L’analyse du discours autrement 1. La provincialisation des théories dominantes

Le projet de défaire l’hégémonie occidentale rencontre depuis toujours la difficulté à la fois conceptuelle et terminologique de sa propre formulation. La domination de l’Occident ayant installé un schéma binaire qui oppose dominants et dominés, centre et marge, Nords et Suds, etc., il est parfois difficile de sortir de ce dualisme : revaloriser les dominés, les marges ou les Suds, est souvent interprété comme une inversion du dualisme et donc une reconduction de la division binaire. C’est d’ailleurs un des grands points de débat entre postcolonialisme et décolonialisme, et une question constamment posée dans les réflexions sur la possibilité d’un universel.

Provincialiser les normes épistémiques occidentales : démanteler le statut de “référent tacite” de l’Europe

On doit la notion de provincialisation à l’historien indien Dipesh Chakrabarty, dans Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique paru en 2000, qui l’applique, dans le cadre des études postcoloniales et subalternes, à l’Europe, et plus exactement à la fabrication européenne de savoirs devenus hégémoniques et de méthodes érigées en critères universels (Chakrabarty 2000, traduit en français en 2009). Selon lui, pour simplifier, l’histoire de l’Inde est restée écrite à travers les filtres scientifiques et cognitifs européens et surtout une définition de l’historicité en quelque sorte téléologique puisqu’elle se définit comme un processus de développement vers une modernité définie selon des critères européens. L’Europe reste en effet un “référent tacite” de la connaissance historique (Chakrabarty 2009 : 68). Provincialiser, cela veut donc dire modifier le système centre-marges qui prévaut jusqu’à présent, et faire de l’Europe une “province” comme une autre, et non plus le centre référentiel. Cela veut dire également faire droit aux conceptions venant des marges elles-mêmes, de manière à ce que cette notion disparaisse au profit de la prise en compte de points de vue divers et pluriels, existants en tant que tels et non plus rapportés à un critère hégémonique.

Comme l’explique Matthieu Renault, la provincialisation de l’Europe n’est pas un rejet des systèmes de savoir européens, mais un travail sur les perspectives et les normes d’acceptabilité des savoirs :

La provincialisation est une série de gestes de décentrement, jamais un donné en fonction duquel on pourrait dire (qu’enfin) l’Europe n’est plus qu’une province du monde. Chakrabarty ne cesse de souligner que provincialisation ne signifie pas exclusion, qu’elle n’est pas projet « de rejeter la pensée européenne » [Chakrabarty 2009 : 53]. La critique du colonialisme a toujours aussi été le fruit de l’héritage des lumières européennes. La pensée européenne est à la fois indispensable et inadéquate. La provincialisation, qui n’est en rien relativisme, est son renouvellement « à partir des marges et pour elles » [Chakrabarty 2009 : 53]. […] La critique postcoloniale repose donc sur une structure duelle qui pose l’équivalence des préfixes « dé » (décentrer, déplacer) et « re » (renouveler, reprendre), de la rupture et du recommencement. Tout « défaire » est un « refaire » (autrement), et inversement.

Renault 2011 : 20

Je retiens cette définition de la provincialisation comme “série de gestes”, qui souligne la dimension matérielle du travail sur les hégémonies scientifiques, permettant l’accès à d”autres perspectives d’énonciation” (Renault 2011 : 21). Pour penser l’analyse du discours autrement, il me semble en effet qu’il faut effectuer des gestes tout à fait concrets, d’ordre spatial essentiellement, qu’il faut réellement se déplacer, au sens géographique du terme : on minore sans doute les dimensions proprement territoriales des hégémonies des savoirs dominants, qui se sont fabriquées et se fabriquent encore à coup de déplacements de chercheur·e·s ou de groupes, de missions d’enseignement, de traductions ou d’ouvertures d’antennes ou de doubles diplômes. Cette dimension géographique matérielle est bien représentée dans un genre cartographique parfois humoristique qui s’est développé ces dernières années, à la suite de la célèbre carte inversée de l’Australien McArthur : la carte corrigée ou subjective, qui matérialise très exactement ce que Chakrabarty appelle la provincialisation (exemples à droite et ci-dessous : la Méditerranée avec rotation de l’axe Est-Ouest et les cartes du monde sinocentré et australocentré).

Cette cartographie pluriverselle est bien le résultat d’une “série de gestes de décentrement”, qui modifient les perspectives et défont les dominations, sans pour autant éradiquer les territoires. Il me semble que c’est une bonne image pour un travail de démontage des théories hégémoniques en analyse du discours, et je conserverai cette représentation dans la suite de mon travail.

