Boltanski m’inspire. Réponse à Francis Chateauraynaud

Il y a peu de temps, j’ai écrit un billet intitulé « Bourdieu me manque ». C’était une manière de plaider pour une dimension épistémologique et historique plus présente dans la formation et la recherche en sciences humaines et sociales en France. Gabriel Gallezot a d’ailleurs répondu fort civilement à ce billet, dans lequel j’émettais une critique sur la référence à la notion de technologie intellectuelle.

Aujourd’hui, « Boltanski m’inspire » a une fonction un peu différente : il s’agit de répondre à un commentaire virulent de Francis Chateauraynaud sur mon texte sur la figure du lanceur d’alerte, cinquième et avant-dernier billet de la série d’automne sur « Les diseurs de vérité ». Luc Boltanski, dont le livre De la critique fera l’objet du sixième et dernier billet, y est notamment attaqué par anticipation sans que ce billet n’ait été publié ni même écrit (ni même encore bien pensé, je dois l’avouer). Cela constitue un procédé polémique assez notable, puisque s’y trouvent mis en cause à la fois l’énonciatrice (moi-même) et l’objet de son discours, si l’on peut dire (Boltanski) considéré lui-même comme énonciateur de textes qu’il a écrits… ailleurs [1].

Ce commentaire m’offre une occasion de réfléchir à des questions qui me passionnent, et c’est d’ailleurs la seule raison pour laquelle j’en remercie son auteur. Il y en a au moins deux.

Tout d’abord l’écriture dialogique du texte. On sait que le dialogisme, conscient ou inconscient, fait partie des processus de construction possibles des discours et il permet ici à son auteur des références à des éléments qui ne figurent pas dans mon billet ; au premier chef les positions de Boltanski, mais également les méthodes de l’analyse du discours, absentes également de mon texte, qui relève de la philosophie morale et de l’éthique des vertus. En effet, je n’y cite pas du tout Boltanski, mais j’annonce seulement, après les références bibliographiques et les crédits photographiques, que le sixième billet lui sera consacré. Cette mention paratextuelle suffit cependant à Chateauraynaud pour produire cet énoncé :

Par ailleurs la critique n’est pas la dénonciation. Merci de ne pas reproduire cette confusion, que l’on trouve souvent dans des textes qui démodalisent les formes de l’action et du jugement pour généraliser en parlant de « société critique » voire de la critique » – comme certains textes de Boltanski précisément, lequel a toujours confondu controverse et polémique. Critiquer ce serait forcément accuser et donc engager un sens de la justice et donc une morale et patati …

C’est évidemment dans le précisément que se joue le dialogisme, l’adverbe référant à mon paratexte et non à mon texte, et posant mon adhésion supposée aux thèses de Boltanski : ma confusion supposée entre critique et dénonciation semble considérée comme une conséquence de mon allégeance à ses thèses, que la formule et patati disqualifie en les présentant comme une rengaine stéréotypée. Je ne pense pas devoir mes prétendues erreurs à Boltanski, je suis sans doute assez grande pour les commettre moi-même, mais je suis plutôt contente d’être dans le même bateau que lui. Il est épinglé une seconde fois à la fin du billet, dans un passage qui relève du sarcasme :

En soi rien de grave sauf ceci : au nom d’une prétendue mission critique de l’intellectuel, ne contribue-t-on pas à éloigner encore plus les sciences sociales d’une appréhension fine de la réalité sociale qu’elle vise à décrire et décrypter ? Bah, la réponse sera donnée dans le prochain billet : sans doute l’idée de la réalité est précisément quelque chose d’insupportable …

