L’analyse du discours autrement 10. Actualité brésilienne de Michel Pêcheux

Dans les billets précédents de cette série, j’ai expliqué pourquoi je considérais que l’analyse du discours française était une théorie du Premier monde, par ses traits hégémoniques externes (sa diffusion, ses traductions, les invitations massives de ses productrices dans les Suds…) et internes (la stabilisation de sa matrice disciplinaire, sa clôture conceptuelle, ses objectifs de généralisation…). J’ai également parlé de l’extraversion des chercheur·es des “autres mondes”, les mondes des “Suds”, à partir de la notion proposée par le philosophe africain Paulin Hountondji : une direction de la recherche tournée vers les Nords, s’adaptant aux agendas et aux références euro-occidentales, ces dernières étant parfois exclusives dans certains travaux. À cette extraversion répond, de manière imbriquée, la fermeture des recherches des Nords aux travaux des Suds, et leur clôture sur eux-mêmes, dans un mouvement autoréférentiel que je propose d’appeler introversion (notion qui sera développée dans l’ouvrage en cours d’écriture), qui, curieusement, n’avait pas été envisagée par Hountondji. L’actualité scientifique de l’analyse du discours me donne l’occasion de développer cette notion qui, au sein de la dimension épistémo-géo-politique de la recherche, en concerne un aspect important, la stratégie de mobilisation des références, matérialisée dans les mentions et citations, et les bibliographies.

L’étrange absence de la teoria pecheutiana do discurso

Un colloque intitulé “Actualité de Michel Pêcheux” est organisé début 2025, et l’appel en a été lancé en avril dernier. Venant de terminer le chapitre de mon livre consacré à Pêcheux, j’ai lu ce texte avec beaucoup d’intérêt : j’ai longtemps pensé avec Pêcheux, pour élaborer la notion de prédiscours à partir de celle de préconstruit en particulier, et je pense désormais contre lui, ou, plus exactement, je fais les deux en même temps ; c’est une évolution qui n’a rien d’extraordinaire, et qui a déjà été décrite par Gérard Noiriel dans Penser avec, penser contre. Par ailleurs, je connais bien l’analyse du discours au Brésil, et la place importante qu’y occupe Pêcheux dans l’un de ses courants. En lisant l’argument du colloque, j’attendais donc la “fenêtre brésilienne”, si je puis dire, tellement Pêcheux est lu, travaillé, mobilisé et aimé là-bas, ce qui contraste avec son absence ici, sauf exceptions, mentionnées d’ailleurs dans l’argument. Ce dernier est traduit en brésilien, et c’est la seule traduction, ce qui matérialise la fenêtre en question, comme la liste des membres du comité d’organisation, qui compte une des meilleures spécialistes du travail de Pêcheux au Brésil, Freda Indursky, et celle du comité scientifique, qui compte, phénomène tout à fait notable, 23 chercheur·es brésilien·nes sur 42. Mais pour le reste, la référence au Brésil est quasiment inexistante, la bibliographie (56 titres) étant entièrement européenne et très majoritairement française et francophone (ou euro-occidentale : on trouve deux titres de chercheurs états-uniens sur le traitement automatique des langues), à l’exception d’un titre, un article d’Eni Orlandi (j’y reviens plus bas).

La fenêtre est donc une toute petite lucarne, et pourtant : les travaux de Pêcheux sont sur-diffusés et mobilisés au Brésil (je développe ce point plus bas) ; ceux d’Eni Orlandi, qui s’étendent désormais sur plus de quarante ans, sont extrêmement nombreux : 25 livres, près de 260 articles, chapitres et communications publiées, des dizaines de collectifs, pour ne parler que des publications écrites (on en trouvera la liste complète sur son CV Lattes, accessible depuis sa page Fapesp) ; les travaux sur et avec Pêcheux se comptent par centaines (thèses, collectifs, colloques récurrents, articles, ouvrages, séminaires…) ; il existe désormais trois générations de chercheur·es (en termes de parenté de thèse, ce qui fait plusieurs centaines également) qui travaillent à partir des propositions de Pêcheux depuis la fin des années 1980, date de son introduction dans le corpus scientifique brésilien grâce aux premières traductions d’Eni Orlandi ; parmi ces chercheur·es, la quasi-totalité a fait le voyage transatlantique vers la France, sous la forme de stages doctoraux, postdoctoraux ou de voyages d’étude (nous sommes nombreux·ses à avoir accueilli des chercheur·es de la deuxième génération, élèves d’Eni Orlandi par exemple, qui dirigent désormais elleux-mêmes des doctorant·es que, pour ma part, je reçois désormais). Inversement, plusieurs des membres des deux comités du colloque ont été invités au Brésil, parfois souvent, et parfois depuis longtemps. Toutes ces thèses, toute cette activité, tous ces voyages, tout cela maintient une actualité dense de Michel Pêcheux au Brésil depuis quarante ans. Et l’importance de cette figure est inscrite dans la langue brésilienne elle-même, via l’adjectif pecheutiana/pecheutiano (parfois pecheuxtiana.o), qui n’existe pas en français : on parle couramment de la “teoria pecheutiana do discurso” ou du “projeto pecheutiano”.