Cependant, Dipesh Chakrabarty, en 2000, ne se fait pas d’illusion sur la réalisation de ce décentrement cartographique à l’intérieur de l’univers académique, tant les fondements européens lui semblent encore intouchables, et il considère même que son projet de provincialisation doit se réaliser avec la conscience de son impossibilité. Dans un passage particulièrement fort, il parle même d’une “politique du désespoir” :

Enfin, puisqu’il n’est après tout pas possible de provincialiser l'”Europe” au sein du site institutionnel de l’université, dont les protocoles de savoir nous reconduiront toujours sur un terrain dont les contours seront très similaires à ceux de mon Europe hyper-réelle, le projet de provincialiser l’Europe doit prendre conscience de sa propre impossibilité. L’histoire qu’il poursuit sera par conséquent l’incarnation de cette politique du désespoir. […] J’en appelle à une histoire qui rendrait délibérément visible, dans la structure même de ses formes narratives, ses propres stratégies et ses propres tactiques de répression, la part d’elle-même qui est complice des récits de la citoyenneté et réduit toutes les possibilités de la solidarité humaine au projet de l’État moderne. La politique du désespoir devra exiger de cette histoire qu’elle dévoile à ses lecteurs les raisons de l’inévitabilité de cette impasse. Cette histoire tentera l’impossible : rechercher sa propre mort en poursuivant ce qui résiste, ce qui se dérobe aux plus grands efforts de traduction dans les systèmes culturels et autres systèmes sémiotiques, de sorte qu’à nouveau, on puisse imaginer la radicale hétérogénéité du monde.

Chakrabarty 2009 [2000] : 92

Plus de 20 ans après, je ne sais pas s’il est toujours aussi pessimiste, mais en tout cas on peut constater que le projet de provincialisation épistémologique s’est diffusé et qu’il a rencontré d’autres propositions. Se développe en effet actuellement un mouvement général et mondial qui porte plusieurs noms et s’incarne dans une myriade de projets et de pratiques, ayant toutes pour double objectif de défaire l’hégémonie épistémologique de l’Europe et de promouvoir des épistémès alternatives : savoirs et pratiques situées dans le champ des féminismes et des études queer, décentrement et décolonisation des savoirs du côté des études décoloniales plaidant pour un pluriversalisme épistémique, perspectives intersectionnelles qui, sous des formes diverses selon les courants, appellent à prendre en compte les ancrages, les subjectivités et les expériences dans l’élaboration des connaissances, lutte contre l’extractivisme et l’extraversion, et promotion des savoirs localement produits dans le cadre d’un universalisme critique. Les travaux sont désormais nombreux sur les aspects épistémologiques et théoriques et constituent un nouveau paysage pour la recherche en sciences humaines et sociales. Enfin, nouveau… Sous d’autres dénominations et conceptions, ces propositions existent depuis les années 1950 et ont cheminé auprès de presque tous les mouvements de décolonisation politique en Afrique notamment, j’y reviendrai dans les billets futurs.

Provincialiser l’analyse du discours : défaire les hégémonies de la version mainstream

Les sciences du langage sont toujours à la traîne pour s’ouvrir à de nouveaux paradigmes, en tout cas en France : on l’a vu pour le genre, qui est “entré” dans les approches sociales du langage il y a une petite dizaine d’années (voir les synthèses dirigées par Luca Greco, Greco 2014 et 2015 dir.), et qui s’est désormais constitué en champ (balisé notamment par la revue Glad!), toujours contesté mais en marche sans doute vers son institutionnalisation et, peut-être, sa grammaticalisation (on le lui souhaite le plus tard possible !1). Mais on en est sans doute encore loin : l’intégration systématique du paramètre du genre aux théories et méthodes de l’analyse du discours en France n’est pas effective, la dimension sociale restant fortement prégnante, ce qui constitue une forme d’hégémonie, j’y reviendrai. La perspective intersectionnelle, qui implique notamment de travailler avec la race, et de prendre au sérieux son inscription en langue et en discours, n’en est, quant à elle, qu’à ses balbutiements, et recueille pour l’instant plus d’incrédulité et d’étonnement que d’intérêt professionnel. Dans ces conditions, qu’en est-il de la contestation de l’hégémonie de certains savoirs et méthodes de l’analyse linguistique ? Comment élaborer un projet pour leur provincialisation et que voudrait dire exactement dire provincialiser les théories et méthodologies en sciences du langage, et plus spécifiquement en analyse du discours ?

