Le mot de trop 2. Hitler

Leo Strauss et Hitler

Dès 1953, le philosophe allemand Leo Strauss entreprend la critique de l’analogie qui ramène tout défenseur d’une idée ou position qu’Hitler aurait défendue à Hitler lui-même. À partir de l’expression reductio ad absurdum qui désigne en logique et rhétorique le raisonnement par l’absurde, il forge de manière plaisante celle de reductio ad hitlerum, qui a connu une fortune considérable. C’est dans Droit naturel et histoire qu’il inaugure l’expression : « Ce faisant, nous aurons à atteindre le seuil au-delà duquel l’ombre d’Hitler commence à obscurcir la scène. Et il n’est malheureusement pas inutile d’ajouter qu’au cours de notre examen nous devrons éviter l’erreur, si souvent commise ces dernières années, de substituer à la reductio ad absurdum la reductio ad Hitlerum. Qu’Hitler ait partagé une opinion ne suffit pas à la réfuter. » (2008 [1953] : 51). Cette expression est aussitôt prise au sérieux et reprise par de nombreux analystes, philosophes, historiens, politistes, etc. Elle est devenue une sorte de lieu commun du débat public.

Reductio ad Hitlerum, page Facebook

La reductio ad Hitlerum a même sa page Facebook, avec son illustration. D’autres pages se réfèrent à la notion, en particulier celle intitulée You’ve unwarrantably brought the Nazis into it; your argument is invalid, administrée par Gregory Brown, qui se déclare membre de l’université de Sheffield, et sur le mur de laquelle on trouve de nombreux exemples et des discussions sur la question. Évidemment, la critique la reductio ad Hitlerum peut être interprétée comme une défense du nazisme et Gregory Brown est obligé de s’en expliquer sur sa page : « Does anyone think this group sounds like I’m actually defending nazism in any way? Because I wouldn’t like people to think I think that it is anything but abhorrent. I just don’t want to see the horrors it caused cheapened by irrelevant allusions ».

Avant de revenir aux exploitations idéologiques de cet argument, je précise qu’il s’agit toujours d’une interprétation des discours, d’un regard porté sur eux, et non d’une réalité objective. Un argument constitue en effet une posture cognitivo-discursive, souvent appuyée sur des procédés naturalisants, qui sont parmi les meilleurs « persuadeurs ». L’objectivité est toujours de l’ordre de l’effet. Je donne ici deux exemples très différents de discours, qui n’ont pas (à ma connaissance en tout cas) reçu la qualification de reductio ad Hitlerum, mais qui peuvent permettre de réfléchir aux caractéristiques linguistiques et argumentatives de l’argument : la comparaison posée en 2006 par Éric Hazan entre la LTI (Langue du troisième Reich) et le vocabulaire libéral, et l’assimilation faite en 2008, par des militants proches de RESF, des méthodes policières d’expulsion en France avec les procédures du gouvernement de Vichy.

Éric Hazan et la LTI-LQR

Dans son pamphlet LQR La propagande du quotidien, paru en 2006, l’éditeur Éric Hazan développe une analogie systématique entre le discours libéral, qualifié de LQR (Lingua Quintae Respublicae) et la langue du troisième Reich que V. Klemperer avait nommée LTI, Lingua Tertii Imperii, dans l’ouvrage du même nom (1996 [1975]). É. Hazan explique par exemple que les mots en post– (post-colonialisme, post-modernisme, « mots-masques »), ou encore réforme ou performant, sont des mots LQR dans la mesure où ils installent l’illusion et trompent les usagers sur leur référent exact. D’autres exemples (je souligne) :

– Le terme de propagande évoque évidemment le souvenir de l’excellent Dr Goebbels qui en avait la charge sous le IIIe Reich, et l’on pourra arguer que ce rapprochement est quelque peu aventureux (p. 13-14).
– Ce qui suit est une tentative pour identifier et décrypter cette nouvelle version de la banalité du mal (p. 14)
– La LQR : un écran sémantique permettant de faire tourner le moteur sans jamais en dévoiler les rouages, « le moyen de propagande le plus puissant, le plus public et le plus secret », disait Klemperer (p. 16).
– L’un des traits communs à la LQR, l’idiome des publicitaires et la langue du IIIe Reich – parallèle qui n’implique évidemment aucune assimilation entre néolibéralisme et nazisme – est la recherche de l’efficacité aux dépens même de la vraisemblance (p. 18).
– Mais la LQR vise au consensus […]. C’est pourquoi l’un de ses principaux tours est au contraire l’euphémisme – point commun avec la langue des nazis qui forgeaient un euphémisme pour chacun de leurs crimes, avec pour finir l’imbattable Endlösung, la solution finale (p. 27). Le grand mouvement euphémistique qui a fait disparaître au cours des trente dernières années les surveillants généraux des lycées, les grèves, les infirmes, les chômeurs – remplacés par des conseillers principaux d’éducation, des mouvements sociaux, des handicapés, des demandeurs d’emploi […] (p. 27).