Comment interpréter alors cette curieuse absence, dans un projet qui porte qui porte sur “l’actualité” d’un chercheur ? Il faut la lire et lui donner un sens, ce qui me semble particulièrement nécessaire dans les contextes internationaux actuels de “décolonisation” des savoirs (je préfère décentrement, comme je m’en suis expliquée dans un billet de cette série), de reconfiguration des rapports Nords-Suds à tous les niveaux et aussi d’amélioration de l’accessibilité des travaux étrangers et en langue étrangère grâce aux outils numériques (pour la diffusion et la traduction). Je la déchiffre comme un exemple d’introversion européenne, française en l’occurrence, qui constitue un symptôme épistémo-géo-politique notable et recèle des enjeux scientifiques importants, les deux étant interconnectés. Il semble difficilement imaginable en effet de réduire la portée de Pêcheux à l’étranger, et spécifiquement dans le pays où il est travaillé avec le plus d’intensité, à un seul article mentionné en passant, fût-il de la figure la plus importante et de la pionnière de la “teoria pecheutiana do discurso” et, à ce titre, d’ailleurs invitée à prononcer la conférence plénière du colloque ; il semble tout aussi étonnant de réduire le travail d’Eni Orlandi à ce seul article, même s’il n’est donné qu’en “exemple” (2014) : 25 livres, je l’ai dit, dont des titres importants, constamment réédités, par exemple Discurso e Leitura en 1988 (9e édition en 2012) ou As Formas do Silêncio en 1992 (6e édition en 2013) et des ouvrages récents, Eu, Tu, Ele – Discurso e Real da História en 2017 et Argumentação e Análise de Discurso en 2021. Cette référence isolée de 2014 semble contenir d’ailleurs comme en abyme sa propre inadéquation, puisque que le titre donné en bibliographie n’y correspond pas : il s’agit de celui d’un article de 2007 sur l’histoire de l’analyse du discours au Brésil (portant sur le dialogue entre les deux pays…).

Au moment où j’écris ces lignes, cette petite erreur est toujours en ligne sur les versions française et brésilienne et il est difficile, tant la présence de la psychanalyse est présente tant dans l’argument que dans l’analyse du discours “pecheutiana” en général, de ne pas en faire l’acte manqué du symptôme épistémo-politique que constitue l’introversion. Celle-ci apparaît dès la première phrase de l’argument : “Lit-on Michel Pêcheux aujourd’hui ?” Vu la situation brésilienne que je viens de décrire (et dans d’autres aires géographiques d’ailleurs mais de manière moins importante, en Uruguay par exemple, qui est représenté par un·e chercheur·e dans chaque comité), cet énoncé n’a de sens qu’en France, dans une situation locale qui ne se présente cependant pas comme telle ; il serait sans pertinence au Brésil, où Pêcheux est lu sans discontinuer depuis quarante ans. Un peu plus loin, les rédacteur·trices de l’argument définissent l’objectif du colloque : “pourquoi faut-il lire Pêcheux aujourd’hui et comment le lire ?”. Mais, a-t-on envie de répondre, les lecteur·trices de Pêcheux, au Brésil ou ailleurs, n’ont sans doute pas attendu l’organisation de ce colloque pour pratiquer leur lecture de ses textes et n’auront sans doute pas besoin qu’on leur explique comment faire (une des notions les plus importantes dans l’analyse du discours “pecheutiana” est d’ailleurs celle de geste de lecture, qui y est omniprésente, et depuis les débuts). Une question intéressante aurait été celle de la localisation épistémique justement : le lit-on, et ne lit-on pas ou plus, et pourquoi-quand-comment ? De même, la situation “actuelle” est décrite à partir d’un point de vue français, sans prise en compte de cette localisation : “Pourtant, depuis une décennie, la conjoncture scientifique semble marquée par ce qu’on pourrait appeler un certain réveil du politique, en AD comme en sociolinguistique ou dans d’autres sciences humaines”, lit-on dans l’argument, avant la mention de références exclusivement françaises. C’est l’ensemble de l’argument qui est rédigé dans cette absence de coordonnées épistémo-géo-politiques, et il témoigne bien de cette “épistémologie du point zéro” définie par Santiago Castro-Gomez (Grosfoguel 2006 ; le point zéro cachant le point de vue particulier comme s’il se situait au-delà de tout point de vue), ou de ce “truc de Dieu” (“the God trick”) qu’épinglait Haraway à propos d’une vision totale qui ne représente pas son propore regard, typique selon elle de la définition de l’objectivité scientifique en termes de neutralité, qui inscrit en fait un surplomb dominant (Haraway, 2006 [1988]).

