L’analyse du discours autrement 2. La “décolonisation du savoir” : un projet métaphorique ?

Essayer de pratiquer l’analyse du discours autrement implique de prendre soin, scientifiquement, éthiquement et politiquement, des mots choisis pour désigner les concepts et les méthodes afin d’assurer une certaine justesse lexicale dans le discours scientifique, où se trouvent comme ailleurs des désignations oppressives : l’emploi encore massif à l’université en France de l’adjectif anglo-saxon par exemple, y compris au cœur même de travaux inscrits dans une perspective critique ou émancipatrice ou décoloniale, ou quel que soit son nom, constitue une rémanence de l’eurocentrisme raciste qui a largement fondé les représentations académiques des langues et des cultures. De même, les usages très nombreux du terme décolonisation et de ses locutions en contexte académique, intellectuel ou culturel (décolonisation du savoir/des savoirs, décolonisation de l’esprit, de la pensée, décolonisation de l’enseignement, des disciplines, des méthodologies, des musées, des arts…), très majoritairement métaphoriques, posent des questions difficiles en termes de mémoire idéologique, d’éthique de la recherche et de point d’énonciation.

Les succès d’une formule

La formule [décolonisation de X ou décoloniser X] connaît un grand succès en français actuellement, après s’être largement développée en anglais [decolonization of X ou decolonize X]1. Inscrite dans l’arrière-plan des études postcoloniales et décoloniales, l’expression donne par exemple son titre à un grand nombre d’ouvrages des années 2010 et 2020 qui en déclinent les termes sur différents objets et dans différents champs.

L’expression est séduisante et vendeuse, internationale et très efficace, porteuse d’un message clair : il y a eu une décolonisation politique, économique et géographique, qui fait partie de l’histoire, mais la décolonisation intellectuelle, psychique, culturelle, sociale, existentielle en un mot. reste encore à faire car les oppressions, principalement raciales, structurent toujours les sociétés du monde.

Chronologiquement, c’est l’ouvrage de Ngugi wa Thiong’o qui semble le précurseur de cette floraison : publié en 1986 (traduit en français en 2011), il porte sur la langue, outil de pouvoir et d’assujettissement en Afrique anglophone, mais son titre signale que c’est l’existence psychique, intellectuelle et sociale tout entière qui fait l’objet de cette colonisation langagière. Les recherches et travaux qui suivent étendent l’empan de la langue et de l’esprit aux recherches universitaires, à l’enseignement, aux arts et, assez tardivement, à certaines zones des sciences du langage, pourtant concernées au premier chef par la question de la langue. Ce sont surtout l’apprentissage des langues et les politiques et représentations linguistiques qui font l’objet d’une réflexion comme le montre par exemple la toute récente synthèse éditée par Antia et Makoni (2023).

Mais, comme le fait remarquer aussi plaisamment que sérieusement Sirma Bilge sur son compte Twitter en janvier 2022, les termes décoloniser et décolonisation ont peut-être été mis « into a hot sauce you can put on everything », subissant une extension incontrôlée qu’égratigne également Mame-Fatou Niang sur Facebook :

Le mois dernier, j’ai entendu sur la BBC qu’il fallait “décoloniser la peur/rejet qu’inspirait la famille royale britannique” 😶‍🌫️

Ikea “décolonise” ses catalogues.

La boulangerie du coin “décolonise” ses flans.

Ça décolonise à tout-va.” (Post du 29.10.2022).

Elles ne sont pas les seules et il existe des critiques des usages du terme et du concept de décolonisation depuis les années 2000, notamment celle de Ramon Grosfoguel (2011), à l’intérieur même des études subalternes ; mais il faut surtout mentionner celle, fortement argumentée, de Eve Tuck et Wayne Yang dans un long et célèbre article, “Decolonization is not a metaphor“, publié en 2012 dans la revue Decolonization: Indigeneity, Education & Society (Tuck & Yang 2012) et traduit tout récemment en français dans un petit ouvrage aux éditions Ròt-Bò-Krik (Tuck & Yang 2022).

