Discours et mémoire 2. Prédiscours et lignées discursives. Balade cognitive à Beyrouth

Soit l’expression : « C’est Beyrouth ! », où le toponyme n’en est plus un (Beyrouth ne désigne pas « la ville de Beyrouth »), mais le signifiant du chaos de la guerre civile et de la destruction urbaine. Pour rendre compte du sens et du fonctionnement de ce segment, l’appel à la notion de mémoire discursive s’impose : comment comprendre en effet cette expression hors de « l’autorité » de la mémoire, comme le précisait Alain Lecomte, qui décide du sens et de sa contextualisation. Mais un appel à la notion de cadre cognitif externe est également nécessaire : je formule en effet cette expression, « c’est Beyrouth », dans un environnement physique, culturel et historique particulier, nécessaire à ma formulation et à la compréhension de cette formulation ; les ressources sémantiques internes du segment (mon lexique intérieur) ne suffisent pas à son interprétation.

Capture d’écran 2013-07-27 à 12.06.14

« C’est Beyrouth ! »

À la suite de Jean-Jacques Courtine, Alain Lecomte et Sophie Moirand, j’ai proposé une version cognitive de la mémoire (inter)discursive dans Les prédiscours paru en 2006. Mon idée était de rendre compte de l’élaboration des représentations d’une manière postdualiste (je n’employais pas le mot à l’époque), c’est-à-dire en considérant à la fois les représentations internes à l’esprit (ma connaissance du toponyme et de l’histoire du Liban), et les représentations externes (ce que me propose la réalité extérieure comme déclencheurs de mémoire et d’appels à mes cadres de savoir). Ce sont les travaux de la cognition distribuée (Conein 2004), une des formes de la cognition dite hétérodoxe qui émerge aux États-Unis dans les années 1990, contre l’internalisme dominateur de la cognition à l’époque (en particulier l’intelligence artificielle et la linguistique cognitive), qui m’ont fourni des ressources pour cette élaboration. Je voulais montrer que notre mémoire, qu’elle soit discursive ou pas d’ailleurs, était distribuée dans les environnements, en particulier dans la mémoire des autres bien sûr, mais aussi dans les éléments non humains qui nous entourent et qui constituent nos environnements de vie : lieux et objets sont aussi des appuis à notre mémoire, y compris notre mémoire discursive. C’était un renouvellement de la notion qui voulait conserver la richesse conceptuelle de la « sémantique discursive » telle qu’elle avait été posée en France à la suite de Michel Pêcheux mais également rendre compte des formes contemporaines de production et de circulation des discours. Je vais résumer rapidement mon articulation de l’analyse du discours aux sciences cognitives et la manière dont je conçois les prédiscours et j’expliquerai ensuite comment je vois cette mémoire cognitivo-discursive, en particulier à travers la notion de lignée discursive.

Cognition socio-culturelle et analyse du discours

Il pourrait sembler paradoxal d’articuler sciences cognitives et analyse du discours, cette dernière, dans la version dite « française » qui m’intéresse, s’étant construite sur le politique, l’historique et le psychanalytique, en un mot et pour aller très vite, sur tout ce que la révolution cognitive des années 1950 a contribué à remettre en cause. Mais depuis la fin des années 1980 s’est développé un courant socio-culturel dans les sciences cognitives, nourri par l’ethnométhodologie, l’ergonomie, la psychologie des organisations, etc., ainsi décrit par M. Bischofsberger :

Quant à la lignée socioculturelle, elle fait de la cognition un phénomène discursif, situé dans des contextes historiques et sociaux. La cognition quitte, pour ainsi dire, la « tête » de l’individu, pour devenir un phénomène social et distribué, émergeant dans des conditions sociales et culturelles contingentes. Ce courant repose sur la conviction que toute connaissance humaine est le produit d’un acte interprétatif conditionné par des présupposés sociaux (Bischofsberger 2002 : 167)

La cognition sociale s’est développée dans le contexte anglo-saxon selon les versions successives de la cognition située (Suchman, Roschelle), partagée (Resnick, Schegloff) puis distribuée (Hutchins, Agre). On sait que parallèlement la sémantique cognitive promue par G. Lakoff et M. Johnson depuis leur ouvrage sur les métaphores paru en 1980 a accordé une grande importance au corps (« mind is embodied »). Enfin, l’étude des émotions (Damasio 2002) et des perceptions s’est largement ouverte au contexte environnemental. Autant dire qu’une révision des croyances s’imposait tant chez les discursivistes que chez les cognitivistes : de mon point de vue l’analyse du discours et la cognition sociale sont compatibles et leurs théories, savoirs et méthodes peuvent dialoguer.

