L’analyse du discours autrement 5. Le sujet, une notion qui “cloche” dans l’analyse du discours française

“Il n’y a de cause que de ce qui cloche” : c’est le titre d’un article de Pêcheux, qui emprunte cette phrase à Lacan décrivant la “béance du sujet” dans le Séminaire XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse (Pêcheux 1978). C’est un article de “remords théorique”, comme le précise Denise Maldidier, contenant “une autocritique qui pouvait mener à l’abandon”, ajoute-t-elle (Maldidier 1993, § 23).

Il me semble que c’est dans cette conception même du sujet, articulée à la conception althussérienne, même révisée par la suite, que, dans une perspective pluriversaliste, ça “cloche”, et c’est ce que j’ai voulu montrer dans un article paru en juillet dans la revue brésilienne Organon, revue de l’Instituto de Letras da Universidade Federal do Rio Grande do Sul (UFRGS) de Porto Alegre. Il s’agit d’une relecture critique du sujet de l’analyse du discours française, menée à travers certains textes de philosophie africaine, en particulier les travaux de Fabien Eboussi Boulaga et de Jean-Marc Ela. Ce qui cloche, c’est l’idée même de l’existence d’un sujet et de ses identifications imaginaires comme sujet plein et unifié, par rapport à un sujet africain qui s’est défini à partir de son inexistence du fait de l’éradication coloniale, dans une dynamique de la négation de la négation coloniale. Cette démarche de relecture critique, que j’explique en détail dans un précédent billet, se justifie par l’hypothèse générale d’un déficit des théories françaises, sous la forme d’angles morts et d’évidences universelles non interrogées, qui manquent de ce que le colonialisme, les épistémicides et les oppressions épistémiques ont détruit ou écarté. Un philosophe comme Eboussi Boulaga écrit sur le sujet exactement au même moment que Pêcheux et son groupe par exemple (Eboussi Boulaga 1977), dans une ignorance univoque et tout à fait eurocentrique (univoque car les Africain·es lisent évidemment les travaux des Français mais pas l’inverse).

Ce premier article est plutôt radical et il a d’ailleurs beaucoup énervé un·e des évaluateur·trices qui n’a pas pris la peine de faire des commentaires de type scientifique, ce qui est bien dommage. La version approfondie du livre sera plus détaillée et rendra mieux compte des complexités dans la conception du sujet en analyse du discours, et je continue ce travail de réexamen des notions centrales du mainstream institué de l’analyse du discours, à la lumière de pensées autres, qui me permettent, par retour, de penser autrement. Je n’estime pas en effet qu’une pensée blanche eurocentrique puisse se décentrer à partir d’elle-même, et de son “ignorance blanche” (Mills 2007), ce qui me semblerait relever d’une hybris empreinte de colonialité justement. Ma méthode dans ce projet est d’écouter ce que dit la pensée africaine (mais également l’épistémologie féministe ou la pensée féministe décoloniale) de manière à pluriversaliser la théorie du discours.

Le texte a été oublié dans un dossier intitulé “Questionar os saberes a partir dos pertencimentos” / “Questionner les savoirs à partir des appartenances”, pour lequel un passionnant appel à textes avait été lancé en décembre 2022.

Lien vers l’article : “L’analyse du discours française, une théorie défectueuse. Relecture critique de la notion de sujet à partir de la philosophie africaine

Résumé de l’article

Dans le contexte actuel de remise en cause des dominations épistémiques du Nord global, l’examen de la situation de l’analyse du discours française s’impose, vu sa situation hégémonique dans de nombreux pays du Sud global. L’objectif de cet article est de montrer que l’ADF souffre de défauts et d’angles morts dus à sa propre hégémonie, la domination épistémique se construisant sur l’inexistence dûment organisée de savoirs autres. Après une présentation des cadres de réflexion proposés par les études de genre, postcoloniales et décoloniales, l’article propose d’adopter une perspective occidentale afrocentrée pour mener une relecture critique de la notion de sujet à travers les travaux de plusieurs philosophes africains francophones contemporains.

Références

Eboussi Boulaga Fabien, 1977, La crise du Muntu. Authenticité africaine et philosophie, Paris, Présence africaine.

Maldidier Denise, 1993, « L’inquiétude du discours. Un trajet dans l’histoire de l’analyse du discours : le travail de Michel Pêcheux », Semen 8, « Configurations discursives ».

Mills Charles W., 2022, “L’ignorance blanche”, trad. S. Brun et C. Cosquer, Marronnages 1.1, p. 96-116. https://doi.org/10.5281/zenodo.7620865

Pêcheux Michel, 1990 [1978], “Il n’y a de cause que de ce qui cloche”, dans Maldidier Denise, L’inquiétude du discours. Textes de Michel Pêcheux, Paris, Éditions des cendres, p. 261-272.



Citer ce billet
Marie-Anne Paveau (2023, 4 septembre). L’analyse du discours autrement 5. Le sujet, une notion qui “cloche” dans l’analyse du discours française. La pensée du discours. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sss6

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search