Un kangourou adulte entre nous, SVP. Comment mesurer la distance sociale ?

L’épidémie de Covid-19 produit beaucoup de signes nouveaux, discours, images, textimages, plus ou moins agréables, plus ou moins drôles, plus ou moins décents, plus ou moins utiles. Une abondante iconographie s’est vite développée en ligne, attendue ou inventive. Attendues, mais parfois surprenantes et inventives, les photos de profil masquées, pas très nombreuses (sur le petit échantillon que représentent mes comptes Twitter et Facebook en tout cas) :

Facebook

Twitter

Émouvantes et créatives, les images qui témoignent du quotidien des soignant.e.s, comme cette une du New Yorker du 6 avril 2020 :

Ou cet inventif dispositif à la fois spéculaire (image de soi dans l’image de soi) et paradoxal en apparence, parce qu’il qui fait coïncider des opposés (visage masqué et démasqué en même temps), pour rassurer les patient.e.s par la vue d’un visage humain :

Tweet de @marinabontee4, 11 avril 2020

avec cette question : « if we’re using kangaroos as a guide for distance in Australia, what should be the measure here in the US? », qui témoigne bien du souci d’adaptation culturelle et environnementale de cette précaution, dans un univers mondialisé. Les réponses au tweet m’ont fourni un autre exemple, avec  des chiens :
qui s’ajoute à celui que j’avais déjà collecté, émanant de la Croix rouge :
Et, échange amusant, le community manager du consulat des États-unis à Sydney répond en postant le schéma de distance de sécurité avec les animaux sauvages des parcs nationaux étastuniens (on s’amuse, chez les CM d’ambassades) :
À mon retweet de l’image du kangourou, Gloria França, une collègue brésilienne de l’université du Maranho, répond par cette image :
Le pirarucu, c’est un des plus gros poissons d’eau douce d’Amazonie, à la chair blanche très prisée, et qui fonctionne ici comme symbole de la brésilianité.
Mais c’est sans doute la communication de l’office de tourisme de la Côte-Nord du Québec qui a la palme de la productivité et de l’inventivité : pas moins de douze visuels, postés sur le compte Facebook Tourisme Côte-Nord, correspondant aux stations côtières, utilisant des animaux, des plantes, des objets et des personnes. La Côte-Nord est située entre la région de Saguenay et la province de Terre-Neuve, le long du Saint-Laurent. Les représentations d’animaux me parlent, marsouin, macareux heureux, chevreuil, ours polaire, orignal même sous son nom local p’tit buck :
***
***
***
Mais les deux personnes mentionnées (Gilles Vigneault et Julie Bélanger), me laissent ignorante, se référant à la vie politique québécoise qui m’échappe, comme ces mystérieux « teueikans » que je ne sais pas identifier :
Mes ignorances prouvent bien l’aspect profondément situé de cette campagne. Mais le visuel le plus intéressant est sans doute celui-ci :
« Beaucoup de coquillages » : cela veut peut-être dire que cette distance sociale, c’est nous qui la mesurons, avec notre mètre-étalon intérieur, nourri par notre culture et notre éducation. Et qui peut être fait de coquillages.
Ou de caddies. La communication officielle du gouvernement irlandais produit pour sa part des visuels avec des objets, caddies ou service à thé :
***

Ce qui est frappant, au-delà de l’humour et de l’esthétique des visuels, c’est l’objectif didactique et culturel, et la manière douce de l’efficacité pragmatique. La communication se veut ludique, et ça marche, parce que c’est étonnant et drôle ; mais elle est aussi didactique, parce qu’en regardant ces images, on y pense, finalement, à cette distance sociale, si difficile à poser et à maintenir (il n’y a qu’à marcher un peu dans la rue pour s’en apercevoir). Et cette didactique iconique et humoristique permet d’éviter la modalité impérative et la prescription sèche : c’est une efficacité pragmatique douce. Culturelle et géographique, elle puise ses référents dans les environnements locaux : si le chien est international, l’orignal est bien canadien, le pirarucu amazonien, le kangourou australien, le thé irlandais et anglais.

Et pour finir, un visuel isolé dans ma petite collection, transmis par Charles Bonnot : le Springsteen, aussi international que le chien, aussi efficace que le kangourou, et aussi poétique que les macareux heureux…

Au Covid-19 malheureusement international, s’opposent des rires situés, des kangourous et des coquillages.

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 18/04/2020, "Un kangourou adulte entre nous, SVP. Comment mesurer la distance sociale ?," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/18608, consulté le….

 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...