[Communication] « Mémoires situées. Quelques réflexions sur l’oubli, le nom propre et l’écoute », colloque MemWar, Gênes, 9-12 décembre 2020 (en ligne)

Colloquio internazionale

MemWar. Memorie e oblii delle guerre e dei traumi del XX secolo
Università degli Studi di Genova, 9-12 dicembre 2020

« Mémoires situées. Quelques réflexions sur l’oubli, le nom propre et l’écoute »
  
Marie-Anne Paveau, Université Sorbonne Paris Nord-Paris 13, ER 7338 Pléiade
Affiche vietnamienne pour le cinquantenaire de Dien Bien Phu

Résumé

La mémoire, souvent traitée au singulier comme ensemble de discours et de représentations homogènes (« la » mémoire), est profondément sensible aux « conditions de vue » et aux « mondes subjectifs » (Puig Della Bellacasa 2008 et 2012), qui nous obligent à parler de mémoires au pluriel (« les » mémoires). Ce que l’on appelle « la » mémoire, qu’elle soit collective ou individuelle, est en effet constitué d’une constellation de mémoires situées qui tissent de manière complexe les fils des existences et des discours au présent. Concernant les guerres et les traumas, la situation de la mémoire est cruciale, ce type d’événement attaquant profondément les systèmes de représentation et de symbolisation des sujets.

La conception de la mémoire comme ensemble de mémoires situées amène à revisiter certaines notions ou certains outils que les sciences humaines et sociales ont mis en place pour travailler cet objet. À partir de ma discipline, l’analyse du discours, et de ses connexions pluridisciplinaires (anthropologie, histoire, philosophie), j’en examinerai trois, en partant d’exemples concrets

L’oubli. La guerre d’Indochine dans les mémoires françaises. Si la mémoire est une fonction située, la notion d’oubli peut être révisée : les oublis ne sont plus des envers ou des contraires de la mémoire, mais constituent eux-mêmes des mémoires, situées dans les subjectivités et les expériences des sujets. En témoigne l’absence de la guerre d’Indochine dans les lignées discursives françaises (Paveau 2006), notamment dans les manuels d’histoire, alors que les discours abondent, ce que j’essaierai de montrer à partir de recueils de témoignages écrits de combattants, imprimés et en ligne.

Le nom propre. Les traumas coloniaux. Les mémoires s’inscrivent dans l’épaisseur sémantico-mémorielle et les halos évocateurs des noms propres, véritables noms de mémoire ancrés dans les conditions de vue et les expériences subjectives. Je prendrai les exemples de Dien Bien Phu, nom de bataille dont les valeurs sont polarisées différemment selon les histoires des sujets (Paveau 2008), et le nom propre d’événement 8 mai 1945, éveillant deux mémoires distinctes, la fin de la guerre en Europe et le massacre colonial de Sétif. 

L’amémoire et l’écoute. D’Auschwitz à Sarajevo. Je reviendrai sur la notion d’amémoire proposée pour faire système avec celles de mémoire et de démémoire (Paveau 2013), pour montrer, à partir des témoignages de survivants du génocide juif et de combattants à Sarajevo, que les silences des traumas, vécus ou transmis (amémoire) ne sont pas seulement ceux des sujets traumatisés, mais aussi ceux des sujets du monde ordinaire, qui ne peuvent ou ne veulent pas écouter le désastre (Davoine, Gaudillière 2006).

Plan de la communication

1. L’oubli. La guerre d’Indochine dans les mémoires françaises

1.1. L’oubli notion située : le système Indochine/Algérie

1.2. L’oubli, mémoire située. Les témoignages inécoutés des combattants

2. Le nom propre. Les traumas coloniaux

2.1. « Dien Bien Phu est une victoire ». Un énoncé contre-intuitif

2.2. Le sens du Np d’événement le 8 mai 1945 : victoire des alliés ou massacre de Sétif ?

3. L’amémoire et l’écoute. D’Auschwitz à Sarajevo

3.1. Auschwitz et le génocide des juifs d’Europe : des témoignages qui « dorment »

3.2. Sarajevo, amémoire et trauma

Références bibliographiques

Boyer G., coord., La colonisation et la décolonisation dans les manuels de l’Ecole primaire, 1996-2007, Lyon, INRP.

Courtine J.-J., 1981, « Quelques problèmes théoriques et méthodologiques en analyse du discours », Langages 62.

Davoine F., Gaudillière J.-M., 2006, Histoire et trauma, Paris, Stock.

Grosfoguel Ramón, 2010, « Vers une décolonisation des “uni-versalismes” occidentaux : le “pluri-versalisme décolonial”, d’Aimé Césaire aux zapatistes », in Achille Mbembe et al.,Ruptures postcoloniales, Paris, La Découverte, p. 119-138.

Haraway Donna, 1988, « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective », Feminist Studies, 14-3, p. 575-599.

Harding Sandra, 1993, « Rethinking Standpoint Epistemology: What is Strong Objectivity? » in L. Alcoff & E. Potter (eds.), Feminist Epistemologies, New York/London, Routledge.

Hirsch M., 1997,  Family Frames: Photography, Narrative, and Postmemory, Cambridge MA, Harvard University Press.

Lander Edgardo (ed.), 1993, La Colonialidad del Saber: Eurocentrismo y Ciencias Sociales. Perspectivas Latinoamericanas. Buenos Aires: Clacso, 201–245).

Mari Jean-Paul, 2010, Sans blessures apparentes, film (Paris, Mano a Mano) et livre (Paris, Laffont).

Paveau M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.

Paveau M.-A., 2008, « Le toponyme, désignateur souple et organisateur mémoriel. L’exemple du nom de bataille », Boyer H., Paveau M.-A. (dir.), Mots. Les langages du politique 86, p. 23-35.

Paveau M.-A., 2009, « De Gravelotte à Bir Hakeim. Le feuilleté mémoriel des noms de bataille », Les carnets du Cediscor 11, Paris, PSN.

Paveau M.-A., 2012,  « Réalité et discursivité. D’autres dimensions pour la théorie du discours », Semen 34, http://journals.openedition.org/semen/9748

Paveau M.-A., 2013, « Memória, des-memória, a-memória: quando o discurso volta-se para seu passado », EID&A 5, http://www.uesc.br/revistas/eidea/revistas/revista5/eidea5-09.pdf (version française : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00990033/document)

Paveau M.-A., 2017, « Le discours des vulnérables. Proposition théorique et politique », Caderno de Linguagem e Sociedade, 18 (1), p. 135-157.

Wieviorka Annette, 1998, L’ère du témoin, Paris, Plon.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search