On peut relever les procédés analogiques : l’utilisation de l’adverbe évidemment, qui permet de naturaliser l’opinion ; la définition réalisante de l’euphémisme, présenté comme quasi performatif, c’est-à-dire agissant sur la réalité ; et plus généralement, dans l’ensemble des extraits, la méthode du « point commun ». On ne peut s’empêcher de se demander si la négation de l’extrait de la p. 18, « parallèle qui n’implique évidemment aucune assimilation entre néolibéralisme et nazisme », ne serait pas plutôt une dénégation, puisqu’elle semble contredire à la fois le titre du livre et l’ensemble de la thèse défendue.

Philippe Rey et Vichy

Autre exemple, avec un aspect juridique puisqu’il y a eu procès et condamnation, et très différent du précédent car il s’agit ici d’actes et de comportements dans la réalité et non de mots et de tournures : les six courriels envoyés au préfet des Pyrénées-Atlantiques Philippe Rey, les 20 et 21 juillet 2008 après l’arrestation à Pau d’une famille d’origine albanaise, événement relayé par les associations, en particulier RESF dont le responsable avait diffusé un appel à écrire au préfet (250 messages ont été reçus). Je cite la liste qu’en donne le CODEDO, Collectif pour la dépénalisation de l’outrage dans un article de son site Les mots qu’il ne faut pas dire à Philippe Rey, préfet des Pyrénées-Atlantiques :

– Le 20 juillet 2008 Gérard Chevrot faisait référence à PAPON. « Faut faire du chiffre quand on a de l’ambition, comme Papon et ses chefs en d’autres temps ? Espérant un sursaut humanitaire, étant donné le danger que court cette famille et ces enfants ».
– Pierre Favre est poursuivi pour avoir évoqué les METHODES DE LA GESTAPO. « Voilà qui ressemble aux méthodes de la Gestapo. Le 16 juillet à l’aube, jour de la prise de fonction du nouveau préfet, cette famille est brutalement réveillée par des coups violents portés à sa porte ».
– Valérie Martinez a eu l’outrecuidance d’employer le mot RAFLE. « Je demande que cesse le scandale des rafles » (lire son témoignage dans la Gazette du Val d’Oise en cliquant sur l’article).
– Eric Soarès est poursuivi pour avoir utilisé le mot WAGON. « Je tombe des nues, j’apprends que l’on autorise l’enfermement d’enfants, cela me rappelle une triste époque où l’on mettait les enfants dans des wagons ».
– Yves Ribault a eu le tort d’évoquer VICHY. « “Chasseurs d’enfants”… Faudra-t-il restaurer bientôt le port de l’étoile jaune au pays des Droits de l’homme ? En d’autres temps, d’autres fonctionnaires zélés ont obéi ainsi aveuglément, sans état d’âme… C’était à Vichy! »
– Daniel Candas se voit reproché d’avoir écrit. « Cessez de vous comporter comme des bourreaux nazis »

La sanction demandée par le procureur lors du procès du 10 juin 2010 (quatre heures de discussion) est de 1.000 euros avec sursis pour chacun des prévenus.  Ces six énoncés ont en commun de faire lexicalement référence à la période de Vichy et le tribunal s’est longuement interrogé sur les différences entre « référence », « comparaison » ou « parallèle », avec l’aide d’Emmanuel Terray et de Claude Laharie, respectivement ethnologue et historien, appelés à la barre comme experts. Le tribunal correctionnel de Pau a suivi la réquisition le 12 août dernier et les auteurs des courriels ont donc été condamnés.
Sur le plan linguistique, la mise en relation de l’arrestation de la famille avec l’époque de Vichy passe par différents procédés :
– la mention lexicale directe de
realia : Papon, Gestapo, étoile jaune, Vichy
– des termes de comparaison : «
comme Papon », « en d’autres temps », « voilà qui ressemble aux », « cela me rappelle une triste époque », et « comme des bourreaux nazis »
– l’allusion, par exemple au stéréotype de l’arrestation « à l’heure du laitier » dans : « à l’aube […] réveillée par des coups violents portés à sa porte »).
Le délit est donc un délit de qualification et de comparaison à des référents condamnables et condamnés par l’histoire, et c’est en tant que tel qu’il est instruit par les magistrats.

