le patchwork de l’histoire, le spectre incarne quant à lui les non-dits de l’histoire :

Capture d’écran 2013-07-27 à 14.25.58

(Emplacement 730)

C’est là sans doute que l’analogie (filée ici à titre heuristique et non prise à la lettre) entre le travail du spectre et celui de la mémoire discursive peut se construire. Les notions d’interdiscours et de préconstruit, chez Michel Pêcheux et Paul Henry, ont ces traits spectraux : l’interdiscours en particulier est bien cet “espace tiers” qui permet au sens de se construire dans l’insu de ses déterminations. Comme l’histoire écrite par les spectres et les chiffonniers, la langue est ce “mauvais outil” que décrivait Paul Henry, qui implique que les discours soient traversés de non-dits, d’implicites, d’insus, d’autre chose que ce qu’ils prétendent dire. Hétérogénéité et inactualité décrivent aussi bien l’histoire que la production du sens.

Les formes de l’oubli

Dans le chapitre 3 de cette même partie, « La couleur de l’oubli », Régine Robin propose une typologie des formes d’oubli qui trouvent des échos dans le travail linguistique sur les discours.

Elle évoque d’abord la démolition, les « destructions pures et simples », en donnant les exemples de Dresde ou de Varsovie, du palais de la République à Berlin, mais aussi de certaines restaurations urbaines qui impliquent la destruction des données architecturales antérieures. Elle envisage ensuite l’amnistie, qui concerne davantage les aspects discursifs, comme le montre cet extrait de l’édit de Nantes :

chap. 3 1206-2013-07-27 à 15.13.27

(Emplacement 1206)

« En faire mention, procès ou poursuite », autant d’activités discursives, des « interdits de citations » selon Régine Robin, qui vont parfois jusqu’à concerner les historiens eux-mêmes, les archives tombant parfois sous le coup de ces interdits d’amnistie.

L’effacement est un troisième type d’oubli, qui procède par le silence et les tabous de l’amnésie. Régine Robin mentionne la damnatio memoriae, qui consiste chez les Romains à abolir la mémoire d’un ancien souverain (destruction de portraits, d’effigies, effacement d’inscriptions, etc.), qui m’évoque les pratiques d’éradication dans la Grèce antique, racontées par Nicole Loraux dans La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes. Par la formule me mnesikakeîn, « il est interdit de rappeler les malheurs », on interdit, au nom de la paix, la mémoire des conflits antérieurs, interdiction que l’on concrétise en recouvrant de chaux des tablettes d’argile. C’est alors l’interdiction de la mémoire qui est soulignée, plus que la mémoire interdite, cette dernière étant, de fait, maintenue paradoxalement en vie du fait de l’interdiction même. J’ai proposé pour ma part  le terme d’amémoire pour ces discours interdits qui n’existent que du fait de leur interdiction, forme discursive du trauma, et j’y reviendrai dans le prochain billet.

Enfin, la substitution est une forme puissante d’oubli, peut-être la plus « véritable » selon l’historienne. Dans Berlin Chantiers, Régine Robin avait proposé le terme de démémoire pour nommer ce processus, en s’appuyant sur l’exemple des débaptêmes-rebaptêmes des rues de Berlin, hauts lieux et enjeux de mémoire idéologique et politique. La démémoire discursive proposée dans Les prédiscours en est directement issue. Dans La mémoire saturée, elle donne d’autres exemples de substitution, tours de passe-passe d’une mémoire qui souhaite conserver une mythique respectabilité.

C’est de ce dernier processus que relève selon elle la « nouvelle » mémoire juive qui émerge du procès Eichmann. Elle rappelle que selon Shoshana Felman, le procès permet aux Juifs d’acquérir une « autorité sémantique ». Le terme est évidemment intéressant et fait écho à l’autorité sémantique qu’Alain lecomte attribue à la mémoire interdiscursive. Régine Robin est très critique sur une telle reconstruction-substitution de la mémoire juive, qui en constitue un risque de disparition par banalisation et réification selon elle :

Capture d’écran 2013-08-02 à 15.06.31 Capture d’écran 2013-07-27 à 16.05.20

(Emplacement 2360)

La banalisation et la réification sont des formes de disparition dans la mesure où elles vident la mémoire de l’expérience toujours mouvante et instable des vivants, pour instituer une fixité vénérable et saisissable. Dans la deuxième partie de son livre consacrée à la mémoire de la Shoah, Régine Robin rappelle à ce propos une remarque de Reinhart Koselleck, mentionnant « le passé présent saturé d’expérience des survivants [qui] devient un pur passé d’où s’est retirée l’expérience, même si nous vivons encore dans son ombre » (Koselleck 2001 : 153-154). Pour elle, c’est plutôt le silence qui fera parler la mémoire, par bouts et fragments et chiffons à récolter en vue d’un patchwork inédit :

Capture3326 d’écran 2013-07-27 à 16.17.54

(Emplacement 3338)

Ce qui importe à Régine Robin, dans cet ouvrage comme dans le reste de son œuvre, y compris dans les fragments de balades à pied, en autobus et dans les bistrots parisiens que l’on trouve sur son site, c’est de montrer à quel point le passé nous structure, et à quel point nos mémoires font de nous ce que nous sommes, de manière créative et évolutive, pour peu que ces mémoires restent vivantes, c’est-à-dire, d’une certaine manière, insaisissables :

II-1-3490-2013-07-27 à 16.42.15

(Emplacement 3493)

Dans le prochain billet, consacré aux notions de démémoire et d’amémoire, je reviendrai sur la seconde partie de La mémoire saturée, et en particulier sur les mémoires traumatiques, absntes et présentes à a fois, et en tout cas transmises, dans le silence du trauma.

Références

Benjamin Walter, « Sur le concept d’histoire », cité dans Didi-Huberman Georges, 2000, Devant le temps, Paris, Éditions de Minuit, p. 116
Felman Shoshana, 2001, « Théâtre de justice : Hannah Arendt à Jérusalem », Les temps modernes, 615-616, p. 41.
Koselleck Reinhart, postface au livre de Charlotte Beradt, 2001 [1981], Rêver sous le IIIe Reich, Paris, Payot.
Rancière Jacques, 1996, « Le concept d’anachronisme et la vérité de l’historien », L’inactuel, 6, 53-68.
Robin Régine
– 1989, Le Roman mémoriel : de l’histoire à l’écriture du hors-lieu, Montréal, Éditions du Préambule.
– 2001, Berlin Chantiers. Essai sur les passés fragiles, Paris, Stock.
– 2003, La mémoire saturée, Paris, Stock.

Crédit : « Broken Flowers », 2009, Romanorum animi, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 13 août 2013, “Les mémoires saturées de Régine Robin“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=4260, consulté le…

Prochain billet : Discours et mémoire 5. Démémoire discursive et amémoire (in)volontaire


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Anne Baillot dit :

    Merci pour ce magnifique billet – j’attends la suite avec impatience et me rue de ce pas sur la littérature citée!

  1. 23/08/2013

    […] l’exploration conceptuelle de l’usage du concept de mémoire en analyse du discours. Le précédent billet, consacré à Régine Robin et à son ouvrage La mémoire saturée, évoquait la notion de […]