Mémoires et démémoires algériennes, du campus de Villetaneuse au cimetière de Oued Mellah

Ai-je divorcé à cause de Benjamin Stora ? Que le lecteur de « La pensée du discours » se rassure : ceci n’est pas un billet sur la vie personnelle de l’auteure, ni sur celle de Benjamin Stora. Il s’agit, née d’une mémorable et joyeuse tablée mémorielle au cours d’un colloque à Paris 13, d’une réflexion sur la mémoire et la démémoire discursive.

Démémoire discursive
J’ai proposé le concept de « démémoire discursive » dans Les prédiscours en 2006, en retravaillant celui de « démémoire » que Régine Robin, qui a consacré une grande partie de ses écrits à explorer les « passés fragiles », avait avancé dans les années 2000 pour formuler les transformations sémiotiques du Berlin de l’après-chute du mur (Robin 2001) : elle considérait en particulier que le processus de débaptême et rebaptême des rues, les noms de figures des brigades internationales ayant été remplacés par ceux de… chevaliers teutoniques (Robin 2004), avait accompli une démémoire. Le phénomène intéressant du débaptême s’observe dans plusieurs lieux marqués par des changements politiques forts, comme en Afrique du sud depuis la fin de l’apartheid : la ville de Krugersdorp, d’après le nom du père fondateur du nationalisme afrikaner, Paul Kruger, va devenir Mogale city, d’après celui d’un ancien chef africain, Mogale Mogale (« le brave ») ; Pretoria sera rebaptisée Tshwane, du nom d’un ancien chef tswana ; et Port Elizabeth deviendra la Métropole Nelson Mandela (Libération 12.06.2010). Jeanne Gonac’h, qui a étudié ce phénomène à Vitrolles entre 1997 et 2002, sous mandat du Front national, parle « d’épuration symbolique », expliquant qu’il s’agit avec le débaptême de retirer l’histoire d’une femme ou d’un homme de la mémoire collective (pour Vitrolles, Dulcie September ou Jean-Marie Tjibaou par exemple).

En analyse du discours, le concept de mémoire discursive, proposé par Courtine en 1981 à partir de la notion de « domaine de mémoire » de Foucault et dans le cadre marxo-freudien de l’analyse du discours dite « française » (Paveau 2010), puis retravaillé en mémoire interdiscursive par Lecomte (1981) et Moirand (2003, 2004), est un des outils les plus opératoires pour lire les discours. On parle de mémoire discursive quand les discours s’insèrent, par des marques repérables, dans des domaines de mémoire associés, c’est-à-dire développent des liens mémoriels de reformulation, répétition, ou au contraire d’oubli et de déni, par rapport à des « formulations-origines » repérables mais non présentes explicitement dans les productions verbales. Ces insertions échappent largement au sujet, qui est en quelque sorte parlé par des mémoires qui lui sont externes. La mémoire interdiscursive que propose ensuite Sophie Moirand articule l’épistémologie de l’analyse du discours française au dialogisme bakhtinien (Moirand 2007a et b). Il y a mémoire interdiscursive quand les discours parlent dans les mots d’autres discours (parler du « soja fou », c’est parler de la question des plantes transgéniques dans les termes de l’affaire de la vache folle, par exemple) ou font surgir d’autres événements, qui deviennent en quelque sorte des cadres d’expression (« marée noire : le Tchernobyl de l’industrie pétrolière », titre par exemple dernièrement Rue89 à propos de l’affaire du pétrole de BP en Louisiane).

La notion de démémoire discursive s’inscrit donc dans cette constellation conceptuelle, et désigne un ensemble de phénomènes de déliaison de ces rappels et insertions dans le fil mémoriel du discours. Il existe beaucoup de processus à l’œuvre dans la démémoire, qui concernent en particulier des éléments liés au sens et au référent des mots. Quelques exemples :
– le désancrage de certaines expressions figées de leur contexte référentiel d’origine (voir par exemple l’étude consacrée à Divine surprise dans Les prédiscours, le terme pouvant être désormais appliqué tant à une victoire olympique qu’à l’obtention d’un marché) ;
– l’ancrage, au contraire, de certains discours dans les formes d’un autre, réalisant une sorte de transfert de mémoire sur une autre : sur le site du Comité Véritas, qui défend l’Algérie française, on trouve un texte intitulé « J’accuse », qui demande la condamnation du Général de Gaulle, reprenant la forme choisie par Zola pour défendre Dreyfus : ce choix stylistique engage une démémorisation suivie d’une remémorisation de l’événement ;
– la déliaison entre un signifiant et ses sens et référent, particulièrement dans le cas du nom propre : pour beaucoup, Tataouine est l’un des Clubs Méditerranée les plus agréables de Tunisie, la mémoire du bagne s’étant effacée, et le feuilletage mémoriel s’étant bloqué sur des sens restreints ;
– la subjectivation mémorielle : à partir de l’exemple du polémonyme ou nom de bataille (2008, 2009), j’ai montré que la construction des sens du nom propre étaient largement située dans une communauté culturelle, sociale, nationale.

