[Communication] “Une autre culture du sens ? Penser les régimes de production de sens au-delà de l’humain”, 5e Congrès RFS, Aix, 13-15.12.2022

Programme du Congrès et livret des résumés

Une sociolinguistique pour l’Anthropocène : propositions pour une prise en compte des voix au-delà de l’humain dans les linguistiques sociales

Panel organisé par James Costa (Sorbonne Nouvelle/Lacito) et Thierry Deshayes (U. Neuchâtel)

Présentation du panel

Ce panel se situe à l’intersection des axes épistémologiques, théoriques et praxéologiques de l’appel. Il vise à des propositions sociolinguistiques pour l’appréhension des voix humaines et non humaines à l’ère de l’Anthropocène. Si diverses questions liées aux effondrements climatiques et environnementaux sont désormais bien couvertes en anthropologie, en sociologie ou en sciences de la nature, les sciences du langage sont quant à elles peu convoquées. Pourtant les questions de langage et de communication sont au cœur des problématiques anthropocéniques : d’une part, les media font régulièrement parler diverses entités naturelles dans le cadre de leur couverture des événements climatiques, des luttes écologistes ou plus récemment de la pandémie de Covid-19 ; d’autre part les autres sciences font régulièrement appel à des cadres théoriques mobilisant (explicitement) de la communication (par exemple à travers l’appel à une diplomatie interspécifique) ou (implicitement) des publics (Gal & Woolard, 2001) capables de recevoir des messages extrahumains, de les interpréter, de les entextualiser. Ce à quoi nous assistons, c’est donc à la (ré)émergence de voix non-humaines dans les espaces publics de la modernité et l’appel à la prise en compte de producteurs de sens au-delà de l’humain pour conceptualiser le moment que nous vivons.

Si quelques propositions théoriques ont émergé depuis l’anthropologie linguistique et la sémiotique, elles émanent généralement d’études en contextes animistes. Les contributions de ce panel entendent questionner depuis divers secteurs d’une « linguistique sociale » diverses manières de considérer les voix non humaines dans des sociétés principalement naturalistes (Descola, 2005), dans lesquelles il existe une distinction nette entre un ordre de la nature (celui régi par un rapport de causes et conséquences) et un ordre de la société (soumis aux aléas de l’opinion), ontologie qui réduit traditionnellement sa conception du social (et du linguistique) comme relevant du domaine des seuls humains.

Composition du panel

  1. Introduction: espaces publics de l’anthropocène. James Costa (Sorbonne Nouvelle / Lacito)

  2. Quels genres de participants sont les animaux? Éléments de réponse autour d’analyses d’interactions interspécifiques authentiques. Chloé Mondémé (CNRS / Triangle)

  3. Une autre culture du sens ? Penser des régimes de production de sens au-delà de l’humain. Marie-Anne Paveau (Université Sorbonne Paris Nord / Pléiade)

  4. Récits de nature, interactions et écriture poétique chez de jeunes élèves suisses et français : quels agencements collectifs d’énonciation et quels genres discursifs pour donner de la voix au-delà de l’humain ? Thierry Deshayes (Université de Neuchâtel)

Intervention Marie-Anne Paveau

Résumé

Les entités non humaines parlent, et ont toujours parlé, sous de nombreuses formes, à toutes les époques et dans toutes les sociétés : qu’il concerne les animaux, les végétaux ou les entités naturelles, ce phénomène fait partie d’une culture du sens plus ou moins partagée, qui se manifeste dans les textes littéraires (voir l’important travail du programme Animots depuis 2014 https://animots.hypotheses.org) ; les cultures relationnelles (animismes et totémismes latino-américains et africains étudiés par Descola 2005, 2011 ; significativité de la forêt observée par Kohn 2017) ou les représentations ordinaires des liens entre humain·e·s et non-humain·e·s (nous dialoguons avec les animaux, nous parlons aux plantes, la nature nous envoie des signes). Or, les sciences du langage ne se penchent pas sur cette culture du sens si ce n’est pour en récuser la réalité, alors que de nombreuses disciplines ont au contraire patiemment prouvé l’existence de quelque chose de l’ordre du langage chez les animaux et, plus récemment les végétaux (Paveau & Ruchon 2018).