Alain de Benoist et caetera

La critique de la reductio ad Hitlerum constitue l’un des éléments des discours nationalistes, dans la variété de leurs formes et traditions. Ce n’est pas un hasard si Alain de Benoist, penseur de l’ex-Nouvelle droite, et essayiste toujours actif, a écrit un long texte sur cet argument (Benoist (de) 1994). Il y critique longuement ses utilisateurs, en donne une liste conséquente (BHL, Luc Ferry, Zeev Sternhell, Stéphane Zagdanski…) et insiste surtout sur la faiblesse d’un argument qui, posant une analogie entre le passé et le présent, réduirait un contexte à un autre, et qui, définissant le nazisme et le génocide des Juifs comme uniques, nierait l’histoire. L’article passe en revue les différents domaines qui donnent lieu selon l’auteur à ce type de comparaison, et dénonce le « devoir de lecture militante », qui pousserait à « nazifier à tout bout de champ » des philosophes, des écrivains, des hommes politiques. Il contient aussi une critique sémantique qui fournit une liste de nom propres fonctionnant comme stéréotypes, ce que j’appelle des « noms de mémoire » :

Parallèlement, tandis que l’ancien chef du IIIème Reich poursuit ainsi sa brillante carrière, ce sont tous les mots-repères, historiquement connotés par un rapport à l’hitlérisme, qui sont à leur tout extraits de leur contexte d’origine pour être instrumentalisés dans le présent. Tous ces termes, « Munich » (un « comportement munichois »), « Weimar » (un « nouveau Weimar »), « Nuremberg », « Auschwitz », « Yalta », « Anschluss », etc. deviennent autant de formules stratégiques servant à orienter le jugement, à favoriser des glissements d’interprétation, des transferts de légitimation ou d’illégitimation renvoyant toujours aux mêmes thèmes (p. 17).

On retrouve cette critique de la reductio ad Hitlerum sur le site suisse novopress.info par exemple, où l’on peut lire un billet intitulé Texte formateur : La « Reductio ad Hitlerum». Il propose à le réflexion de ses lecteurs un texte non signé qui « démonte » le mécanisme de cet argument, et qui est en fait le début du texte d’A. de Benoist mentionné précédemment. Les milieux catholiques traditionalistes portent également une attention particulière à l’argument. Le portail Riposte catholique. Portail de réinformation 2.0 publie un billet intitulé « Alain Minc et la reductio ad Hitlerum », qui renvoie à un site administré par un journaliste catholique « vaticaniste », Osservatore vaticano. Il interprète comme relevant de la reductio ad Hitlerum la remarque d’A. Minc durant l’été 2010, à propos de l’expulsion des Roms : « J’ai envie d’exploser un peu. Ce pape allemand ? Parler comme il a parlé ? En français ? On peut discuter (de) ce que l’on veut sur l’affaire des Roms, mais pas un pape allemand. Jean-Paul II peut-être, pas lui. » Même préoccupation autour de ce thème sur le site France Royale. L’Observatoire du Royalisme en France, qui propose deux textes intitulés « Comprendre la Reductio ad Hitlerum » et « Combattre la Reductio ad Hitlerum », documents pédagogiques destinés à fournir aux lecteurs des éléments pour une contre-argumentation. La critique de cet argument apparaît donc comme un élément récurrent de ce type de discours, mais fait également surface dans le discours sioniste « musclé ». Sur le site Europe-Israël par exemple, on peut lire un billet titré Mediapart, ou la nuit des longs ragots et autres Reductio Ad Hitlerum, où le ton polémique est de règle :

Le genre de « Reductio ad Hitlerum » du Canard Plénélien, et le désir frénétique d’assimiler les jeunes et moins jeunes Juifs de Paris et de France aux pires images des débuts de leurs propres persécutions en Allemagne hitlérienne, tient de l’appel à la haine contre la moindre manifestation indocile de la Communauté juive de France rétive au discours tout prêt concocté par des officines aux sources factuelles plus que douteuses.