Ici, c’est le Bah qui est intéressant, articulé sur le sans doute et les points de suspension. Francis Chateauraynaud anticipe le contenu de mon futur-billet-qui-n’existe-pas-encore, toujours avec la même inférence : je suis sous influence boltanskienne (il emploie ailleurs, dans un autre contexte, le terme de gourou, ce qui dessine assez clairement un interdiscours de la secte). Mais, d’une part il ne me semble pas que Boltanski ait jamais dit que l’idée de la réalité était insupportable, c’est même totalement inenvisageable de sa part. Son idée est de rendre la réalité inacceptable, ce qui est très différent, et c’est une manière de définir la révolte. D’autre part, mon billet ne portera pas du tout sur cette question mais relèvera d’une sorte d’épistémologie personnelle : je voudrais expliquer ce que le livre de Boltanski peut apporter à la linguistique du discours telle que je la construis, en termes d’horizon philosophique et sociologique, et discuter de certains points, surtout de la solitude impuissante de la parole critique.

Car moi, Boltanski, il m’inspire. Je ne le connais que dans ses livres mais cette fréquentation me plaît, me fait penser, nourrit mes réflexions, mes cours, mes échanges. L’Amour et la justice comme compétences, De la justification (avec Laurent Thévenot), La souffrance à distance, De la critique, ces ouvrages m’ont enseignée, m’ont permis d’alimenter ma réflexion, et d’ouvrir mes points de vue à partir de la linguistique, dans la version empirique, contextuelle et désormais cognitive que je pratique. Rendre la réalité inacceptable ? Mais je suis parfaitement d’accord, et je pratique, d’ailleurs : nulli concedo, ne rien céder à la domination, à l’intimidation et à la violence. C’est le minimum, non ?

Ensuite, on rencontre dans la réponse de Chateauraynaud des formes discursives qui relèvent de la parole pamphlétaire, c’est-à-dire une parole constituée d’énoncés dépréciatifs sur les actions ou les personnes, qui use des procédés rhétoriques du blâme et qui recourt à certaines formes de violence verbale comme l’emploi de termes dévalorisants et intensifs, ou le recours à différentes formes d’implicite. J’ai voulu que « La pensée du discours » adhère à la néthique des Humains associés (voir le logo sur la page d’accueil), je m’intéresse de très près à l’éthique du discours, et je viens de terminer un livre sur le sujet. C’est dire que le rapport moral au discours et tout ce qui concerne les vertus discursives me préoccupe. À cet égard, la réponse de Chateauraynaud présente des traits de violence verbale et d’énonciation agressive qui auraient dû me pousser à ne pas le publier [2]. Mais l’un des objectifs de mon carnet est justement de favoriser les discussions scientifiques trop rares en France, où le débat est le plus souvent réduit à deux de ses expressions les plus radicales : la vénération et l’éreintement. Je prends donc prétexte de ce commentaire, clairement du côté de l’éreintement, pour essayer de réfléchir à ce problème, d’autant plus que le hasard a voulu qu’hier, Karim Hammou publie un très joli billet qui porte exactement sur le même sujet, mais sur le versant positif, heureux carnetier qu’il est : dans « Conversations numériques », il s’avoue « bluffé par un échange scientifique qui s’est noué sur le blog de La Méduse« , échange sur plusieurs billets qui constitue « une discussion dont le ton est plutôt rare dans le milieu scientifique » car l’auteure d’un ouvrage assez fermement critiqué « engage le dialogue autour des points de désaccords ». À « La pensée du discours », on envie les discutantes de La Méduse ! (et on retient l’adresse, pour un éventuel asile numérique, si d’aventure les conditions de sécurité se dégradaient sur Hypothèses…).

