L’analyse du discours autrement 7. Hountondji et l’extraversion scientifique

La mort du philosophe béninois Paulin Hountondji le 2 février dernier, a suscité de nombreux hommages et témoignages dans le monde. Figure centrale de la philosophie africaine, qu’il a largement contribué à formuler en tant que telle, Hountondji a marqué son époque par un ouvrage célèbre à l’influence aussi forte que durable jusqu’à nos jours, Sur la “philosophie africaine”,  publié en 1977 chez Maspero. L’ouvrage contient une critique virulente d’une conception de la philosophie imposée par le livre de Placide Tempels, prêtre franciscain belge, publié en 1945 (traduit en français en 1949 et en anglais en 1959),  La philosophie bantoue, qui pose l’existence d’une sorte de corps de pensée collective propre à l’Afrique, une ontologie, qui aurait ses fondements propres, puisés notamment dans les langues et les rituels, et se démarquerait ainsi des modes de pensée occidentaux. Hountondji dénonce cette vision (d’où les guillemets dans son titre) comme relevant d’une “ethnophilosophie”, c’est-à-dire une manière africaniste (au sens qu’aurait un équivalent africain de l’orientalisme de Saïd) de considérer la pensée en Afrique, relevant d’un imaginaire européen colonial. Son œuvre n’est certes pas limitée à la critique de l’ethnophilosophie, mais son nom y reste cependant attaché, comme l’indique le titre de l’hommage du Monde, “Le philosophe Paulin Hountondji, inventeur du concept d’« ethnophilosophie », s’est éteint“, ou d’autres textes publiés à l’occasion de sa mort.

L’extraversion, d’Amin à Hountondji

Un livre récent de Bado Ndoye, Paulin Hountondji. Leçons de philosophie africaine, a cependant montré l’étendue de la philosophie d’Hountondji, ses liens avec la pensée d’Husserl, sa réflexion sur la notion d’universel, la manière dont il a conçu la réflexion philosophique en Afrique par rapport aux cultures africaines et sa réflexion sur les savoirs endogènes (Ndoye 2022). Cette dernière notion a fait l’objet de plusieurs articles et interventions d’Hountondji et fonctionne comme pivot d’autres concepts, comme celui d’extraversion. Hountondji introduit cette notion en 1990, et n’aura cessé de revenir sur la notion presque jusqu’à sa mort (Hountondji 1990, et par exemple 2001, 2019). Il l’emprunte à l’économiste égyptien Samir Amin qui la définit dans son ouvrage de 1973, Le développement inégal, essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique, comme une dépendance économique des pays dits à l’époque « sous-développés » ou « du Tiers monde », par rapport aux grandes puissances du “Premier monde” (Amin, 1973). Dans ce cadre, l’extraversion veut dire que les productions des pays des Suds sont dirigées vers l’extérieur, sur le plan des structures de production comme des produits, ce qui fonde l’analogie dressée par Hountondji :

L’activité scientifique dans le Tiers Monde me paraît caractérisée, globalement, par sa situation de dépendance. Cette dépendance est de même nature que celle de l’activité économique, c’est-à-dire, replacée dans le contexte de sa genèse historique, elle apparaît clairement comme le résultat de l’intégration progressive du Tiers Monde dans le procès mondial de production des connaissances, géré et contrôlé par les pays du Nord [Hountondji, 1990, p. 150].

Il donne deux exemples concernant le Dahomey (actuel Bénin) : le savon Palmolive, commercialisé au Dahomey, mais fabriqué en France à partir d’une huile de palme produite au Dahomey ; un manuel de géographie tropicale, produit en France « à partir de données recueillies sur le terrain, au Dahomey ou dans d’autres pays tropicaux, et traitées dans les laboratoires de l’Institut national de cartographie à Paris » (1990, p. 151). Ce phénomène lui semble soutenu par ce que j’appellerais des appareils matériels de l’extraversion, « bibliothèques, archives, maisons d’édition, revues et autres périodiques scientifiques publiés dans le Nord », la pratique scientifique africaine étant selon lui « tributaire, plus généralement, de ces structures de consignation, de conservation et de diffusion des résultats de recherche où prend corps la mémoire scientifique de l’humanité, et qui restent massivement concentrées, pour l’essentiel, dans le Nord » (1990, p. 153).

Pour lutter contre l’extraversion, Hountondji défendait en 1990 une « appropriation collective du savoir et de tout l’héritage scientifique disponible dans le monde, par des peuples qui ont été constamment dépossédés, à ce jour, sur ce plan comme sur tous les autres, des fruits de leur travail » (p. 158) ; en 2019, sa proposition a évolué et intègre la pluriversalité et le pluricentrisme héritées du postcolonialisme et des réflexions du groupe MCD, mais la notion d’appropriation est toujours au centre de ses objectifs : 

Ce qui est requis aujourd’hui pour une transformation des rapports de production intellectuels à l’échelle mondiale, […] c’est plutôt l’éclatement du Centre en plusieurs pôles distincts et complémentaires, négociant les uns avec les autres sur un pied d’égalité. Les périphéries actuelles doivent engager pour leur propre compte, de façon coordonnée et méthodique, un processus autonome d’accumulation du savoir. Elles doivent s’approprier collectivement l’héritage scientifique et technologique international qu’elles ont contribué, à leur manière, à construire, et dans le même temps, se réapproprier de manière critique les connaissances « traditionnelles » [Hountondji, 2019, § 15 ; je souligne].

