L’analyse du discours autrement 6. Une pensée du discours dans la philosophie africaine – Communication 1er Congrès du R2AD, Saint-Louis 8-10.11.2023

Cette semaine a lieu le premier Congrès du R2AD (Réseau africain d’analyse du discours), sur le thème « L’analyse du discours en contexte africain : une analyse du discours située ? » (voir ici l’argumentaire et ici le programme définitif).

J’y présenterai une communication sur l’existence d’une pensée du discours dans la philosophie africaine, avec pour objectif de montrer que l’analyse du discours française est elle-même située et de ce fait limitée par son eurocentrisme, et fermée à des questions que déploient en revanche les épistémologies des Suds, notamment en Afrique et notamment en philosophie. Philosophie et linguistique, qui ne se fréquentent pas assez, ont en effet des objets en commun (le langage, le rapport langue/monde, le problème des propositions la représentation, etc.), et il est donc naturel de trouver en philosophie des éléments aptes à nourrir une réflexion sur le langage et le discours.

Ces éléments peuvent permettre de repenser l’analyse du discours française elle-même, à partir de son terreau européen en la confrontant à ses manques et lacunes, et en l’ouvrant à d’autres perspectives en ce qui concerne notamment le sujet, le code de la langue, l’oralité, le genre de discours et la traduction. Pour refaire de l’analyse du discours.

Une pensée du discours dans la philosophie africaine. Proposition pour refaire de l’analyse du discours

Résumé

Dans cette communication, je voudrais montrer qu’il existe dans la philosophie africaine une véritable pensée du discours qui pourrait contribuer de manière importante à la révision de l’analyse du discours française (ADF). Ma réflexion part de l’hypothèse que l’ADF, largement répandue et souvent traduite dans les mondes européens, latino-américains et africains, souffre de déficits importants produits par son hégémonie même et l’histoire occidentale coloniale dans laquelle s’enracine la fabrication de la science occidentale : la domination épistémique des « Nords » ayant empêché les populations colonisées de déployer leurs pensées, leur langues et leurs savoirs, a de fait créé des lacunes et des biais importants dans ses propres productions, pourtant diffusées et imposées comme légitimes, universelles et par conséquent généralisables (Paveau 2023a). Cette hypothèse est formulée du point de vue d’une chercheuse française prise dans cette hégémonie occidentale lacunaire, réfléchissant à partir du corpus de la philosophie africaine du XXe siècle partiellement contemporaine de l’élaboration de l’ADF (Paveau 2023b).

Dans un premier temps je montrerai comment les premiers théoriciens du discours français (Pêcheux en particulier) et certains philosophes africains (Hountondji, Eboussi Boulaga), qui partagent les mêmes lieux de formation (l’ENS d’Ulm par exemple), les mêmes « maîtres » (Althusser, Canguilhem, Ricœur), les mêmes éditeurs (Maspero), les mêmes opinions politiques, ainsi que les mêmes coordonnées historiques (les indépendances des anciennes colonies françaises) ne se rencontrent pourtant pas et construisent leur pensée dans une ignorance à sens unique, les théoriciens français manquant la (re)(con)naissance de la philosophie africaine au XXe siècle qui, elle, les connaît et reconnaît (Ngūgī wa Thiong’o 1986, Hountondji 1990, Diagne 2021). Dans un second temps je présenterai, en renouant avec les premières inspirations philosophiques de l’ADF, ce que j’appelle « pensée du discours » chez Fabien Eboussi Boulaga (1977), Jean-Marc Ela (1993, 2003), Mamoussé Diagne (2005), Jean-Godefroy Bidima (1997) et Mamadou Kabirou Gano (2014), à propos du sujet, de la langue, de l’oralité, du genre de discours et de la traduction. J’expliquerai enfin pourquoi cet échantillon de propositions de philosophes africains me semble pouvoir nourrir une forme de « réparation » des manques et défauts de l’ADF, appuyée sur le processus de négativité africaine, c’est-à-dire la « négation africaine de la négation européenne coloniale » (Abdelmadjid 2022 : 189) : par exemple l’appel à une « pensée spatiale » et le souhait d’un « nouvel ordre du discours » chez Fabien Eboussi Boulaga, ou l’appel à l’ouverture de « lieux d’énonciation mineurs » chez Jean-Marc Ela (Ela 1993). Propositions qui permettraient de refaire de l’analyse du discours, au sens où Latour proposait en 2007 de « changer de société, refaire de la sociologie » (Latour 2007).