Mémoire, démémoire, amémoire
Mais repassons par la question qui ouvre ce billet. La réponse est : oui, en partie ! Dans certaines familles pied-noires, qui ont pu être des belles-familles, l’Algérie reste intouchable et intouchée. Je veux dire qu’il est quasiment impossible d’en parler, de l’évoquer, de la voir ou de l’entendre. Quant à s’y rendre… et cela quelle que soit la position idéologique, pro-FLN ou pro-Algérie française, tous les discours, même ceux relevant d’une vision plurielle plus neutre qui tente d’embrasser les différentes subjectivités, sont empêchés par le silence de la démémoire.

Avec Weinrich (1999), Ricoeur (2000), nombre d’historiens, philosophes, psychanalystes qui ont travaillé la mémoire, je pense évidemment que l’oubli est nécessaire à l’élaboration d’une mémoire praticable, ouvrant sur une histoire elle aussi praticable (j’emploie praticable comme dérivé de pratique, pour souligner l’aspect très matériel des mémoires et démémoires dans nos expériences). Mais quand la formulation même des choses est rendue impossible par le trauma, qui fait retour dans l’existence par les chemins bien rodés qui sont les siens, alors l’oubli lui-même est bloqué. C’est que « l’objet ‘Algérie’ est toujours vivant, terriblement vivant, remuant, il ne se laisse pas faire », selon la formule de Benjamin Stora (2008 : 31). Comme le trauma, dont je parlais dans un autre billet à propos du film de Claire Denis, White material.
J’ai connu ainsi quelques crises discursives accrochée aux mémoires algériennes, l’une d’elle effectivement déclenchée par le recueil de Charles-Robert Ageron (1993) et en particulier les articles de Benjamin Stora. La légende de la mélancolie s’associait alors à la nostalgie douloureuse pour coudre les bouches et éteindre les échanges. Il existe peu de travaux, que ce soit en histoire, en sociologie (Buono 2004) ou ailleurs, sur les enfants des pieds-noirs, ceux qui n’ont jamais connu cette histoire-là que par les silences de démémoire qu’on leur a transmis, faute pour les pères d’avoir trouvé un moyen de dire le trauma. Plus qu’une démémoire, une amémoire peut-être, dont on trouve sur l’internet une sorte de symptôme, un site, intitulé « Entre 2 Rives enfants de pieds-noirs », qui a existé entre juin et septembre 2001, date de la dernière mise à jour. Comment « mettre à jour », en effet, ce qui n’est pas parlé ? Mais soyons exacte, il existe également un groupe Facebook ouvert, « Enfants de famille pied-noir », qui correspond à une association. Cependant tous les onglets, « murs », « infos », « photos », « discussions », « videos », amènent l’internaute sur des documents, sauf un, « évènements », pour lequel le clic fait apparaître ce message : « Enfants de famille pied-noir n’a aucun évènement à venir ».

Les sujets transitionnels de l’amémoire

Cimetière de Rio Salado – photo MAP

Il y a quelques années, occupant sans doute à mon insu cette place que je n’aperçois qu’aujourd’hui, à la faveur de cette mémorable tablée villetaneusienne, j’ai fait le voyage en Algérie, sans que cette histoire ne soit pourtant la mienne. J’ai fait la route d’Oran à Oued Mellah, qui porte encore dans les pratiques onomastiques ordinaires son nom colonial de Rio Salado (c’est le cas de quelques villes et villages en Algérie, et il serait intéressant d’ailleurs de connaître les raisons de cette persistance). J’ai vu les lieux du passé perdu, le cimetière d’abord, puis la place de la petite ville, l’église transformée en bibliothèque, comme souvent en Algérie, la mairie, et enfin la fameuse maison. Tous ces lieux sont soigneusement entretenus à l’identique : les arbres du cimetière peints en blanc à 1 m 50 de hauteur, le fronton de la mairie ravalé, l’église entretenue. Je suis entrée dans la maison, que ses habitants actuels m’ont fait visiter avec beaucoup de fierté. J’ai vu ce qu’il ne fallait voir auparavant que dans le prisme de l’amémoire mélancolique. Et finalement, c’était de la réalité, des pierres, des arbres, des rues. Et des colonnes, des colonnes partout : au cimetière, flanquant les caveaux, sur le fronton de la maison, dans la salle à manger, d’imposantes colonnes de marbre.