Frontière flottante

Il est évidemment tout à fait probable que mon billet contienne des erreurs sur les contours précis de la figure du lanceur d’alerte, puisque en définitive, ce n’est pas la figure en soi qui m’intéresse, mais son rapport à l’éthique de la parole, à ce que j’appelle la vertu discursive et surtout, sa comparaison avec la figure du whistleblower. Le billet appartient en effet, je le redis, à une série de six textes qui mettent en regard des figures très différentes tant sur le plan de leur contenu que de leur construction disciplinaire, à partir d’un point de vue extérieur. Il est de plus intégré dans une réflexion relevant de la philosophie morale sur l’expression de la vérité et la place des locuteurs singuliers et solitaires dans les sociétés, et écrit à partir du fil directeur de la parrêsia, tout cela impliquant des modifications de point de vue importantes et engageant un certain nombre de filtres. L’épistémologie des sciences humaines, qui est certes très peu développée en France, a cependant montré que la déformation des théories était un phénomène normal de leur lecture et de leur transmission. Un regard plus synthétique, plus contextualisé (Chateauraynaud ne mentionne jamais les autres billets, et en particulier le précédent sur le whistleblowing, sur lequel repose pourtant une partie du suivant) et peut-être plus charitable (au sens scientifique du terme, c’est-à-dire relevant de la notion de charité épistémique) aurait sans doute permis à l’auteur d’entamer une discussion, même fermement critique, à partir de ces erreurs, au lieu de se livrer à une rhétorique du blâme qui ne pose pas tant le problème de son désagrément (puisque, malheureusement c’est plutôt la norme) que de son infécondité dans les échanges scientifiques.

Ce commentaire présente en effet de nombreuses caractéristiques du pamphlet, bien documentées dans les travaux des argumentativistes et des historiens (par exemple Angenot, Ferret, Boucheron & Azoulay). Dès le début, apparaît l’un des stéréotypes du discours pamphlétaire : « alors on ne parle pas la même langue » (Angenot a écrit de belles pages sur le sentiment d’incompréhension langagière qui anime l’énonciateur du pamphlet). Stéréotype qui revient plus loin sous une forme analogue : « On n’a visiblement pas la même définition du politique ». Le texte comporte en outre huit points d’exclamation, ce qui constitue un marqueur d’émotion, et non celui d’un « modèle de discussion intellectuelle numérique », toujours selon Karim Hammou à propos de « La Méduse ». Je ne comprends d’ailleurs pas la fonction de ces points d’exclamation, si ce n’est de signaler une colère, ou une indignation, c’est difficile à interpréter à l’écrit, qui me semble bien disportionnée par rapport à ce billet où, finalement, je me contente de dire que je trouve cette figure trop éloignée de l’analyse morale et émotionnelle, et que je préfère celle du whistleblower. Sur le plan lexical, Chateauraynaud emploie des termes à forte charge axiologique : vision tronquée, déformer carrément, ringardes, énormité. Tous ces termes ont des synonymes plus neutres, voire plus élégants, et le lexique du blâme me semble inutile et discourtois. Sur le plan discursivo-argumentatif, on retrouve deux des arguments les plus classiques des batailles verbales : l’accusation de « faux procès théorique » et d' »amalgame ». Sur le plan énonciatif, on trouve par deux fois l’expression « désolé, mais », qui est une forme assez familière de contestation, amorçant la légitimité imposée du point de vue de l’énonciateur. Enfin mes erreurs et « énormités » sont mises sur le compte de mon incompétence de lectrice : selon Chateauraynaud en effet, je ne lis que les « intros » : « Merci de lire vraiment l’ensemble des travaux menés sur la question depuis des années et non les seules intros de textes destinés d’ailleurs à des publics spécifiques ». De plus il semble que je me contente d’une vulgate sectaire : « Encore faut-il lire attentivement les travaux sociologiques et pas s’en tenir à la version édulcorée sortie récemment, destinée à ceux qui manquent visiblement de gourou ». Sur ce point j’avoue ne pas saisir l’allusion, je ne vois pas de quelle version il est question (toujours mon point de vue extérieur qui semble poser tant de problèmes).