Plan de la communication

–1. L’ADF : les frontières françaises des situations

  • 1.1. Rappel bibliographique années 1960-70, source partielle ADF actuelle
  • 1.2. Théorie socio-centrée et terrains métropolitains
  • 1.3. Francocentrisme scientifique et académique du « Premier monde »

–2. Une pensée du discours africaine. Exemple de la nature de la parole/du discours

  • 2.1. Quels points de critique ?
  • 2.2. Travaux philosophiques sur discours/parole/énonciation
  • 2.3. Quel est le code (oral/écrit/hybride) du discours de l’ADF ?
  • 2.4. Quelle est la langue du discours de l’ADF ?

Références

  • Abdelmadjid Salim, 2022, « Éléments en vue de la thématisation de l’effectuation épistémologique de la négativité africaine », dans Diawara Mamadou, Diouf Mamadou, Ouedraogo Jean-Bernard (dir.), Afrika N’ko. La bibliothèque coloniale en débat, Paris, Présence africaine, p. 183-234.
  • Bidima Jean-Godefroy, 1997, La palabre. Une juridiction de la parole, Paris, Michalon.
  • Diagne Mamoussé, 2005, Critique de la raison orale. Les pratiques discursives en Afrique noire, Paris, Karthala.
  • Diagne Souleymane Bachir, 2021, Le fagot de ma mémoire, Paris, Philippe Rey.
  • Eboussi Boulaga Fabien, 1977, La crise du Muntu. Authenticité africaine et philosophie, Paris, Présence africaine.
  • Ela Jean-Marc, 1993, Le cri de l’homme africain, Paris, L’Harmattan.
  • Ela Jean-Marc, 2003, Repenser la théologie africaine, Paris, Karthala.
  • Gano Mamadou Kabirou, 2014, « De la parole proverbiale dans un contexte de néo-oralité », dans Bowao Charles-Zacharie et Rahman Shahid (eds), Entre l’orature et l’écriture. Relations Croisées, Cahiers de Logique et d’Epistémologie, s.l., Auteurs individuels et College Publications, p. 61-74.
  • Hountondji Paulin, 1990, « Recherche et extraversion: éléments pour une sociologie de la science dans les pays de la périphérie », dans Africa Development / Afrique et Développement, 15-3/4, Proceedings of the Sixth General Assembly of CODESRIA / Actes de la Sixième Assemblée générale du CODESRIA, p. 149-158.
  • Latour Bruno, 2007 [2005], Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La découverte.
  • Ngūgī wa Thiong’o, 2011 [1986], Décoloniser l’esprit, trad. de l’anglais (Kenya) par S. Prudhomme, Paris, La fabrique.
  • Paveau Marie-Anne, 2023a, « Une analyse du discours contre-hégémonique. Intersectionnalité critique et pluriversalité décoloniale », Langage & Société 178. Disponible sur : https://doi.org/10.3917/ls.178.0149  
  • Paveau Marie-Anne, 2023b, « L’analyse du discours française, une théorie défectueuse. Relecture critique de la notion de sujet à partir de la philosophie africaine », Organon 38. Disponible sur : https://seer.ufrgs.br/index.php/organon/article/view/130922


Citer ce billet
Marie-Anne Paveau (2023, 7 novembre). L’analyse du discours autrement 6. Une pensée du discours dans la philosophie africaine – Communication 1er Congrès du R2AD, Saint-Louis 8-10.11.2023. La pensée du discours. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sss8

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search