Les aristos du confinement

Demain commence un nouveau confinement, qui va durer longtemps, plus longtemps en tout cas que le petit mois annoncé hier soir, qui était un euphémisme politique : notre président pratique la culture de « l’acceptabilité » et use donc d’un ensemble de procédés discursifs de contournement, d’adoucissement, voire d’évitement, les mêmes qui figurent dans tous les manuels de savoir-vivre de la bourgeoisie au chapitre « conversations mondaines ». Emmanuel Macron, c’est un peu la Marie-Chantal, en moins drôle et moins badass (j’ai une petite tendresse pour Marie-Chantal), de la République en marche, il fait comprendre au lieu de dire, il suggère au lieu de déclarer. L’important, c’est de pas faire de vagues, ni même de vaguelettes, l’important c’est que rien ne soit anguleux, saillant, pénible. Il faut que ça passe crème. Donc, on ne sait que de manière indirecte que le mois de confinement sera plutôt double et qu’il n’est pas sûr que nous puissions sortir librement pour grignoter notre première galette en janvier prochain.

Si Marie-Chantal Macron pratique l’euphémisme politique, le réseau Twitter, observé du bout de ma lorgnette, c’est-à-dire à partir de mon seul compte (ceci expliquant peut-être cela, vous me direz), a aussi ses côtés Marie-Chantal.

Hier, arrive dans une de mes listes ce truc improbable : un article de Libé intitulé « Seniors reconfinés : «Ne plus du tout revoir ma famille, je trouve cela dur» », qui m’a tellement ahurie que j’ai un moment cru à un fake. Vraiment, cliquez sur le lien ne serait-ce que pour la photo. Pour le coup, on a vraiment l’impression de voir Marie-Chantal et Gérard (c’est le mari de la pétroleuse à particule dans le livre de Jacques Chazot) dans cet intérieur hiératique, saumoné, et parfaitement corseté de gens qui ne disent jamais « ça » mais disent « cela », même à l’oral.

Et puis je tombe, plus grave quand même, sur cet article de The Conversation, « Cinq leçons à tirer du premier confinement« , dans lequel deux sociologues de Science Po expliquent doctement que : le premier confinement « a été vécu comme une sorte « d’intermède philosophique » » considéré comme une « occasion de « prendre du recul » ou de « consacrer du temps à soi et à la famille » » (l’expression bien-être psychologique est employé dans l’article) ; l’on peut parler de « relative sérénité dans la manière dont les personnes ont vécu le confinement » ; « les enquêtés se sont décrits comme plus calmes, moins nerveux, moins découragés, moins tristes, voire même moins seuls ». Il est certes signalé que le télétravail a accentué les inégalités économiques, que les femmes ont vu leurs charges alourdies, mais en même temps que « le télétravail semble avoir joué un rôle « égalisateur » surtout si les deux conjoints le pratiquent ». Les résultats de l’enquête montrent que le confinement a permis de « nouveaux liens sociaux » : « Notre matériel qualitatif, expliquent-illes, collecté dans les questions ouvertes sur le déroulement des journées confinées abonde de discussions avec les voisins, lors d’apéros sur le balcon ou au travers des clôtures mitoyennes » (illustration : apéro entre voisins sur Skype). Les bras qui me restent (il n’y en plus beaucoup, par les temps qui courent) m’en sont tombés. Parce que je me demande bien où sont dans cette enquête menée sur « un échantillon préexistant représentatif de la population » (1.400 répondants) les SDF, les sans-papier, les migrants précaires, les livreurs, les habitant.e.s du 93, les abandonné.e.s de la vieillesse en EHPAD, les isolés de la dépression, les TDS, les fracassés du handicap, les épuisé.e.s de l’aidance et du soin, les toxicos, les victimes de violence conjugale, homophobe, lesbophobe, etc., les femmes seules avec enfants, les… il y a tellement de gens hors de l’échantillon « représentatif », pour qui, non, vraiment, le confinement n’a pas été un « intermède philosophique ».

Et pour couronner le tout, sitôt le confinement annoncé, ma timeline s’est trouvée envahie d’injonctions et de conseils pressants, comme si les multiples contraintes et interdits de notre vie depuis des mois ne suffisaient pas : injonctions à la culture par la lecture (les tweets sur les livres comme produits de première nécessité, les plaintes sur la fermeture des librairies, jusqu’au mépris du travail manuel dans le tweet de P. Labro ci-contre), injonctions à éviter les achats sur Amazon (« faites l’effort de trouver des petits commerces indépendants »1), injonctions à « en profiter pour » (« Ce nouveau confinement va nous donner l’occasion de nous former, de créer et de tester »), injonctions en « ne pas » de psys moralisateur.trice.s (ne pas compenser avec de l’alcool et des anxiolytiques par exemple, ou « se lancer dans le mois sans tabac »). Ce sont des injonctions de luxe. Pour beaucoup de gens, le confinement, même s’il n’est finalement que partiel, c’est quelque part entre le purgatoire et l’enfer, alors leur demander de « faire un effort »… Les aristos du confinement, laissez les prolos de l’isolement commander ce qu’ils veulent sur Amazon, laissez-les picoler et prendre des benzos, laissez-les ne pas en profiter pour améliorer leur sociabilité ou apprendre le bridge, laissez-leur leur « mal-être psychologique », illes pourraient même très bien savoir quoi en faire.

  1. Les extraits entre guillemets sont authentiques, mais volontairement non sourcés.
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 29/10/2020, "Les aristos du confinement," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/18954, consulté le….

 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search