Discours et mémoire 3. Les lignées discursives de la Manif Pour Tous

8627033291_c1cb558ee5On n’a peut-être pas assez insisté, faute de l’avoir mesurée sans doute, sur la fonction argumentative de la mémoire discursive. Je rappelle la notation d’Alain Lecomte, dont le texte de 1981, “Comment Einstein raconte comment Newton expliquait la lumière, ou le rôle de la mémoire interdiscursive dans le processus explicatif”, est un peu le fil rouge de cette série : “l’autorité — c’est-à-dire la mémoire” ; la mémoire autorise donc le sens, c’est elle qui permet les productions-interprétations, les circulations et les transmissions discursives. Ses lignées font autorité sémantique.

Force polémique des analogies mémorielles

Ces derniers mois en France, on a pu assister à un débat très intense autour de la loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe, promulguée le 18 mai 2013. Les mémoires interdiscursives n’ont cessé de se croiser, de s’entrelacer et d’entrer en conflit pour appuyer les positions de chacun. C’est chez les opposants que les mémoires des mots et des dires ont le plus circulé, confirmant en cela la valeur argumentative de la mémoire : une opposition, qui ne détient pas l’autorité, tant juridique que politique ou même symbolique, doit toujours trouver plus d’arguments qu’une majorité, et la référence analogique est alors un outil polémique puissant. Les opposants au mariage pour tous ont largement exploité leurs compétences analogiques et l’on peut distinguer trois grandes références historiques qui leur fournissant des lignées discursives fécondes, leur ont servi d’instruments polémiques : la Révolution française, la régime de Vichy et plus largement les fascismes européens des années 1930-40, ainsi que la Révolution de mai 1968. Ils se sont également appuyés sur un procédé argumentatif classique, la preuve par l’étymologie, qui est une forme de prédiscours : l’appel à la mémoire de la langue, que j’appelle l’étymologisme, est en effet une manière de poser une autorité supérieure  qui serait seule apte à décréter le sens des mots mais surtout à décider quel référent est suceptible d’être désigné par tel signe.

Mythologie révolutionnaire : Guillotine et guerre civile

Un des morceaux de bravoure de Frigide Barjot, la meneuse de “Manif pour tous” au long de ce que les opposants à la loi Taubira ont nommé le “Printemps français”, est cette exclamation du 12 avril 2013 : « Hollande veut du sang, il en aura ! Tout le monde est furieux. Nous vivons dans une dictature ». Elle venait d’affirmer qu’un « couperêt venait de tomber sur la tête du peuple », avant de préciser : « Le président de la République a décidé de nous guillotiner. Si ce soir (vendredi) il fuse des ‘Hollande démission’, contrairement aux autres fois, je n’empêcherais pas les slogans » (Le Nouvel Observateur, 12.04.2013). Au même moment, Philippe Gosselin, député UMP de la Manche, parle de « guerre civile ». La captation du lexique de la Révolution est évidente (guillotine, couperêt) et l’on peut comprendre ce segment comme un appel à l’opposition binaire Nobles vs Tiers état qui structure en partire l’imaginaire de la période. Le pouvoir républicain actuel est alors désigné dans les termes du pouvoir révolutionnaire de l’époque. Mais l’emploi de peuple vient déplacer la référence et les prédiscours sont ici mobilisés avec une élasticité assez grande, François Hollande étant finalement plus décrit, dans l’implicite des équivalences, comme un Louis XVI « dictatorial » que comme un libérateur de l’oppression. Cet appel au peuple s’articule avec un discours également beaucoup entendu dans les rangs de la Manif pour tous : la distinction entre le pays légal et le pays réel, vieille opposition maurassienne qui a été intégrée au discours des anti, peuple entre alors en écho avec pays réel. Guillotine, couperêt et peuple deviennent alors les signifiants abstraits de la lutte politique, sortis de leurs lignées lexicales d’origine, fortement contextualisées dans l’histoire, et mis à disposition, comme des formes vides prêtes à l’usage, des locuteurs du 21e siècle et de leurs débats et combats.