Extraversion et extractivisme

L’extraversion est une notion plutôt modeste, je veux dire qu’elle n’est quasiment pas traitée par l’épistémologie ou la sociologie et l’histoire des sciences, alors que sa richesse en fait à mon avis un des meilleurs outils de compréhension des circuits d’élaboration et de transmission des savoirs. J’essaierai d’en montrer le fort potentiel dans l’ouvrage en cours de rédaction, à partir notamment des travaux de Jean-François Bayart qui, dans L’État en Afrique. La politique du ventre, propose dès 1989 une vision de l’extraversion, non comme un problème à résoudre, mais comme un phénomène d’insertion de l’Afrique dans le système international (Bayart 2006 [1989]).

L’extraversion ne me semble pas séparable d’une autre notion, l’extractivisme, qui n’est pas mentionnée en tant que telle par Hountondji, qui évoque cependant les “stratégies d’extraction” des ressources matérielles et de l’information scientifique. La notion d’extractivisme est un peu postérieure, utilisée par l’économiste Alberto Acosta pour désigner l’extraction massive de ressources naturelles effectuée par les Nords depuis le début de la colonisation (Acosta 2013). La notion bénéficie d’un fort écho médiatique et militant, comme l’indiquent les nombreux dessins qui illustrent par exemple le pillage de l’Afrique, dont les célèbres illustrations de Polyp :

Comme Hountondji, Ramón Grosfoguel dresse une analogie avec le domaine des savoirs, et propose les notions d’”extractivisme épistémique” et d'”extractivisme ontologique” à partir d’un dialogue avec les travaux d’Alberto Acosta, mais aussi de l’écrivaine, chercheuse et activiste autochtone canadienne Leanne Betasamosake Simpson et de la sociologue féministe et activiste bolivienne Silvia Rivera Cusicanqui (Grosfoguel 2016). Je reviendrai plus longuement dans l’ouvrage sur ces notions, sur l’articulation entre extraversion et extractivisme, et sur les modalités contemporaines de l’extractivisme épistémique, mais il est évident qu’un lien fort unit les deux processus : les chercheur·es ne peuvent se tourner (extraversion) que vers les lieux où se trouvent les richesses épistémiques (extraites) et leurs appareils matériels, y compris, d’ailleurs, les chercheur·es des Nords, qui sont pris dans le processus mutuel de l’extraversion épistémique, et dans des pratiques extractivistes, en particulier quand ils et elles appartiennent à des disciplines fortement concernées par les données des Suds (anthropologie, ethnologie, linguistique des langues, histoire…). Leurs positions et leurs éventuels positionnements ne sont pas travaillés ni envisagés dans les réflexions sur l’extraversion et l’extractivisme, et j’essaierai de combler cette lacune en proposant une notion pour les formuler et essayer d’en dégager les enjeux, en particulier en sciences du langage et en analyse du discours. Souligner les processus d’extraversion des chercheur·es des Suds sans examiner ce qu’ils doivent aux pratiques et représentations des chercheurs des Nords dans les Nords eux-mêmes me semble en effet trop partiel. Il faut sans doute envisager l’extraversion comme un processus multilatéral, qui implique l’ensemble du système de production des savoirs scientifiques.

Bibliographie

Acosta Alberto, 2013, « Extractivism and Neoextractivism: Two Sides of the Same Curse », Beyond Development: Alternative Visions from Latin America, vol. 1, p. 61-86.

Bayart Jean-François, 2006 [1989], L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.

Grosfoguel Ramón, 2016, « Del “extractivismo económico” al “extractivismo epistémico” y al “extractivismo ontológico”. Una forma destructiva de conocer, ser y estar en el mundo », Tabula Rasa  24, p. 123-143.

Hountondji Paulin, 1977, Sur la « philosophie africaine ». Critique de l’ethnophilosophie, Paris, François Maspero.

Hountondji Paulin, 1990, « Recherche et extraversion: éléments pour une sociologie de la science dans les pays de la périphérie », dans Africa Development / Afrique et Développement, 15-3/4, Proceedings of the Sixth General Assembly of CODESRIA / Actes de la Sixième Assemblée générale du CODESRIA, p. 149-158.

Hountondji Paulin, 2001, « Au-delà de l’ethnoscience : pour une réappropriation critique des savoirs endogènes », Notre Librairie. Revue des littératures du Sud, 144, p. 58-65.

Hountondji Paulin, 2019, « Extraversion des savoirs », dans Verschuur Christine (dir.), Savoirs féministes au Sud. Expertes en genre et tournant décolonial. Cahiers genre et développement n°11, Paris, L’Harmattan, p. 27-39.

Ndoye Bado, 2022, Paulin Hountondji. Leçons de philosophie africaine. Paris, Riveneuve.

Tempels Placide, 2013 [1949], La Philosophie bantoue, trad. du néerlandais par A. Rubbens, Paris, Présence africaine, 4e édition.

Crédits : Polyp, dessinateur britannique militant, œuvres sans copyright (voir sa politique de publication), dessins issus de la catégorie Wealth and Poverty, Aid and Trade, sans date.



Citer ce billet
Marie-Anne Paveau (2024, 18 février). L’analyse du discours autrement 7. Hountondji et l’extraversion scientifique. La pensée du discours. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuyr

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search