« Laisse tomber Bison fûté ! ». La représentation de l’autre dans les guides contemporains sur l’Afrique

Le texte qui suit est l’introduction du mémoire que Céline Sicart, étudiante en M1 à Paris 13, a rédigé cette année sur le discours des guides touristiques sur l’Afrique. C’est un texte qui correspond à l’esprit de « La pensée du discours » : il intègre harmonieusement l’expérience subjective à la nécessité de l’objectivité scientifique et fait entendre une voix tranquillement critique qui capte l’œil et l’oreille intérieure. Je le publie ici avec beaucoup de plaisir.

Introduction

Au début du XX° siècle paraissaient des guides des colonies françaises tels que le Guide des colonies françaises. Afrique occidentale française. Afrique équatoriale française. Togo et Cameroun de G. Hardy et J. Maigret paru en 1931. Avec l’accès à l’indépendance des pays africains colonisés par la France, et depuis les années 1970, les guides touristiques se sont largement répandus en Occident. Élément essentiel pour le voyageur occidental qui désire se rendre en Afrique, le guide touristique fournit entre autres une description du pays, de son histoire, de ses us et coutumes  et de ses habitants. Les guides de voyage sont les prémices de la rencontre avec l’autre, le moyen de se représenter l’autre. Ces guides de voyage sont avant tout une description de l’autre qui est en même temps une affirmation de soi.

Les multiples descriptions comme les paysages, la nourriture, la musique, les croyances, les rites mais aussi les rapports entre Occidentaux et Africains permettent aux lecteurs  une première immersion en Afrique. Le futur voyageur a le choix parmi les nombreux guides touristiques édités en France. Aujourd’hui, on peut trouver des guides pour voyager équitable, des guides pour monter son entreprise à l’étranger, mais aussi des guides plus classiques où le lecteur trouvera toutes les informations utiles à son voyage comme des adresses d’hôtels, de restaurants, des recommandations comme « ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire », comment se comporter ou encore comment s’habiller. Toutes ces descriptions, ces recommandations sont données au lecteur pour préparer et faciliter son voyage. Mais quelles représentations de l’Afrique et des Africains ces guides touristiques donnent-ils ? et quelles représentations de l’Europe et des Européens ?

En novembre 2005, alors que je préparais un séjour au Cameroun, j’achetai moi aussi un guide touristique pour me représenter le pays où j’allais vivre pendant trois mois. Le guide Petit futé Cameroun en main, je le feuilletais me demandant ce que j’allais manger, comment vivaient les Camerounais, quelles étaient les visites à ne pas manquer, comment le blanc était perçu, quels étaient les rapports entre Occidentaux et Africains. Je partais au Cameroun pour travailler dans une association africaine, avec comme projet de créer un spectacle de théâtre avec des enfants aveugles et malvoyants. Je devais séjourner dans un quartier populaire de Yaoundé appelé Ekié au siège de l’association qui est aussi une école pour les enfants du quartier. À travers toutes les descriptions de mon guide, je me demandais si j’allais trouver et voir réellement des paysages « ‘dignes du roi Lion’ (dixit un touriste européen) »  ? (Petit futé Cameroun 2005/2006 : p. 176). Cette « Afrique sauvage » tant vantée dans les guides, est-ce que j’allais la voir, la connaître ? (p. 194). Pendant mes préparatifs de voyage, un autre projet s’était ajouté, mon ami Désiré, Camerounais et réalisateur, avait eu l’idée de filmer mon séjour et mon travail avec les enfants en vue de faire un documentaire. Le 17 novembre 2005, j’arrivais à Yaoundé, la capitale du Cameroun, mon guide de voyage dans mon bagage à main. J’étais accueillie à l’aéroport par plusieurs personnes, et notamment une seule que je connaissais : Désiré. Dès mon arrivée, j’ai compris que je serais confrontée à une réalité qui n’était pas la mienne. Mon guide touristique est resté au fond de ma valise. C’est désiré qui a été mon véritable guide. Il portait un avis très tranché sur le guide de voyage qu’il a rebaptisé du nom de « Bison futé ». Les premiers jours, je cherchais des repères de la France en Afrique ! Je retiendrais cette phrase de mon ami : « Laisse tomber Bison futé, oublie la France, sinon tu ne vivras pas ton séjour pleinement. » Il fallait donc oublier ce que je connaissais, et surtout mes repères et mes références et donc mes comparaisons à la France.