Signifiants totalitaires : résistance et fascisme

L’assimilation du pouvoir à la dictature est un procédé courant pour les opposants et l’on a pu entendre une déclinaison assez large des références aux totalitarismes du 20e siècle.

Le terme résistance est vite devenu le mot-catégorie pour désigner l’opposition à la loi, à tel point que François Hollande s’est livré à quelques cours de linguistique spontanée pour tenter de remettre les mots dans les rails de leurs sens :

« Résistance », « Etat fasciste »… Autant de termes employés dimanche 26 mai par certains opposants au mariage homosexuel, qui n’ont pas plu à François Hollande. En déplacement au lycée Buffon à l’occasion du 70e anniversaire de la création du Conseil national de la Résistance, le président est revenu sur ces termes.

 »Les mots ont toujours un sens. Il faut leur donner leur signification. La Résistance, c’était par rapport au nazisme, à l’Occupation », a déclaré le président de la République devant des journalistes à Paris.

 »La collaboration, c’était des Français qui étaient avec l’occupant. Et le fascisme, le nazisme, la dictature, c’était une époque qui heureusement est révolue. Donc nul n’a le droit d’utiliser ces mots pour défendre des idées – si on peut appeler ça des idées – d’aujourd’hui », a-t-il poursuivi.

François Hollande a condamné ceux « qui utilisent les mots de la Seconde Guerre mondiale, la lutte contre le nazisme, à des fins qui n’ont plus rien à voir avec ce que ces mots, justement, ont signifié » (BFM TV, 27 mai 2013).

François Hollande soulève ici la question du changement de sens et de l’abus des mots, vieille question agitée par les philosophes dès le 17e siècle (Bacon, Hobbes ou Spinoza), puis approfondie par Locke au 18e, les essayistes (le livre de Klemperer repose entièrement sur cette idée de modification négative du sens des mots) et certains linguistes (qui s’occupent d’éthique du discours à travers notamment la quetsion de la responsabilité énonciative). Si les mots possèdent en effet un sens stable, issu de l’accord intersubjectif des membres d’une société à une époque donnée, ils ont aussi une plasticité sémantique importante et peuvent « voyager », selon le terme de Michel Pêcheux d’une mémoire à une autre. Interdire ces voyages ou les contester en défendant une pérennité du sens équivaut à faire du sens une donnée ontologique et de la langue un conservatoire immuable (ce qui est la position des puristes, fixés sur le modèle mythique de perfection langagière du 17e siècle). Dans Langage et morale, j’ai essayé de mettre en place un dispositif pour saisir les changements de sens et les usages nouveaux en évitant autant la condamnation fixiste que la relativité absolue, et en m’appuyant, comme dans l’ensmeble de l’ouvrage, sur les métadiscours des usagers, comme les remarques de François Hollande ci-dessus. J’ai proposé la notion d’ajustement vs inajustement à la mémoire discursive d’une société donnée à une époque donnée, qui permet de traiter les modifications lexiclaes et sémantiques de l’intérieur des usages, et à partir des valeurs d’une société sans faire appel à une instance supérieure (le plus souvent l’Académie française, dans l’imaginaire courant) qui décréterait « d’en haut » à quels référents doivent s’appliquer les signes.

Dans les exemples qui surgissent des discours de la Manif pour tous, les termes fascisme et résistance n’ont peut-être plus la spécficité que leur accorde François Hollande : s’ils s’intègrent bien dans les lignées discursives de la Seconde guerre mondiale et de l’entre-deux-guerres, on sait cependant qu’ils ont subi une extension de sens, en particulier fascisme, devenu un terme général désignat tout pouvoir autoritaire. Le TLF donne d’ailelurs une formulation à cette extension, via la marque “par exagération” :

P. exagér. Toute attitude totalitaire, hors du domaine politique. Fascisme littéraire. Le rêve de Wells, c’est un fascisme économique et scientifique, quelque chose comme la dictature de l’Institut de France que souhaitait Renan, mais une dictature appuyée sur la sensualité (MAUROIS, Édouard VII, 1933, p. 290). Il est nécessaire de dénoncer (…) le fascisme professionnel de quelques hommes [les médecins de fous] (H. BAZIN, Tête contre murs, 1949, p. 346).