Le colloque est ainsi organisé pour questionner une “version figée que la doxa semble avoir imposée” des travaux de Pêcheux, et pour encourager “une relecture des textes et à […] retour vers les concepts”. Mais au Brésil, Pêcheux a été lu et relu, traduit et interprété, modifié, parfois déformé, désormais adapté à une réflexion décoloniale, bref travaillé dans la vie de la pensée du discours, ce qui a donné lieu à une analyse du discours proprement brésilienne, et revendiquée comme telle, “l’analyse du discours matérialiste”. Ce “retour vers les concepts” ne peut pas qualifier la situation brésilienne, seulement la situation franco-française : au Brésil, aucune version figée de Pêcheux, mais au contraire un champ extrêmement vivant. Mes collègues et ami·es brésilien·nes, avec qui je ferraille souvent, connaissent bien mes désaccords parfois profonds avec certaines lectures et certains usages de Pêcheux, et je ne défends pas par exemple la lecture décoloniale qui est en train de s’imposer. Mais je tiens en revanche à la prise en compte de leurs travaux dans le champ scientifique, qui est et doit être, contrairement à ce que reflète cet argument, international : si les points d’énonciation sont locaux, le travail scientifique ne l’est pas, ou ne devrait pas l’être. Cette étrange absence dans le premier colloque sur Pêcheux organisé en France depuis sa mort en 1983 ne me semble pas juste scientifiquement parlant, parce qu’elle est également contraire aux principes d’exhaustivité et de cumulativité scientifique, qui veulent que les savoirs antérieurs soient pris en compte. Elle est sans aucun doute explicable en termes d’introversion, et également d’injustice épistémique (Fricker 2008), tout se passant comme si les chercheur·es non français, et qui plus est des Suds, n’avaient pas droit de cité-d’être cités dans cet argument, alors même qu’ils et elles constituent plus de la moitié du comité scientifique.

Que le travail de Pêcheux, oublié en France, y fasse l’objet d’une reprise, c’est une heureuse nouvelle ; que cette reprise repose sur une ellipse de plus de quarante ans de travaux et d’échanges entre le Brésil et la France en est, pour la recherche, les chercheur·es, et la justice épistémique, une plutôt mauvaise. J’ignore tout des réactions éventuelles à la diffusion de cette annonce de colloque et de son argument, comme des positions des membres brésilien·es du comité d’organisation et du comité scientifique, et je ne sais donc pas l’effet que produira ce billet, s’il est lu. Mais, au risque de fâcher tout le monde, les Français·es comme les Brésilien·es (la question des savoirs situés et des hégémonies Nords-Suds étant parfois critique des deux côtés, comme j’ai pu le constater au cours de certains de mes travaux récents sur la race ou l’eurocentrisme de la recherche), je propose, conformément à mon projet d’une “analyse du discours autrement”, une “autre bibliographie” signalant des travaux importants sur Pêcheux qui constituent, en particulier ces dix dernières années, son actualité, parfois produits ou dirigés par des chercheur·es figurant dans le comité scientifique. Ils sont majoritairement accessibles en ligne, souvent gratuitement, et la langue n’est plus un obstacle désormais : Deepl ou Google trad. ou d’autres outils, fournissent des traductions de pdf qui sont imparfaites mais donnent une idée tout à fait précise des contenus ; pour les livres papier, les outils actuels traduisent des scans produits à partir d’applis. Nous n’avons, nous, chercheur·es des Nords, plus aucune excuse pour ignorer les travaux des “autres mondes”, si ce n’est notre inexcusable introversion scientifique.

