Les marées basses de l’éthique universitaire

À l’université, en France, la saison des recrutements est toujours l’occasion d’observer les bonnes ou mauvaises pratiques professionnelles de la communauté universitaire. Il se trouve que la loi LRU produit un effet rarement souligné d’explicitation et de publication de mauvaises pratiques qui pouvaient auparavant rester discrètement enfermées dans le secret des départements et des conseils d’administration. Par exemple, les listes des comités de sélection sont maintenant pour la plupart publiées sur les sites des universités et les résultats des opérations de recrutement sont regardés de bien plus près qu’auparavant par les conseils d’administration, qui désormais ont le dernier mot usuellement détenu auparavant par les ex-commissions de spécialistes.

Mais il se trouve aussi que cet effet d’explicitation ne semble pas avoir à son tour d’effet modificateur ou tout au moins restricteur sur ces pratiques. Autrement dit, la publication des manipulations habiles et des détournements subtils des règlements et principes de la communauté semble laisser les universitaires indifférents. Ils existent pourtant, ces règlements et ces principes, mais cachés dans l’implicite moral du groupe ou dans des textes que personne ne connaît ou ne prend la peine de lire : la Charte européenne du chercheur. Code de conduite pour le recrutement des chercheurs Charte européenne du chercheur. Code de conduite pour le recrutement des chercheurs, document signé par la CPU, le Code l’éducation, ou cet ancien « Guide de fonctionnement des commissions de spécialistes » qui est encore en ligne (ici). Des associations comme la Guilde des doctorants (link) ou comme ANDES (link) fournissent aussi bon nombre d’informations et de demandes des candidats sur les pratiques de recrutement. Mais alors, comment expliquer cette absence de la dimension d’éthique professionnelle chez les universitaires français ? C’est que la communauté fonctionne sur des façons de faire non questionnées, non réfléchies, « à l’évidence » comme dirait un penseur ami de ce carnet : l’exercice du pouvoir, les faveurs aux proches, la primeur aux appartenances aux groupes, aux écoles, voire aux maîtres, la soumission aux pressions, la priorité donnée aux réseaux au détriment des mérites. L’évidence, c’est l’un des ingrédients indispensables et même structurants de l’idéologie. Que les pratiques de recrutement des universitaires soient engagées dans l’idéologie, voilà à la fois un phénomène inquiétant pour celui que préoccupe une certaine forme de vérité et de respect des contrats collectifs, et un point intéressant pour une réflexion sur l’éthique des discours et des pratiques qui est l’une des préoccupations de « La pensée du discours ».

Petit florilège dans les disciplines liées aux lettres, aux langues, aux textes et au discours :

Dans une grande université du sillon rhodanien, deux membres extérieurs sur trois d’un comité appartiennent à la même université et au même centre de recherches. Dans une grande et prestigieuse université parisienne, sur six membres extérieurs d’un comité, trois appartiennent à la même université de la banlieue parisienne et l’un des membres extérieurs est le mari d’un membre interne. On se prend à rêver d’une situation où l’enfant des susdits, détenteur des diplômes adéquats, ce qui est du domaine du possible étant donné l’intensité de la reproduction sociale dans notre milieu, ferait lui aussi partie du comité : en effet, si les textes insistent (link) et ont toujours insisté lourdement (c’était le cas pour les anciennes commissions de spécialistes) sur la nécessaire absence de tout lien familial ou de proximité entre les candidats et les membres des comités de recrutement et jurys d’évaluation, rien n’est dit de ces même liens à l’intérieur des comités et jurys en question. Il est ainsi assez bien porté en France que les jurys de thèse comprennent des couples, ce qui n’émeut guère en général. Mais revenons à notre famille imaginaire et supposons que l’un des candidats ait un lien de famille avec… cette famille. Ce serait, par exemple, la petite sœur. Eh bien, d’un seul coup d’un seul, trois membres seraient obligés de s’abstenir de participer à l’élection, ce qui poserait des problèmes de représentativité importants puisque la parité totale entre extérieurs et intérieurs doit être désormais respectée… dans un seul sens cependant (les extérieurs peuvent être plus nombreux que les intérieurs mais pas l’inverse).