Quant au terme résistance, le sens historique est lui-même une spécialisation d’un mot déjà richement polysémique ; il n’est pas tout à fait certain que tous les emplois du mot par les opposants à la loi Taubira se référent précisément à la Résistance française à l’Occupation allemande (notés le plus souvent, comme périodes-événements, avec des capitales) et des exemples comme celui qui suit ne fournissent pas selon moi d’appels aux prédiscours suffisamment explicites pour que l’interprétation historique soit vraiment tenable :

Alain Escada répond à nos questions lors de cette première journée de session d’été.Il nous explique que face au totalitarisme anti-chrétien et anti familial la résistance doit s’organiser.
Cet après-midi commence par une conférence de Vivien Hoch sur le plan de Vincent Peillon sur l’éducation nationale et sa volonté de détruire la famille.
L’idéologie de V. Peillon, ministre de l’éducation nationale, vise « la transformation socialiste et progressiste de toute la société » car  » le socialisme doit incarner la révolution religieuse dans le temps » et pour cela on doit « arracher les enfants à leur famille par la scolarisation précoce » pour mieux leur enseigner le « catéchisme républicain« .
Le « catéchisme républicain » est une  « morale laïque » profondément anti-religieuse, ouverte à l’idéologie du genre…
« en italique« : citations de Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale (France Jeunes Civitas, 26 juillet 2013).

Se pose ici un problème qui est central en analyse du discours, et qui est toujours insuffisamment traité à mon sens : celui de la dimension interprétative des analyses, en particulier en ce qui concerne le discours politique. Les analystes du discours travaillent en effet dans/avec/sur des mémoires discursives qu’ils détiennent eux-mêmes et l’analyse est donc souvent une “reconnaissance” de leur propre culture. On pourra m’objecter que le traitement automatique des grands corpus vise à réduire ce biais, mais le choix même des corpus le maintient à mon avis. Je ne souligne d’ailleurs pas pointer ce phénomène par désir d’objectivité, bien au contraire : les analystes doivent à mon sens intégrer leur mémoire à leurs analyses, ne pas oublier qui ils sont et intégrer dans leurs travaux un dispositif pour le dire explicitement. Aucun corpus ne reste intact à partir du moment où un linguiste (mais également tout chercheur, même le plus “scientifique” en laboratoire) l’a ne serait-ce que choisi ou repéré, et c’est une question sur laquelle je reviens régulièrement dans La pensée du discours. L’ethnologie le sait depuis longtemps, nous travaillons cette question régulièrement dans le carnet Espaces réflexifs (j’y ai plusieurs fois mentionné les travaux de Sophie Caratini, Geoges Devereux, Florence Piron, et d’autres), mais, si l’on en croit le dernier billet de Marie Ménoret dans le carnet Damoclès for ever, la sociologie par exemple a encore du travail pour intégrer ce paramètre.

Signes concentrationnaires : étoiles, triangles et Lebensborn

Je ferme cette parenthèse réflexive pour revenir à “mes” lignées discursives. Si fascisme et résistance ne sont pas forcément interprétables dans leur contexte historique étroit, il semble cependant que la désormais célèbre mention du terme étoile par Christine Boutin ne soit guère ambiguë. On se souvient de ce tweet aussi étrangement écrit que provocateur :

Capture d’écran 2013-07-28 à 16.49.49

Le sens du terme étoile ici ne fait guère de doute pour les raisons suivantes : sa cooccurrence avec “publier la liste des dissidents” qui signale quelque chose de l’ordre de la dénonciation voire de la stigmatisation, l’articulation avec le terme couleur, qui évoque la couleur jaune de l’étoile qui marquaient les victimes juives de la déportation nazie, mais surtout la présence d’autres occurences de ce type dans les environnements discursifs de ce “printemps”, et de la part des deux camps. Des termes comme triangle rose et triangle noir sont en effet apparus dans les débats. En voici une brève liste :

– Maître Jérôme Triomphe : « le tee-shirt de la Manif Pour Tous est la nouvelle étoile jaune » (F. Desouche, 31 mai 2013).