Une autre bibliographie

Je mentionne ici surtout des collectifs et des articles et travaux de synthèse, qui donnent le meilleur aperçu de l’activité scientifique autour de la figure de Michel Pêcheux. C’est une modeste sélection par rapport au grand nombre de travaux qui existent, mais elle m’a semblé significative et assez représentative.

J’ai adopté un ordre antéchronologique mais je voudrais d’abord citer une thèse récente, qui signale à elle seule la présence vive de Pêcheux dans l’analyse du discours brésilienne :

  • Da Silva Kelly Fernanda Guasso, 2021, Discursos que ressonam sentidos: por uma História das Ideias Discursivas a partir do autor Michel Pêcheux, Tese de doutourado, Universidade Santa Maria.

Dirigée par Verli Fátima Petri da Silveira à l’université Santa Maria de l’état de Rio Grande do Sul, cette thèse est un travail de recension exhaustive des publications de Pêcheux en français et de ses traductions en brésilien, assorti d’une analyse des modes de production de la catégorie “discours”.

  • Grigoletto Evandra et Carneiro Thiago César da Costa (org.), 2023, Diálogos com Analistas de Discurso: reflexões sobre a relevância do pensamento de Michel Pêcheux hoje – Dialogue avec des Analystes du Discours: réflexions sur la pertinence de la pensée de Michel Pêcheux aujourd’hui, responsable de la version française B. Damacena, Campinas, SP, Pontes Editores.

Ce collectif bilingue, qui s’adresse donc directement aux chercheur·es français·es et porte sur l’actualité de Pêcheux au Brésil, comme une anticipation de ce que ne dit pas l’argument du colloque de 2025, contient 26 entretiens extrêmement intéressants sur la manière dont les concepts et méthodes de Pêcheux sont travaillés dans l’analyse du discours matérialiste. On y trouvera par exemple un exposé sur la notion d'”écoute discursive” proposée par Bethania Mariani ou sur les “machine algorithmiques de lecture” par Cristiane Dias.

  • Beck Maurício, Marcel da Silva Esteves Phellipe (Orgs), 2023, Entrelihnas. Materialismo, discurso e arquivo, São Carlos SP, Pedro e Joan Editores.

Dans l’introduction de ce collectif, les organisateurs écrivent (traduction deepl) : “Cependant, nous, analystes du discours brésiliens, savons peu de choses sur ce qu’est devenue l’Analyse du discours de Pêcheux au-delà des limites du Brésil et de la France, et quelle importance on lui a accordé”. L’ouvrage explore donc ce Pêcheux lu et travaillé d’ailleurs, en proposant des décentrements bienvenus.

  • Duro Guimarães Gleny Terezinha, Leandro-Ferreira Maria Cristina e Corrêa de Paula Marlúbia (orgs), 2022, Teorias da Análise do Discurso: contribuições de Michel Pêcheux e Teun van Dijk à pesquisa social, Alexa Cultural: São Paulo / Edua: Manaus.

Il s’agit d’un collectif original dans le champ, qui associe deux figures plutôt incompatibles scientifiquement parlant, l’analyse du discours française/matérialiste d’un côté et la linguistique textuelle ayant évolué vers la critical discourse analysis de l’autre.

  • Cislaru Georgeta, Elias de Oliveira Sheila,  Zoppi Fontana Mónica (orgs), 2022, Discours, énonciation, sens : un point de vue brésilien, Les carnets du cediscor 17, https://journals.openedition.org/cediscor/

Un numéro de la revue Les carnets du cediscor qui rend compte des travaux des chercheur·es de l’Unicamp, dont on peut dire qu’elle est le centre historique de la recherche à partir de la pensée de Pêcheux, avec des articles de Sheila Elias de Oliveira, Mariza Vieira da Silva, Eduardo Guimarães, Mónica G. Zoppi Fontana et Eni Puccinelli Orlandi.

  • Puccinelli Orlandi, Eni, 2019. L’analyse du discours au Brésil, trad. du portugais (Brésil) par M.-L. Lery-Lachaume. In: RAUS, Rachele (dir.). Partage des savoirs et influence culturelle : l’analyse du discours « à la française » hors de France, Essais francophones, 2019, p. 75-94.

