Wittgenstein : à qui parler ?

« Je dois avouer à ma grande honte que le nombre des hommes avec lesquels je peux parler ne cesse de diminuer. mais je crois qu’à vous j’aurais encore beaucoup à dire… » (Lettre à Paul Engelmann, août 1922)


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...