– Christian Assaf (PS) : «Le temps du triangle rose est terminé ! » (« Mariage gay : des propos sur le «triangle rose» indignent l’UMP », Le Parisien, 31 janvier 2013).

– Élie Aboud (UMP) : « Je peux vous assurer que mes collègues pédopsychiatres se réveillent et se rendent compte qu’il y a un vrai danger. Et d’ailleurs, je regarde mon collègue député de l’Hérault, monsieur Assaf, pour lui dire qu’il y a un pédopsychiatre qui est reconnu, et on peut pas le soupçonner de consanguinité politique avec nous, qui alerte toute la société », a déclaré l’élu de droite. « Vous savez madame la garde des Sceaux, ce n’est pas du triangle rose qu’il parle, mais d’un triangle noir, avec inscription SOS Danger » (paroles rapportées dans le Le Nouvel Observateur, 5 février 2013).

Contrairement à fascisme et résistance, il n’y pas de polysémie ni d’extension de sens possible pour étoile jaunetriangle rose et triangle noir, qui désignent des réalités uniques dans l’histoire. L’inscription dans la lignée discursive concentrationnaire est explicite, et l’appel à l’interprétation est réduit ; c’est surtout d’un l’appel à la culture du récepteur qu’il s’agit, qui est aussi, cependant, une forme d’interprétation. Même cas de figure pour Lebensborn peu susceptible d’extension et d’affaiblissment de sens pour les mêmes raisons, mais également à cause de la conservation du mot dans la langue d’origine. Dans un pamphlet contre le mariage homosexuel publié dans le Huffington Post, intitulé « Arrêtez le progrès,je veux descendre ! », Jacques Tarnero et Monette Vacquin, défendant une position clairement religieuse (voir les références à l’Ancien Testament dans le texte), mentionne les Lebensborn, maternités SS destinées à fabriquer des enfants aryens purs :

Jusqu’à nouvel ordre, se prendre pour dieu, tout en faisant profession de foi d’athéisme, n’a jamais servi une plus grande harmonie, ni dans la nature ni dans la culture. Les vaches sont devenues folles parce que de grands innovateurs ont eu l’idée de leur faire brouter des farines animales plutôt que de manger l’herbe que dame Nature leur avait destinées. Le souci louable de l’égalité des droits pour les couples homosexuels n’a rien à voir avec ce projet aberrant au sens le plus profond du terme. Si demain les genres de « homme » et de « femme », de « père » et de « mère » devaient être effacés des comptines pour enfants, c’est un lebensborn d’un nouveau genre que les crèches abriteront (Huffington Post, 15 novembre 2012).

Il faut noter la référence à l’affaire de la vache folle qui précède, et qui se fait au sein de ce que l’on peut interpréter comme une dénégation (« n’a rien à voir avec ce projet aberrant » : alors, pourquoi le mentionner ?), animalisant de fait les futurs enfants de couples homosexuels, conformément à un discours entendu également pendant les débats (les enfants comparés à des « aninaux de compagnie »).

Une menace française : « Salope ! Tu seras tondue »

Je termine ce tout d’horizon lexico-discursif par une dernière inscription d’un discours contemporain dans une mémoire discursive antérieure. La sénatrice PS Laurence Rossignol a publié sur Twitter le 22 mai dernier la photo d’une lettre anonyme qui lui a été adressée après sa participation à l’émission télévisée « Ce soir ou jamais ». Non sans humour, elle twittait : « “Tu seras tondue salope”. Cher administré, moi aussi je vous aime », et j’avais retwitté son message en commentant « mémoire discursive » :

Capture d’écran 2013-07-31 à 11.23.49

Cette lettre, non représentative car isolée, en tout cas à ma connaissance, est cependant intéressante pour la mémoire qu’elle convoque : Laurence Rossignol reformulée en « salope tondue » est donc présentée comme coupable du « crime » reproché à certaines femmes françaises à la Libération, avoir couché avec l’occupant.