La décolonisation n’est pas une métaphore

Eve Tuck, Associate Professor of Critical Race and Indigenous Studies à l’université de Toronto et Wayne Yang, Professor & Provost of John Muir College à l’université de San Diego, estiment que la notion de décolonisation est utilisée de manière métaphorique comme équivalent d’autres notions plus ou moins affines ou analogues, et que cette utilisation est politiquement dangereuse et éthiquement contestable :

Avec une appréhension croissante, une des tendances que nous avons remarquée est la facilité avec laquelle le vocabulaire de la décolonisation a été adopté, du moins en surface, dans le champ aussi bien de l’éducation que d’autres sciences humaines, supplantant les précédentes manières de traiter des questions de justice sociale, de méthodologie critique ou de décentrement des perspectives coloniales. […]

Tuck & Yang 2022 : 13-14

Pour ces deux chercheur·e·s, la décolonisation est incommensurable à d’autres notions, elle est absolument spécifique et ne supporte aucun synonyme car elle engage les corps et les terres. Pour ces raisons :

Décoloniser (le verbe) et la décolonisation (le nom) ne peuvent être aisément greffés sur des discours ou dans des cadres théoriques préexistants, même s’ils sont critiques, même s’ils sont antiracistes, même s’ils ont la justice pour perspective. […]

La décolonisation n’est pas un terme interchangeable avec un autre pour qualifier ce qu’il faudrait faire pour améliorer nos sociétés et nos écoles. La décolonisation n’a pas de synonyme.

Tuck & Yang 2022 : 15-16

Dans un contexte de peuplement colonial, rappellent-ils tout au long de leur article, qui concerne surtout les États-Unis et le Canada, la décolonisation implique la restitution des terres ; dans la plupart des nombreux usages du terme, on en est bien loin, évidemment. On comprend que dans d’autres contextes, comme le contexte français par exemple, on ne prendra pas “restitution des terres” au sens propre, mais on sera cependant sensible à la réalité concrète touchant les corps et les existences de ce que décolonisation veut dire : sans cette sensibilité et ce soin pour l’emploi du mot, il risque en effet de n’être qu'”un signifiant vide qui peut être rempli par n’importe quel chemin de libération” (p. 26). Tuck et Yang considèrent donc que la perspective décoloniale doit être totale, puisque c’est l’entièreté de l’existence des colonisé·e·s qui a été spoliée ; ça ne peut être, comme le souligne ironiquement Sirma Bilge, une simple sauce chaude que l’on peut verser sur n’importe quoi. Par conséquent, “se focaliser sur la décolonisation de l’esprit, ou la culture de la conscience critique, comme s’il s’agissait de la seule activité décoloniale possible” relève selon elleux d’une manœuvre de disculpation coloniale ; à faire en sorte que la conscientisation remplace une plus inconfortable nécessité, renoncer à une terre volée. » (p. 54).

L’incommensurabilité de la décolonisation devrait donc empêcher qu’elle soit une métaphore, mais également, selon une autre de leurs formules, “une métonymie de la justice sociale” :

La perspective décoloniale diffère de celle que portent les luttes pour la justice fondées sur les droits humains et civiques, elle les déstabilise plutôt qu’elle ne les complète. La décolonisation n’est pas un « et ». C’est un ailleurs.

Tuck & Wayne 2022 : 90

Tuck et Yang mettent en exergue de leur article un extrait des Damnés de la terre de Frantz Fanon définissant la décolonisation, “qui se propose de changer le monde”, comme “un programme de désordre absolu”. Ce “désordre absolu”, c’est celui qui pourrait être mis dans l’ordre du discours occidental européocentré, comme le demande Ramon Grosfoguel pointant son insatisaction ancienne devant les références occidentales et en particulier européennes (Foucault, Derrida, Gramsci) qui orientent une partie des études subalternes dans les années 1990 (Grosfoguel 2011). C’est aussi celui qui pourrait, non pas renverser ou supprimer ces théories, mais, selon les propositions d’Edward Saïd, les transformer par le voyage. Matthieu Renault explique que, moyennant cette transformation, le “geste de décentrement de l’occident” peut produire une possible “décolonisation épistémique” :

Décoloniser les savoirs signifie plutôt produire des variations sur les théories nées en Occident, les décentrer : en d’autres termes, les déplacer, les faire voyager au-delà de l’Occident – la question de leur retour n’étant pas moins capitale. En ce sens, théoriser la décolonisation épistémique signifie analyser les lois de transformation qui gouvernent la formation des « théories voyageuses » en situation (post-)coloniale.

Renault 2018 : 3

Mais l’essentiel reste peut-être encore à faire et, comme le dit Achille Mbembe, « nous n’avons pas encore une idée précise de ce à quoi pourrait ressembler un ‘véritable savoir décolonisé’ » aujourd’hui (2021 : 56).

Décoloniser la décolonisation ?

