White material, white trauma

Le film de Claire Denis co-écrit avec Marie N’Diaye est un drôle de discours. Les films de Claire Denis sont toujours de drôles de créations mais j’étais allée voir celui-ci avec la mémoire de Chocolat, son premier film sorti en 1988, auquel je pense régulièrement : l’enfance africaine, Isaach de Bankolé, le rythme lent de la chaleur, et surtout, ces liens que les enfants nouent avec ceux qui s’occupent d’eux ailleurs, liens rendus plus forts par les séparations, puisqu’ils se transforment vite en souvenirs idéalisés. Nos ramatous de Tananarive, Victorine et Marguerite, sont ainsi devenues dans l’imaginaire familial des figures nourricières de conte anthropologique. Mais rien de Chocolat n’est revenu dans White material, dont je n’ai perçu que la violence et la répétitivité.

Le corps désincarné d’Isabelle Huppert, l’omniprésence de son pénible déni, la folie tatouée de Nicolas Duvauchelle, la violence partout représentée, violence des « white » contre les noirs, des blancs entre eux, des noirs entre eux, des enfants contre les adultes, des troupes gouvernementales contre les petits soldats de la rébellion. Tout m’a dérangée dans ce film. L’anonymat du lieu également : à quel pays, à quel événement le film se réfère-t-il ? J’ai pensé au Congo belge, Kolwezi, le Katanga. Mais en fait Claire Denis a tourné le film au Cameroun, et l’idée vient plutôt des événements récents en Côte d’Ivoire.

En sortant du cinéma, je trouvais cependant que toutes ces raisons étaient insuffisantes pour expliquer mon malaise, et puis j’ai compris. J’ai cherché sur le net des documents sur les événements de 1972 à Madagascar auxquels j’avais assisté petite. Et je suis tombée sur une série d’une trentaine de photos du 13 mai 1972 sur le blog du photographe Richard Standley : madrsa.over-blog.com. Tout y était : les images de la mairie incendiée, les voitures brûlées, le lac Anosy qui bordait notre école Ampefiloha A où nos parents étaient venus nous chercher, nous faisant passer par-dessus les grilles.

Voilà ce qui a agi dans le film de Claire Denis, ou que ce film a fait exister : un autre white material, une même situation d’insurrection où les blancs sont pris entre les rebelles et le pouvoir officel. La répression de Tsirane a été sanglante en 1972, puis Ramanantsoa, un général formé à Saint-Cyr, a pris le pouvoir, il a laissé les Français rester. Mais nous sommes brusquement partis, au printemps 1973. Le blanc était devenu impossible à Madagascar.

Les signifiants du film de Claire Denis ont donc réveillé ceux, présents mais comme désactivés, de ma mémoire malgache. Il est très difficile de définir le trauma. On le reconnaît plutôt, par les effets qu’il produit. Mais c’est sans doute, entre autres choses, un discours, une suite de signifiants, non seulement verbaux, mais aussi iconiques, sensoriels, matériels, qui ont creusé une première empreinte ou perpétué un premier ravage, et qui reviennent, dans une autre et à la fois même suite de signifiants. White material, white trauma, un discours fait son chemin, en prenant son temps, trente-huit ans, de Tananarive à une salle de cinéma parisienne.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. prettyzoely dit :

    Ma chère lacanienne ! Re-bonjour via ce commentaire

    Je suis bouleversée par ce que je viens de lire. Je découvre une Malgache de coeur comme moi. Mon coeur appartient à Madagascar mais mon pays d’adoption est la France et je suis fière d’être une Franco-Malgache, dans le sens où vivre en France m’a réveillée de ma léthargie de citoyenne, enfin cela ne fait que quelques années que je suis réveillée. D’où mon blog….

    Quant à White material, je ne l’ai pas vu en salles, je l’ai vu en diagonale à la télé sur Canal plus je crois. Mais ce que j’ai vu, c’est à dire la violence, m’a empêchée de le voir en totalité…

    Concernant les évènements du 13 mai, j’étais trop jeune pour en percevoir l’impact chez les non Malgaches, en particulier chez les Français qui étaient en grand nombre là bas par rapport aux autres.

    Je ne me souviens même pas que « nous » avons rejeté les Blancs ! Déni de souffrance ? Je n’en sais rien. En tout cas, j’ai regardé les photos de Richard Standley (et encore, je n’en ai pas vu beaucoup) et cela me renvoie au coup d’état de 2009 que je n’ai pas vécu mais qui m’a EBRANLEE à distance.

    Les Malgaches en veulent à Nicolas Sarkozy et comme ils ne peuvent pas l’atteindre, ils « s’en prennent » aux Français qui y vivent.

    Moi-même j’en veux à Nicolas Sarkozy de ne pas avoir honoré sa promesse de rompre avec la Françafrique. Mais ce n’est pas pour autant que je déblatère sur lui à travers les forums dans lesquels je n’ai lu que la haine, la rumination. Ce n’est pas mon but et je voulais exprimer celui-ci à travers mon blog. Et c’est une grande amie franco-norvégienne qui m’a inspirée pour cela : « Si Madagascar te tient tant à coeur, pourquoi tu ne publierais pas un post bien senti ? »

    A la place du post, j’ai créé le blog et depuis, je me suis perdue dans mes rêves et à la place je recherche un monde meilleur à travers le Net.

    Pardon d’avoir été aussi longue dans mon commentaire, mais j’ai éprouvé le besoin de m’exprimer.

    Sincèrement à toi ma lacanienne

    PZ

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci chère malgache de ce très très beau message qui me procure de l’émotion : tu vois, les origines, les pays, les enfances se communiquent, par les paroles, pas besoin de se connaître « en vrai », puisque le « en vrai », pour moi en tout cas, c’est la parole – mes souvenirs de cette « révolution » sont partiels mais violents, c’est vrai, pour moi c’est cette image des papiers de la mairie éparpillés partout, et mes ramatous perdues, je les ai aimées comme une petite fille aime ceux qui la soignent je pense, et puis c’est aussi l’enfance perdue d’un point de vue plus personnel – tu vois c’est drôle, ce billet a été l’origine de l’ouverture de mon blog et il te croise, maintenant, sans prévenir : c’est bien, la vie, finalement…

      • prettyzoely dit :

        oui c’est bien la vie tout court (pas finalement): je ne crois pas au hasard, comme je suis à la recherche d’un monde meilleur, tu fais donc partie désormais de ce monde là…

        merci malacanienne