Adopter l’angle socio-culturel en sciences cognitives implique de faire un certain nombre de choix épistémologiques, en particulier sur la nature de l’esprit. Comme le neurologue A. Damasio, et bon nombre de philosophes à commencer par C.S. Peirce, ainsi que de nombreux chercheurs qui travaillent sur les pratiques sociales et culturelles, je pense que le dualisme cartésien est « épistémologiquement désespéré » (l’expression est d’O. Houdé 1998), ce qui me mène à écarter l’innéisme, l’idéalisme et un certain rationalisme, pour adopter le principe de l’externalité de l’esprit. Je considère qu’il existe bien des savoirs et des croyances, bref des propositions et une pensée, mais articulées avec le monde extérieur, l’environnement, les artefacts, et non pas seulement encapsulées dans des modules internes. C’est une position que D. Dennett (2002) qualifie de « réalisme doux », opposé au « réalisme de force industrielle » de J. Fodor.

La notion de distribution permet de renouveler la question du contexte avec une certaine force opératoire. Elle est plus dynamique que la notion de partage ou de situation dans les deux précédentes versions de la cognition sociale, et c’est pour cette raison que je l’ai l’ai privilégiée. La cognition distribuée est attentive à la construction et la transmission des informations, non plus seulement via les savoirs et compétences détenues « dans la tête » des individus ou dans leur environnement socio-culturel (« dans le monde »), mais inscrites dans les outils cognitifs, c’est-à-dire des artefacts comme un bloc-notes ou une tablette par exemple. Je la définis, dans une perspective plus large qui étend les agents de distribution à des éléments non artefactuels comme les sentiments ou les valeurs, comme un processus de transmission synchronique et diachronique de cadres prédiscursifs collectifs, ces derniers (connaissances encyclopédiques, croyances, émotions, perceptions) étant distribués de manière collaborative entre les agents humains et non humains grâce à des organisateurs psychiques internes mais également externes (outils discursifs comme la liste, le dictionnaire, le tableau, le mémento, le guide de conversation ou plus largement sémiotiques comme les couleurs, les insignes, les vêtements, etc.).

Du préconstruit aux prédiscours

Quand j’entends « C’est Beyrouth », tout un univers sémantique s’active et je comprends clairement que Beyrouth n’est plus dans Beyrouth, et que ce village en ruines devant moi ou même la chambre en désordre de cet adolescent sont désignés par un nom qui est celui d’un autre chaos, considéré comme la meilleure référence possible dans le contexte. Mais comment ces connaissances sont-elles venues à moi et surtout comment sont-elles activées par ce simple nom propre ? Et aussi : comment se fait-il que ça ne marche pas parfois, et que tel ou tel individu n’entend pas cette référence à la guerre civile libanaise, qui a, en ce qui me concerne, occupé l’arrière-plan informationnel de mon adolescence ? Pourquoi, pour continuer sur les noms propres, mes étudiants pour la plupart ne comprennent plus ou pas, que le Heysel et Furiani ne sont pas des stades mais des drames, des noms d’événements (des praxonymes dans le jargon technique) ? et pourquoi Tchernobyl en revanche est-il quasiment devenu une référence universelle, un quasi-synonyme de « catastrophe nucléaire » ?

Pour répondre à cette question, je pose que ces mots activent des prédiscours, conçus comme des opérateurs dans la négociation du partage, de la transmission et de la circulation du sens dans les groupes sociaux : je les définis comme un ensemble de cadres prédiscursifs collectifs qui ont un rôle instructionnel pour la production et l’interprétation du sens en discours (Paveau 2006, 2007). Ce sont des cadres de savoir, de croyance et de pratique qui ne sont pas seulement disponibles dans l’esprit des individus et dans la culture des groupes (c’est leur nature représentationnelle), mais sont distribués, au sens cognitif du terme, dans les environnements matériels de la production discursive. Les prédiscours ne sont pas des séquences discursives identifiables (des discours qui auraient été produits avant, ce qui les tireraient vers le discours rapporté et le dialogisme) mais des cadres préalables tacites, signalés dans les discours actuels par un certain nombre de phénomènes. Ils sont dotés de six caractéristiques qui les rendent analysables :

