« D’une façon républicaine ». La grammaire imaginaire du ministre de l’Éducation nationale

Clôture de l’université Paris 13

Il y a quelques années, mon université, qui était auparavant ouverte sur la commune de Villetaneuse, a été clôturée. Paris 13 est désormais ceinte d’une imposante grille de couleur vert foncé. Le conseil d’administration avait reçu plusieurs devis et choisi celui qui proposait une clôture de « modèle républicain ». Cette appellation nous avait laissé.e.s perplexes et ironiques et nous avions plaisanté sur ce drôle de qualificatif. Qu’est-ce que cette clôture pouvait bien avoir de « républicain » ? La couleur peut-être ? Non, pas de bleu ni blanc ni rouge. La forme ? Mais quelle peut bien être, en termes de clôture, la forme de la République ? Bref, les interrogations étaient demeurées sans réponse.

Photo publiée par la journaliste
Elsa Gambin sur Twitter le 21.09.2020

Quand le ministre de l’Éducation républicaine nationale a utilisé cet adjectif il y a quelques jours pour parler de la tenue des élèves dans leurs établissements (on peut écouter les paroles exactes ici, et le verbatim est « d’une façon, je dirais, disons, républicaine, c’est-à-dire qui permette, eh ben, une plus grande égalité entre tous, et de ne pas se différencier par les vêtements »), j’ai pensé à cette clôture et à mes interrogations d’alors. Seulement, dans le contexte d’un événement médiatique sur la tenue des lycéennes (c’était une semaine après qu’un appel à s’habiller de manière « provocante » avait été lancé, dont on trouvera des manifestations sur Twitter et Facebook sous le hashtag #Lundi14Septembre), l’emploi de républicaine est tout à fait clair. Entendons-nous bien, il ne veut rien dire mais ce non-sens est tellement bourré d’idéologie qu’il en devient transparent. Je m’explique : républicain, c’est ce qu’on appelle en grammaire un adjectif relationnel, c’est-à-dire un mot qui ne désigne qu’une mise en relation ; l’hymne républicain, c’est l’hymne de la République, la constitution républicaine, c’est la constitution de la République ; dans les grammaires, l’exemple-type, et ça tombe bien, ou mal, comme on voudra, c’est « le voyage présidentiel », qui veut dire « le voyage du Président » et non un voyage qui aurait telle ou telle caractéristique (on trouve aussi « boucherie chevaline »). Il y a un usage un peu différent quand le mot veut dire « partisan de », comme dans « l’esprit républicain » ou « les idées républicaines ». Mais en gros, l’adjectif a toujours un sens relationnel et ne contient pas de traits sémantiques additionnels, comme peut le faire l’autre type d’adjectif que l’on identifie en grammaire, l’adjectif qualificatif, qui, comme son nom l’indique, qualifie : élégant, sobre, correct, pour reprendre le thème de la tenue, ce sont des adjectifs qualificatifs car ils ajoutent des contenus de sens au nom qu’ils qualifient. Mais une « façon républicaine », c’est quoi au juste ? Eh bien, rien de tout cela, c’est-à-dire que ça ne rentre ni dans un emploi relationnel (*la façon de la République1) ni dans le sens de « partisan de » (*une façon favorable à la République), ni dans l’emploi qualificatif, puisque républicain n’est pas un qualificatif donc ne peut pas ajouter des contenus de sens. Donc, grammaticalement parlant, ça ne veut rien dire.

Photo publiée par @sene216 le 21.09.2020

Mais personne ne dit n’importe quoi, même pas Jean-Michel Blanquer (je sais, ça n’est pas gentil, mais les attaques à l’intelligence et au respect, ça use aussi les efforts de réserve). Donc il a voulu dire quelque chose et il l’a dit. Mais quoi ? Pour le comprendre, il faut connaître le contexte français autour de la question des vêtements des femmes, savoir qu’il y a en France une gestion patriarcale, sexiste et archaïque de leur tenue (l’épisode de la robe à fleurs de Cécile Duflot est resté dans les annales), et que, la plupart du temps, les événements médiatiques et discursifs sur la question sont liés à des enjeux politiques et idéologiques. Quand il s’agit de la tenue des femmes musulmanes, c’est la laïcité qui est mobilisée (on se souvient de l’affaire de la jupe, de celle du burkini, de celle de l’abaya, et j’en passe). Quand il s’agit des lycéennes en général (on va dire ça comme ça), la « façon républicaine » semble reposer sur un ensemble idéologique lié aux lois, normes, autorisations, interdits et prescriptions diverses qui ont forgé « l’idéal républicain » à travers les siècles. Rien de précis, et rien qui permette de décrire véritablement la taille des tee-shirts ou la longueur des jupes, mais un fantasme, un imaginaire normatif2 projeté sur les corps, qui devraient tous se conformer à cette République une et indivisible qui propose un modèle unique ; l’expression vient d’ailleurs après le déploiement d’un champ lexical liée au règlement (tenue correcte, règlement intérieur), mais aussi l’expression de jugements personnels (le ministre parle de « sobriété », qui est une notion contenant un fort jugement de valeur). Ce modèle n’est jamais défini, en creux, que par les interdits qu’il suscite : pas de crop-top, pas de nombril à l’air, pas de jupe trop longue, pas de jupe trop courte, pas de voile, pas de… la liste est infiniment ouverte, puisqu’elle est imaginaire. La « façon républicaine » est donc une façon in absentia, pourrait-on dire.

Il faut insister sur la dimension patriarcale et sexiste de cette petite phrase : Jean-Michel Blanquer utilise plusieurs fois les mots protection et protéger : la « sobriété » de la tenue protège les filles et…, ajoute-t-il comme pour se rattraper, également les garçons. Ça arrive deux fois dans l’interview, ce rattrapage, et le ministre parle même de la « défense des jeunes filles en milieu scolaire ». Protection, défense, seraient-elles attaquées ? Oui, bien sûr, et on comprend que la « tenue républicaine » a aussi pour but de « protéger » les filles de la concupiscence des garçons, qui sont, comme chacun sait, provoqués par les tenues provocantes. Le ministre reprend donc le cliché sexiste le plus usé de la culpabilité des femmes dans les attaques sexuelles qu’elles subissent. Et, ce faisant, il semble militer pour une mode, je dirais, disons… pudique ?

Dessin sur le blog « L’agenda d’Agathe« 

Les internautes ne s’y sont pas trompé.e.s, qui ont aussitôt, conformément à la propriété réflexive, resignifiante et réparatrice du web, produit des images de ce que serait cette « façon républicaine ». On en trouvera un échantillon ici, ou , ou encore , et c’est drôle comme tout : des uniformes de garde républicain, des « Liberté guidant le peuple » à foison, des seins mutins, des nombrils à l’air, des corps nus drapés dans le drapeau bleu blanc rouge. Ce qui est intéressant, c’est la dimension imaginaire de ces images, qui correspond tout à fait au fantasme républicain énoncé par le ministre. Imaginaire contre imaginaire, fantasme contre fantasme, c’est de bonne guerre. Mais est-ce vraiment le rôle d’un ministre d’État de déclencher des guerres d’imaginaires ?

  1. En linguistique, quand un énoncé n’est pas conforme aux règles de la langue, on le présente précédé d’un astérisque. Et on met un ? quand l’énoncé est douteux.
  2. J’emploie imaginaire au sens de lieu de production et réservoir d’images, mais aussi au sens lacanien d’ensemble de fantasmes qui soutiennent le désir (pour aller vite…).
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 24/09/2020, "« D’une façon républicaine ». La grammaire imaginaire du ministre de l’Éducation nationale," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/18909, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search