Les propositions faites dans des travaux précédents, vers une postlinguistique (Paveau 2018a) et une écologie du discours (2018b) s’inspiraient, non pas directement de Dipesh Chakrabarty, mais du travail d’Eduardo Kohn sur la provincialisation du langage. Il me semble qu’il manque en effet à l’historien Chakrabarty un point de vue linguistique, maillon nécessaire pour effectuer en sciences du langage un véritable travail de la notion de provincialisation, qui n’en soit pas une simple projection ou application. Ce travail, Eduardo Kohn l’accomplit dans sa réflexion sur les productions de sens des entités non humaines. Sa proposition de provincialiser le langage consiste à se défaire du point de vue exclusif des représentations humaines et de notre habitude de les projeter sur tout ce que nous essayons de comprendre (Kohn 2017). Pour lui, provincialiser le langage, cela veut dire contester l’hégémonie de la conception saussurienne du langage défini à partir du signe linguistique comme réalité d’ordre humain, cette conception étant le “référent tacite” des sciences du langage. Il estime pertinent de faire droit à d’autres conceptions de la production du sens, dans une perspective peircienne intégrant les fonctionnements de l’indice et de l’icone à côté de celui du symbole (pour le détail de son travail, voir dans la série Paveau 2018a, le 2e billet intitulé “Pour une postlinguistique 2. Écouter les forêts penser, provincialiser la linguistique“). Ces conceptions nous ouvriraient, à nous humain·e·s, la possibilité de penser le sens produit par des animaux, des entités naturelles, des objets.

J’ouvre ici une parenthèse pour mentionner l’ouvrage que Cécile Canut a publié en 2021, Provincialiser la langue. Langage et colonialisme, qui mobilise également la proposition de Dipesh Chakrabarty, dans une autre perspective que la mienne (Canut 2021). Elle y explique comment une autre conception de la langue que celle qui prévaut dans les références occidentales ex-coloniales, conception qui a fabriqué en grande partie les langues africaines, pourrait permettre de rendre compte de la vie des langues et des pratiques langagières dans leur diversité et leur hétérogénéité ; elle la nomme le “langagiaire”. Ma perspective est différente, puisque mon idée est de provincialiser non pas la langue, comme la sociolinguistique le fait, mais la linguistique elle-même, dont l’analyse du discours, en tant que théorie centrale et présentée comme exclusive, de la conception du sens.

Provincialiser l’analyse du discours, ce serait donc, en suivant la pensée d’Eduardo Kohn, défaire la place de centre hégémonique que constitue la version mainstream de la discipline, installée depuis les années 1990 et 2000, périodes intenses de disciplinarisation par manuélisation et dictionnarisation, pour intégrer d’autres versions, dans une perspective théorique pluricentrique. Je parle ici de l’analyse du discours dite française, qui s’est développée en dehors de France dans plusieurs aires géographiques, soit en langue française (par exemple Afrique francophone, Italie, Israël), soit en traduction (par exemple Amérique latine, particulièrement Brésil, Argentine, Chili, Colombie). La version mainstream s’est concrétisée au début des années 2000 dans deux dictionnaires (Charaudeau & Maingueneau 2002, Détrie et al. 2001, ce dernier ayant été révisé en 2017), qui fournissent une liste d’auteurs actifs dans la disciplinarisation, et dans un ensemble d’ouvrages et de manuels des mêmes auteurs, régulièrement présents dans les bibliographies jusqu’à nos jours2. Cette version repose sur trois hégémonies, politique, théorique, épistémologique :

  • Hégémonie politique. La dénomination française, qui pose question (voir sur ce point la contestation de Courtine 2013), mais qui a été lexicalisée jusqu’à l’évidence, signale un espace géographique situé dans les Nords, dans un pays avec un grave passé colonial, dont on peut penser qu’il continue, sous ce label, le travail de colonisation intellectuelle et épistémique réalisé dans les périodes de colonisation politique et économique.
  • Hégémonie théorique. Dictionnarisée et manuélisée, l’analyse du discours française présente un corps de notions théoriques fixé dans la recherche et l’enseignement. Proposées pour la plupart dans les années 1970-1980, ces notions sont situées, ancrées dans des contextes et accrochées à des figures (la Sainte Trinité Pêcheux-Foucault-Bakhtine) ; mais la théorie a une dimension abstractive forte et les notions désormais autonomes voyagent plus ou moins bien dans le temps et surtout les terrains discursifs pris en compte ; pour certaines (je pense à la conception du sujet ou du stéréotype par exemple), l’application hors de leur terreau d’origine produit des effets d’incongruité voire de contradiction dans les termes. La référence tacite est devenue, selon le terme de Matthieu Renault, “inadéquate”.
  • Hégémonie épistémologique. La version mainstream privilégie le travail d’analyse à partir des segments de discours, en faisant une place secondaire aux réalités empiriques des sujets parlants ou aux dimensions matérielles de la construction des discours (technologiques notamment) ; l’entrée dans l’analyse se fait en effet majoritairement à partir de la surface des discours, et non, par exemple, à partir des points d’énonciation des sujets qui sont aussi des points d’existence ; la version mainstream promeut sur le plan épistémologique un logocentrisme qui assure en même temps la domination de son propre modèle.