La notion de décolonisation est peut-être partiellement devenue un “outil du maître”, selon la formule d’Audre Lorde, ce qui explique les appels à la “décolonisation de la décolonisation” ou “des decolonization studies” qui se multiplient actuellement. D’autres notions peuvent peut-être venir renforcer l’incommensurabilité de la notion si fortement soulignée par Tuck et Yang, sans en constituer pour autant des synonymes : la “déracialisation des savoirs” préconisée par W.E.B. du Bois (Renault 2020) ou leur “dénationalisation” avancée par Rada Iveković (2012), sont sans doute de bonnes candidates à un usage conceptualisé et robuste de la décolonisation des savoirs.

Mais il me semble surtout que les chercheur·e·s qui travaillent à partir des universités des Nords2, et donc d’une position qui reste hégémonique, pourraient tenir compte de l’incommensurabilité de la notion de décolonisation et adopter des formulations soigneuses, et justes lexicalement, pour nommer leur travail de critique de l’eurocentrisme dominant et de dénonciation de la silenciation et de l’invisibilisation des chercheur·e·s des Suds. Aucune ne sera totalement satisfaisante, mais certaines seront plus justes que d’autres : décentrement est l’une des plus neutres, bien qu’elle conserve en arrière-plan la structure marges-centre ; contre-hégémonique, que j’utilise actuellement, reconduit peut-être la division binaire qu’elle dénonce et se heurte au reste de la position hégémonique de sa locutrice… ; la paire défaire-refaire, dans sa simplicité, est sans doute une des plus opératoires, rappelant le Undoing gender de Judith Butler et correspondant aux propositions à la fois du second Saïd ou aux conceptions de l’universel d’un Bachir Diagne. Le lexique autour du voyage et de la frontière, inscrivant les propositions de chercheuses féministes des Suds comme Gloria Anzaldùa, Paola Bachetta ou Soumaya Mestiri, me semble également moins susceptible de correspondre à un “signifiant vide”.

Mais en tout cas il est nécessaire de toujours interroger nos lexiques possiblement oppressifs (anglo-saxon, américain, Afrique noire), les absences des concerné·e·s (la composition des jurys de thèse français, ou des colloques et journées d’étude sur des thèmes liés de près ou de loin à la décolonisation des savoirs sont pour cela un excellent laboratoire, reconduisant souvent un extractivisme colonial inaperçu), nos positions hégémoniques (les déclarations de privilèges comme les origines ne protègent pas forcément du saviourisme). Et de garder en tête cette puissante notion d’incommensurabilité, qui est à la fois une leçon et un programme.

Notes

  1. Decolonise en anglais britannique.
  2. J’utilise Nords et Suds faute de mieux, comme équivalents de Nord global et Sud global. Aucune dénomination n’est satisfaisante.

Références

  • Antia Bassey E. & Makoni Sinfree (eds), 2023, Southernizing Sociolinguistics. Colonialism, Racism, and Patriarchy in Language in the Global South, London, Routledge.
  • Grosfoguel Ramon, 2011, « Decolonizing Post-Colonial Studies and Paradigms of Political-Economy: Transmodernity, Decolonial Thinking, and Global Coloniality”, TRANSMODERNITY: Journal of Peripheral Cultural Production of the Luso-Hispanic World, 1(1), http://escholarship.org/uc/item/21k6t3fq
  • Iveković Rada, 2012, « Conditions d’une dénationalisation et décolonisation des savoirs », Mouvements, vol. 72, no. 4,  p. 35-41.
  • Ngugi wa Thiong’o, 2011 [1986], Décoloniser l’esprit, traduit de l’anglais (Kenya) par Sylvain Prudhomme, Paris, La fabrique.
  • Renault Matthieu, 2018, « Frantz Fanon et la décolonisation des savoirs », Esquisses. Les Afriques dans le monde [carnet de recherche], https://elam.hypotheses.org/393
  • Renault Matthieu, 2020, « Le courage de la vérité, ou la déracialisation des savoirs selon W. E. B. Du Bois », Raisons politiques, vol. 78, no. 2, p. 31-43.
  • Tuck Eve & Yang Wayne, 2012, « Decolonization is not a metaphor”, Decolonization: Indigeneity, Education & Society, Vol. 1, No. 1, p. 1­‐40.
  • Tuck Eve & Yang Wayne, 2022, La décolonisation n’est pas une métaphore, traduit de l’anglais (États-Unis) par Jean-baptiste Naudy, Sète, Ròt-Bò-Krik.

Crédit : Jeff Brooks, Spheres, 2009, compte de l’auteur sur Flickr, CC BY 2.0

 

 



Citer ce billet
Marie-Anne Paveau (2022, 19 décembre). L’analyse du discours autrement 2. La “décolonisation du savoir” : un projet métaphorique ? La pensée du discours. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sss2

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search