Résumons :

1. À « La pensée du discours », on dit parfois des conneries, comme partout ailleurs, et on ne fait par là que prouver son humanité fragile et incertaine, à l’œuvre tant dans l’activité scientifique qu’ailleurs, comment pourrait-il en être autrement ? Mais il me semble que ça ne mérite ni agressivité, ni disqualification, et surtout pas ce ton coléreux qui imprègne le commentaire de Chateauraynaud.

2. Les échanges entre disciplines impliquent des souplesses terminologiques et théoriques : je me souviens d’un échange avec un autre sociologue qui parlait de « grammaire » avec un sens qui m’était parfaitement étranger. Nous en avons discuté et il en est sorti un débat assez passionnant sur l’usage de la linguistique et de la notion de grammaire par les sociologues, en ethnométhodologie notamment. Ces contacts valent mieux me semble-t-il que des déclarations radicales d’incompatibilité langagière et politique.

Notes
[1] Ce « Boltanski m’inspire » deviendra peut-être, comme le « Bourdieu me manque », le nom d’une catégorie de billet.
[2] Un futur commentaire présentant ces aspérités pamphlétaires ne sera pas approuvé.

Crédits photographiques
Yarra, Robert Parviainen, 2005, galerie de l’auteur sur Flickr (sous licence Creative Commons)


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Isabella dit :

     » Lecomte  » : ah, mais j’ai le droit : 4, 5, 6 points d’exclamations, même en double !! Sinon, comment m’exprimer?! Je suis brésilienne 😉
    Effectivement, la discussion – à mon avis – c’est l’une des idées d’un blog, mais il faut faire attention : déjà à l’oral c’est parfois difficile distinguer le sens des mots, des phrases… à l’écrit, alors, c’est parfois pire. L’interprétation étant soumise à divers facteurs (culturelles, inclusive – à voir la quantité de points d’exclamations d’une brésilienne), la préoccupation et l’attention à l’autre à qui on s’adresse c’est le minimum.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      j’ai failli donner la même explication à romain lecomte dans ma réponse à sa remarque et puis je me suis dit que c’était à vous isabella de le faire… voilà qui est fait, avec une hypothèse sur la valeur interculturelle du point d’exclamation, qui réclamerait des enquêtes comparatives en… norvège ?

  2. FC dit :

    Bonjour

    Ce message qui, je crois, n’est pas du tout pamphlétaire (mais je peux me tromper), ne sera peut-être pas publié. Je le poste quand même.

    A peine rentré d’un workshop lointain, j’ai lu cette réponse qui suit mon commentaire à votre billet précédent – la faute à ces robots qui vous préviennent d’un tas de choses vous concernant. Aussi, étant pour le moins concerné, je risque ici deux ou trois rebonds supplémentaires – sans je crois relancer la « polémique » si polémique il y a.

    D’abord, si je n’avais pas posté ce commentaire mercredi dernier à 1h et quelques du matin, avant de plier bagages pour partir le lendemain, j’aurais pris la peine de le relire, et au moins de virer des coquilles. Pris comme la plupart d’entre nous, par des centaines de connexions à traiter en urgence, j’ai validé l’envoi sans trop réfléchir aux conséquences – les pragmatistes sont les plus mal chaussés. Comme je me suis explosé les yeux en recopiant l’incontournable cryptage graphique, on ne peut pas dire qu’il a été posté par erreur ! En période plus calme, j’aurais certainement retiré une partie des traits qui donnent prise, en effet, à la qualification « pamphlétaire », ou je l’aurais fait lire à des collègues – en général, c’est radicalement pamphléticide.

    Cette circonstance pas du tout atténuante d’un commentaire balancé sans recul, ne me m’empêche pas du tout d’en assumer pleinement le contenu. La conversation et la controverse passent constamment par des états limites et je ne crois pas qu’il y ait de forme idéale de la discussion. Sa définition est un des enjeux des procédures de cadrage et des procédés interprétatifs, et selon ce qui fait violence ou ce qui choque dans un propos, on choisit de retenir plutôt tel ou tel trait. En l’occurrence, il y a effectivement un aspect virulent lequel a au moins pour lui de marquer un profond désaccord quand à la fonction politique et morale d’un concept – qui est très différent du whistleblower dont l’histoire est fort longue aux Etats-Unis.

