In (cyber)space no one can hear you scream

La question, finalement, c’est bien celle-là : qui est là et qui ne l’est pas. En 1979, la bande-annonce du premier Alien, Le huitième passager, m’avait beaucoup impressionnée et j’y pense à chaque fois que, quel que soit le support de communication, l’interaction directe, le téléphone, le mail ou le dialogue électronique, on ne me répond pas : « Dans l’espace on ne vous entendra pas crier ». Phrase-culte qui m’en évoque toujours une autre, plus classique, une vraie scie, celle-la : « Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie » (Pascal). Qui elle-même m’amène à des choses plus légères, et peut-être moins connues du coup, comme ce titre d’un des albums des aventures de Jo, Zette et Jocko par Hergé : « Le Manitoba ne répond plus » (Le Manitoba, c’est un paquebot mystérieusement déserté). Bref, j’ai toute une réserve de formulations pour mettre des mots sur le silence de l’autre, ce qui ne le fait pas parler (il en faut un peu plus pour qu’existe le discours de l’autre…) mais me permet au moins d’écrire des billets sur La pensée du discours. Ce n’est pas si mal, finalement.

Sur les blogs, il y a toutes sortes de situations conversationnelles. Il y a les blogs hyper-célèbres, devenus, quel que soit le choix d’origine, « grand public », qui alignent tranquillement leurs centaines de commentaires à chaque billet, avec des choix divers de la part des blogueurs. Maître Eolas répond souvent, un commentaire sur dix environ. Il aime bien remettre à leur place ses commentateurs, et la lecture des fils est du coup assez animée. C’est un parleur professionnel, la toile est son agora, son identité numérique est presque devenue une composante de l’internet, chambre d’écho de ses gazouillis (28057 followers au 20.02 à 4 h 55). Passou ne répond jamais, laissant ses commentateurs, qui au fil du temps ont constitué une véritable société mondaine, s’installer tous les trois jours (rythme de ses publications) sur son blog comme dans un salon du XVIIIe siècle. C’est assez intéressant à observer : quelques minutes après la publication du billet, ça démarre, et ça discute et ça s’engueule et ça trolle et ça se calme, et ça recommence… LSP (Langue sauce piquante) procède un peu de la même manière, mais intervient de temps en temps. Quand les conversations sont ritualisées et socialisées, c’est-à-dire quand il y a cet effet-salon, il est très difficile de participer : j’ai posté quelques commentaires pour voir chez Passou et LSP, qui ont été ignorés, le commentaire suivant passant sur le mien pour répondre au précédent. Comme dans un cocktail mondain ou une réunion d’habitués : le nouveau est souvent intrus dans un premier temps.

Il y a aussi les blogs plus spécialisés sur le plan thématique, où les discussions sont parfois assez musclées, relevant du ton guerrier dont parle P. Bouretz. Philotropes est un blog fondé par Julien Dutant sur le principe de la discussion, et animé par des philosophes. Et ça discute sec, effectivement, par exemple sur le traitement de l’homoparentalité (44 commentaires) ou sur le dernier livre de Jean-Luc Marion (152 commentaires). Sur Bibliothèques [reloaded], dans un billet intitulé « Bibliothèques ouvertes le dimanche. Un débat qui nous dépasse », Étienne Cavalié mentionne de façon un peu amère « des commentaires d’un ton inhabituel sur ce blog, avec chez certains un niveau de réflexion qui me désole ». Cette amertume est explicite chez le psychiatre Christophe André qui expliquait dernièrement pourquoi il fermait son blog PsychoActif : « il y a trop d’énervements, trop de souffrances provoquées par les discussions. Trop d’invectives et d’agressions envers les personnes. Ce n’est pas ce que je voulais pour PsychoActif : j’aurais préféré qu’on y discute des idées proposées dans le billet puis le débat, et non qu’on agresse celles et ceux qui les proposaient ».

Disconnect

Et puis il y a les blogs que j’appellerais singuliers, où la discussion n’a pas du tout cette allure. Parce qu’ils sont seuls ou rares dans leur genre, comme le délicieux Vie de thésarde du désopilant lapin observateur dont je suis une fidèle, et qui me répond toujours (merci mademoiselle Thésarde) ; ou le très intéressant Exercices psychanalytiques, à l’écriture directe et fluide, au contenu inédit (il est rare de lire un compte rendu aussi étoffé de la parole des patients en analyse, même s’il s’agit d’une réécriture d’après coup, ou même, finalement, personne ne peut le vérifier, d’une fiction). Et le site, à l’esthétique spartiate, est riche de plusieurs rubriques inhabituelles, on y passe de bons moments, en compagnie de Bion en particulier. Une perle ramenée de mes dernières balades électroniques, mais le blogueur fait le Manitoba, et ne répond pas aux commentaires. Un blog à suivre en silence, apparemment.