Continuons notre tour de France des pratiques à marée basse. On se souvient évidemment de ce qu’il faut désormais appeler « l’affaire de Metz » (link) qui avait rendu public et polémique l’un des premiers déclassements-reclassements de l’ère Pécresse. L’événement est à ranger dans la catégorie « priorité locale » des pratiques de recrutement. Cette catégorie est bien documentée et possède même son lexique, ses figements et ses formes discursives. On dit ainsi couramment pour un poste dont la France entière sait à qui il est réservé : « Il manque juste la photo sur le profil » (on suggèrera plutôt un lien vers la page Facebook du candidat pré-recruté, c’est plus moderne). On dit également : « Rien n’est joué, il y a des concurrents sérieux » (voir plus loin la pratique « non-classement des candidats dangereux »). Dans plusieurs universités, se sont mis en place très rapidement de nouveaux savoir-faire professionnels pour éviter ou juguler le pouvoir présidentiel du Conseil d’administration. On peut identifier par exemple la pratique qu’on appellera « non-classement des candidats dangereux », c’est-à-dire les excellents qui survolent à l’évidence (ou à la compétence ?) les autres dossiers, et que l’on ne pourrait pas précipiter dans les tréfonds du classement sans une disqualification réputationnelle certaine. Certains comités préparent en effet le terrain pour sauvegarder le droit de recruter le moins bon candidat, qui est parfois (c’est l’adverbe souvent qui était venu au clavier mais à « La pensée du discours », on souhaite éviter les simplifications) le « local », figure bien connue du folklore universitaire. C’est ainsi que dans certaines universités, on a fait comprendre à certains candidats qu’ils étaient exceptionnels et que leurs prestations avaient été excellentes et bien au-dessus du lot, mais que, pour des raisons liées à la situation de l’université et que le comité « ne maîtrise pas », leur classement avait été impossible. On comprend bien sûr que la pratique « non-classement des candidats dangereux » est une variante de la pratique « priorité locale », puisque dans ces universités, c’est en général un local, qui n’aurait pas eu un quart de chance ailleurs, qui a été classé premier. Mais le strict inverse existe également : dans une grande université montagneuse du sud-est, un excellentissime local, assumant donc la difficile position paradoxale d’être à la fois excellent et local, a été déclassé au profil d’un dossier moins convaincant, le président ayant été saisi par une furor extérioriste : il fallait du sang étranger. On pourrait appeler cette pratique « localophobie incontrôlée ». Mais dans certains cas, précisons-le, le Conseil d’administration fait œuvre éthique, en rétablissant dans leurs compétences des candidats à l’évidence mal traités par les comités, ou en signifiant aux dits comités, qui ne s’en seraient pas aperçus, qu’il existe des bonnes pratiques à respecter pour le recrutement des universitaires.

De ces pratiques à marée basse, que dire de constructif ?

D’abord qu’elles témoignent bien de ce que Bourdieu appelait le « tabou de l’explicitation », géniale formulation de ce que Foucault avait étudié en son temps sous la forme de la parrêsia grecque : la vérité pas bonne à dire, l’impossible franchise. En effet, à l’université, non seulement les pratiques éthiques sont absentes, mais le discours éthique sur les pratiques reste inaudible ou empêché. On est vite considéré comme un trublion ou même une menace pour l’ordre social si l’on explicite les tabous. « Mais laissez un peu tomber les principes et les institutions », s’entend-on dire avec agacement. Il n’y a décidément pas de place pour Diogène dans notre société, aujourd’hui comme hier.

Ensuite, il faut bien dire que ces pratiques à marée basse entretiennent et conservent soigneusement les mythes français de la méritocratie et de l’égalité des chances : si l’on commence à dire que la qualité des dossiers n’est pas le paramètre le plus important dans les recrutements, on dévide rapidement la pelote des mythologies et les rois se retrouvent nus comme des vers. La croyance est en effet nécessaire au ciment social et cette croyance-là, que la compétence, le travail et la qualité scientifique paient, est tout simplement nécessaire au maintien de l’institution universitaire. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles les Français sont aussi opposés aux évaluations, question complexe qui mérite mieux que des protestations groupales : le risque est grand que les croyances s’évanouissent et que la non-proportionnalité entre la détention des postes et les qualités de leurs titulaires soit mise en lumière.

Un prochain billet sera consacré au dernier livre de Boltanski sur la critique : il y montre à quel point un discours critique isolé, s’il le reste, est condamné à disparaître. « La pensée du discours » a beaucoup aimé le livre, mais n’est pas toujours d’accord avec les thèses de l’auteur. Diogène et ses héritiers parrêsiastes, les parleurs, les diseurs de vérité, les whistle blowers ont une place véritable dans la société, celle que leur donnent les silencieux obligés à la croyance faute de pouvoir parler.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...