Les colonnes de l’amémoire, voilà peut-être ce qui méritait d’être parlé.

Post-scriptum

En faisant migrer ce billet sur hypotheses.org, je me souviens d’une conversation sur ces colonnes ; mon interlocuteur me demandait si l’étymologie du mot croisait celle de colonie. Non, les étymologies ne se croisent pas, mais que d’échos dans les signifiants, que je n’avais pas entendus en rédigeant ce billet.

Références
Buono Clarisse, 2004, Pieds-noirs de père en fils, Paris, Balland (link)
Gonac’h Jeanne, 2007, « Pratiques de redénomination des rues à Vitrolles », dans Cislaru G. et al. (dir.), L‘acte de nommer. Une dynamique entre langue et discours, 2007, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 101-114.
Lecomte Alain, 1981, « Comment Einstein raconte comment Newton expliquait la lumière (ou le rôle de la mémoire interdiscursive dans le processus explicatif) », Revue européenne des sciences sociales et cahiers Vilfredo Pareto, XIX, n° 56, Genève : Droz, 69-93.
Moirand Sophie, 2003, « Les lieux d’inscription d’une mémoire interdiscursive » dans le langage des médias : des discours éphémères ?, paris, l’harmattan, 83-111.
Moirand Sophie, 2004, « La circulation interdiscursive comme lieu de construction de domaines de mémoire par les médias », dans Lopez Munoz J.M. et al. (dir), Le discours rapporté dans tous ses états, Paris, L’Harmattan, 373-385.
Moirand Sophie, 2007, « Discours, mémoires et contextes : à propos du fonctionnement de l’allusion dans la presse », Corela, numéro spécial, Cognition, discours, contextes (link)
Moirand Sophie, 2001, « Du traitement différent de l’intertexte selon les genres convoqués dans les événements scientifiques à caractère politique », Semen, 13, Genres de la presse écrite et analyse de discours (link)
Ricœur Paul, 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.
Robin Régine, 2001, Berlin chantiers : essai sur les passés fragiles, Paris, Stock.
Robin Régine, 2004, « Entre histoire et memoire », dans Müller B. (dir.), L’histoire entre mémoire et épistémologie. Autour de Paul Ricœur, Éditions Payot Lausanne, 39-73.
Paveau Marie-Anne, 2006, les prédiscours. sens, mémoire, cognition, paris, presses sorbonne nouvelle (link).
Paveau Marie-Anne, 2008, « Le toponyme, désignateur souple et organisateur mémoriel. L’exemple du nom de bataille », dans Boyer H., Paveau M.-A. (dir.), Mots. Les langages du politique 86, 23-35.
Paveau Marie-Anne, 2009 : « De Gravelotte à Bir Hakeim. Le feuilleté mémoriel des noms de bataille », Les carnets du cediscor 11, Paris, PSN, 137-150 (link)
Paveau Marie-Anne, 2010, « Interdiscours et intertexte. Généalogie scientifique d’une paire de faux jumeaux », in Actes du colloque international Linguistique et littérature : Cluny, 40 ans après, 29-31 octobre 2007, Besançon, PUFC, 93-105 (lire ici).
Stora Benjamin, 1991, « La politique des camps d’internement » et « Guerre d’Algérie : le Vietnam français ? », dans Charles-Robert Ageron (dir.), L’Algérie des Français, Paris, Seuil, 295-302 et 323-328.
Stora Benjamin, 1998 [1991], La gangrène et l’oubli. La mémoire de la guerre d’Algérie, Paris, La découverte.
Stora Benjamin, 2008, Les guerres sans fin. Un historien, la France et l’Algérie, Paris, Stock.
Weinrich Harald, 1999 [1997], Léthé. Art et critique de l’oubli, trad. D. Meur, Paris, Fayard.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...