Sur Hypotheses, il faut reconnaître qu’il n’y pas beaucoup de conversations. Sur les 35 billets en une ce matin, je compte 22 commentaires répartis sur 6 carnets (je ne compte pas les pings). Dont  CPA où, en ce moment, ça discute beaucoup. Les hypothésiens restent peut-être encore dans les formats académiques (et je m’inclus dans la remarque). Il y a quelques carnets où l’on sait qu’on pourra toujours venir papoter-commenter (chez François, Karim, Vassa, Qais et les autres) ; il y en d’autres dont le mutisme me laisse un peu songeuse : l’un enjambe cavalièrement mon commentaire pour répondre au suivant (glurps), l’autre n’envoie pas de signe de réception à un commentaire assez long qui engageait la conversation. Le Manitoba ne répond plus, je vous dis.

Il y a un sketch très drôle de Saidou Abatcha sur les proverbes africains. L’un d’entre eux donne une réponse plaisante au slogan d’Alien : « Si tu parles à quelqu’un et qu’il ne t’écoute pas, tais-toi ». Mais oui, c’est ça la solution : don’t scream, don’t speak. Comment n’y ai-je pas pensé plus tôt ?

Crédits
1. « Silence », Eigirdas, 2008, Galerie de l’auteur sur Flickr, CC.
2. « Disconnected », Incognita Nom de Plume, 2010, Galerie de l’auteur sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Bernard Conein dit :

    Très intéressant billet, suggestif car le sujet est difficile; je pense qu’il faudrait éviter le terme « conversation » pour parler des interactions asynchrones. Ce qui fait que le début du texte sur le silence du destinataire est contre-dit par ce qui vient après sur les formes conversationnelles.
    Par contre il faudrait, à mon sens, plutôt parler de communication ‘filiaire’ (threaded communication). On peut en effet déplorer la faiblesse de la taille des fils de discussion quand les auteurs ne poursuivent un but commun. Dans d’autres contextes, les fils de discussion peuvent être très longs.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci bernard de venir converser sur mon blog… le terme de conversation est depuis longtemps naturalisé dans les cyber studies et chez tous les gens qui travaillent sur les économies discursives de l’internet et répond à des conceptions précises, il faut donc le conserver – de plus faire la distinction que tu fais entre conversations asynchrones et communication filiaire me semble relever d’une comparaison entre « vraies » conversations, qui seraient directes, « IRL » et « réelles », et « autres », ou pire, « fausses » conversations qui seraient indirectes, asynchrones comme tu dis, en ligne, etc. – ton expression un peu dévalorisante « déplorer la faiblesse de la taille… » me confirme dans l’idée de cette hiérarchie, que je ne partage pas – le terme de communication me semble bien vague par ailleurs – les conversations sur l’internet ont d’autres formes que celles IRL mais il s’agit bien de conversations et le paramètre temporel n’entame pas cette réalité me semble-t-il – de plus il faut distinguer les débats sur les forums, les chats, et les commentaires sur les blogs, qui ne fonctionnent pas tout à fait de la même manière

  2. hé bien ! J’entends quelqu’un crier : deux semaines après que vous ayez laissé un commentaire sur mon propre blog, le temps qu’il m’a fallu pour regarder au cas où on ne sait jamais si quelqu’un etc. C’est que je ne suis pas bien habitué aux commentaires contrairement à Maître Éolas.

    C’est douloureux la communication sur le net (là j’associe à partir de votre texte) : je songe avec tendresse et horreur à l’effet que ça peut faire aux personnalités paranoïaques (en me référant surement à mes propres capacités paranoïaques 🙂 — cet infini (« obscur et sans forme » pour reprendre un leitmotiv de Bion, emprunté d’ailleurs à Milton) de liens (liens qui pointent vers des liens qui pointent vers des liens et ainsi de suite), ce flux inarrêtable, et donc, potentiellement persécuteur, et en même temps, cet espace ouvert à la dissémination de ces propres pensées, au morcellement infini, bref, une promesse et un piège. La manière dont vous décrivez comment chaque auteur s’arrange avec cet appareillage spécial qu’est le blog, comment il s’efforce de contenir ce qui ne cesse jamais de s’oublier : une grande machine héraclitéenne (on n’en avait pas vu de pareille depuis humm.. la nature ?)

    À bientôt pour d’autres commentaires alors.

    Vincent
    (et je glisse l’URL de votre site dans les liens de mon blog spartiate)

    • Marie-Anne Paveau dit :

      donc finalement il y a quelqu’un quelque part puisque le manitoba répond, c’est plutôt rassurant – il suffisait peut-être de parler les silences pour les peupler, ça me fait penser à quelque chose, un enfant qui déclare qu’il fait clair quand quelqu’un parle, mais de quoi s’agit-il déjà ? 🙂 c’est peut-être une question d’habitude, et de pratique de la sérendipité, mais je ne trouve pas que la communication sur le net soit plus persécutrice que la communication tout court – je vous reparle de ce cher vieux bion ailleurs – ma

  3. Claire Hintzy dit :

    Quel beau billet… Entre la parole dans l’échange, là où le silence est peuplé… si l’on peut dire. Bien à vous, Claire.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de votre commentaire claire, j’aime beaucoup l’idée du « silence peuplé », puisque la communication est si souvent déserte, ou désertée peut-être.