– leur collectivité, résultat d’une co-élaboration entre les individus et entre l’individu et la société : en ce qui concerne « C’est Beyrouth », les connaissances autour de la guerre civile de 1975-1990 sont supposées partagées par mes interlocuteurs et intégrées dans l’état des connaissances communes d’une société à un moment donné ;

– leur immatérialité, la prédiscursivité étant d’ordre tacite (c’est-à-dire non formulable explicitement, contrairement à l’implicite) : ce n’est pas le nom propre Beyrouth qui formule explicitement les ravages de la guerre sur la vie urbaine ; il constitue un appel aux prédiscours, c’est-à-dire à l’ensemble des connaissances préalables qui sont déposées dans ma mémoire et mes environnements, et qui constituent des instructions d’interprétation ;

– leur transmissibilité, sur l’axe horizontal de communicabilité encyclopédique (l’idée du partage) et l’axe vertical de la transmission via les lignées discursives (le rôle de la mémoire) : le sens de l’expression m’a été transmis par l’encyclopédie ambiante des mes environnements et parce que, en tant que locutrice, je mets mes paroles dans celles de mes « ancêtres », reprenant leurs formes et leurs sens, le plus souvent à mon insu ;

– leur expérientialité, puisqu’ils permettent au sujet d’organiser mais aussi d’anticiper son comportement discursif  : « C’est Beyrouth » fait partie des expressions qui me permettent d’organiser mon univers en le catégorisant ;

– leur intersubjectivité, les critères de mobilisation étant véri-relationnels et non logiques  : la question ne se pose pas de savoir si c’est vraiement Beyrouth ou pas, si la qualification est vraie ou pas ; c’est l’évaluation et la pertinence de la dénomination par rapport à mes interlocuteurs et à la concpetion du disocurs dans la société qui importent ;

– leur discursivité enfin, puisqu’ils sont langagièrement signalés : Beyrouth est une forme langagière présente dans le fil du discours et repérable comme telle par l’analyste du discours ; de nombreuses autres formes peuvent constituer des appels aux prédiscours, des formes lexicales comme vandales analysées par Sophie Moirand (voir le billet précédent), des figements comme divine surprise (analysé dans Les prédiscours) ou des patrons syntaxiques comme « nous sommes tous des + [catégorie à défendre] » sur le modèle du « nous sommes tous des Juifs allemands » de Cohn-Bendit en 1968 (j’analyse cette forme mémorielle dans Langage et morale).

Une mémoire dynamique : recognition et lignées discursives

Envisager une mémoire cognitivo-discursive, c’est dépasser une conception statique (mémoire-stock destinée à être récupérée, ou mémoire simplement partagée qui constituerait une sorte de terrain commun dans lequel puiseraient les interlocuteurs), pour adopter une conception dynamique qui fait de la mémoire un véritable opérateur prédiscursif et discursif. C’est donc admettre que la mémoire en discours ne sert pas seulement à… la mémorisation, mais possède une fonction (re)constructive et catégorisante, fonction qui passe essentiellement par la recognition.

Si la mémoire en discours n’est pas simple restitution, on peut en effet parler de recognition : la référence à Beyrouth ne se contente évidemment pas de charrier une mémoire historique, mais constitue un outil cognitif-discursif qui (re)catégorise ironiquement le constat d’un désordre ou d’une destruction en ravage guerrier. La désignation ne fonctionne alors plus seulement sur le mode simple de l’analogie, mais organise le monde en discours, lui confère un sens. On peut alors parler avec P. Ricœur de reconnaissance, le mot désignant chez lui la face cognitive de la mémoire, qui relève de la « dénomination psychique » :

[…] la reconnaissance, qui couronne la recherche réussie, […] désigne la face cognitive du rappel, tandis que l’effort et le travail s’inscrivent dans le champ pratique. […] Ce dédoublement entre dimension cognitive et dimension pragmatique accentue la spécificité de la mémoire parmi les phénomènes relevant de la dénomination psychique (Ricœur 2000 : 67-68).

Je prends le terme de re-connaissance à la lettre, intégrant l’idée de M. Halbwachs selon laquelle l’origine importe moins que sa reconfiguration. La re-connaissance est un processus cognitif dynamique, dans la mesure où se créent alors des versions mais surtout des organisations du monde ; c’est la raison pour laquelle la mémoire cognitivo-discursive accomplit selon moi quelque chose de l’ordre de la recognition.

