« Quand une singularité se soulève… »

Michel Foucault : « Inutile de se soulever ? » (Le Monde 11-12 mai 1979), repris dans Dits et écrits III

Nul n’a le droit de dire : « Révoltez-vous pour moi, il y va de la libération finale de tout homme. » Mais je ne suis pas d’accord avec qui dirait : « Inutile de vous soulever ce sera toujours la même chose. » On ne fait pas la loi à qui risque sa vie devant un pouvoir. A-t-on raison ou non de se révolter ? Laissons la question ouverte. On se soulève, c’est un fait ; et c’est par là que la subjectivité (pas celle des grands hommes, mais celle de n’importe qui) s’introduit dans l’histoire et lui donne son souffle. Un délinquant met sa vie en balance contre des châtiments abusifs ; un fou n’en peut plus d’être enfermé et déchu ; un peuple refuse le régime qui l’opprime. Cela ne rend pas innocent le premier, ne guérit pas l’autre, et n’assure pas au troisième les lendemains promis. Nul, d’ailleurs, n’est tenu de leur être solidaire. Nul n’est tenu de trouver que ces voix confuses chantent mieux que les autres et disent le fin fond du vrai. Il suffit qu’elles existent et qu’elles aient contre elles tout ce qui s’acharne à les faire taire, pour qu’il y ait un sens à les écouter et à chercher ce qu’elles veulent dire. Question de morale ? Peut-être. Question de réalité, sûrement. Tous les désenchantements de l’histoire n’y feront rien : c’est parce qu’il y a de telles voix que le temps des hommes n’a pas la forme de l’évolution, mais celle de l' »histoire », justement. Cela est inséparable d’un autre principe : est toujours périlleux le pouvoir qu’un homme exerce sur un autre. Je ne dis pas que le pouvoir, par nature, est un mal ; je dis que le pouvoir, par ses mécanismes, est infini (ce qui ne veut pas dire qu’il est tout-puissant, bien au contraire). Pour le limiter, les règles ne sont jamais assez rigoureuses ; pour le dessaisir de toutes les occasions dont il s’empare, jamais les principes universels ne sont assez stricts. Au pouvoir il faut toujours opposer des lois infranchissables et des droits sans restrictions. Les intellectuels, ces temps-ci, n’ont pas très bonne « presse », je crois pouvoir employer ce mot en un sens assez précis. Ce n’est donc pas le moment de dire qu’on n’est pas intellectuel. Je ferais d’ailleurs sourire. Intellectuel, je suis. Me demanderait-on comment je conçois ce que je fais, je répondrais, si le stratège est l’homme qui dit : « Qu’importe telle mort, tel cri, tel soulèvement par rapport à la grande nécessité de l’ensemble et que m’importe en revanche tel principe général dans la situation particulière où nous sommes », eh bien, il m’est indifférent que le stratège soit un politique, un historien, un révolutionnaire, un partisan du chah ou de l’ayatollah ; ma morale théorique est inverse. Elle est « antistratégique » : être respectueux quand une singularité se soulève, intransigeant dès que le pouvoir enfreint l’universel. Choix simple, ouvrage malaisé : car il faut tout à la fois guetter, un peu au-dessous de l’histoire, ce qui la rompt et l’agite, et veiller un peu en arrière de la politique sur ce qui doit inconditionnellement la limiter. Après tout, c’est mon travail ; je ne suis ni le premier ni le seul à le faire. Mais je l’ai choisi.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Bonjour Marie-Anne et Khenoune,
    Le psychanalyste Fethi Benslama (je ne cite pas souvent de psychanalyste mais là je trouve ses propos sages, intelligibles et modérés) a fait quelques remarques sur l’auto-immolation du tunisien Bouazizi, qu’on trouve sur le site de la revue Jeune Afrique :
    http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/ARTJAJA2611p048-049.xml0/tunisie-democratie-plainte-suicidefethi-benslama-plutot-le-feu-que-le-deshonneur.html
    et ici :
    http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2615p040-044.xml1/
    Quand d’une singularité (un vendeur ambulant acculé à l’anéantissement de soi) émerge un soulèvement (je cite Fethi Benslama) :
    « En soi, l’acte de Bouazizi ne peut pas provoquer une révolution. Mais il suscite de l’effroi et de la culpabilité autour de lui. À ma connaissance, il n’a laissé aucun message autre que cet acte effroyable. Ce sont ses proches et la communauté dans laquelle il vivait qui se sont sentis interpellés et ont transformé ce désespoir en révolte. Sans doute y avait-il là, pour eux, quelque chose d’insupportable, et qui concernait leur propre vie. Voilà le ressort de la révolte humaine la plus noble et la plus puissante : quand ma vie est atteinte par ce qui atteint celle de mon prochain. Ils ont alors conféré à ce sacrifice un sens qui dépasse son cas. À ce moment-là, cet acte a commencé à arriver à destination, ils sont tous devenus une part de Bouazizi. »

    • Marie-Anne Paveau dit :

      ah, je vois que les références sont partagées – j’aime bien la parole de fethi benslama, il a publié une tribune dans libération début février qui m’avait semblé appropriée à ce qui se passait en tunisie, elle est reprise ci : http://www.libertahastalavictoria.com/article-soudain-l-immolation-par-fethi-benslama-66362322.html – on y trouve cette phrase en particulier : « L’acte de Bouazizi a eu pour effet de pourvoir la révolte de la possibilité d’un renversement, en montrant comment l’homme peut trouver une puissance dans son impuissance même, peut exister en disparaissant, faire prévaloir son droit en perdant tout ». Et il parle plus loin de « subjectivation collective », intéressant. Il parle aussi de bouazizi comme de « l’homme calciné qui, en disparaissant, a permis à la multitude de s’enflammer ». encore et toujours la même question : qui est là, qui est vivant ?

  2. Khenoune dit :

    Le soulèvement d’un peuple n’a de limites que celles du peuple lui-même. Si certains considèrent qu’il est inutile de se soulever parce que, soi disant, rien ne va changer. Moi je dis que ces personnes sont loin du compte – et les évènements actuels le prouvent. Ce qui est inutile à mon avis, c’est d’entretenir des discours qui ne nourrissent pas le débats publics et qui n’apportent pas une dynamique dans les reflexions « populaires ».
    Je crois avoir été le témoin direct de ce genre de soulèvement. La seule force qui vous guide c’est celle de vous dire que ce que vous faites est juste. C’est aussi cet espoir qu’un jour cette violence cesse. En effet, dans beaucoup c’est la tempête qui ramène le calme. Jugez en par vous-même. la force ne mène-t-elle pas à la paix.
    Un discours n’a de mérite que s’il contribue à éclaircir le flou du monde dans lequel on vit. Rien ne sert de parler si c’est juste pour dire ce que tout le monde sait déjà.
    Nul doute que le soulèvement de tout un peuple ne peut être synonyme de ce pessimisme qui se dégage dans ce genre de discours. je crois même que c’est tout le contraire. Il y a une sorte de force motrice qui pousse ces gens à se mettre devant des blindés pour les arrêter. Où sont les limites ?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci sofiane de votre réaction – le texte de foucault porte sur la révolution iranienne et il est plein d’échos évidemment de ce qui se passe actuellement en tunisie et en égypte