[Communication] “Genre, race et âge dans le digital blackface“, colloque Corps, Genres et Images, Paris 8, 24-25.03.2022

Colloque pluridisciplinaire “Corps, Genres et Images”, 1ère édition, 24 et 25 mars 2022 à l’Université Paris 8

Communication

“Genre, race et âge dans le digital blackface. Une forme d’appropriation essentielle”

Résumé

Dans cette intervention je propose d’examiner, dans le cadre de l’analyse du discours, une forme de destitution interprétative que j’appelle l’appropriation essentielle. La destitution interprétative consiste à produire du sens à la place de l’autre à partir d’une position externe, omnisciente et dominante, au moyen de procédés discursifs divers qui privent l’autre de sa capacité et de sa compétence à formuler ses traits/appartenances/qualités/identités (Paveau 2017a). Parmi eux, l’appropriation essentielle consiste à s’approprier ce qui est présenté comme « l’essence » de l’autre (genre, race, expérience traumatique…), via des énoncés verbaux en « je suis » ou non verbaux comme des gifs (par exemple « Je suis Aylan »).

L’utilisation du gif animé avec personnage humain pour exprimer des émotions (reaction gif) est une pratique désormais bien installée dans les communications numériques natives (Twitter, WhatsApp, Instagram, Tiktok). Dans le dispositif discursif des publications, il existe souvent une identité référentielle entre les instances énonciatives des comptes et les personnages des gifs, les gifs étant en position grammaticale d’attribut ou d’apposition par le biais de formules comme [moi, quand + gif] ou [moi : + gif], équivalentes à un « je suis » ou « je suis comme ». Or on peut noter que des instances énonciatives apparaissant comme des personnes blanches publient, pour exprimer leurs émotions, des gifs mettant en scène des personnes perçues comme noires, ce que Lauren Jackson a proposé d’appeler « digital blackface » (Jackson 2017). Dans ce type de production, l’appropriation essentielle, qui concerne la race, s’articule à une représentation genrée aboutissant à des stéréotypes ciblant les femmes et les hommes noir·e·s, représenté·e·s notamment sous l’angle d’une expressivité corporelle exagérée.

À partir d’un jeu d’exemples recueillis sur le Twitter français/francophone, je propose d’explorer ce type d’appropriation essentielle dans différentes dimensions, sous l’angle de la co-constitution genre/race, dans une perspective intersectionnelle : linguistique (dimension fictionnelle ou imaginaire de l’identification par la syntaxe de l’énoncé et hypothèse d’un trait d’une énonciation blanche) (Paveau 2021) ; sociotechnique (encodage de la possibilité du sexisme/racisme dans les dispositifs techniques des plateformes) (Benjamin 2019, Erinn 2019, Matamoros-Fernandez 2020) ; discursive (production/reconduction de stéréotypes et procédés de construction raciale de soi et des autres) (Carby 1982, Strausbaugh 2006).

Plan de la communication

Préambule

  1. Point de départ : le digital blackface
  2. Question de recherche : incarnation, altérisation, identification
  3. Données : petit corpus d’exemples
  4. Gifs expressifs, gifs oppressifs ? L’appropriation essentielle

Références de la communication

Ajari Norman, 2019, La dignité ou la mort. Éthique et politique de la race, Paris, La découverte.

Ajari Norman, 2022, Noirceur. Race, Genre, Classe et Pessimisme dans la pensée africaine-américaine au XXIe siècle, Paris, Éditions divergences.

Amossy Ruth, 1991, Les idées reçues, Sémiologie du stéréotype, Paris, Nathan.

Benjamin Ruha, 2019, Race After Technology. Abolitionist Tools for the New Jim Code, Medford, MA, Polity.

Bessone Magali, 2013, « Sans distinction de race » ? Une analyse critique du concept de race et de ses effets pratiques, Paris, Vrin.

Bilge Sirma, 2015, « Le blanchiment de l’intersectionnalité », Recherches féministes 28-2, p. 9-32.

