Panique chez les majoritaires

Je republie ici un texte paru dans L’Humanité, le 2 mars 2021, dans la première partie d’un débat intitulé « Pourquoi faut-il s’inquiéter de la polémique sur l’islamo-gauchisme et contre les universités ? », en ajoutant quelques liens (la seconde partie, datée du 3 mars est ici)

(N.B. Ce texte est écrit au féminin générique)

Trois semaines après les déclarations de Frédérique Vidal à propos d’une enquête sur « l’islamogauchisme » à l’université, ce gros concept typique du discours pamphlétaire semble heureusement sortir du débat par la porte de derrière. Il aura cependant accompli sa mission : installer un conflit, polariser les débats et pénétrer l’opinion publique.

Ce mot-parapluie abrite une collection hétéroclite d’éléments, souvent déclinée sous forme de listes. On a pu lire ou entendre par exemple « théorie du genre, décolonialisme, racialisme, intersectionnalité » ou « les théories indigénistes et décoloniales, les études de genre, l’écriture inclusive ». Ces énumérations désordonnées montrent que les universitaires brocardant ces notions ne les connaissent pas, associant pêle-mêle options théoriques, perspectives méthodologiques ou objets de recherche parfois déconnectés les uns des autres. Leurs discours présentent d’ailleurs des confusions fréquentes (entre études postcoloniales et décoloniales par exemple), qui montrent leur ignorance de ces propositions scientifiques : on ne les a jamais entendu parler de colonialité, d’orientalisme, de décentrement, de savoirs situés ou de perspective partielle, le débat se concentrant sur la race, le genre, l’intersectionnalité. Cette incompétence a un sens : quand une professionnelle du savoir ne sait pas de quoi elle parle, cela veut dire qu’il est question d’autre chose.

Et il n’est guère question de savoir, en effet, dans cette flambée d’attaques non étayées, ni sourcées, ni documentées ; ces disqualifications parfois honteuses (certaines sorties contre les doctorantes et leurs sujets de thèse sont indignes de fonctionnaires d’État dont l’éthique est régie par le Code de l’éducation) sont d’une autre nature. Le profil de ces universitaires polémistes a été souvent décrit : enseignantes installées, parfois retraitées, protégées dans leurs institutions, en un mot, majoritaires, au sens qualitatif du terme, c’est-à-dire détenant les postes, tenant les appareils de norme et de pouvoir, ayant un accès facile aux médias. Mais alors d’où vient cette inquiétude éruptive, ce sentiment d’être menacée par des ennemis en –isme qui viendraient envahir l’université ?

De la panique. Ce qu’on a vu se déployer ces dernières semaines, c’est la panique des majoritaires devant l’entrée des minoritaires dans les sciences humaines et sociales, minoritaires comme chercheuses (notamment héritières de la colonisation et de la traite), mais aussi comme objets de recherche (les catégories de personnes discriminées). Nous vivons actuellement une transformation sociologique et épistémologique de l’université française : de jeunes (et de moins jeunes) chercheuses, dotées d’un capital intellectuel international peu présent chez les majoritaires (travaux latino-américains, indiens, africains, anglais et états-uniens), nous proposent une pensée renouvelée. Elles font sortir la science occidentale de la perspective des dominantes ; elles posent sur le monde un regard autre, à partir d’un point de vue décentré ; elles nous apprennent à penser autrement, à penser ailleurs, à penser mieux. Devant ces ouvertures interprétées comme des gouffres, les majoritaires entrent en panique. Pendant ce temps, les minoritaires lisent, travaillent, pensent, publient. Le savoir est de leur côté. Et il le restera.

Crédit : Fernando Guillen, Tempest (détail), 2014, compte de l’auteur dur Flickr, CC BY 2.0

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 03/03/2021, "Panique chez les majoritaires," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/18852, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search