Le discours validiste 1. La passion déontique

En logique et en linguistique, la modalité déontique, c’est celle de l’obligation et de la permission. Il se trouve que les valides ont une véritable passion déontique : elles1 disent aux non-valides ce qu’elles doivent faire, elles expliquent aux aidantes ce qu’il faudrait faire, elles prescrivent, conseillent, ordonnent.

Comme la personne dont je suis la proche aidante ne peut pas s’exprimer, c’est moi qui suis la cible privilégiée de cette passion, qui prescrit à la fois sa vie et la mienne. La plupart du temps, ce sont des énoncés en « tu devrais », qui portent, majoritairement, sur la manière dont j’organise l’aide, justement. Je crois que je n’ai rencontré personne depuis bientôt cinq ans qui ne m’ait dit : « Tu devrais prendre quelqu’un » ou « tu devrais prendre des gens ». Au début je répondais, j’expliquais, je me justifiais. Maintenant je demande aux passionnées du conseil comment elles voient les choses, concrètement, dans la vie de tous les jours, ma vie, la sienne, et le déontique fond immédiatement comme neige au soleil. Les valides, qui ne savent rien de l’univers du handicap, parlent pourtant à partir d’une position omnisciente ; mais comme elles ne savent rien, ça veut dire qu’il s’agit d’autre chose que de l’omniscience, et ça fait bien penser à de l’omnipotence : le validisme, c’est un pouvoir, j’y reviendrai sans doute, c’est évidemment une position politique, et on n’y comprend rien sans cette dimension. Au début, à l’hôpital, une interne par ailleurs tout à fait bienveillante et dévouée, m’avait dit : « Vous devriez aller au restaurant et vous faire masser, je m’occupe de tout » ; il y a tellement de choses là-dedans que je pourrais en faire un article entier, mais je retiens ce « vous devriez » de la passion déontique assorti du « je m’occupe de tout » de la position de pouvoir, si typique de l’hôpital où les patients sont des objets entre les mains savantes et puissantes des médecins. Ce « vous devriez », que j’ai entendu tant de fois depuis, me prescrit, avec un degré de stéréotypie avancé, mon comportement et ma manière de réagir à la situation, avec une dimension destituante : car finalement, c’est à ma position de sujet agissant que ce type d’énoncé s’adresse, m’en privant pour m’assigner à celle de sujet soumis à des injonctions extérieures.

Il y aussi la variante « il faudrait ». « Il faudrait qu’il ait un fauteuil électrique », est par exemple le leitmotiv d’un ami proche, sourd à la réalité matérielle de la chose (un grand aphasique avec une cognition abîmée ne peut pas s’orienter seul et assurer la communication minimale nécessaire à sa circulation) ; mais, quand même, il lui « faudrait » un fauteuil électrique pour qu’il puisse « aller chercher son pain ». Je n’écris pas quand même par hasard : c’est le quand même de la dénégation, voire du déni des valides, qui organisent la vie des non-valides selon les stéréotypes en cours dans l’univers valide.

Le baron de Münchhausen sort des sables mouvants en se tirant lui-même par les cheveux

Les valides produisent en effet des énoncés prescriptifs appuyés sur des stéréotypes sociaux ou sur les projections de leur imaginaire, mais jamais sur une connaissance précise de la situation. Pour en avoir une, il faudrait qu’elles mettent au moins un orteil dans le monde du handicap, et dans les conditions particulière du mien, ce qui ne se produit pas, du fait de la frontière infranchissable dont je parlais dans le billet précédent. Mais les valides savent cependant comment le monde du handicap doit tourner car les valides sont les dominantes ; et dans cette matrice de domination, évidemment, elles prescrivent, conseillent et organisent ce qu’elles appellent l’inclusion des personnes handicapées. L’effet de cette domination est l’inverse du but escompté : pour échapper à leur calamiteuse passion déontique, on s’en éloigne, on s’exile, et on en vient évidemment à confirmer à postériori la validité (sans jeu de mots) de la fameuse frontière infranchissable. Les rapports entre monde valide et monde du handicap fonctionnent un peu sur le modèle de la circularité logique du trilemme de Münchhausen : la relégation des personnes non-valides n’est pas une donnée « naturelle » qui serait liée aux difficultés de leur vie sociale, mais elle est la conséquence d’un dispositif de relégation mis en place par la société valide elle-même. C’est exactement la définition du validisme.

Ce que je dis ici à partir de mon expérience individuelle très située et tout à fait modeste n’est qu’un symptôme d’une organisation structurelle : le validisme est un système, et la modalité déontique en est un des outils. Dans ce tout petit exemple, on reconnaîtra sans peine des structures beaucoup plus larges, que les associations et collectifs anti-validistes ne cessent de dénoncer depuis longtemps (voir par exemple la récente campagne pour la déconjugalisation de l’AAH et les témoignages et informations sous le hashtag #APFhorsDeNosLuttes) : la manière dont le handicap est pris en charge en France par des associations gestionnaires essentiellement pilotées par des personnes valides, la conception française médicale et non sociale du handicap et la politique française de relégation des personnes non valides en institution sont les piliers du validisme systémique.

  1. Ce texte est écrit au féminin générique

Crédit : Münchhausens Abenteuer. Postkartenserie nach den Lügengeschichten des Baron Münchhausen, Wikimedia Commons

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 29/09/2021, "Le discours validiste 1. La passion déontique," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/19315, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search