Capture d’écran 2013-08-01 à 09.38.56 

Comment fonctionne l’analogie dressée par cette lettre étonnante ? Tout d’abord, c’est une affaire de sexe : si les femmes tondues avaient eu des rapports sexuels avec des Allemands, la sénatrice PS qui défend le mariage homosexuels est censée en avoir eu aussi… mais avec qui ? Ce n’est pas très clair, sans doute les auteurs et les défenseurs de la loi c’est-à-dire tout le Gouvernement et les députés favorables à la loi Taubira, mais en tout cas avec une figure de l’occupant, de l’ennemi, de celui qui va distribuer les étoiles jaunes ; et c’est sans doute là que l’on peut, éventuellement, retrouver les « résistants ». Derrière la tondue, c’est sans doute la traîtresse qui domine. Il est intéressant également que la lettre lui donne son titre, au masculin, « sénateur Laurence Rossignol », ce qui souligne qu’il s’agit bien de politique, et que la « sénateur » est attaquée sur le pouvoir qu’elle détient. J’avoue cependant que cette lettre me semble tellement caricaturale que je ne sais pas très bien comment l’évaluer : si elle est sincère, alors je ne mesure pas assez à la fois la vitalité de la mémoire de la Libération et la force des stéréotypes ; s’il s’agit d’un pastiche, je le trouve un peu trop chargé pour être crédible.

Une interprétation mémorielle américaine : quand les Hommen deviennent des icônes gay

Je termine cette traversée de discours pénibles par un peu de fraîcheur discursive venue des États-Unis, qui me sortent un peu de mon objet, sémiotiquement parlant en tout cas puisqu’il s’agit de photographies sans texte. Sur son célèbre blog America Blog, John Avarosis a rédigé deux billets drôles et réjouissants sur la dimension homoérotique des photos des Hommen, »France’s flaming gay haters take off their clothes and spread their legs for heterosexuality » (11 juillet 2013) et « France’s gayest homophobes strike again » (29 juillet 2013) ; le Huffington Post en a publié une traduction mais je conseille vraiment la lecture en anglais). Il faut dire que les jeunes militants ne lésinent pas sur le contact corporel explicite et les poses, disons, offertes, ce qui les distingue des Femen, soit dit en passant, qui ne présentent pas cette dimension potentiellement sensuelle. Il faut lire ces posts pleins d’humour qui montrent à quel point nous nous inscrivons à notre insu dans des stéréotypes et des mémoires qui nous échappent, ou que nous refoulons, comme c’est peut-être le cas ici. Un œil français un peu informé de l’iconographie adolescente d’extrême droite aurait peut-être pensé aux illustrations de Pierre Joubert et aux viriles en même temps que charmantes amitiés du beau Prince Éric. Mais ce qui est surtout intéressant ici, c’est la lecture venue d’ailleurs, même s’il s’agit d’un ailleurs familier, à partir de la mémoire iconique de la communauté gay américaine, et de cet humour festif qui a si longtemps été la politesse du placard.

Pour conclure

On a souvent souligné que les discours de la Manif Pour Tous se caractérisaient par leurs emprunts, leurs recyclages voire leurs captations d’autres discours, en particulier ceux des événements et des partis de gauche (captation des traits iconiques des affiches de mai 68 et du Front de gauche par exemple). On aurait sans doute tort d’interpréter cette tendance récupératrice comme une faiblesse. Elle me semble au contraire une force, les opposants à la loi Taubira ayant sans doute compris que la mémoire discursive est un argument, d’autant plus forte qu’elle est réductrice, caricaturée et provocatrice. Ils s’appuient sur des prédiscours collectifs que tout le monde détient plus ou moins car ils font partie des savoirs transmis par l’école : guillotine révolutionnaire, étoile concentrationnaire, fascismes européens. Autant de lignées discursives disponibles dans le réservoir prédiscursif de chacun, le long desquelles il suffit de broder de beaux discours et des slogans spectaculaires.

Crédit : « Colors From A Wall », Bill Gracey, 2013, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Prochain billet : Discours et mémoire 4. Les mémoires saturées de Régine Robin

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 5 août 2013, “Les lignées discursives de la Manif Pour Tous“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=4201, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Intéressant article. Merci

  1. 04/11/2013

    […] c’est même en l’occurrence un cas d’école. Dans un billet consacré aux “lignées discursives de la Manif Pour Tous“, j’avais présenté des exemples d’inscription du discours dans la mémoire […]