Je reviendrai en détail sur ces trois hégémonies dans les textes à venir mais il me semble pour l’instant nécessaire de les formuler et de les décrire : tout travail de décentrement des perspectives, quel que soit le nom qu’on lui donne (provincialisation, décolonisation, déconstruction, etc.) doit bénéficier d’une solide étape d’observation réflexive et critique à partir de la connaissance des corps de savoirs concernés, de leur histoire, leur origine et de leur déploiement. Faute de quoi, les déclarations postcoloniales ou décoloniales risquent de rester des mantras séduisants, mais sans efficacité dans les pratiques.

Notes

  1. La grammaticalisation d’une théorie n’est jamais une très bonne nouvelle, car elle implique plusieurs réductions et donc une perte épistémique importante, comme l’a montré Jean-Jacques Courtine sur l’analyse du discours (Courtine 1991).
  2. Au moment de la parution du Dictionnaire d’analyse du discours dirigé par P. Charaudeau et D. Maingueneau en 2002, l’une des collaboratrices du volume avait fait cette remarque : “On y est tous”. Je pense qu’une partie de mon travail d’épistémologie critique depuis 20 ans vient de cette petite phrase.

Références

  • CANUT C., 2021, Provincialiser la langue. Langage et colonialisme, Paris, Éditions Amsterdam.
  • CHAKRABARTY D., 2009 [2000], Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, trad. de l’anglais (EU) par O. Ruchet et N. Vieillescazes, Paris, Éditions Amsterdam.
  • CHARAUDEAU P., MAINGUENEAU D. (dir.), 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.
  • COURTINE J.-J., 1991, « Le discours introuvable : marxisme et linguistique (1965-1985) », Histoire épistémologie langage, 13/II, p. 153-171.
  • COURTINE J.-J., 2013, « La seconde disparition de Michel Pêcheux », Décalages, Vol. 1: Iss. 4, http://scholar.oxy.edu/decalages/vol1/iss4/19 (publication de Courtine Jean-Jacques, 2003, « L’étrange mémoire de l’analyse du discours », communication au colloque de Porto Alegre SEAD I, Hommage à Michel Pêcheux).
  • DÉTRIE C., SIBLOT P., VÉRINE B. (dir.), 2001, Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique, Paris, Champion.
  • DÉTRIE C., SIBLOT P., STEUCKARDT A., VÉRINE B. (dir.), 2017, Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique. Nouvelle édition augmentée, Paris, Champion.
  • GRECO L., 2014 (coord.), dossier « Recherches linguistiques sur le genre : bilan et perspectives », Langage et société 148.
  • GRECO L. 2015 (coord.), dossier « Genre, langage et sexualité : données empiriques », Langage et société 152.
  • KOHN E., 2017 [2013], Comment pensent les forêts, trad. Grégory Delaplace, Paris, Zones sensibles.
  • PAVEAU M.-A., 29/05/2018 (2018a), “Pour une postlinguistique, Série de 9 billets” in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/category/series-de-saison/15-printemps-ete-2018-pour-une-postlinguistique
  • PAVEAU M.-A. (2018b), « La linguistique hors d’elle-même. Vers une postlinguistique », Les carnets du Cediscor 14, https://journals.openedition.org/cediscor/1478
  • RENAULT M., 2011, Frantz Fanon et les langages décoloniaux. Contribution à une généalogie de la critique postcoloniale, thèse de doctorat, Université Paris 8.

Crédit : Dean Hochman, “Clay tray”, 2019, compte de l’auteur sur Flickr, CC BY 2.0


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Anne Paveau (21 novembre 2022). L’analyse du discours autrement 1. La provincialisation des théories dominantes. La pensée du discours. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sss0


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Donald Djilé dit :

    Je prends toujours beaucoup de plaisir à vous lire, j’apprends toujours de vos textes, surtout quand il s’agit de ces réflexions épistémologiques puissantes dont vous avez le secret.
    Merci de nous ouvrir ainsi l’esprit sur la mission qui nous incombe, chercheurs des Suds, sur comment nous pourrions travailler l’analyse du discours de manière à participer véritablement à cette pluriversalité des savoirs.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci beaucoup donald de votre commentaire ! je suis sûre que nous pourrons avoir de beau échanges sur cette question dans les mois et les années à venir

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search