    Pour finir sur le genre polémique, juste un autre point de désaccord : je ne vous suis pas sur l’usage des points d’exclamation. Ils n’ont pas toujours une fonction pamphlétaire, et témoignent souvent d’une écriture à chaud (nous voici décidément campés dans l’opposition froid/chaud 😉 ), servent de procédé de soulignement etc

    Les oeuvres de Marc Angenot et de bien d’autres sont dans ma biblio depuis fort longtemps. Cela dit le fait que l’on puisse prendre la position de l’analyste du discours pamphlétaire n’en interdit nullement l’usage – et pas de raison de s‘en prémunir constamment. Certainement pas sur le coup de la colère ou de l’indignation en tout cas… Or c’est bien de ça qu’il s’agissait. Deux choses m’ont en effet mis en colère et une troisième a débordé du même coup :

    – le lien abrupt établi par le billet entre l’idée de froideur d’un concept, celui de « lanceur d’alerte » – ô combien chaud comme j’ai essayé, sans doute maladroitement (concession), de le dire – , et de nos logiciels d’analyse de corpus – dont les concepteurs et développeurs que nous sommes, et qui discutent sereinement techniques sur un carnet voisin intitulé socioargu, luttent contre les versions positivistes du traitement automatique du langage depuis longtemps (point d’exclamation) : plus chaud que la socio-informatique telle qu’on la pratique, vous aurez du mal à trouver dans le monde des logiciels d’analyse des textes et des discours – tant d’efforts pour être labellisé comme scientiste froid (bon je reconstruis forcément mais c’est comme ça que j’ai lu le lien vers socioargu, un dernier billet qui ne parle pas de lanceur d’alerte mais d’objets de risques … )

    – ensuite le fait que vous n’ayiez pas vu que que la cause des lanceurs d’alerte m’a poussé à écrire un texte, ouvertement pamphlétaire celui-là, adressé sous forme de lettre ouverte… aux ministères de l’éducation nationale et de la recherche, . On était fin 2008, le mouvement de la recherche était en phase de préfiguration, et j’attaquais bille en tête l’usage de la notion de « lanceur d’alerte » dans un appel d’offre des deux ministères ayant pour objectif « la veille d’opinion ». Le texte est toujours en ligne et cela vaut le coup de le lire. Il est à plusieurs endroits mais j’en profite pour donner l’adresse de mes amis d’Indiscipline :
    http://indiscipline.fr/es/ce-que-fait-la-veille-d%E2%80%99opinion-aux-lanceurs-d%E2%80%99alerte/

    – Sur le paragraphe lié à Boltanski. Il se trouve que juste avant de lire votre billet, j’étais à Francfort où nous étions une poignée à représenter la sociologie pragmatique française dans le congrès de la société allemande de sociologie qui fêtait ses 100 ans. Je n’ai pas envie d’en dire plus ici mais l’implicite que vous attribuez à une dénonciation anticipée de votre prochain billet vient en fait de ce que j’ai entendu là-bas. Dans les grands congrès, il y a plusieurs catégories d’orateurs. Pour ce qui concerne notre poignée de représentants frenchy, il y en avait deux : ceux qui remplissent un amphi, ne parlant que leur langue et ne répondant pas aux questions qu’on leur pose ; ceux qui fréquentent des sessions plus spécialisées, en s’efforçant d’utiliser une langue partagée – même si elle pose évidemment problème comme langue dominante – et où tout est discuté point par point. C’est ce que vous appelez conversation, dans une variante qui n’exclut pas de sérieuses joutes critiques, que selon son humeur on peut trouver cool, constructives ou méchantes …
    Bref, sans doute un acte manqué réussi : pas pu m’empêcher de placer ce paragraphe inutile sur lequel vous avez naturellement bondi. Bien vu ! Ainsi tout est dit publiquement : oui, personnellement, le style de Boltanski ne m‘inspire plus.

