[Parution] Ressignificação em contexto digital (La resignification en contexte numérique)

Parution au Brésil, et en brésilien, d’un ouvrage à six mains sur la notion de resignification mise à l’œuvre en analyse du discours. Merci à Roberto Baronas et Julia Lourenço pour le projet et la belle couverture ornée de salamandres, merci à Dominique Maingueneau pour la préface et merci à Cristiane Dias pour la postface. C’est un beau travail d’équipe !

Le livre a fait l’objet d’une présentation chaleureuse en ligne vendredi 15 octobre, que l’on peut retrouver ici : https://www.youtube.com/watch?v=4q2sZuZB0L0

Paveau Marie-Anne, Lourenço Costa Julia, Leiser Baronas Roberto, 2021, Ressignificação em contexto digital, EdUFSCar, São Carlos, Editora da Universidade Federal de São Carlos

Trouver l’ouvrage ici

Sommaire

  • Prefácio. Das razões para ler Ressignificação em contexto digital, Dominique Maingueneau
  • Introdução. Ressignificação e resistência
  • Capítulo I. A ressignificação na web social: princípios teórico-metodológicos, Marie-Anne Paveau (traduction de “La resignification. Pratiques technodiscursives de répétition subversive sur le web relationnel“)
  • Capítulo II. #EleNão: a hashtag salamandra nos entremeios da política brasileira, Julia Lourenço Costa
  • Conclusão. Ressignificação: do cedilha intruso a dispositivos tecnodiscursivos culturais de memória e resistência
  • Posfácio. Ressignificação: a pele do acontecimento, Cristiane Pereira Dias
  • Referências
  • Sobre o/as autor/as

*****

Préface de Dominique Maingueneau

Je commencerai par souligner que ce livre est le produit d’une collaboration entre une analyste du discours française et deux chercheurs brésiliens. Il est toujours agréable de célébrer les échanges intellectuels entre deux pays, mais c’est encore mieux quand cela débouche sur des recherches conjointes de grande qualité.

Les recherches qui relèvent de l’analyse du discours peuvent se distribuer entre deux extrêmes. Il peut s’agir de travaux qui utilisent l’analyse du discours comme une boîte à outils éprouvée,  ou, à l’opposé, de travaux – évidemment moins nombreux – qui visent avant tout à réfléchir sur cette boîte à outils. Au milieu se situent les recherches qui trouvent un heureux point d’équilibre entre ceux pôles : il explorent des corpus mais cherchent aussi à enrichir le cadre même de l’analyse du discours. C’est le cas dans le livre que publient Marie-Anne Paveau, Julia Lourenço Costa  et Roberto Leiser Baronas.

Bien entendu, les recherches sur la communication digitale prolifèrent dans le champ des sciences humaines et sociales, mais la plupart du temps elles ne se réclament pas de l’analyse du discours. Une recension que j’ai faite sur quatre années (2010, 2014, 2015, 2018) de Discourse studies, revue qui en principe n’a pas de thématique privilégiée, montre qu’en dépit de la volonté qu’elle affiche d’étudier “written and spoken discourse”, elle privilégie nettement l’oral (70% des articles). On trouve très peu d’articles sur le web (8%) mais il s’agit en réalité de corpus qui sont analysés en termes de conversation, en particulier les e-mails. On peut penser que  l’analyse du discours  reste marquée par l’époque à laquelle elle est apparue, c’est-à-dire les années 1960, où la télévision était devenue le médium dominant et où les techniques d’enregistrement audio-visuelles étaient désormais à la portée de tous.

Les tendances aujourd’hui dominantes en analyse du discours s’appuient sur le présupposé selon lequel l’univers du discours peut être unifié autour d’une sorte de  prototype de l’activité discursive. Pour la tradition européenne c’est plutôt le couple texte/genre, qui prévaut, et dans la tradition nord-américaine c’est plutôt l’interaction conversationnelle ; mais ces deux approches partagent une certaine conception du discours comme pratique fondamentalement verbale, appréhendée comme une interaction entre des locuteurs socialement spécifiés qui dans des situations bien définies développent des stratégies en fonction de leurs visées et de leurs intérêts. À l’évidence, la communication numérique s’accommode mal de ces présupposés, pour diverses raisons, l’une d’elles étant le rôle central, et non pas auxiliaire, qu’y joue la technique. Je renvoie à ce propos aux travaux de Marie-Anne Paveau, en particulier à son livre L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques (2017).

Dans ces conditions, il est compréhensible que la solution de facilité pour les analystes du discours soit d’abandonner l’étude des discours du web à d’autres disciplines, mais cette mise à l’écart en général ne se fait pas se manière explicite. A mon sens, une telle attitude paraît difficilement justifiable si l’on admet que l’analyse du discours doit aborder les manifestations du discours dans toute leur diversité, qu’elle ne pas se limiter aux conversations ou aux textes issus de quelques secteurs privilégiés de la vie sociale : politique, médias,  éducation, justice, santé, business. Il faut accepter l’idée que le discours n’est pas un univers homogène et qu’on doit en tirer les conséquences en matière de concepts et de méthodes d’analyse[1].