10-02-07_0815.jpg

Préparation d'un spectacle, Cameroun 2005 - Photo C. Sicard

J’ai vécu ces trois mois à l’africaine, sans voir de blanc puisque j’étais dans un quartier populaire où les blancs ne vivent pas et où il n’y a pas de complexe touristique. J’ai mené à terme mon projet avec les enfants, que j’ai « whitisés » selon leur propre mot et qui eux m’ont « africanisée ». De retour en France en février 2006, j’ai repris mes études, en ayant une idée fixe : repartir. C’est au cours d’une discussion avec Mme Paveau que l’idée d’une recherche sur les guides touristiques s’est imposée. En relisant mon guide de voyage, je me suis aperçue combien la réalité qui était décrite était bien loin de celle que j’avais vécue. J’ai choisi de travailler sur la représentation de l’autre, que ce soit le blanc ou le noir, dans les guides touristiques sur cinq pays d’Afrique noire francophone à savoir : le Mali, le Burkina Faso, le Sénégal, le Cameroun et la Côte d’Ivoire. Les guides touristiques sur ces pays anciennement colonisés par la France reflètent l’évolution de la représentation de l’autre. Il est important de noter qu’il est difficile de rédiger un guide touristique, qui plus est quand il y a eu des colonisateurs et des colonisés, sans stéréotyper l’autre. De plus, le continent africain est la plupart du temps réduit par les différents médias occidentaux aux trois réalités suivantes : la famine, le sida et les massacres entre les différentes ethnies. Il en est de même pour la représentation de la France dans les médias africains : les rues de France ressemblent toutes aux Champs-Élysées, le blanc est riche et pressé, il est même comparé aux fourmis par la population. Toutes ces descriptions s’ancrent dans les consciences collectives par les images qui sont continuellement véhiculées sur chaque continent. Mais sont-elles vraiment représentatives de l’autre ? La colonisation a, de part et d’autre, laissé de nombreuses stigmatisations entre anciens colonisés et anciens colonisateurs, mais ont-elles évoluées depuis les années soixante ? Comment l’altérité est-elle pensée dans ces guides de voyage ? Quelles images et quelles représentations mentales donnent-elles aux futurs voyageurs ? Les descriptions fournies par les guides touristiques sont d’autre part subjectives parce qu’elles sont arbitraires, affectives et donc relatives. Entre une afrique profonde, traditionnelle tant fantasmée par le blanc et une Europe perçue par le noir  comme un « El dorado », chaque groupe social se représente l’autre, s’affirme et se réaffirme. Mais comment décrire l’autre sans passer par des comparaisons, des représentations mentales stéréotypées, ou des clichés ? Ces représentations mentales ne sont fondées que sur des idées reçues, des lieux communs qui engendrent des clichés, des expressions stéréotypées. Les termes subjectifs péjoratifs et mélioratifs dans la description de l’autre oscillent donc entre une rencontre avec l’autre et l’élaboration souvent inconsciente d’un système de classement de différences entre le blanc et le noir. La rencontre avec l’autre se transforme alors en une réaffirmation de l’appartenance à un groupe social et donc à l’exclusion de l’autre groupe. De plus, si les guides touristiques connaissent un tel succès en France, c’est que les discours qu’ils transmettent sont représentatifs d’une pensée, d’un point de vue de la société puisqu’ils sont légitimés, autorisés et donc permis.

Spectacle12.JPG

Spectacle Cameroun 2005 - Photo C. Sicart

Dans une première partie, je traiterai des différentes dénominations génériques du blanc et du noir, des termes subjectifs dans la description de l’autre, notamment dans la description des faits culturels et sociaux. Dans un second temps, je proposerai une analyse sociolinguistique des faits traités à savoir : quelles conséquences ont ces descriptions sur la représentation du monde social. Pour finir, je tenterai de mettre en rapport les différentes évolutions des formes langagières et les évolutions de la représentation de l’autre.

Céline Sicart

Référence du mémoire

Sicart C., 2010, La représentation de l’autre dans les guides contemporains sur l’Afrique, Mémoire pour le master SLATEL, spécialité sciences du langage, Université Paris 13.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...