Eni Orlandi a publié plusieurs travaux importants d’ordre historique sur l’analyse du discours au Brésil et ses rapports avec la recherche française. Dans cet article récent, elle rend compte des évolutions et propositions récentes du domaine.

  • Salvaterra Magalães Anderson et Kogawa Joáo, 2019, Pensadores da Análise do Discurso : uma Introdução, Jundiaí-SP, Paco Editorial.

Ce recueil est consacré à trois figures emblématiques de l’analyse du discours, Bakhtine, Pêcheux et Foucault.

  • Mariani, Bethania (org.), 2019, Enciclopédia Virtual de Análise do Discurso e áreas afins (Encidis). Niterói: UFF. Disponible sur https://encidis-uff.com.br/

L’encyclopédie vidéo virtuelle et visuelle dirigée par Bethania Mariani passe en revue les grands concepts de l’analyse du discours au Brésil, avec un focus sur le courant “pecheutiano” (comme Deepl, le traducteur intégré de YouTube permet de suivre les capsules vidéo) : par exemple événement discursif, contradiction, scripturalité, formation discursive, formation imaginaire, lieu discursif, mémoire discursive (la liste complète est ici : https://encidis-uff.com.br/videoverbetes-2/). Le projet a donné lieu à de nombreuses publications recensées sur une page dédiée : https://encidis-uff.com.br/publicacoes/

  • Baldini Lauro José Siqueira, Ramos Barbosa Filho Fábio (orgs), 2017, Análise de discurso e materialismos: historicidade e conceito (vol. 1) ; 2018, Análise de discurso e materialismos: prática política e materialidades, Campinas SP, Pontes Editores.

Le premier volume donne une place centrale à Pêcheux à travers la figure d’Althusser, auquel plusieurs articles sont consacrés, et le second rend compte de la manière dont les propositions de Pêcheux et la perspective marxiste sont mobilisées et mobilisables dans les analyses des pratiques discursives.

Je m’arrête là pour les travaux récents, et cette petite liste laisse de côté de nombreux autres travaux, dont les revues et les thèses par exemple, l’ensemble assurant une actualité importante de Pêcheux au Brésil. Je termine par les colloques SEAD (Seminário de Estudos em Análise do Discurso), qui ne donnent, eux aussi, qu’un aperçu limité des nombreuses manifestations organisées chaque année autour de la teoria pecheutiana et de l’analyse du discours matérialiste. Ils sont organisés tous les deux ans depuis 2003, centrés sur la mobilisation du travail de Pêcheux dans les travaux en analyse du discours, chaque édition proposant un thème de réflexion. On en trouvera la liste et celle les publications qui en sont issues sur le site dédié du colloque. La XIe édition, intitulée Escutas do (In)dizível (“l’écoute du dicible/indicible”) a eu lieu en novembre 2023. 

Pour conclure cette petite épistémologie matérielle, une information pratique, et matérielle, car c’est surtout de matérialité qu’il s’agit, à tous les niveaux et à tous les sens du terme. Entre le 8 juin et le 6 juillet se tiendra un cours en ligne, organisé en partenariat entre plusieurs universités brésiliennes, consacré à la lecture de l’article “Discours : structure ou événement ? ” paru en 1984 : “Curso de extensão: Discurso: Estrutura ou Acontecimento?, de Michel Pêcheux – efeitos e desdobramentos 40 anos depois (UERJ/UFMS/UFS/Unicamp)”. Les places sont prioritairement réservées aux étudiant·es des universités concernées, mais les restantes seront accessibles au public. On peut s’inscrire jusqu’au 31 mai

Références

Grosfoguel Ramón, 2006, « Les implications des altérités épistémiques dans la redefinition du capitalisme global. Transmodernité, pensée frontalière et colonialité globale », Multitudes 26, p. 51-74. DOI : 10.3917/mult.026.0051

Haraway Donna, 2007 [1988], « Savoirs situés : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », trad. de l’anglais par D. Petit et N. Magnan, dans Allard Laurence, Gardey Delphine et Magnan Nathalie (org.), Manifeste Cyborg et autres essais, Paris, Exils, p. 107-142.

Crédit : Dean Hochmann, Clay, 2018, Flickr, CC BY 2.0 Deed



Citer ce billet
Marie-Anne Paveau (2024, 27 mai). L’analyse du discours autrement 10. Actualité brésilienne de Michel Pêcheux. La pensée du discours. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11q2i

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search