Dans cette communication, je voudrais réfléchir aux manières de procéder à l’intégration des productions de sens dites non humaines aux linguistiques sociales, fondées sur une prise en compte des environnements qui restent cependant majoritairement coupés des règnes naturels. Je proposerai une typologie des régimes de production de sens qui traversent les dualismes structurants de la linguistique (humain/non humain, articulé/non articulé) à partir de quatre catégories : protolangages animaux et végétaux (Proust 2000, Prat et al. 2017, Gagliano 2021), production de signes et de traces (Gagliano et al. 2017, Marino 2017), faits de socialisation langagière (Mondémé 2019, 2020), voix des entités naturelles (Costa 2021, Costa & Marignier 2021, Toledo 2021). Rendre compte d’une culture du sens au-delà de l’humain, qui ignorerait le « grand partage » entre nature et culture, ce serait peut-être aussi penser une linguistique au-delà de la linguistique, une postlinguistique (Paveau 2018).

La Durance

Plan

  • –1. Cultures du sens
    • –1.1. Conceptions savantes
    • –1.2. Conceptions ordinaires
  • –2. Propositions postdualistes
    • –2.1. Nouveaux matérialismes
    • –2.2. La notion de parentèle
    • –2.3. Vers une postlinguistique
  • –3. Typologie des régimes de production de sens
    • –3.1. Protolangages animaux et végétaux
    • –3.2. Signaux et traces
    • 3.3. Faits de socialisation langagière
    • 3.4. Voix des entités naturelles. L’exemple des fleuves