La construction de la mémoire collective, et, partant, de la mémoire cognitivo-discursive, est fondamentalement inscrite dans le déroulement de l’histoire, dans ce qu’A. Schutz appelle dans Phenomenology of the social world  « le triple règne des prédécesseurs, des contemporains et des successeurs ». Le lien mémoriel est en effet un paramètre fondamental dans la production des discours, la distribution des savoirs et croyances se faisant également sur l’axe diachronique : les ancêtres sont alors des agents humains de distribution, tout comme l’ensemble des « lieux de mémoire » discursifs ou artefactuels qui maintiennent la transmission. Dans mon exemple, le nom propre Beyrouth est un de ces lieux de mémoire, qui est aussi « agent de distribution » : les valeurs associées au nom, les évocations iconiques (télévisuelles, photographiques ou cinématographiques) qu’il ne manque pas de susciter, les traits prototypiques dont il est doté (la destruction de Beyrouth est devenue le prototype de la destruction de la ville en guerre), sont autant d’éléments qui passent par les canaux de la mémoire cognitivo-discursive. Ces canaux, je les appelle des lignées discursives, qui mettent l’accent sur l’historicité des discours et des significations, qui semble avoir été oubliée en analyse du discours actuellement, sauf chez les historiens du discours, comme le signale Mazière 2005. Je les définis comme des dispositifs représentationnels internes et externes permettant d’accueillir et de transmettre des contenus sémantiques liées aux savoirs, croyances et pratiques. Cela veut dire qu’il existe des « lieux de mémoire » discursifs et cognitifs, dont les noms propres, comme je viens de le montrer avec Beyrouth, que j’appelle des noms de mémoire (pour des analyses détaillées d’autres noms de mémoire, voir Paveau 2008 et 2009 sur les polémonymes, noms de bataille).

Capture d’écran 2013-07-27 à 12.07.14

« Le Paris du Moyen-Orient »

Il est intéressant de noter que, pour Beyrouth tout du moins, il existe un conflit de lignées discursives : de nombreux débats contestent la mémoire cognitivo-discursive qui associe le nom Beyrouth au ravage guerrier et tentent de réhabiliter une mémoire plus riante et sans doute plus neutre de ce toponyme, de manière à ce qu’il ne redevienne qu’un toponyme, justement. C’est le cas par exemple de cet article intitulé « Liban : pour en finir avec l’expression « On se croirait à Beyrouth » », publiée sur Global Voice Online en 2011, mais aussi de métadiscours ordinaires, dont voici un petit échantillon (recueilli à la volée sur le web) :

– Et puis il y a les personnes qui connaissent le Liban au travers de l’expression « C’est Beyrouth ! » utilisée pour dénoncer un désordre fou, et qui se limitent à ça. Évidement, le Liban c’est beaucoup d’instabilité politique, de guerre civile, de destruction. C’est le Hezbollah, la banlieue Sud, les otages… […] Non. La jeunesse libanaise, ce n’est pas ça. Le Liban d’aujourd’hui, ce n’est pas que ça. Ce ne sont pas les petits plats, le hommos, les chrétiens, les musulmans, les druzes, Oum Koulsoum (qui d’ailleurs est Egyptienne). Le Liban, c’est la destination idéale pour un tourisme « de luxe » à Beyrouth, dans une ville à cheval entre un passé chargé et un futur très prometteur (Karine Jazra, 21 janvier 2010, « Au Liban, ce n’est pas Beyrouth ! », Tout ça, le magazine qui touche à tout [site], http://tout-ca.com/2010/01/21/au-liban-ce-nest-pas-beyrouth/, consulté le 27 juillet 2013).

– Dans la vie de tous les jours, quand on utilise l’expression « C’est Beyrouth ! » pour dire qu’on a l’impression que la guerre est passée par là, c’est cet a priori là que j’avais. Ma première arrivée à Beyrouth, de nuit, s’est faite par une rue qui relie l’aéroport au centre, un ancien théâtre d’opérations militaires… Mais bon, Beyrouth, c’est le mélange de plein d’autres choses (« Une jeunesse à Beyrouth », Interview de Michel Bousquet, L’œil électrique 13, [revue], http://oeil.electrique.free.fr/article.php?articleid=107&numero=13, consulté le 27 juillet 2013).

