Malaise dans l’énonciation militante. Les pronoms, les personnes et les hommes

Un des gros sujets de ces derniers mois, la levée du silence autour de l’inceste et du harcèlement sexuel, a déclenché et continue d’alimenter un nombre élevé de discours. Au sein de cette masse discursive se dessine un champ de forces dans lequel chacun.e se positionne. La polarisation des discours y est inévitable, et d’ailleurs inhérente à une question qui, concernant des violences et des dominations, se formule de manière binaire : dans les affaires de violence sexuelle, il y a d’un côté des dominants abuseurs et violeurs, et de l’autre des victimes dominées et souvent silenciées. Le champ de forces concernant les violences sexuelles s’est donc construit de manière binaire à juste titre pour des raisons morales, sociales et juridiques. Mais la polarisation y grince, parce que les positions énonciatives manquent parfois de réflexivité, de questionnement politique et de soin pour les victimes ou les personnes ciblées. Il y a une forme très saillante de ce grincement : l’usage des pronoms.

Les pronoms : l’attention aux personnes

Les révélations de Camille Kouchner et les suites importantes qu’elles ont eues, tant sur des victimes restées jusque-là silencieuses que sur leurs agresseurs identifiés ou démystifiés, ont déclenché un militantisme par le hashtag désormais intégré à ce type d’événement discursif. Le hashtag activism a maintenant une histoire de plus d’une dizaine d’années, presque aussi longue que celle du hashtag lui-même, apparu en 2007. La campagne #MeToo, concernant le harcèlement des femmes par les hommes, même peu visible à ses débuts, date elle aussi de 2007, lancée par Tarana Burke et relancée par l’affaire Weinstein en 2017. Cela lui a donné une visibilité mondiale et des possibilités d’extension contextuelle, à d’autres catégories de violence sexuelle comme l’inceste ou le viol des hommes gays, comme on a pu le voir ces derniers mois : sont apparus notamment les hashtags #Commentfaitonpourqueleshommescessentdevioler et #MeTooGay. Plus anciennement, en 2012, il y avait eu une campagne importante en France, accompagnée par le hashtag #Jenaipasportéplainte, qui avait eu un fort retentissement. Ces hashtags, comme #MeToo, recèlent des enjeux énonciatifs importants, en particulier d’un point de vue politique et militant.

Dans #MeToo il y a me, « moi ». C’est peut-être trivial de le rappeler mais ça devrait imposer des pincettes systématiques à tous les me qui n’appartiennent pas à la catégorie des harcel.é.es et harcelables, violé.e.s et violables. Et quand je dis systématique, je pense plutôt systémique : comme la très grande majorité des violeurs sont des hommes, il me semble que l’emploi de ce hashtag par un homme en soutien féministe (et non pour dire qu’il a été violé, lui too), sans commentaire, est problématique. La même question se pose à propos de #Commentfaitonpourqueleshommescessentdevioler, en troisième personne, « les hommes », qui a été beaucoup relayé, sur Twitter en particulier, par des hommes se présentant comme féministes ou alliés. Je n’ai pas réagi pendant cette campagne parce que j’étais perplexe devant ces emplois sans pincettes : dans les milieux féministes, et ceux de la lutte contre les oppressions en général, il existe un phénomène bien connu et fréquent, celui du « not all ». Aux révélations ou dénonciations de phénomènes sexistes, certains hommes vont opposer un « mais pas moi » et critiquer la généralisation ; les féministes leur rétorquent le désormais légendaire Not all men, réponse reprenant ironiquement une défense dérisoire et dangereuse.

