Série d’hiver : « Le mot de trop »

Nouvelle saison, nouvelle année, nouvelle maquette et nouvelle série pour La pensée du discours : « Le mot de trop ».

Le 7 janvier dernier, à l’occasion de la présentation de ses vœux aux autorités religieuses de France, Nicolas Sarkozy a utilisé le mot épuration pour parler des agressions contre les chrétiens au Moyen-Orient, après l’attentat contre une église copte à Alexandrie le 31 décembre : « […] nous ne pouvons pas non plus admettre et donc faciliter ce qui ressemble de plus en plus — j’emploie un mot fort — à un plan particulièrement pervers d’épuration du Moyen-Orient, d’épuration religieuse ». On remarque qu’il assortit cet emploi d’un commentaire entre tirets : « j’emploie un mot fort ». Il sait donc exactement ce qu’il fait, et déclenche volontairement un événement discursif, comme le montrent les abondants commentaires sur les sites d’information, où s’affrontent les « pour » (oui, il a raison, c’est bien une épuration) et les « contre » (l’analogie est outrancière et injustifiée). L’ensemble des arguments est baigné d’axiologie, c’est-à-dire de prises de position où entrent les valeurs des commentateurs, dont les valeurs morales : pour certains, il s’agit d’un « bon » énoncé, conforme aux valeurs, pour d’autres d’un « mauvais » énoncé, qu’il n’aurait pas fallu prononcer.

Dans le sens commun, les catégories de « bons et mauvais énoncés » existent bien, définies selon une morale sociale relative aux époques et aux cultures : tout locuteur européen maîtrisant les codes discursifs de son environnement sait que, en principe, l’insulte, la diffamation, l’outrance ou le mensonge sont de « mauvais » énoncés alors que le compliment, la « gentillesse » ou la réponse généreuse à une demande d’aide ou d’information sont de « bons » énoncés.

Mensonge ?

Dans les disciplines savantes qui s’occupent du langage et de la parole, il n’existe rien de tel : la question morale n’appartient pas au programme de la linguistique, de l’analyse du discours, de la sociolinguistique ou de l’analyse conversationnelle, et semble rester l’affaire des philosophes. Pourtant, le développement des travaux en éthique et en épistémologie depuis une soixantaine d’années a considérablement modifié la définition des catégories de pensée. Pour le courant pragmatiste et l’épistémologie des vertus par exemple, qui se situent dans la lignée aristotélicienne, la vertu morale et la vertu intellectuelle sont enchevêtrées, et même parfois confondues : l’honnêteté par exemple, peut être considérée comme une vertu intellectuelle et morale tout en même temps. Pour des philosophes comme J. Greco, P. Engel, E. Sosa, C. Tiercelin, la connaissance a une dimension éthique.

C’est à partir de ces deux courants philosophiques que je propose la notion de vertu discursive, pour essayer de décrire les processus par lesquels se construisent les catégories d’énoncés acceptables et inacceptables, non pas sur le plan de leur bonne ou mauvaise formation syntaxique, mais sur celui de leur valeur sociale. Un énoncé témoigne d’une vertu discursive quand il est ajusté à ses environnements (sociaux, culturels, cognitifs, etc.), en particulier aux critères de décence qui y ont cours, et quand il témoigne de la réflexivité discursive de son producteur. Dans cette série d’hiver, je propose de mettre cette notion à l’épreuve à partir de l’étude de quelques exemples contemporains (années 2000) qui constituent des « événements discursifs moraux », c’est-à-dire des débats déclenchés à partir d’un mot ou d’une phrase ayant suscité une indignation morale.

Indignation morale ?

Comme en automne, je publierai les billets le mardi, mais sur un rythme bimensuel. Le premier, qui sera publié le 18 janvier, sera consacré à l’emploi du mot rat par Alain Badiou dans son ouvrage De quoi Sarkozy est-il le nom ? en 2008, et à la bataille lexicale et idéologique qui s’en est suivie, en particulier à partir de la réaction de B.-H. Lévy. Dans le second je parlerai du nom propre Hitler et, plus généralement du vocabulaire lié au régime nazi, au génocide des Juifs et au régime de Vichy, ce qui me permettra d’aborder un phénomène très intéressant de régulation discursive propre à l’internet, le fameux « point Godwin ». Dans les billets suivants, il sera question de « concierges », de « pauvres petites » et de bien d’autres noms d’oiseaux et d’oiselles. Entretemps, La pensée du discours continue ses publications habituelles.

Mardi 18 janvier : Le mot de trop 1. Rat

Illustration :
– Pickles, Brian Crane, dessin du 5 janvier 2011.
Postsecret, carte postale publiée le  03.10.2010 (« PostSecret is an ongoing community art project where people mail in their secrets anonymously on one side of a postcard »).


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...