– La génération de mes parents a gardé l’image d’une ville à feu et à sang, complètement détruite par la guerre civile qui a ravagé le pays entre 1975 et 1990, quasiment sans répit. D’où l’expression « c’est Beyrouth ici », c’est-à-dire c’est le chaos ! Qu’en est-il aujourd’hui ?

Beyrouth est une fourmilière en perpétuelle effervescence. C’est son agitation, la vie quasi incessante et les coups de klaxons qui frappent en premier lieu et sautent aux oreilles. La capitale libanaise est en pleine mutation (Lorris, 17 octobre 2012, « Beyrouth I love you », L’œil d’Hermès [site], http://oeil-hermes.fr/Beyrouth-I-love-you.html, consulté le 27 juillet 2013).

Du coup, dans ces discours de réhabilitation toponymique, ressurgit parfois une autre expression, « le Paris du Moyen-Orient », dénomination de Beyrouth avant la guerre civile, et plus anciennement depuis les années 1950 semble-t-il. Comme pour « C’est Beyrouth », ce sont les cadres iconiques qui semblent prédominer, comme le montre cette série d’images, intitulée « Beyrouth – Paris du Moyen Orient« , qui en amène d’autres d’ailleurs en commentaire, sur le mode du avant/après.

Mémoire contre mémoire donc, qui se joue dans l’espace du nom : le discours constitue un lieu, non seulement de mémoire, mais surtout de débat voire de conflit sur la légitimité des mémoires. Lieu discursif où se construisent, s’inventent, ou se détruisent les lignées discursives qui rattachent nos paroles à leurs ancêtres langagiers.

Références

Bischofsberger Marco, 2002, « Quel constructivisme pour la linguistique cognitive ? », in Bouquet S., Rastier F. (dir .), Introduction aux sciences de la culture, Paris, PUF : 157‑176.
Conein Bernard, 2004, « Cognition distribuée, groupe social et technologie cognitive », Réseaux 124 : 53-79.
Damasio Antonio, 2002 [1999], Le sentiment même de soi. Corps, émotions, conscience, trad. C. Larsonneur, C. Tiercelin, Paris : Odile Jacob.
Dennett Daniel 2002 [1991], « De l’existence des patterns », trad. D. Boucher, in Fisette, Poirier (éds.), 2002, Philosophie de l’esprit. Psychologie du sens commun et sciences de l’esprit, Paris : Vrin, 153-193.
Houdé Olivier et al. (dir.), 1998, Vocabulaire des sciences cognitives, Paris : PUF.
Lakoff George, Johnson Mark, 1985 [1980], Les Métaphores dans la vie quotidienne, trad. M. de Fornel, Paris, Minuit.
Mazière Francine, 2005, L’analyse du discours, Paris : PUF, « Que sais-je ? ».
Paveau Marie-Anne
– 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.
– 2007 : « Discours et cognition. Les prédiscours entre cadres internes et environnement extérieur », Corela (Cognition, Représentation, langage), dossier « Contextes, discours, cognitions », http://corela.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=1550
– 2008, « Le toponyme, désignateur souple et organisateur mémoriel. L’exemple du nom de bataille », dans Boyer H., Paveau M.-A. (dir.), Mots. Les langages du politique 86, 23-35 (sur Diên Biên Phu).
– 2009 : « De Gravelotte à Bir Hakeim. Le feuilleté mémoriel des noms de bataille », Les carnets du cediscor 11, Paris, PSN, 137-150.
– 2013 : Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
Ricœur Paul, 2000, L’histoire, la mémoire, l’oubli, Paris : Gallimard.

Crédits

Premier bandeau
1. « Scenic overlook », 2011, Omar Chatriwala, galerie de l’auteur sur Flickr, CC – 2. « Vending street food, » 2011, Omar Chatriwala, galerie de l’auteur sur Flickr, CC – 3. « Pedestrian times, Beirut », 2003, gordontour, galerie de l’auteur sur Flickr, CC
Second bandeau
1. sans titre, 2006, Paul N, galerie de l’auteur sur Flickr, CC – 2. hopping, 2009, trilli bagus, galerie de l’auteur sur Flickr, CC – 3. سياسة \القصف على الضاحية المربع الامني ( مصطفى جمال الدين ), 2006, Paul N, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Prochain billet. Discours et mémoire 3. Les lignées discursives de la Manif Pour Tous

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  2013, “Prédiscours et lignées discursives. Balade cognitive à Beyrouth“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=2278, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...