Bonniol Jean-Luc, 1992, « La « race », inanité biologique, mais réalité symbolique efficace… », Mots 33, p. 187-195.

Carby Hazel (2008 [2000]), « Femme blanche écoute ! Le féminisme noir et les frontières de la sororité », trad. E. Dorlin et M. Cassidy, in Dorlin E. (prés.), Black feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L’Harmattan, p. 87-111.

Danino Charlotte, 2018, « Introduction », Corpus 18, http://journals.openedition.org/corpus/3099

Danino Charlotte (coord.), 2018, dossier « Les petits corpus », Corpus 18, http://journals.openedition.org/corpus/3094

Erinn Wong, 2019, « Digital Blackface: How 21st Century Internet Language Reinforces Racism », UC Berkeley: Library, https://escholarship.org/uc/item/91d9k96z

Fornel Michel (de), Verdier Maud, 2018, « Corpus, classes d’exemples et collections en analyse de conversation », Corpus 18, http://journals.openedition.org/corpus/3184

Gebhard Loïc, 2017, L’image en boucle: une sociologie du GIF, Mémoire de Master en sociologie de la communication et de la culture, Université de Lausanne.

Jackson Lauren Michele, 2014 , « Memes and Misogynoir », The Awl [site],  https://www.theawl.com/2014/08/memes-and-misogynoir/

Jackson Lauren Michele, 2017, « We Need to Talk About Digital Blackface in Reaction GIFs », TeenVogue [site], https://www.teenvogue.com/story/digital-blackface-reaction-gifs

Matamoros-Fernandez Ariadna, 2020, « ’El Negro de WhatsApp’ meme, digital blackface, and racism on social media », First Monday, 25-1, https://firstmonday.org/ojs/index.php/fm/article/view/10420

Moirand Sophie, 2004, « L’impossible clôture des corpus médiatiques. La mise au jour des observables entre contextualisation et catégorisation », Tranel 40, « Approche critique des discours : constitution des corpus et construction des observables », Université de Neuchâtel, p. 71-92.

Moirand Sophie, 2018, « L’apport de petits corpus à la compréhension des faits d’actualité », Corpus 18 [Online], http://journals.openedition.org/corpus/3519 

Paveau Marie-Anne, 2017a, « Le discours des vulnérables. Proposition théorique et politique », Caderno de Linguagem e Sociedade, 18 (1), p. 135-157, https://periodicos.unb.br/index.php/les/article/view/1571

Paveau Marie-Anne, 2017b, L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

Paveau Marie-Anne, 2019, « La linguistique hors d’elle-même. Vers une postlinguistique », Les carnets du Cediscor, dossier Le métadiscours des non-linguistes, coordonné par Pascale Brunner, Anne-Charlotte Husson, Vera Neusius, https://journals.openedition.org/cediscor/1478

Paveau Marie-Anne, 2019a : « Technographismes en ligne. Énonciation matérielle visuelle et iconisation du texte », dans Yosra Ghliss, François Perea et Catherine Ruchon (dir.), Corela HS 28, https://journals.openedition.org/corela/9185

Paveau Marie-Anne, 2019b, « La resignification. Pratiques technodiscursives de répétition subversive sur le web relationnel », Langage & société 167, p. 111-141.

Paveau Marie-Anne, 2021, « Le gif, outil d’iconisation du discours sur Twitter », Fórum Linguíst!co 18, p. 5843-5864, https://periodicos.ufsc.br/index.php/forum/article/view/79651

Pétonnet Colette, 1982, « L’Observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien », L’Homme 22(4), p. 37-47.

Strausbaugh John, 2006, Black Like You : Blackface, Whiteface, Insult and Imitation in American Popular Culture, New York, Jeremy P. Tarcher/Penguin.



Citer ce billet
Marie-Anne Paveau (2022, 22 mars). [Communication] “Genre, race et âge dans le digital blackface“, colloque Corps, Genres et Images, Paris 8, 24-25.03.2022. La pensée du discours. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssru

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search