On voit donc comment, à partir d’une source à la fois juive, antinazie et philosophique, la reductio ad Hitlerum, de captation en recontextualisation, et de retournement en adaptation, se trouve impliquée dans un discours plutôt nationaliste voire davantage, et parfois mise au service d’une forme de tolérance implicite pour le régime nazi et la figure d’Hitler. Cette forme argumentative est d’ailleurs devenue suffisamment populaire pour qu’il en soit créé une version plus grand public, née sur les forums de discussion de l’internet.

Mike Godwin, Usenet et les salons de médiation électroniques

En 1991, sur un forum Usenet (le forum du groupe rec.arts.sf-lovers autour des arts et divertissements), un internaute du nom de Mike Godwin déclare : « Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de 1 ». Cette remarque est vite transformée en adage et devient « loi de Godwin« , bien connue de tous les internautes et cyberlinguistes. L’énoncé original est : « As a Usenet discussion grows longer, the 
probability of a comparison involving Nazis or Hitler approaches one ». L’expression est devenue très fréquente et le « point Godwin » un des objets-symboles des usages discursifs sur la planète numérique, qui se concrétise par des illustrations et des « geekeries » diverses. Je pourrais citer mille exemples de référence au point Godwin : dans une discussion sur l’occitan dans le « salon de médiation » de Wikipédia, un intervenant mentionne par exemple « les dernieres interventions de siguen Serious qui vient de franchir le point Godwin en parlant de « Grand Reich occitan » » ; en décembre dernier, libération en fait même le titre d’un papier : 2010. L’année du point Godwin. L’expression franchir le point Godwin est intéressante : construite sur la métaphore spatiale permise par la polysémie du mot point, tant en anglais qu’en français, elle installe l’image d’une sorte de ligne rouge qui séparerait les bon discours des mauvais amalgames. Une recherche simple fournit des dizaines d’exemples, ainsi que des dérivations du type « point Sarko« , ou autres inventions ludiques comme les points troll, rageux, playskool ou hipster.

John Locke, l’analyse du discours et la perte du sens

Cet argument, tant du point de vue de ses usages que de ses critiques, présente un grand intérêt pour l’analyse discursive. Les exemples fournis montrent assez bien, même si les débats qui s’ensuivent l’entendent comme tel, qu’il ne s’agit pas vraiment d’une analogie proprement historique, mais plutôt lexicale et cognitive : l’actualité du locuteur est pensée et formulée à travers le format (on n’ose pas dire la « Gestalt ») du nazisme et de la figure d’Hitler. La reductio ad Hitlerum est une forme de prédiscours, c’est-à-dire un ensemble de cadres préalables qui donnent des instructions à la production des discours (Paveau 2006). D’ailleurs, la critique de la reductio ad Hitlerum constitue une théorie linguistique spontanée, appuyée sur une réflexion ancienne et bien développée, celle de l’abus des mots, que l’on trouve depuis l’Antiquité, mais dont la formulation la plus précise et systématique apparaît au 18e siècle, sous la plume de John Locke. Cette position a produit en France une tradition encore très vivante de dénonciation des usages du langage, dont le pamphlet d’Éric Hazan est exemplaire : on ne compte plus les ouvrages sur la « langue de bois », la « novlangue », le « politiquement correct » ou les « détournements de sens ». Un tout récent billet d’un carnet voisin en montre d’ailleurs bien les excès. Quelle que soit la position idéologique ou critique sous-jacente, discours d’extrême droite du type A. de Benoist, discours nationaliste, monarchiste, sioniste, les commentaires autour de la reductio ad Hitlerum finissent toujours par aborder le thème de la perte du sens et de la dégradation de la force des mots.

Références
Benoist A. (de), 1994, « La ‘reductio ad Hitlerum' », en ligne sur le site des amis de l’auteur.
Hazan É., 2006, LQR. La propagande au quotidien, Paris, Raisons d’agir.
Klemperer V., 1996 [1975], LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue, Paris, Pocket.
Paveau M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.
Strauss L., 2008 [1953], Droit naturel et histoire, trad. M. Nathan, Paris, Champs Flammarion.

Crédits
1. Illustration de la page facebook « Reductio ad Hitlerum »
2. « Hitler Hottie », Orin Zebest 2006, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.
3. « Godwin point », Seboun 2009 (usage autorisé par l’artiste)

Mardi 15 février : Le mot de trop 3. (Ma pauvre) petite


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/02/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Pierre Mounier, Pierre Angot. Pierre Angot said: RT @piotrr70: Le mot de trop 2. Hitler http://goo.gl/fb/V3bAz #veille […]