    J’espère que cette réponse est publiable sur votre carnet – le risque n’est pas nul que je la publie sur le mien 😉

    Bien à vous
    Francis Chateauraynaud

  3. Isabella dit :

    Mon commentaire ne porte pas sur ce qui a écrit monsieur dans le dernier billet, dès que je vois son commentaire plutôt comme une critique personnelle, et ce qui est personnel et à vous, cela m’échappe.
    Cependant, après avoir lu le présent billet, un côté autre de la penseuse… Et cela me permet d’aller vers ce personnel. Je me sens dans l’obligation de vous féliciter. Oui, je vous félicite, car à partir d’un discours si offensif, vous avez réussi à faire ressortir une réponse non seulement équilibrée, mais à mon avis éthique et, bien évidement, avec classe ! Parce que vous, chère penseuse, vous avez tout cela… et ça compte ! Bravo !

    • Lecomte dit :

      « Isabella », attention, en un nombre assez limité de caractères, vous avez eu recours à trois points d’exclamations… ! Discours pamphlétaire? 😉

      Non, plus sérieusement, j’écris simplement pour vous dire que j’apprécie beaucoup ce blog. Étant issu de l' »univers » sociologique, je prends un grand plaisir à lire des commentaires venus de « l’extérieur » sur cet univers. Cela ne veut pas dire, bien sûr, que je suis en accord avec tout ce que vous écrivez, mais il est des formes de désaccords bien plus enrichissants que certaines formes d’accords. Je serais d’ailleurs très intéressé que vous en écriviez plus sur les façons différentes de concevoir la « grammaire » en linguistique et en sociologie (ethnométhodologie, mais aussi sociologie pragmatique).

      Bien à vous,

      Romain Lecomte

      • Marie-Anne Paveau dit :

        je suis bien d’accord avec ce que vous dites de la fécondité des désaccords, et ce n’est vraiment pas le sens commun. dans le collectif que boucheron et azoulay ont consacré récemment à la violence intellectuelle (_Le mot qui tue_, 2009), lahire décrit bien intolérance à la critique et explique qu’en milieu universitaire en particulier, toute critique est interprétée comme une agression peu supportable. et en même temps, sur le plan argumentatif, il n’est pas sûr que l’on puisse vraiment discuter avec celui qui n’est pas d’accord, c’est ce que constatent en tout mes collègues argumentativistes, vos voisins de l’ulb (emmanuelle danblon par exemple).
        sur la grammaire, oui, c’est un sujet sur lequel il faudrait que je travaille de manière plus approfondie, d’autant plus qu’un autre sociologue en commentaire du billet suivant me fait la même remarque. vient de sortir _Les grammaires de la contestation– d’Irène Pereira, où elle reprend d’après boltanski cette idée d’une grammaire des discours sociaux finalement, toujours issue d’une vision structuraliste de la langue. le problème de la notion de grammaire, pour un analyste du discours, c’est sa globalité et son universalité, qui écrase les instabilités, les hétérodoxies et les singularités. il y a eu des tentatives de « grammaire de texte » et « grammaire du discours », mais elles ont toutes échoué parce qu’on ne peut pas grammaticaliser les énoncés vivants issus de la réalité complexe et instables des locuteurs/acteurs. une piste en épistémologie contributive à creuser. merci de votre remarque

  1. 23/10/2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Marin Dacos, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Boltanski m’inspire. Réponse à Francis Chateauraynaud. http://bit.ly/9wC2Qk […]

  2. 24/10/2010

    […] m’inspire. Réponse à Francis Chateauraynaud” : un point de vue sur l’épistémologie du discours, publié sur un blog qui s’intéresse à ce thème […]