Références

  • AMZALLAG Gérard Nissim, 2003, L’homme végétal. Pour une autonomie du vivant, Paris, Albin Michel.
  • BENVENISTE É. (1966 [1952]), « Communication animale et langage humain », dans Problèmes de linguistique générale  1, Paris, Gallimard, p. 56-62.
  • BICKERTON Derek, 2016 [1990], Roots of Language, Berlin, Language Science Press.
  • COSTA James, 2018, « L’étendue de la sociolinguistique, les sciences sociales et la nécessaire réflexion commune sur « le social » », Langage et société 163, p. 171-181.
  • COSTA James, 2020, « Through the looking glass. Politics of language and nature, and the disqualification of vernacular forms of knowledge”, Language, Culture and Society 2:1, p. 126-134.
  • COSTA James, MARIGNIER Noémie, 2021, « Note de recherche sur la place du langage dans l’appréhension des matérialités vivantes : comment discuter avec la linguistique ? », Tracés. Revue de Sciences humaines 40 | 2021, http://journals.openedition.org/traces/12380
  • DESCOLA Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Seuil.
  • DESCOLA Philippe, 2011a, L’écologie des autres. L’anthropologie et la question de la nature, Paris,Éditions Quæ.
  • DESCOLA, Philippe, 2011b, « Cognition, perception et mondiation », Cahiers philosophiques 127, p. 97-104.
  • FRANÇOIS, Jacques, 2018, La genèse du langage et des langues, Paris, Éditions Sciences humaines.
  • Grupo de Memoria Histórica – CNRR, 2009, Memorias en Tiempo de Guerra. Repertorio de iniciativas, Bogotá.
  • HARAWAY Donna, 2019 [2003], Manifeste des espèces compagnes. Chiens, humains et autres partenaires, traduit de l’anglais par Jérôme Hansen, Paris, Climats.
  • HALLÉ Francis, 2019, La vie des arbres, Paris, Bayard.
  • HARAWAY Donna, 2007, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences – Fictions – Féminismes, Anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey et Nathalie Magnan, Paris, éditions Exils [Manifeste : 1984].
  • HARAWAY Donna, 2009, Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, traduction Oristelle Bonis, Paris, Jacqueline Chambon.
  • HARAWAY Donna2020 [2016], Vivre avec le trouble, traduction de Vivien Garcia, Vaulx-en-Velin, Éditions des mondes à faire.
  • JANIK Vincent M.., 2014, « Cetacean vocal learning and communication », Current Opinion in Neurobiology 28C, p. 60-65.
  • KIRKSEY Eben (ed.), 2014, The Multispecies Salon, Durham and London, Duke University Press.
  • INGOLD Tim, 2013, Marcher avec les dragons, traduit de l’anglais par Pierre Madelin, Paris, Zones Sensibles.
  • INGOLD Tim, 2021, Machiavel chez les babouins. Pour une anthropologie au-delà de l’humain, traduit de l’anglais par Christophe Degoutin et Laurent Perez, Le Pré Saint Gervais, Asinamali.
  • INGOLD Tim, 2022 [2000], The perception of the environment: essays on livelihood, dwelling and skill, London, Routledge.
  • LATOUR Bruno, 1997 [1991], Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte.
  • LATOUR Bruno, 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.
  • MANCUSO Stefano, VIOLA Alessandra, 2018 [2013], L’intelligence des plantes, trad. de l’italien Renaud Temperini, Paris, Albin Michel.
  • MONDÉMÉ Chloé, 2019, La socialité interspécifique : une analyse multimodale des interactions homme – chien, Limoges, Lambert-Lucas.
  • MONDÉMÉ Chloé, 2022, « Quand les animaux participent à l’interaction sociale : nouveaux regards sur l’analyse séquentielle », Langage et société 176, p. 9-24.
  • MORIZOT Baptiste, 2016, Les Diplomates. Cohabiter avec les loups sur une autre carte du vivant, Marseille, Wildproject.
  • MORIZOT Baptiste, 2018, Sur la piste animale, Arles, Actes Sud.
  • MORIZOT Baptiste, 2019, Pister les créatures fabuleuses, Paris, Bayard.
  • PAVEAU Marie-Anne, 2017, « Le discours des vulnérables. Proposition théorique et politique », Caderno de Linguagem e Sociedade, 18 (1), p. 135-157, https://periodicos.unb.br/index.php/les/article/view/1571
  • PAVEAU Marie-Anne, 2018a, « La linguistique hors d’elle-même. Vers une postlinguistique », Les carnets du Cediscor 14, https://journals.openedition.org/cediscor/1478
  • PAVEAU Marie-Anne, 2018b, Pour une postlinguistique (série de 8 billets), in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/category/series-de-saison/15-printemps-ete-2018-pour-une-postlinguistique
  • PAVEAU Marie-Anne, RUCHON Catherine, 2020 : « La linguistique et le langage animal. Résistances, décentrements, propositions », Itinéraires [En ligne], http://journals.openedition.org/itineraires/8202
  • PRAT Yosef, AZOULAY Lindsay, DOR Roi, YOVEL Yossi, 2017, “Crowd vocal learning induces vocal dialects in bats: Playback of conspecifics shapes fundamental frequency usage by pups”, PLOS biology 15(10), https://doi.org/10.1371/journal.pbio.2002556
  • RAGUSO Robert A., KESSLER Andre, 2017, « Speaking in Chemical Tongues: Decoding the Language of Plant Volatiles », », in GAGLIANO Monica, RYAN John C., and VIEIRA Patrícia (Eds.), The Language of Plants: Science, Philosophy, Literature, Minneapolis, University of Minnesota Press, chap. 2.
  • SCHAEFER Otto, 2015, « L’homme végétal : enrichissement de l’anthropologie chrétienne dans son dialogue critique avec les sciences et les techniques », Revue d’éthique et de théologie morale, 286, p. 61-73. https://doi.org/10.3917/retm.286.0061
  • TOLEDO Camille (de), 2021, Le fleuve qui voulait écrire. Les auditions du parlement de Loire, Manuella Éditions et Les liens qui libèrent.
  • TSING Lowenhaupt Anna, 2017 [2015], Le champignon de la fin du monde. Sur les possibilités de vivre dans les ruines du capitalisme, traduction Philippe Pignarre, Paris, La Découverte.
  • VIVEIROS DE CASTRO Eduardo, 2014, « Perspectivisme et multinaturalisme en Amérique Indigène », traduction de Ella Schlesinger, Journal des Anthropologues 138-139, p. 161-181.


Citer ce billet
Marie-Anne Paveau (2022, 12 décembre). [Communication] “Une autre culture du sens ? Penser les régimes de production de sens au-delà de l’humain”, 5e Congrès RFS, Aix, 13-15.12.2022. La pensée du discours. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sss1

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search