Un « Not all men » en sous-texte

Je trouve que l’emploi de ces hashtags sans pincettes, c’est-à-dire sans précaution discursive, joue ce rôle : un homme relayant #Commentfaitonpourqueleshommescessentdevioler s’extrait de fait, implicitement, de la catégorie des hommes violeurs. Même chose quand il relaye une parole de femme en première personne, #MeToo, sans autre commentaire : implicitement, il signale qu’il n’appartient pas à la catégorie des violeurs. Il émet donc un « not all men » en sous-texte. Mais le problème, c’est que la généralisation féministe « les hommes » n’en est pas une, et nous savons bien, nous, femmes et féministes, que tous les hommes ne sont pas des violeurs, la preuve, il nous arrive d’en aimer quelques-uns… La question n’est pas quantitative mais qualitative : il ne s’agit pas de personnes mais d’un système, le patriarcat. La dénonciation est donc systémique, et pour cela, il me semble que, plutôt que de relayer abondamment les slogans et les mots d’ordre des femmes, les hommes qui veulent être des alliés feraient mieux d’analyser et surtout de formuler leur position. En modifiant le pronom du hashtag par exemple, et en relayant par exemple un #CommentfaitonpourqueNOUSleshommescessionsdevioler, qui ferait le message suivant : je fais partie du système patriarcal, je le constitue, mais je souhaite le modifier et je vous soutiens. L’allié n’est pas une figure naturelle, déjà là, préalable, elle se construit. Pour #MeToo, le même type de message s’impose, un métadiscours-pincettes qui situe son énonciateur. Et cette précaution devrait être prise aussi pour les révélations qui se sont accumulées ces derniers mois sur des célébrités harceleuses ou violeuses : le jour où les infos sur PPDA sont sorties, j’ai vu beaucoup d’hommes de ma timeline s’empresser de relayer l’article du Monde. J’ai eu la même impression gênante d’un « not all men » en sous-texte, comme un brevet d’allié. Comme s’ils n’avaient rien à voir avec PPDA, comme s’ils n’assumaient pas le système auquel ils appartiennent, de fait, quoi qu’ils puissent dire ou faire.

Quand dire ça n’est rien faire

La sincérité, la beauté même, et les effets immédiats des campagnes de hashtags sont incontestables : elles font réagir, elles fédèrent, elles informent, elles favorisent même une forme d’être-ensemble et la constitution de communautés de liens faibles, qui ont de la force. Mais quels en sont les effets sur les réalités, les mentalités et des socialisations, qui sont à l’origine des comportements violents ? Le fait que #MeToo ait dû succéder à #jenaipasportéplainte presque dix ans après montre que les choses ne bougent que très peu, que la « libération de la parole » reste une clause de style, et que la prédation sexuelle reste intouchée : on sait que ce ne sont pas les victimes qui se taisent, mais que ce sont leurs abuseurs et leur entourage qui les silencient, pour la paix des ménages, la conservation des places de pouvoir et le maintien de la verticalité des structures sociales. Et il est arrivé au hashtag #Commentfaitonpourqueleshommescessentdevioler une mésaventure assez significative : très vite après l’apparition de cette phrase sur Twitter (hashtaguée ou non), plusieurs comptes de femmes féministes ont été fermés par la modération de Twitter, sans doute à cause de signalements massifs de masculinistes. Et très vite, la circulation de ce hashtag a changé d’objectif, visant plus à demander la réouverture de ces comptes qu’à proposer une véritable lutte contre les violences sexuelles masculines. Alors, cette histoire de pronom semble peut-être bien anecdotique, mais elle est fondamentale : si le système abuseur se contente de se dédouaner en sous-textant des « not all men« , alors rien ne bougera, et tous les dires de la terre ne feront rien au monde. La polarisation restera figée en deux camps falsifiés : les abuseurs, et les victimes et leurs alliés, les premiers occupant le second sous couvert de paroles de soutien inefficaces. Si le système abuseur se déplace et s’interroge comme système, modifie ses positions énonciatives en changeant ses pronoms, et en faisant attention aux pronoms des autres, s’il se met à parler à partir d’autres places, alors le camp des hommes se fissurera, et, on l’espère, se modifiera. Et dire fera enfin, peut-être, quelque chose au monde.

Crédit : Art Crimes, « feminism is for everyone », 2007, compte de l’auteur sur Flick, CC BY-NC-ND 2.0

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 20/03/2021, "Malaise dans l’énonciation militante. Les pronoms, les personnes et les hommes," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/19181, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search