Jean-Max Gaudillière, Leçons de la folie 5. Le schizophrène comme prophète

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière ont animé alternativement pendant une quarantaine d’années un séminaire à l’EHESS dans le cadre du CEMS, intitulé « Folie et lien social« . Jean-Max Gaudillière, mort en 2015, parlait sans notes mais Françoise Davoine en prenait ; elle a transcrit les séances de son mari et vient de publier sept premiers séminaires sous le titre Leçons de la folie.

Le séminaire 5 de 1991-1992 est consacré à Inferno d’August Strindberg, récit de la terrible crise psychologique, spirituelle et esthétique qu’il traverse à Paris entre 1894 et 1896, et au travail de Martti Siirala, psychanalyste finlandais. L’idée que Jean-Max Gaudillière développe est celle de la « capacité prophétique » du patient schizophrène, présentée par Martti Siirala dans son ouvrage From Transfer to transference (Siirala 1983). Siirala définit ainsi le transfert avec la folie : « Moins par la répétition de sentiments à l’égard de l’analyste que par l’investigation partagée de situations historiques » (Siirala 1983, p. 30). Ces situations sont pour Jean-Max Gaudillière « des situations enterrées vivantes, portées par le patient en dehors de toute temporalité, [qui] sont transférées à des zones analogues chez son analyste qui doit s’analyser aussi dans le même temps » (Gaudillière 2020, p. 144).

Les fous apportent donc quelque chose à leur analyste, via le transfert psychotique, mais également à l’ensemble des sains d’esprit. La folie travaille pour le corps social, elle aide à tisser le lien social :

Les analystes ont beau tenter de se refiler cette patate chaude, la folie ne cesse d’interroger leur propre histoire, si bien qu’on ne sait plus de qui c’est la patate, car la perception des hypocrisies sociales, s’exerce aussi sur les failles de ses analystes. Si bien que La question préliminaire à tout traitement de la psychose1 se résume à la phrase de Siirala : « La traiter, c’est se traiter soi-même » (p. 21), comme le disait déjà Rabelais. Et il ajoute : « On peut être malade pour faire sortir les sains d’esprit de leur déni bien établi », écrit Siirala, « les prophéties des schizophrènes mettent à jour la maladie et les meurtres passés sous silence dans nos sociétés, depuis des générations » (p. 16).

Jean-Max Gaudillière, 2020, Leçons de la folie, Séminaire 5, Paris, Hermann, p. 145.

Par « prophéties », il faut comprendre discours sortis du non-dit de l’histoire qui font effraction dans les vérités installées : « La folie se déclenche quand les doubles discours font rentrer les phrases dans la gorge, quand des événements niés font retour en disant “mais l’histoire c’est nous”, quand la place qui garantit la vérité est détruite » (Gaudillière 2020, p. 148).

Il y a pour Jean-Max Gaudillière une « intelligence à l’œuvre dans le délire [qui] n’est pas incompatible avec la littérature et la recherche scientifique » (Gaudillière 2020, p. 165). Pour lui, et également pour Martti Siirala, « la folie n’est pas raisonnable mais rationnelle puisqu’elle insiste à valider et à mettre en circulation les voix et les visions témoignant de ce qui est retranché de l’histoire, grâce au “parti-pris des choses”, pour reprendre le titre de poèmes en prose de Francis Ponge, qui offre un espace poétique hors de toute objectivation quand la parole défaille » (Gaudillière 2020, p. 177).

Ce séminaire est ardu et le travail de Martti Siirala difficile à saisir. Mais l’idée du fou prophète, du schizophrène lecteur de l’histoire absente, « retranchée » selon le mot de Jean-Max Gaudillière, constitue une idée forte pour la clinique des psychoses, mais également pour les cures « ordinaires », et pour notre compréhension à nous tou.te.s, analysant.e.s ou non, de ce qui se joue dans ce qui n’est pas dit de notre histoire, et qui, toujours, travaille, habite et parfois envahit nos existences.

  1. [ma note] « D’une question préliminaire à tout traitement de la psychose » est un célèbre article de Lacan, voir « Références ».

Références

  • Lacan Jacques, 1966 [1958], « D’une question préliminaire à tout traitement de la psychose », dans Écrits, Paris, Le Seuil, p. 531-583.
  • Siirala Martti, 1983, From Transfer to Transference. Seven Essays on the Human Predicament, Helsinki, Helsinki University Press.
  • Strindberg August, 2001 [1897], Inferno, Paris, Gallimard.

Crédit : Anthony Easton, 2005, meta photo, compte de l’auteur sur Flickr, CC BY 2.0

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 15/08/2020, "Jean-Max Gaudillière, Leçons de la folie 5. Le schizophrène comme prophète," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/18826, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search