Le livre de M.-A. Paveau, J. Lourenço Costa et R. Leiser Baronas présente en outre l’intérêt de mettre en place une problématique qui est nouvelle en analyse du discours, celle de la “resignification”. Certes, le détournement a déjà fait l’objet d’études depuis les années 1980, mais celles-ci portaient sur des objets traditionnels, des corpus purement verbaux, en particulier les proverbes, les slogans, la presse. En revanche, les pratiques qui intéressent les auteurs de ce livre se développent sur le web 2.0 et elles sont multimodales. En outre, elles sont le fait de personnes stigmatisées qui répondent à des masses d’énoncés agressifs. A la différence des controverses idéologiques qu’on peut dire “classiques”, ce sont surtout les individus qui sont visés dans leur personne ; ou plutôt leur personne est indissociable de prises de position idéologiques. Ces conflits à l’intérieur de l’univers numérique s’inscrivent eux-mêmes dans une conjoncture plus vaste où se fait jour une fracture entre des gens qui se considèrent comme “le peuple” et des élites accusées de  les mépriser. Cette fracture a diverses  causes, mais elle a aussi des conditions ; l’une d’elles est sans doute l’existence des nouvelles technologies de la communication numérique. Ceux qui se réclament du “peuple” considèrent que s’ils investissent les réseaux sociaux de manière agressive, c’est parce qu’ils sont interdits de parole dans les canaux légitimes. Mais on peut aussi soutenir que c’est parce qu’ils ne se soumettent pas à des normes intellectuelles et éthiques qu’ils investissent les zones obscures de la communication digitale pour exprimer sans retenue leurs affects. On ne peut pas néanmoins réduire les processus de resignification à des réponses à des énoncés venus en quelque sorte d’en bas, des profondeurs du web ; comme le montre l’étude sur le mouvement #EleNão, il peut s’agir aussi de répondre collectivement, par la recontextualisation, à des agressions venues d’un candidat à la présidence de la République.

Le processus de resignification qu’étudie le livre constitue en quelque sorte une réponse à la fois courageuse et intelligente à des modes d’expression qu’on peut dire irresponsables, au sens où personne n’en répond véritablement. Le web apparaît comme un champ de bataille où une asymétrie répond à une autre. Les agresseurs profitent de l’asymétrie dans laquelle les met l’anonymat pour produire des énoncés qui ne se soumettent pas à une éthique de la communication ; la réponse que constitue la resignification consiste à ne pas répondre à l’agression par l’agression mais à la réfléchir, à la donner à voir. Cette stratégie n’est pas sans affinités avec l’ironie, qui au lieu de contester de l’extérieur un énoncé, fait en quelque sorte s’autodétruire le point de vue qui le soutient.

Plutôt que de dire que les locuteurs agressifs « expriment » leurs idées en « utilisant » certaines possibilités que leur offrent les réseaux sociaux, il vaut mieux considérer – conformément aux présupposés de l’analyse du discours – que les Sujets parlants sont indissociables des « moyens » de communication, autrement dit que ce ne sont pas des « moyens » : il n’existe pas d’une part des Sujets pleins, porteurs d’idées à exprimer, et d’autre part des instruments de communication pour les véhiculer. Les Sujets se construisent à travers les ressources qu’offrent les dispositifs d’énonciation disponibles en un lieu et à un moment donnés. Le web 2.0  a deux faces : il permet la production de textes normés, signés par des auteurs qui s’en portent garants, mais c’est aussi un espace de défoulement, où circulent des énoncés pseudonymes et où les affects s’expriment sans contrôle. Le paradoxe sur lequel repose ce dispositif est qu’il permet de diffuser massivement ce qui auparavant aurait relevé de la sphère privée, voire de l’inavouable, et même.

Au-delà de l’étude de la resignification, l’ouvrage de M.-A. Paveau, J. Lourenço Costa  et R. Leiser Baronas prend acte d’une reconfiguration de ce qu’on considère comme le champ politique. L’analyse du discours, depuis ses origines, entretient des relations très fortes avec le discours politique, qui constitue un de ses objets privilégiés. Même si beaucoup d’analystes du discours continuent à travailler sur des corpus canoniques (débats parlementaires, tracts, débats télévisés, etc.), ce qu’on appelle aujourd’hui “champ politique” est beaucoup moins évident qu’il y a quelques décennies, où tout se jouait entre le monde politique et les médias traditionnels (presse écrite, télévision, radio). Il se trouve en interaction constante avec un univers numérique insaisissable où s’expriment de nouveaux acteurs : non seulement les individus “ordinaires”, inconnus ou pseudonymes, mais des acteurs collectifs de toutes sortes qui traversent les partages politiques usuels. On ne peut plus aujourd’hui ignorer cette nouvelle donne, et c’est précisément le grand intérêt de l’ouvrage de nos trois auteurs que de le montrer à travers des analyses empiriques.

Dominique Maingueneau


[1] J’ai développé ce point ailleurs : “The heterogeneity of discourse: expanding the field of discourse analysis, Palgrave Communications, 3, 2017.  http://www.palgrave-journals.com/articles/palcomms201758



Citer ce billet
Marie-Anne Paveau (2021, 18 octobre). [Parution] Ressignificação em contexto digital (La resignification en contexte numérique). La pensée du discours. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssrq

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search